Ciel (religion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ciel (religion)
Image illustrative de l’article Ciel (religion)
Firmamentum Sobiescianum, sive Uranographia (extrait du livre Prodromus Astronomia de Johannes Hevelius, 1690)

Définition Le ciel est un concept religieux qui renvoie à l'existence d'un au-delà parfois qualifié de Paradis ou du domaine des cieux, espace de la divinité.
Pays Monde

Ciel, ou Cieux (ou Paradis), est un concept religieux et cosmologique ou transcendant d'un lieu où les êtres célestes (comme un Dieu, les anges, les djinns et les divinités du ciel comme le Roi des Cieux ou la Reine du Ciel, le Père céleste, la Mère céleste, le Fils du Ciel, les saints célestes ou les ancêtres vénérés) proviennent, sont Dieu trônant ou habitants. Il est communément admis que les êtres célestes peuvent descendre à la terre ou incarnés et que les êtres terrestres peuvent monter au Ciel dans la vie après la mort ou dans des cas exceptionnels, entrer au Ciel vivants.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot ciel, en cosmologie, vient du latin cælum qui renvoie à la voûte céleste, lieu de séjour de la divinité. Le mot désigne le ciel en tant que firmament. Au Moyen-Âge, le mot ciel renvoie au lieu de séjour de Dieu et de séjour des âmes après la mort. Ce faisant, le mot renvoie à l'ensemble de la voûte céleste[1].

Concept[modifier | modifier le code]

Dante et Beatrice regardent fixement sur les cieux les plus élevés; à partir des illustrations de Gustave Doré à la Divine Comédie.

Dans certaines religions, le ciel désigne le monde des réalités non sensibles. (Notre Père qui est aux cieux...), ou l'au-delà.

Mythologie grecque[modifier | modifier le code]

Dieu est un mot hérité du latin deus, lui-même issu d'une racine indo-européenne Dyeus Pitar (« Père Ciel brillant ») (qui donnera probablement également le "yeux" venant de la même racine)

Zeus tire également son nom de Dyeus (dieu du ciel).

Jupiter signifie littéralement « Père des cieux », de la racine indo-européenne Dyeus pater (« dieu du ciel »).

Dans la mythologie grecque, Ouranos (en grec ancien Οὐρανός, « ciel étoilé, firmament ») est une divinité primordiale personnifiant le Ciel. Il est le fils de Gaïa (la Terre).

Mythologie égyptienne[modifier | modifier le code]

Nout est la déesse égyptienne du ciel.

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Dans l'ancienne judaïsme, la croyance du ciel et au-delà est liée à la croyance dans le Shéol (mentionné dans Isaïe 38:18, Psaumes 6:5 et Job 7:7-10). Certains chercheurs affirment que Shéol est un concept plus tôt, mais cette théorie n'est pas universellement acceptée. Une secte juive qui a maintenu la croyance en résurrection a été connu pour pharisiens et a eu comme s'opposer à la sadducéens, qui a nié la résurrection des morts (Matthieu 22:23).

Christianisme[modifier | modifier le code]

Le concept de Ciel dans le christianisme le considère comme la demeure de Dieu et de ses anges. Le mot shamayim a été utilisé dans la Bible pour désigner le ciel. Toutefois, le terme est aussi couramment utilisé de façon interchangeable avec d'autres mots comme "paradis", signifiant la demeure des justes quelque temps après leur mort.

Islam[modifier | modifier le code]

Dans la religion islamique, il y a sept cieux (voir Miraj). De plus, le texte coranique développe de nombreuses caractéristiques, notamment le fait qu'ils sont sous forme de tibaqa en d'autre termes, sous forme de couche plate ou de disque plat (Coran 67:3)[2], et le premier ciel est nommé par "sama al-dunya" (le ciel le proche/ou le plus bas) qui contient selon le Coran : le Soleil & la Lune (Coran 71:15-16)[3], des planètes (Coran 37:6)[4], et des météores et/ou astres rocheux quelconque (Coran 72:8-9)[5]

Religions orientales[modifier | modifier le code]

Les grands religions orientales (hindouisme, bouddhisme, taoïsme et confucianisme) et doctrines occidentaux croient en réincarnation et moksha (libération) au lieu du Ciel, mais comprennent toujours une certaine idée de Ciel similaire (mais pas nécessairement identique) à la notion maintenu par le christianisme et les autres religions monothéistes[6].

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Dans l'hindouisme, il y a un "ciel transitoire" appelé Svarga, pour les âmes qui ont fait de bonnes actions mais ne deviennent pas même digne de moksha ou fusion (union) avec Brahma.

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Dans le bouddhisme, il y a plusieurs cieux, qui sont tous partie de la Samsara (la réalité illusoire). Ceux qui accumulent bonne karma peut renaître.

Tradition chinoise[modifier | modifier le code]

Tian () « le Ciel », est une divinité chinoise assimilée à Shang Di. Le culte céleste était le culte officiel impérial de l'Empire Céleste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ciel, cieux, ciels » (notice étymologique), sur Centre national de ressources textuelles et lexicales, (consulté le )
  2. « Fiche détaillée du mot : tibaqa », sur coran-seul.com (consulté le )
  3. « sourate 71 », sur www.coran-seul.com (consulté le )
  4. « Sourate 37 verset 6 », sur www.coran-seul.com (consulté le )
  5. « Sourate 72 verset 8 », sur www.coran-seul.com (consulté le )
  6. [en http://www.deathreference.com/Gi-Ho/Heaven.html]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]