Gnaouas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gnawa)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gnaoua (homonymie).
Maalem Mustapha Baqbou à la scène de la Plage au festival Gnaoua en 2016

Les Gnaoua (sing. Gnaoui, transcrit aussi sous l'orthographe Gnaua, Gnawa, Guenaua, etc.), désignent en l'Algérie, au Maroc et dans d'autres endroits du Maghreb les membres d'origine d'Afrique sub-saharienne, principalement des descendants d'esclaves, rassemblés dans des confréries musulmanes mystiques dans lesquelles la transe joue un rôle important.

Origines[modifier | modifier le code]

La musique et les rituels gnaouas auraient pour origine les cultes d'adorcisme (possession acceptée et cultivée) sahéliens réadaptés par les descendants des esclaves subsahariens au Maghreb. Ces pratiques ont dû se métamorphoser et adopter l'Islam comme religion pour survivre. Dans certaines régions du Maroc, ces pratiques seront teintées de judaïsme mettant en avant Moïse et la Baraka de certains saints juifs marocains.

Les gnaoua sont, dès la fin du XIXe siècle, identifiés comme une confrérie religieuse populaire dont les pratiques thérapeutiques seraient l'héritage de cultes mystiques subsahariens transmis par des générations de subsahariens musulmans installés au Maghreb.

Les rituels s'apparentant aux Gnaoua du Maroc existent aussi en Tunisie et dans l'est de l'Algérie (appelés Stambali et Benga), en Égypte (appelés zaar), et en Algérie sauf l'est d'algerie (appelés Diwan ou Bori Haoussa) se ressemblent sur certains points (attestant ainsi une origine commune) et divergent sur d'autres points du fait des parcours spécifiques que ces groupes rencontreront dans les sociétés d'accueil au cours des siècles. En Libye, ce genre musical existerait dans le Fezzan sous le nom de « Stambali ».

De même que les ressemblances certaines entre les pratiques rituelles des Gnawa et celles des confréries soufis maghrébines prouvent une véritable parenté spirituelle qui exclut la thèse d'un syncrétisme où une religion extérieure se serait simplement accommodée à une religion dominante. Il s'agit de la constitution complexe et progressive d'une communauté et d'une pratique religieuse, sur une longue période, par « strates diverses et par apports semblables »[1]. Il est plus judicieux de parler ici, pour répondre à la question des origines de cette communauté et de ses pratiques, d'une « synthèse »[2], plutôt que d'une forme d'accommodation, de métissage ou de syncrétisme.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les travaux sur le culte des saints maghrébins ont tenté d'identifier la provenance de cette communauté et de ses pratiques rituelles en explorant l'origine du mot gnaoua. L'explication fournie par Maurice Delafosse en 1924, est restée pendant longtemps l'unique référence étymologique du mot et fut adoptée par des générations de chercheurs. Selon Delafosse, l'expression berbère akal-n-iguinaouen qui signifie pays des Noirs, aurait donné naissance aux mots Guinée et Ghana et par la suite au mot gnaoua par ressemblance phonétique. Gnaoua, signifierait donc, par extension, homme noir ou venant du pays des hommes noirs, c'est-à-dire l'Afrique subsaharienne.

D'autres confréries religieuses apparentées aux gnaouas du Maghreb, existent bel et bien mais sous des noms différents dans divers pays d'Afrique du Nord.

Organisation[modifier | modifier le code]

Les principales et influentes familles des gnaoua, sont désignées par le terme dar, ou zaouiya au Maroc (dar gnaoua de Tanger, ou zaouiya sidna boulal par exemple) et M'hella en Algérie (la M'hella des Soudani par exemple).

Rituels[modifier | modifier le code]

Les Gnaoua s’articulent autour des maîtres musiciens (maâlmine), des joueurs d’instruments (luth à trois cordes guembri, crotales de fer qarqabu, tambour tbal), des voyantes-thérapeutes (chouwafate), des médiums et des simples adeptes. Ils pratiquent ensemble un rite de possession syncrétique (appelé lila de derdeba)[3].

La M'hella représente le matériel nécessaire au déroulement des rituels, Elle est constituée de karkabous, boulalas (des cravaches pour flagellation), de Tbal (tambours), des tenues multicolores pour les danses, en « vert, noir, rouge, blanc, bleu », chaque couleur a sa danse typique, des couteaux traditionnels, des drapeaux en petits fanions, d'une épée pour symboliser l'instauration de la paix, de Errouina (farine de blé), d'une bakhara porte encens B'khor, Chouabid fléchettes, de chapelet sebha, de gourdin bâton de sagesse, de quelque demi manche à balai, un grand plat en bois (gassaâ), de 2 rasoirs, de tapis traditionnel de peau de mouton. Dans ce même contexte la M'hella de Megzawa se compose quant à elle de petites clochettes, de chapeaux, de plumes, de trompettes, de petits morceaux de miroirs décoratifs, de cendre et de Daghnou, qui se composent de : lait, de vinaigre, d’amandes et de cacahuètes.

Musique[modifier | modifier le code]

Gnaouas du Maroc 1920

On parle de musique « gnaoua » (en) ou de musique « tagnaouite » (appellation berbère). Le mot « Gnaoui » qualifie à la base ce qui vient du Ghana et de Guinée.

Avec le tourisme important et les échanges artistiques entre le Maroc et l'Occident, la musique gnaoua s'internationalise grâce à des influences extérieures au Maghreb tels que Jimmy Page et Robert Plant (du groupe Led Zeppelin), Bill Laswell, Adam Rudolph, et Randy Weston, qui font souvent appel à des musiciens gnawas dans leurs compositions.

Les rituels gnaoua portent une part de mystère et les entrées aux soirées thérapeutiques sont confidentielles. Au Maroc, le premier enregistrement de musique gnaoua sera réalisé sur cassettes audio en 1975.

Cette musique Gnawa enrichit les autres styles de musiques au Maghreb et dans le monde (fusion Jazz-gnawa, blues-gnawa, reggae-gnawa, etc).

Au Maroc, les gnaoua, descendants d'anciens esclaves noirs d'Afrique subsaharienne (Mali, Soudan, …), pratiquent autour de maîtres musiciens, d'instrumentalistes (graqeb), de voyantes (chouaafa ,rarifa), de mediums et d'adeptes. Leur instrument principal est un luth-tambour à 3 cordes : le goumbri (ou hajhouj). Sur des rythmes et sonorités entêtantes, des transes ont lieu pendant des heures. Les femmes exécutent la guedra (danse étrange du sud) de manière convulsive. La guedra est aussi le nom du tambour qui accompagne la danse. Les femmes s'écroulent sur le dernier battement de musique, le corps secoué de spasmes. Pendant la danse, les hommes sautent très haut et semblent marcher sur des braises lorsqu'ils sont sur le sol. Les gnawa ont ainsi créé un genre musical mystico-religieux original,en repetant en litanie des invocations diverses.

En France par exemple, elle est produite essentiellement par des artistes algériens (comme Gnawa Diffusion ou l'Orchestre national de Barbès). Ainsi de grands standards de la musique Gnaoua comme « Allah Allah Moulana » se retrouvent dans de nombreuses compositions.

L'étude comparée des structures des compositions musicales des Gnaoua et des musiques du Golfe de Guinée montre des similitudes intéressantes. Au niveau rythmique, certaines compositions Gnaoua sont polyrythmiques binaire et ternaire (rythmes ternaires supegposés sur une structure binaire de fond), et on retrouve la même structure dans les musiques du golfe de Guinée. Les compositions d'Ali Farka Touré, notamment le titre Sega dans l'album Talking Timbuktu, en donnent un bel exemple. C'est là un indice de plus, sinon de l'origine « guinéenne » des Gnaoua, du moins de la fécondation réciproque des cultures entre les deux rives du Sahara. Cette part africaine de la culture des pays du Maghreb est progressivement retrouvée par les sociétés maghrébines.

Pour des raisons d'opportunité financière, ces Gnaoua du Maroc (qui ne sont pas tous des mâalems c'est-à-dire des maîtres musiciens ou de cérémonie) sortiront du rituel pour présenter leur musique à un public marocain plus large, s'inspirant en partie des troupes d'acrobates (auxquelles les Marocains prêtent des pouvoirs) que l'on peut voir en particulier place Jemmaa el Fna de Marrakech ou dans les Moussem (pèlerinages auprès des marabouts). Ils vont aussi développer et inventer des acrobaties (qui ne font pas partie du rituel) et enrichir leur tenue vestimentaire (habits chatoyants et coiffe avec un long pompon sur lesquels sont cousus des cauris).

Grâce en particulier au Festival de Musique Gnaoua d'Essaouira la notoriété musicale de la musique gnaoua (voir musique marocaine) sort de l'ombre.L'équivalent algérien (la musique Diwane dite Gnawa d'Algérie) connaît un regain d'intérêt certain, aussi (voir musique algérienne).Seulement les années passant,ce Festival de Musique Gnaoua d'Essaouira s'essouffle et est accusé par beaucoup de précipiter la décadence de la pratique musicale gnawa et sa transformation en pur divertissement dénué de fond spirituel.

Gnaoui de Marrakech

En l'est d'Algérie et en Tunisie, cet art Stambali et Benga semble bien porté par la population alors qu'en Égypte, la musique Zar semble mourir. Il semble qu'il existe aussi en Libye une tradition proche du Stambali tunisien et du Zar égyptien. Le mot « Stambali » provient toutefois du nom de la ville d'Istanbul, et existe également comme nom de famille en Tunisie.

En acceptant l'existence de ce genre musical, les pays du Maghreb pourraient reconnaître enfin la part africaine de leur culture et ouvrir la porte d'un passé esclavagiste avec tous les sujets tabous qui l'accompagnent.

Les puristes marocains du genre musical craignent une dénaturation du style due à des objectifs commerciaux excessifs, d'autres applaudissent cet intérêt des artistes internationaux pour ce genre musical qui sort des frontières du Maghreb, offrant ainsi aux artistes gnaouas une notoriété et une reconnaissance internationale ainsi que de meilleures perspectives financières.

Mkadam,Yenna ou Mâalem, maison et troupes gnaouas[modifier | modifier le code]

En Algérie[modifier | modifier le code]

Deux gnaouas jouant du guembri dans les rues d'Oran.
  • La musique jouée par les gnaouas d’Algérie est appelée diwane dans le sud et dans l'ouest algérien, djelep a Alger et benga et stambali a l'est d'algerie (constantine..annaba..soukahrass..guelma..beskra..batna..tebessa.....).
  • Mâalem Abdelkader ould Brahim et Mâalem Boujemaa le maître du watra allah yarhamhom avec Madmon al anbar de sig
  • Mâalem et grand maitre khomsi benali alias boukhamala (sidi belabbes)
  • Mâalem et grand maitre du goumbri Djoukli Hanifi(sidi belabbes)
  • Mâalem kaid et zendri (saida)
  • Mâalem Hadj mohamed ganga (mascara)
  • Mâalem Driss et son frere hadj abdelkader merzoug (sidi belabbes)
  • Mâalem Belaid (tlemcen)
  • Mâalem Hamza (mostaganem)
  • Mâalem Mejdoub(mostaganem)
  • La grande diva Mkadema kheira alias el Houwawiya (sidi belabbes)
  • Mâalem Medjbar (Béchar)
  • Hasna El Becharia, seule femme connue à jouer du guembri parmi les gnaouas. (Béchar)
  • Nora Gnawa, première femme à être à la tête d'une troupe gnaoui. (Béchar)
  • Diwan Âami Brahim (Béchar)
  • Gaâda Diwan Béchar (Béchar)
  • Diwan Debdeba (Béchar)
  • Gnawa el Waha (Béchar)
  • Sara Ksar (Béchar)
  • Mâalem Tayeb (Maghnia)

  • Feu Mâalem Benaissa BAHAZ (Alger)
  • Mâalem Abdelkader, oncle de Mâalem Benaissa (Alger)
  • Mâalem Mohamed BAHAZ (BLIDA)
  • M'hella des Soudani des veillers (Alger)
  • M'hella des Soudani de Koléa,feu Mâalem Osmane Soudani, Mâalem Aissa Soudani, Mâalem Fayçal Soudani

  • Mâalem Abdelkader ould Brahim et Mâalem Boujemaa le maître du watra allah yarhamhom avec Madmon al anbar de sig
  • Mâalem Billel Bouhadjar (Aïn Témouchent)

  • Dar gouri (dar haousa)..Annaba...Mkadem Yenna Brahim Rantar allah yarhmou.
    • Dar Merzoug (dar barnou)..Annaba...Mkadem Yenna Azarnia Abdelkader ((Chikh Kadour))..rabi itawel fi roumrou.
  • Dar el Bahri Ousfane (Constantine) une famille stambali parmi d'autre familles stambali connue en l'est d' Algérie comme a ((Annaba ,soukahras,guelma,batna,beskra..))
  • Mâalem Pikadi (Mascara)

Maroc[modifier | modifier le code]

Les principaux chanteurs gnawas sont :

  • Nass El Ghiwane (composé au départ de cinq musiciens : Laarbi Batma, Omar Sayed, Boujmîa Hagour, Allal Yaâla et Aziz Tahiri, qui sera remplacé en 1974 par Abderhmane Kirouche, dit Paco
  • Mâalem Abderrahman Paco (Essaouira)


  • Mâalem Omar Hayat (Essaouira)
  • Mâalem Abdeslam Alikane (Essaouira)
  • Mâalem Allal Soudani (Essaouira)
  • Mâalem Cherif Regragui (Essaouira)
  • Mâalem Mokhtar Gania (Essaouira)
  • Mâalem Said Boulhimas (Essaouira)
  • Mâalem Said El Bourqui (Essaouira)

  • Mâalem Abdelkebir Merchane(Marrakech)
  • Mâalem Ahmed Bakbou (Marrakech)
  • Mâalem Brahim El Balkani (Marrakech)
  • Mâalem Maalem Kouyou (Marrakech)
  • Mâalem Mahjoub Khalmous (Marrakech)
  • Mâalem Si Mohammed Ould Lebbat (Marrakech)

  • Mâalem Abdelkader Benthami (Casablanca)
  • Mâalem Hamid El Kasri (Ksar El Kébir)
  • Mâalem Mohamed Chaouki (Rabat)
  • Mâalem Mohamed Daoui (Meknès)
  • Mâalem Ba Blal (Fès)
  • Mâalem Hmad wld Ba Blal (Fès)
  • Mâalem Aziz wld Ba Blal (Fès)

  • Mâalem Abderrahmane Guirouche
  • Mâalem Mohamed Ya Ali
  • Mâalem Mohamed Amine Canon
  • Mâalem Adil Amimi
  • Mâalem Badar
  • Mâalem Bakbou
  • Mâalem Brahim Belkane
  • Mâalem El Gadari
  • Mâalem Hassan Boussou
  • Mâalem Hmida Boussou
  • Mâalem Mohamed Kouyou
  • Mâalem Omar Hayat
  • Mâalem Rabii Harnoune
  • Mâalem Sam
  • Mâalem Said Oughassal
  • Mâalem Majid Bekkas (Salé)

Festivals[modifier | modifier le code]

Les festivals Gnaouas sont principalement composés de concerts, mais aussi dans le cas du Festival des Gnaouas d'Essaouira de processions et de cérémonies plus discrètes. Les principaux festivals sont :

Festival Gnaoua d'Essaouira annuel

Au Maroc

  • Festival des Gnaouas d'Essaouira (Maroc) qui a lieu chaque année avant l'été . Il s'agit aujourd'hui d'un festival de musique du monde qui permet de mélanger les genres musicaux, en laissant une place centrale aux rites gnaoui[4].

Moussem[modifier | modifier le code]

Festivals pour initiés et occasions pour des rituels et des sacrifices publiques ou privés, les principaux moussem liés à la communauté gnaoui au Maroc sont :

  • le moussem de Sidi Bilal à Essaouira
  • le moussem de Sidi Ali Ben Hamdouche à Sidi Ali
  • le moussem de Sidi Bilal El Habchi à Tanger
  • le moussem de Sidi Brahim
  • le moussem d'Abdellah Ben Hussain à Tameslouht, qui se poursuit la même journée à Moulay Brahim[5]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aydoun, Ahmed, Musiques du Maroc, Casablanca : Éditions Eddif, 1992.
  • Chlyeh, Abdelhafid, Les Gnaoua du Maroc : Itinéraires initiatiques, Transe et Possession, Grenoble : Éditions La Pensée Sauvage, 1998.
  • Claisse, Pierre-Alain, Les Gnawa marocains de tradition loyaliste, Paris : Éditions L’Harmattan, 2002.
  • Delafosse, Maurice, « Les débuts des troupes noires au Maroc », in Hespéris, Revue de l’Institut des Hautes Études Marocaines, Tome 3, 1923.
  • Delafosse, Maurice, « Les relations du Maroc avec le Soudan à travers les âges », in Hespéris, Revue de l’institut des Hautes Études Marocaines, Tome 4, 1924.
  • Dermenghem, Emile, Le culte des saints maghrébins, Paris : Éditions Gallimard, 1954.
  • Doutté, Edmond, La société musulmane du Maghrib : Magie et religion dans l’Afrique du Nord, Alger : Éditions A. Jourdain, 1909.
  • Michaux-Bellaire, Edouard , « Essai sur l’histoire des confréries marocaines », in Hespéris, Revue de l’Institut des Hautes Études Marocaines, Tome 1, 1921[6].
  • Guicheney, Pierre La storia di Bilal, Rome, Sensibili alle foglie, 1992.
  • Hell, Bertrand, Le Tourbillon des génies. Au Maroc avec les Gnawa Paris: Flammarion, 2002.
  • Kapchan, Deborah, Traveling Spirit Masters. Moroccan Gnawa Trance and Music in the Global Marketplace, 2007
  • Lapassade, Georges, La transe, Paris : Presses Universitaires de France, 1990.
  • Lapassade, Georges, Les rites de possession, Paris : Éditions Anthropos, 1997.
  • Lesage, J.-M., « Gnawa », Encyclopédie berbère, vol.21, Edisud, 1999. [1]
  • Majdouli, Zineb Trajectoires des musiciens gnawa, approche ethnographique des cérémonies domestiques et des festivals de musiques du monde, Paris : L'Harmattan, 2007
  • Michaux-Bellaire, Edouard, « L’esclavage au Maroc », in Revue du Monde Musulman, Volume IX, Paris : Éditions E. Leroux, 1910.
  • Miège, Jean Louis, Le Maroc et l’Europe, Paris : Presses Universitaires de France, 1961.
  • Miège, Jean-Louis, « Remarques de géographie historique », in Chlyeh, Abdelhafid (sous dir.) L’univers des Gnaoua, Grenoble : Éditions La Pensée Sauvage 1999.
  • Pâques, Viviana, La religion des esclaves, recherche sur la confrérie marocaine des Gnawa, Bergamo : Moretti et Vitali Editori, 1991.
  • Pâques, Viviana, L’arbre cosmique dans la pensée populaire et dans la vie quotidienne du Nord-Ouest africain, Paris : Éditions L’Harmattan, 1995.
  • Renault, François ; Daget, Serge, Les traites négrières en Afrique, Paris : Éditions Karthala, 1985.
  • Marrakech UnderMoon The Black Album Collectif kamarstudios Marrakech traductions complètes de la Couleur Noire, dite Le Milieu du Monde et La Forêt, Kamarmusic USA, 2007
  • Dictionnaire insolite du Maroc - Latéfa Faïz - Édition Cosmopole - Novembre 2011 - ISBN / 978-2-84630-064-3

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Miège, « Remarques de géographie historique », in Abdelhafid Chlyeh (sous la dir.), L'univers des Gnaoua, Grenoble : Éditions La Pensée Sauvage 1999, p. 11-24
  2. Majdouli Zineb, Trajectoires de musiciens gnawa, Paris : L'Harmattan 2007, p. 123-141
  3. « Festival Gnaoua et des musiques du Monde Essaouira », sur festival-gnaoua.net (consulté le 19 mars 2018)
  4. « Festival des Gnaouas »
  5. Viviana Pâques, « Les fêtes du mwūlūd dans la région de Marrakech », Journal de la Société des Africanistes,‎ , p. 133-143 (lire en ligne).
  6. http://www.judaisme-marocain.org/bibliotheque/visite.php?vue=icono&num=8463
  7. http://www.maisondesculturesdumonde.org/actualite/rituel-du-zar