Rumba congolaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rumba congolaise
Origines stylistiques Rumba
Origines culturelles Drapeau de la république du Congo République du Congo Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Scènes régionales République du Congo et République Démocratique du Congo

Genres dérivés

Soukous, Ndombolo

La rumba congolaise est un genre musical du République du Congo et de la Congo-Kinshasa [1],[2],[3], issu de la rumba cubaine des années 1930 ayant une grande postérité en RDC et en République du Congo.

Les décennies qui suivent l'indépendance des deux pays, à partir de 1960, sont l'âge d'or de la rumba congolaise. On peut citer parmi ses représentants la formation TP OK Jazz, des musiciens tels que Franco, Tabu Ley Rochereau, Papa Noël, Sam Mangwana, Paul Kamba, Wendo Kolosoy, Jimmy Zakari (en), Antoine Moundanda et Michelino Mavatiku Visi. La création du groupe Zaïko Langa Langa en 1969 oriente le propos ailleurs avec le cavacha, un sebène rythmé joué à la guitare et à la batterie, inspiré d'un train en mouvement. Parmi les membres de ce groupe, on compte Félix Manuaku Waku, Papa Wemba, N'Yoka Longo, Evoloko, Moleka, Mary-Joe et Staff Benda Bilili, pour ne citer qu'eux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La transplantation au Congo de la rumba cubaine s'effectue à la fin des années 1930, par un curieux aller-retour de l'histoire entre les Caraïbes et l'Afrique. Elle s'explique par le passage des cargos transatlantiques dans les ports de l'Afrique de l'Ouest, et par les échanges entre kroumen et marins cubains qui leur apportent des 78 tours de firme EMI, et notamment les disques GV de ce catalogue EMI[4]. Cette musique pénètre dans les terres, en suivant le cours du fleuve Congo, jusque Léopoldville et Brazzaville. Le terreau se révèle propice au Congo où, contrairement à l’ancien empire mandingue (Mali, Guinée, Sénégal…), la musique n’est pas réservée à la caste des griots[5].

Ces 78 tours « GV », soit près de 250 titres édités, constituent le point de départ la rumba congolaise. Ils sont importés par les épiciers grecs installés dans les quartiers « indigènes » des grandes cités congolaises, qui recourent au gramophone à manivelle[4]. Constatant le succès de cette musique, certains de ces épiciers improvisent dans leur arrière-boutique un studio d'enregistrement. C'est ainsi que Nico Jeronimis fonde les éditions Ngoma (en), qui publient en 1948 le premier tube congolais, Marie Louise, composé par un mécanicien de bateaux du fleuve Congo, Antoine Wendo Kolosoy[5]. Rapidement, le lingala et d’autres langues syncopées de la région supplantent l’espagnol de la rumba cubaine et le français de la société bourgeoise congolaise. La rumba congolaise est née[4].

Les années phares de la rumba congolaise se situent entre les années 1940 et la fin des années 1950 (rumba traditionnelle), et entre le début des années 1960 et le début des années 1970 (rumba fortement imprégnée de l'identité culturelle congolaise). Luambo Makiadi modifie et donne une identité à la rumba proprement dite congolaise avec sa manière de jouer de la guitare. Elle perdure ensuite avec de grands noms, tels que Papa Wemba (Zonga Zonga), Les Bantous de la capitale et Dr Nico (Tu m'as déçu Chouchou).

Aujourd'hui, cette rumba semble avoir une variété : elle a engendré le soukous et le ndombolo, un style de musique populaire auprès des jeunes grâce à son rythme très saccadé associant des instruments musicaux modernes importés de l'Occident, et le Ngwasuma caractérisé par une ambiance totale associant des instruments aux cris d'un atalaku. Yonda Sister - Mbuta Mutu. Les orchestres comme Zaïko Langa Langa, Empire Bakuba, Viva la Musica, Quartier Latin,Wenge Musica et Big Stars, incarnent la nouvelle phase de cette musique dont les artistes naissent comme des champignons. Les plus connus sont Papa Wemba (le roi de la Rumba), Koffi Olomidé (le roi du tchatcho), Général Defao, Felix Wazekwa, Werrason (Noël Ngiama), JB Mpiana, Fally Ipupa, Ferré Gola, Héritier Watanabe, Extra Musica et Fabregas.

Le tchatcho, autrement dit la rumba de Koffi Olomidé, est le style de rumba adopté par une grande partie des artistes congolais à partir des années 1990.

Culture[modifier | modifier le code]

Cette musique imprégnée dans la culture congolaise est riche par la diversité des thèmes inspirant les chansons.

La rumba congolaise[6], chantée en lingala, va devenir le soukous et le ndombolo des quatrième et cinquième générations de la musique Kino-congolaise (JB Mpiana, Koffi Olomidé, Papa Wemba, …) en y incorporant des influences locales et antillaises.

Chanteurs et orchestres phares[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abel Kouvouama, Abdoulaye Gueye, Anne Piriou et Anne-Catherine Wagner , Figures croisées d'intellectuels: trajectoires, modes d'action, productions, KARTHALA Editions, 2007, p.184
  2. Antoine Manda Tchebwa, Terre de la chanson. La musique zaïroise hier et aujourd'hui, De Boeck - Duculot, 1996
  3. Gary Stewart, Rumba on the River: A History of the Popular Music of the Two Congos, Verso Books, 2003, p.17-21
  4. a b et c Arnaud 2006, Africultures.
  5. a et b Mortaigne 2015, Le Monde.
  6. « Univers Rumba Congolaise, la référence de la rumba congolaise », sur Univers Rumba Congolaise (consulté le 10 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]