Hunéric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hunéric
Pièce à l’effigie d'Hunéric.
Pièce à l’effigie d'Hunéric.
Titre
Roi des Vandales et des Alains
Prédécesseur Genséric
Successeur Gunthamund
Biographie
Titre complet Roi des Vandales et des Alains
Dynastie Hasdings
Date de décès
Lieu de décès Carthage
Nature du décès Peste
Père Genséric
Fratrie Théudric
Conjoint Eudocia
Enfants Hildéric
Résidence Carthage

Hunéric (mort le ), était un roi du royaume vandale, de 477 à 484, et le fils aîné de Genséric.

Il abandonna la politique impériale de son père, et se concentra principalement sur les affaires intérieures. Il était marié à Eudocia, fille de l'empereur romain, Valentinien III (419-455), et Licinia Eudoxia. Le couple a eu un fils, nommé Hildéric.

Hunéric est le premier roi vandale à utiliser le titre de Roi des Vandales et des Alains. Malgré cela, et que les Vandales conservèrent leur puissance maritime, et leur emprise sur les îles de la Méditerranée occidentale, Hunéric n'a pas eu même prestige que son père, Genséric, avait eu avec les autres États.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hunéric était un fils du roi Genséric. Il a été envoyé à Rome, comme otage en 435, dans le cadre d'un traité fait avec l'empereur Valentinien III. Hunéric est devenu le roi des Vandales, à la mort de son père, en 477. Comme Genséric, il était de confession arienne, et son règne est principalement mémorable pour sa persécution des membres de l'Église orthodoxe dans ses possessions. Eudocia, fille de Valentinien III, était la femme de Hunéric[1].

Son règne[modifier | modifier le code]

Hunéric était un fervent adhérent à l'arianisme. Cependant, son règne à débuté avec un certain nombre d'ouvertures positives à l'égard de la population romaine locale. À la suite de la visite d'une mission diplomatique de l'Empire romain d'Orient dirigée par Alexandre, Hunéric rétablit les propriétés saisies par son père auprès des marchands de Carthage[2]. Il a également levé la politique de persécution des catholiques locaux, leur permettant d'organiser un synode où ils ont élu un nouvel évêque catholique de Carthage, Eugène de Carthage, après un vide de 24 ans[3].

Cependant, peu de temps après l'ordination d'Eugène, Hunéric a retourné sa parole, et a commencé à persécuter de nouveau les catholiques[4]. En outre, il a essayé de faire tomber la propriété catholique à l'état, mais quand ceci a provoqué trop de protestation de l'empereur romain d'Orient, il a choisi d'exiler un certain nombre de catholiques vers une province lointaine, à la place. Le 1 février 484, il organisa une réunion d'évêques catholiques, avec des évêques ariens, mais le 24 février 484, il expulsa de force les évêques catholiques de leurs bureaux, et en expulsa quelques-uns en Corse. Quelques-uns ont été exécutés, y compris l'ancien proconsul victorien, avec Frumentius et d'autres riches marchands, qui ont été tués à Hadrumetum, après avoir refusé de devenir ariens[5]. Parmi ces exilés, Vigile, évêque de Thapsus, publia un traité théologique contre l'arianisme.

En outre, Hunéric a assassiné de nombreux membres de la dynastie des Hasdings, et persécuta des Manichéens[6].

Vers la fin de son règne, les Maures des Aurès (dans l'actuelle Algérie), se sont rebellés avec succès contre la domination vandale[7].

À sa mort, le 23 décembre 484, Hunéric a été succédé par son neveu, Gunthamund.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hugh Chisholm, Hunneric, Cambridge University Press, coll. « Encyclopædia Britannica », , 932 p. (lire en ligne), p. 13
  2. Malchus, fragment 13. Traduit par C.D. Gordon, Age of Attila: Fifth Century Byzantium and the Barbarians (Ann Arbor: Université du Michigan, 1966), p. 125.
  3. Victor de Vita, 2.3-6; traduit par John Moorhead, Victor of Vita: History of the Vandal Persecution (Liverpool: University Press, 1992), p. 25.
  4. Victor de Vita, 2.23-46; traduit par Johp Moorhead, p. 32-40.
  5. (en) « Saint Turibius of Mongrovejo B », St. Patrick Catholic Church,‎ 2007-2008 (lire en ligne)
  6. Persecution of the Hasdingi: Victor de Vita, 2.12-17; traduit par John Moorhead, p. 28-30. Persecution of the Manichaeans: Victor de Vita, 2.1-2; traduit par John Moorhead, p. 24.
  7. Procope, De Bellus III.8.5. Traduit par H.B. Dewing, Procopius (Cambridge: Loeb Classical Library, 1979), volume. 2 p. 75.

Liens externes[modifier | modifier le code]