Zār

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cérémonie zār sur l'île d'Ormuz.

Dans les cultures de la Corne de l'Afrique et des régions adjacentes du Moyen-Orient, zār (en arabe, زار, en guèze, ዛር) est un terme employé pour désigner un démon, un esprit, qui prend possession d'un individu, la plupart du temps une femme, et qui cause maladie ou malaise[note 1]. Le rituel du zār consiste à exorciser la personne possédée[2].

Le zār, transformé en pratique musicale, est devenu populaire dans la culture urbaine contemporaine du Caire et des autres grandes villes du monde islamique en tant que divertissement réservé aux femmes. Le cérémonial implique l'usage de produits alimentaires et des performances musicales, et il culmine par une danse extatique pouvant durer de trois à sept nuits[2]. La lyre à six cordes, dite tanbūra[3], est fréquemment utilisée ainsi que d'autres instruments, tels le manjur (en), une ceinture en cuir faite de sabots de chèvres, et divers instruments à percussion[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du xxe siècle, les universitaires attribuent une origine éthiopienne (d'Abyssinie) à cette croyance, bien que d'autres origines aient été proposées, persane notamment. Frobenius suggère que le zār et le culte bori (un culte comparable des peuples Haoussas) proviennent de Perse. Modarressi (1986) suggère une étymologie perse pour ces termes[5]. Walker (1935) propose une origine liée à la cité de Zara, en Iran, ou une racine arabe زار, qui signifie « visiter », en allusion à la « visite » de l'esprit dans la personne du possédé. L'Encyclopédie de l'Islam de 1934 privilégie l'origine éthiopienne[6].

Dans l'hypothèse d'une origine abyssinienne, son expansion au-delà de la Corne de l'Afrique date du xviiie siècle ou du début du xixe siècle, lorsqu'elle est introduite par les esclaves éthiopiens employés dans les harems ottomans de la province d'Égypte[6]. Messing (1958) établit que le culte est particulièrement bien développé dans le nord de l'Éthiopie, la région Amhara, autour de la ville de Gondar. Un voyageur du début du xixe siècle, William Cornwallis Harris, décrit le rituel abyssinien du sár, destiné à éliminer la maladie chez une personne, à l'occasion duquel une poule ou une chèvre est sacrifiée et son sang mélangé à de la graisse et du beurre ; la préparation est cachée sous une allée et ceux qui passent au-dessus sont censés aider à faire régresser la maladie[7].

Mirzai Asl (2002) suggère que, dans l'hypothèse d'une introduction depuis l'Iran, l'expansion se serait produite au xixe siècle, à l'époque de la dynastie Kadjar, par le truchement d'Africains arrivés en Iran via la traite arabe[8]. Natvig (1988) rapporte que le culte zār sert de refuge aux femmes et aux hommes « efféminés » dans la région soudanaise (sud du Sahel) soumise à la loi islamique[9].

Variantes[modifier | modifier le code]

Il existe des variantes du zār, telles le zār Sawāknī (le zār de la région de Suakin, un port soudanais)[10], le zār Nyamānyam, en allusion à Nyame, le Dieu des Akan, qui est le zār des Zandé[11], le zār nugāra, des Babinga et des Nakurma[12]. On le rencontre aussi chez les Shilluk et les Dinka et, sous la forme du dinia, chez les Nouba[13].

Esprits[modifier | modifier le code]

En Éthiopie, zār est le terme qui désigne les démons ou les esprits maléfiques. Dans le même temps, beaucoup d'Éthiopiens croient en des esprits bénéfiques et protecteurs, nommés abdar[14]. La croyance en ces esprits est aussi répandue chez les musulmans et chez les chrétiens[15].

Comme il est habituel dans les religions traditionnelles, les maladies psychiatriques, au sens moderne du terme, sont attribuées à des cas de possession par des esprits[16]. Ĥēṭ[17], est un terme utilisé pour les esprits possessifs, à l'instar de tumbura[18].

Une légende rapporte qu'il existe quatre-vingt-huit sároch, émissaires maléfiques au service d'un esprit nommé Warobal Mama[19], lesquels résident dans le lac Alobar dans la région de Menz, en Éthiopie[20].

Le zār fait partie des croyances communes parmi les émigrants éthiopiens en Amérique du Nord, en Europe ou en Israël. Par exemple, les Falashas conjuguent fréquemment la croyance juive avec celle du zār[21].

Dans le sud de l'Iran, le zār est compris comme un « vent mauvais », causant malaise et maladie. Il existe plusieurs de ces vents : Maturi, Šayḵ Šangar, Dingemāru, Omagāre, Bumaryom, Pepe, Bābur, Bibi, Namrud[22]. Le film The African-Baluchi Trance Dance de 2012 dépeint une variété d'activités liées au zar dans le sud-est de l'Iran[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve cela en Éthiopie, en Érythrée, à Djibouti, en Somalie, en Arabie, au sud et sud-ouest de l'Iran, en Égypte, au Soudan[1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Natvig 1987.
  2. a et b Guiley 2009, p. 277.
  3. Makris 2000, p. 52.
  4. Poché 2001.
  5. Modarressi 1986, p. 149-155.
  6. a et b Fakhouri 1968, p. 49.
  7. Cornwallis Harris 1844, vol. 2, p. 291.
  8. Mirzai Asl 2002, p. 229-246.
  9. Natvig 1988, p. 57-68.
  10. Makris 2000, p. 141.
  11. Makris 2000, p. 12.
  12. Makris 2000, p. 64.
  13. Makris 2000, p. 64-65.
  14. Ofcansky et Berry 1991.
  15. Beckwith, Fisher et Hancock 1990, p. 199.
  16. Kemp 2011.
  17. Makris 2000, p. 195.
  18. Makris 2000, p. 197.
  19. Cornwallis Harris 1844, vol. 2, p. 269.
  20. Cornwallis Harris 1844, vol. 2, p. 343.
  21. Edelstein 2002, p. 153-170.
  22. Moghaddam 2009.
  23. Hegland 2017, p. 169-172.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rosemary Ellen Guiley, The Encyclopedia of Demons and Demonology, Infobase Publishing, (ISBN 978-1-4381-3191-7, lire en ligne).
  • (en) Christian Poché, « Zār », dans Stanley Sadie et John Tyrrell (éds.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, , 2e éd., p. 62–63.
  • (en) Ioan M. Lewis, « Zar in context: The past, the present and future of an African healing cult », dans I. M. Lewis, A. Al-Safi et S. Hurreiz (éds.), Women's medicine: The Zar Bori cult in Africa and Beyond, Edinburgh University Press, , p. 1–16.
  • (en) Richard Natvig, « Oromos, Slaves, and Zar Spirits: a Contribution to the History of the Zar Cults », The International Journal of African Historical Studies, vol. 20, no 4,‎ , p. 647–668 (DOI 10.2307/219657).
  • (en) Carol Beckwith, Angela Fisher et Graham Hancock, African Ark, New York, Henry N. Abrams, Inc., .
  • (en) Monika Edelstein, « Lost Tribes and Coffee Ceremonies: Zar Spirit Possession and the Ethno-Religious Identity of Ethiopian Jews in Israel », Journal of Refugee Studies, vol. 15, no 2,‎ (DOI 10.1093/jrs/15.2.153, lire en ligne).
  • (en) A. Arieli et Aychen, « Mental disease related to belief in being possessed by the "Zar" spirit », Harefuah, vol. 126, no 11,‎ , p. 636–42, 692 (PMID 7926995).
Éthiopie
  • (en) A. Arieli et S. Aychek, « Mental disease related to being belief in being possessed by the 'Zar' spirit », Journal of the Israel Medical Association, vol. 126,‎ , p. 636–642.
  • (en) Harald Aspen, Amhara Traditions of Knowledge: Spirit Mediums and Their Clients, Harrassowitz Verlag, .
  • (en) Monika Edelstein, « Lost Tribes and Coffee Ceremonies: Zar Spirit Possession and the Ethno-Religious Identity of Ethiopian Jews in Israel », Journal of Refugee Studies, vol. 15, no 2,‎ , p. 153–170 (DOI 10.1093/jrs/15.2.153).
  • (en) Niall Finneran, « Ethiopian Evil Eye Belief and the Magical Symbolism of Iron Working », Folklore, vol. 114, no 3,‎ , p. 427–432 (DOI 10.1080/0015587032000145414, lire en ligne).
  • (en) N. Grisaru et D. Budowski, « Possession by the "Zar" among Ethiopian immigrants to Israel: psychopathology or culture-bound syndrome? », Psychopathology, vol. 30, no 4,‎ , p. 223–233 (PMID 9239794, DOI 10.1159/000285051).
  • (en) E. Witzum, N. Grisaru et D. Budowski, « The 'Zar' possession syndrome among Ethiopian immigrants to Israel: cultural and clinical aspects », British Journal of Medical Psychiatry, vol. 69, no 3,‎ , p. 207–225 (DOI 10.1111/j.2044-8341.1996.tb01865.x).
  • (en) Y. Kahana, « The zar spirits, a category of magic in the system of mental health care in Ethiopia », The International Journal of Social Psychiatry, vol. 31, no 2,‎ , p. 125-143.
  • Michel Leiris, « Le Culte des Zars à Gondar », Aethiopica, vol. 4, nos 96–103,‎ , p. 125–136.
  • Michel Leiris, « La Possession aux Génies "Zar" en Éthiopia du Nord », Journal de Psychologie Normale et Pathologique, vol. 35,‎ , p. 107–125.
  • (en) Simon Messing, « Group therapy and social status in the Zar cult of Ethiopia », American Anthropologist, no 60,‎ , p. 1120-1126.
  • (en) E. Fuller Torrey, « The Zar cult in Ethiopia », International Journal of Social Psychiatry, vol. 13, no 3,‎ , p. 216–223 (PMID 5585776, DOI 10.1177/002076406701300306).
  • (en) Joseph Tubiana, « Zar and Buda in Northern Ethiopia », dans I. M. Lewis, A. Al-Safi et S. Hurreiz (éds.), Women's medicine: The Zar Bori cult in Africa and beyond, Edinburgh University Press, , p. 19–33.
  • (en) Allan Young, « Why Amhara get kureynya: sickness and possession in an Ethiopian Zar cult », American Ethnologist, vol. 2, no 3,‎ , p. 567–584 (DOI 10.1525/ae.1975.2.3.02a00130)
  • (en) William Cornwallis Harris, The Highlands of Ethiopia, projet Gutenberg, (1re éd. 1844), ebook.
  • (en) Thomas P. Ofcansky et LaVerle Bennette Berry, Ethiopia, Library of Congress Federal Research Division, coll. « A Country Study », (lire en ligne).
  • (en) Charles Kemp, « Ethiopians & Eritreans », Refugee Health – Immigrant Health, Baylor University, .
Soudan
  • (en) Janice Boddy, Wombs and Alien Spirits: Women, Men and the Zar Cult in Northern Sudan, University of Wisconsin Press, .
  • (en) Lidwien Kapteijns et Jay Spaulding, « Women of the Zar and Middle-Class Sensibilities in Colonial Aden, 1923-1932 », Sudanic Africa, no 5,‎ , p. 7–38.
  • (en) G.P. Makris, Changing Masters: Spirit Possession and Identity Construction among Slave Descendants and Other Subordinates in the Sudan, Evanston, Illinois, Northwestern University Press, (ISBN 0-8101-1698-7).
Égypte
  • (en) Hani Fakhouri, « The Zar Cult in an Egyptian Village », Anthropological Quarterly, vol. 41, no 2,‎ , p. 49–56.
  • (en) Brenda Z. Seligmann, « On the Origin of the Egyptian Zar », Folklore, vol. 25, no 3,‎ , p. 300–323.
  • (en) Richard Natvig, « Liminal Rites and Female Symbolism in the Egyptian Zar Possession Cult », Numen, vol. 35, no 1,‎ , p. 57–68 (DOI 10.2307/3270140).
Somalie
  • (it) F. Giannattasio, « Somalia: La Terapia Corentico-musicale del Mingi », Culture Musicale, Quaderni di Ethnomusicologia, vol. 2, no 3,‎ , p. 93–119.
Iran
  • (en) Taghi Modarressi, The zar cult in south Iran. In Trance and possession states, Montreal, Éd. Raymond Prince, R. M. Bucke Memorial Society, .
  • (en) Behnaz A. Mirzai Asl, « African Presence in Iran: Identity and its Reconstruction in the 19th and 20th Centuries », Revue française d'histoire d'Outre Mer, t. 89, nos 336-337,‎ , p. 229-246 (DOI 10.3406/outre.2002.3991).
  • (en) Maria Sabaye Moghaddam, « Zār », dans Encyclopædia Iranica, (lire en ligne).
  • (en) Mary Elaine Hegland, « Afro-Iranian Lives; The African-Baluchi Trance Dance », Iranian Studies, vol. 50, no 1,‎ , p. 169-172 (DOI 10.1080/00210862.2017.1269454).

Liens externes[modifier | modifier le code]