Bikutsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique image illustrant le Cameroun
Cet article est une ébauche concernant la musique et le Cameroun.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le bikutsi (parfois appelé tipi) est une musique et une danse féminine traditionnelle du Cameroun. Cette danse et cette musique sont originaires des provinces du Centre et du Sud. C'est une danse traditionnelle de l'ethnie Beti.

Le mot bikutsi signifierait en Ewondo battement de la terre (bi est une marque du pluriel, kut signifie battre, pulser, et si signifie terre).

Le bikutsi est un rythme à 6/8 pratiqué traditionnellement au Cameroun par les femmes béti. Destiné à guérir les maux, calmer la douleur de la perte d’un être cher, soulager la souffrance, ce rituel est exécuté par les femmes assises sur de minuscules tabourets. Elles chantent et frappent de petits hochets ou des bambous coupés en deux dans le sens de la longueur.

Dans les années 80, le groupe Les Têtes brûlées s'est fait connaître pour son bikutsi dansant et électrique.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh, Mark W. Delancey, « Bikutsi », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, 2010 (4e éd.), p. 69-70 (ISBN 9780810873995)
  • Joseph Fumtim et Anne Cillon Perri, Zanzibar Epémé Théodore et les Têtes brûlées : la passion bikutsi, Éditions Ifrikiya, Yaoundé, 2013, 159 p. (ISBN 9789956473762)
  • Jean Maurice Noah, Le bikutsi du Cameroun : ethnomusicologie des "Seigneurs de la forêt", Carrefour/Erika, Yaoundé, 200?, 128 p.
  • (en) Dennis M Rathnaw, « The eroticization of Bikutsi : reclaiming female space through popular music and media », in African Music, 8 (4) 2010, p. 48-68