Maloya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le Maloya *
UNESCO-ICH-blue.svg Patrimoine culturel immatériel
Maloya03.jpg
Pays * Drapeau de la France France
Subdivision La Réunion
Région * Afrique
Liste Liste représentative
Fiche 00249
Année d’inscription 2009
* Descriptif officiel UNESCO
Le Maloya *
UNESCO-ICH-blue.svg Inventaire du patrimoine culturel
immatériel en France
Domaine * Musiques et danses
Lieu d'inventaire La Réunion
* Descriptif officiel Ministère de la Culture et de la Communication (France)

Le maloya est, avec le séga, l'un des deux genres musicaux majeurs de La Réunion. C'est à la fois un type de musique, de chant et de danse[1].

Il est l'héritier des chants des esclaves. Si des instruments y sont rajoutés, le roulèr est prépondérant pour le maloya. Des instruments traditionnels comme le kayamb, le pikèr, le sati ou le bobre sont aussi courants et restent la base du maloya traditionnel.

Le maloya est classé au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité[2] de l'UNESCO depuis le [3].

Origines[modifier | modifier le code]

Le terme « maloya » a plusieurs significations suivant les dialectes de l'Afrique de l'Est. Au Mozambique, maloya signifie : incantation, sorcellerie ; au Zimbabwe : grand sorcier ; en Bambara : honte, et à Madagascar "Maloy Aho" veut dire : "parler, dégoiser, dire ce que l'on a à dire". Dans de nombreux dialectes africains, il signifierait "peine, douleur, mal-être".

Cette musique est, en plus de mots malgaches et africains, accompagnée d’onomatopées destinées à appeler les esprits. Musique en hommage aux ancêtres, le maloya est aussi le moyen de se moquer des maîtres, avec quelques paroles en français. Les colons craignent ces services kabaré jusqu’à les proscrire dans leurs propriétés. Ces chants, danses et complaintes se pratiquent en cachette des maîtres après le labeur, le plus souvent le soir dans les camps ou à l’extérieur des cours d’usine. Ces chants et danses marquent aussi la fin des campagnes sucrières. C’étaient des complaintes chantées par un choriste et repris par un chœur dans lesquelles paraissent des mots de leurs anciens dialectes. Ils chantaient et pleuraient leurs peines et leurs maux, en se languissant ou en accélérant le rythme.

Le maloya descendrait des chants chantés par les esclaves extirpés de Madagascar, et d'Afrique de l'Est, pour résister et exister, puis par la suite il fut pratiqué aussi par les Malbars, c'est-à-dire des Malabars (engagés indiens de la côte de Malabar), ainsi que par les "ti blan" ou petits blancs (créole de petite condition).

Politique[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950 le maloya est prohibé par l'administration coloniale, car cette dernière refuse le droit d'expression au peuple réunionnais de peur de voir grandir l'idée d'une indépendance. Il est donc joué de manière clandestine dans des lieux secrets, tels que dans des champs de canne à sucre loin des habitations. À cette époque le simple fait de détenir des instruments tels que le kayamb, le roulér, et autres était sévèrement répréhensible. Grâce à l'organisation par des militants du Front de la Jeunesse Autonomiste Réunionnaise ( ou F.J.A.R ) de concerts clandestins , le maloya perdure, et c'est en 1976 que le maloya revient au grand jour, par l'édition du premier vinyle de la troupe Firmin Viry. Depuis, elle est mise à l'honneur par des auteurs-compositeurs tels Danyèl Waro, Gramoun Lélé, Ziskakan.

Le maloya est classé au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO depuis le 1er octobre 2009, grâce à un dossier présenté par la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise avec l’aide du PRMA (Pôle régional des musiques actuelles) et le soutien de nombreux artistes. La Région Réunion avait en effet proposé l’inscription du Maloya au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Un rôle historique et culturel[modifier | modifier le code]

Musique issue de la souffrance et de l'asservissement des hommes par les hommes, non content de véhiculer une tradition musicale, le maloya tend aussi, de par les noms des groupes, à faire revivre un fait relatif à un personnage historique ignoré du grand public ou un lieu historique tel le groupe Simangavol, dont le nom se rapporte à la première femme esclave arrivée sur l'île et, qui, refusant l'esclavage malgré les risques encourus, préféra s'enfuir vers la montagne afin de retrouver la liberté.

Le maloya est représentatif du peuple réunionnais qui le joue et le danse, métissé, et ouvert sur le monde. Il est le fer de lance des kabars lors de la fête du 20 décembre, date commémorative de l'abolition de l'esclavage dans l'île en 1848, promulguée par Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga.

Il est un peu, pour les Réunionnais, ce que le blues est aux Américains. Il peut ainsi exprimer la nostalgie, mais aussi la joie de vivre, la liberté.

Les différents styles[modifier | modifier le code]

Le Rouler, un des instruments principal du maloya.

Maloya traditionnel[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs styles de maloya, différents par leurs rythmes, et le contexte dans lequel ils sont pratiqués, comme -Le maloya piké, qui est plutôt populaire avec des chants en créole. -Le maloya kabaré, joué lors de rituel afro-malgache (servis kabaré ou bien Kabar) rendant hommage à l'esprit des ancêtres, avec des chants parfois malgaches et des onomatopées.

Maloya Moderne[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années déjà, le maloya s'agrémente d'instruments occidentaux (guitare, basse, synthé...) pour déployer de nouvelles sonorités. Vers la fin des années 1970 "Les Caméléons" (composé d'Alain Péters, René Lacaille, Loy Ehrlich, Bernard Brancard, Hervé Imare, Joël Gonthier) n'hésitent pas à mélanger le son rock américain et britannique tel que celui des Beatles et Jimi Hendrix, et donne un maloya funk-rock. Dans les années 1990 la fusion se fait avec le Reggae pour créer le Maloggae, avec des groupes comme Naéssayé et Progression. Il existe aussi le Maloyaz (mélange de Jazz et Maloya) avec Sabouk et Meddy Gerville. En 2000 Davy Sicard donna avec un Maloya "Kabosé" où l'on retrouve des sonorité africaines. Électronique sous les mains des compositeurs Jako Maron et Labelle [1] [2]. Mêlé au rap avec Atepelaz et Alex Sorres. Kaf Malbar, Zorro Chang, et Sayaman du TM12 avec la collaboration de DJ Dan (Ker Maron), participe à l'élaboration du Maloya Dancehall sur la compilation "Ker Maron Dan Béton". Sayaman continuera ce travail de mélange de style avec le maloya, avec son premier album sorti en 2014. Le maloya celtique de Renésens constitue depuis 1998 une originalité remarquable en fusionnant les rythmes et les thèmes du maloya avec les instruments celtiques (cornemuses et bombardes). Cette diversité montre combien la racine maloya a nourri de fruits sur son arbre.

Lieu où est joué le maloya[modifier | modifier le code]

Le maloya se chante dans un lieu que l'on appelle Kabar, il tient son origine des "Services Kabaré", d'origine malgache, où dans les propriétés, il arrivait aux esclaves lors d’évènements importants de faire ces services voués aux ancêtres ou à la récolte. C’étaient des complaintes chantées par un choriste et reprises par un chœur dans lesquelles paraissaient des mots de leurs anciens dialectes. Ils chantaient et pleuraient leurs peines et leurs maux, en se languissant ou en accélérant le rythme.

Le kabar peut se faire n’importe où : il n’y a pas de lieu pour chanter le maloya. Ça peut être dans la rue, quand des musiciens se réunissent. Le kabar reste une tradition vivante dans les familles, pour les fêtes, les cérémonies.

Instruments du maloya[modifier | modifier le code]

Le sati, percussion traditionnelle

Cette musique est essentiellement basée sur des percussions d'instruments traditionnels : roulèr (rouleur), bob (bobre) et kayanm (kayamb). Le roulèr (rouleur) est formé par un tonneau sur lequel est tendue une peau de bœuf, le percussionniste s’assied à cheval sur le tonneau et frappe des deux mains. Le bob (bobre) ressemble au berimbaù brésilien, arc à un fil sur lequel le musicien frappe avec un bâton en métal . On frappe aussi sur des instruments en métal: le sati, ou en bambou : le pikèr. Le kayanm (kayamb) est fabriqué en mâts de choka, en hampes de fleurs de cannes remplies de graines de cana.

Au fil de son évolution sont venus s’y ajouter le triangle, le djembé, la guitare acoustique etc. Aujourd'hui on le joue aussi avec des instruments moins traditionnel et plus moderne tels que la guitare électrique, la basse, le clavier, et même l'ordinateur.

Les danses Maloya[modifier | modifier le code]

A la Réunion, le terme Maloya désigne la musique et les chants mais aussi la danse. Le Maloya semble être dansé autant par des hommes que des femmes. Il évoque pour le grand public principalement la musique. La danse est moins connue (et par exemple moins étudiée par les sciences humaines et sociales).

Aujourd'hui le Maloya en tant que genre musical et chorégraphique est devenu un emblème de la culture réunionnaise. Comme il est évoqué précédemment, semble exister au moins deux types de Maloya le kabar, décrit comme un moment de partage et  le kabaré (ou servis kabaré), cérémonie en l’honneur des ancêtres.

Françoise Dumas Champion, anthropologue, a travaillé sur les cultures et religions de la Réunion. Elle raconte, dans l'ouvrage tiré de son travail mais aussi dans des vidéos documentaires[4], le Servis Kabaré, « rituel de commémoration des ancêtres d'origine afro malgache » où la musique, le chant et la danse ont une grande importance. Certains participants sont possédés au cours des rituels et accomplissent ce que Françoise Dumas Champion nomme la « danses des esprits ». Cette danse propre aux possédés n'est pas à confondre avec la danse Maloya. En dehors des possédés sur les vidéos de Servis Kabaré on peut observer que la majorité des participants dansent. Cela ne semble pas constituer une action rituelle spécifique mais participe de la réception de la musique et de la mise en mouvement des corps, opérant pour donner de la force au rituel. Le Maloya aujourd'hui peut se jouer, se chanter, se danser en dehors du contexte rituel, comme dans le cas du Kabar.

En ce qui concerne la danse il existe aujourd'hui quelques tutoriels[5] sur internet sous forme de vidéos permettant d'apprendre les pas de base de la danse Maloya. L'apparition de ce type de vidéo interroge sur une éventuelle standardisation de la danse et de la musique Maloya. A la Réunion la danse est donc présente dans plusieurs types de situations : rituelles, spectaculaires, institutionnelles.

Il est également intéressant de rappeler que l'île la Réunion a été un lieu de déportation de nombreux esclaves d'Afrique, de Madagascar et des Comores. Il est donc tentant d'y voir les origines de certains mouvements dans la danse Maloya.

Comment se danse le Maloya ? Présenté dans les vidéos[6] disponibles sur internet, on peut voir que le Maloya se danse les jambes légèrement fléchis. Les appuis sont pris entre la plante des pieds et les demi-pointes. Les mouvements de jambes sont soit des gestes directionnels (souvent devant, derrière, sur les côtés) effectués avec l'autre jambe que celle qui sert d'appui, soit des pas percutant le sol, le poids passant rapidement d'une jambe à l'autre. Des mouvements de bassin caractérisent les pas et les gestes de jambes, en participant à l'impulsion du bas du corps. Les bras accompagnent l'ensemble des mouvements du corps pour amplifier la danse.

Musiciens de maloya[modifier | modifier le code]

Danyel Waro
Danyel Waro chanteur de maloya.

La plupart des musiciens ou groupes réunionnais utilisent le maloya :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Bourbon maloya : musique traditionnelle de l'île de La Réunion : 30 groupes - 65 titres, SEDM, 1998.
  • Vavanger - Alain Peters
  • Piton Mi Lé - Alex Sorres
  • Nénin - Fabrice Legros
  • Batarsité - Danyel Waro
  • Ker Maron - Davy Sicard
  • Naéssayé - Naéssayé
  • Maloya Breizh Renesens
  • Jessica[7]
  • Granmer Kal - Notkaz
  • Sayaman - Sayaman

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Maloya Dousman, film documentaire de Jean-Paul Roig, 1994 (57 min.)[8]
  • Maloya : les racines de la liberté de Marie-Claude Lui-Van-Sheng, 1998 (52 min.)
  • Maloya kabosé de Yvan Couvidat, 2007 (52 min.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Samson, Benjamin Lagarde et Jean-Claude Carpanin Marimoutou, L'univers du maloya. Histoire, ethnographie, littérature, DREOI/Océan Éditions, St-Denis de La Réunion, 2008.
  • Dumas-Champion Françoise et Beaujard Philippe, 2008, Le mariage des cultures à l’île de la Réunion, Paris, France, Éditions Karthala, DL 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Maloya - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO », sur www.unesco.org (consulté le 1er décembre 2016)
  2. « Le Maloya - Patrimoine culturel immatériel - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 1er décembre 2016)
  3. Le Maloya inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco _ Reunionnaisdumonde.com
  4. Françoise Dumas-Champion, « La danse des esprits à l'île de La Réunion »,‎ (consulté le 3 janvier 2017)
  5. Danse Péi, « DANSE TON MALOYA ! »,‎ (consulté le 3 janvier 2017)
  6. axel4023, « danse maloya »,‎ (consulté le 3 janvier 2017)
  7. Mars Tou Sèl et son fameux Jessica (EklaBlog)
  8. film-documentaire.fr