Griot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Fred Griot.
Page d’aide sur l’homonymie « Griote » redirige ici. Pour l’article homophone, voir Griotte.
Un griot à Diffa, au Niger.

Le griot (ou djeli, djéli ou encore jali), aussi appelé barde est une personne qui officie comme communicateur traditionnel en Afrique occidentale. Le terme malinké djéliya signifie « activité du djéli », autrement dit l'ensemble des activités du djéli ; il pourrait également designer « transmission par le sang », il désigne le griotisme. Chez les Wolofs le griotisme sera désigné approximativement par ngéweul. Le griotisme est la science généralement réservée à un groupe d'hommes et de femmes unis par les liens du sang. Djéliya a pour racine le mot malinké djéli qui signifie « sang » et qui est aussi le nom donné aux griots dans les pays qui délimitent l'ancien Empire du Mali ou mandingue. En Mauritanie les guerriers ayant colonisé le pays se sont inspiré du griotisme mandingue, et ont créé une caste, les iggawen dont la fonction et l'organisation sociale est très proche de celle des djelilu.

Il existe quelques exceptions à cette constitution en castes héréditaires : au pays Nyanga en République démocratique du Congo, les bardes appelés She-Karisi ou Mwami n'appartiennent à aucun clan déterminé[1]. Au Mali et dans les autres pays d'Afrique de l'Ouest, à côté des griots héréditaires mandingues ou djélilu, il existe un groupe de bardes, les soraw[2], appartenant à la confrérie des chasseurs et chargés de chanter leurs louanges ou leurs épopées, qui ne font pas partie d'un groupe endogame et accèdent à la fonction par choix[3].

Déclinaisons du mot[modifier | modifier le code]

Jali (ou ses variantes de transcription) est le terme neutre singulier, qui désigne aussi bien un griot qu'une griotte, et devient Jaloolu au pluriel. Un griot masculin est spécifiquement appelé jalikeolu, une griotte étant une jalimusoo. Le nom de la profession des femmes est jalimusooya[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Un griot en habit de fête, en 1890.

La caste des griots est née puis s'est développée dans un contexte où l'écriture était inexistante. Le griot est ainsi considéré comme étant notamment le dépositaire de la tradition orale. Les familles griotiques peuvent être spécialisées en histoire du pays et en généalogie, en art oratoire, en pratique musicale, ou pratiquer les trois, en fonction de l'habileté de chaque griot[4]. Les principaux groupes de griots ou communicateurs traditionnels sont appelés djéli en pays mandingue, guéwël en pays wolof et gawlo chez les Toucouleurs.

Naissance d'un empire[modifier | modifier le code]

Une griotte loue les invités lors d'une fête de fiançailles au Burkina Faso.
Un griot lors de la fête des masques au Pays Dogon (Mali).

L'Empire mandingue s'étendait, à son apogée au milieu du XIIIe siècle, de l'Afrique occidentale, le berceau étant en Guinée, du sud du Sénégal aux frontières du Tchad à l'est, englobant l'actuel Mali, une partie de l'actuel Burkina Faso, le nord de la Côte d'Ivoire et du Ghana. Son apogée correspond au règne de l'empereur Sundjata Keïta dont les glorieux exploits ne cessent d'être commémorés encore de nos jours. Naré Maghann Konaté, à sa mort, avait offert à son fils Sundjata — que la prédiction des chasseurs-sorciers annonçait comme futur chef de l'Empire — un griot, Balla Fasséké, qui devait lui servir de soutien et l'accompagner dans son règne. Balla Fasséké, le griot de Soundiata Keita donna naissance à la lignée des griots Kouyaté dont l'activité se poursuit encore de nos jours.

Organisation sociale chez les griots mandingues endogames[modifier | modifier le code]

Chaque famille de djéli accompagne une famille de rois-guerriers nommés diatigui. Il n'est pas de djéli sans diatigui, il n'est pas de diatigui sans djéli, les deux sont indissociables et l'un ne vaut rien sans l'autre. Toutefois, le diatigui peut accepter de « prêter » son djéli à un autre diatigui. L'Empire mandingue s'organisait en castes, chaque caste correspondait à une profession ou une activité artisanale, participant à la cohésion et à l'unité de la société. Les forgerons, les cordonniers, les cultivateurs, les tisserands, les chasseurs, les griots constituaient les principales castes de la société mandingue.

« On ne devient pas griot, on naît griot par des liens particuliers[5] . » Être griot, c'est donc appartenir à la caste des djélis, caste qui peut être identifiée par le nom de famille : Kouyaté, Danté, Diabaté, Jawara, Kamisoko, Koné, Konè, Soumano, Sako, Sumano, Susso, Sissoko[6], Niakaté[réf. souhaitée],… Il n'est pas possible de passer d'une caste à une autre. De plus, les mariages exogames sont interdits[6]. Les djéli, porteurs des savoirs et des mystères, ne peuvent épouser que des membres de leur caste afin de sauvegarder la djéliya et de préserver l'identité des djélis. Un enfant (fille ou garçon), né(e) dans une famille de djéli, reçoit l'instruction propre à sa caste. Les liens du sang sont sacrés. Tout enfant est initié dès son plus jeune âge aux techniques et aux savoirs de sa caste. Ce sont les anciens qui forment les jeunes. Du fait de l'exode rural, de l'émigration et de la mondialisation, nombreux sont les enfants de griots qui ignorent tout des pratiques artistiques et des connaissances de leurs ancêtres. Par ailleurs, il est possible que des membres appartenant à d'autres castes accomplissent des fonctions de griots mais ceux-là ne peuvent être assimilés aux griots. Il en est ainsi de Salif Keïta (descendant de Sundjata Keita, caste des rois).

Griots et griotes : des fonctions en partie différenciées[modifier | modifier le code]

La fonction d'intercession et de préservation des coutumes est commune aux hommes et aux femmes. Ils jouissent d'une grande liberté d'expression dans leurs opinions sans avoir à subir de représailles grâce au fait que toute fonction politique leur est interdite[6]. Toutefois, il est possible de distinguer une certaine spécialisation. Ainsi, un document sur Mah Damba, une djélimusso exilée en France, fille du célèbre conteur Djeli Baba Soussoko, et épouse du griot Mamaye Kouyaté, témoigne que dans le cadre des affaires familiales des diaguitis du couple, son mari intervient lors des projets de mariages pour relayer les demandes officielles auprès de la famille de la fiancée, tandis que sa femme s'occupe des enquêtes préliminaires sur la famille de cette future fiancée. C'est aussi elle qui supervise les préparatifs de cérémonie, et qui chante les louanges de la famille, une des fonctions premières du rôle[7]. Selon Marloes Janson, les djelimussolu chantent les louanges tandis que les djelikeolujouen des instruments et narrent les traditions orales. Elle précise toutefois que Gai Sakiliba, la djélimusso dont elle a étudié le parcours pour en déduire des règles générales, pratiquait aussi la danse et jouait du neo, une tige en fer à percussion dont elle a appris les rudiments en imitant sa mère[4].

Les iggawen, ou griots maures[modifier | modifier le code]

Implantés en Mauritanie, les iggawen[8] appartiennent au groupe, plus sociologique qu'ethnique[9] des Beidanes, aussi dits « Maures blancs ». Ils étaient initialement tributaires[10] des deux classes nobles dominantes, guerriers ou moins souvent lettrés, et chaque famille de griots était rattachée à une famille déterminée de nobles[11]. Contrairement à la poésie, dont la pratique est très largement répandue chez tous les Maures ayant quelques moyens, celle de la musique traditionnelle était réservée aux iggawen[12].

Rites funéraires[modifier | modifier le code]

Crânes de griots ensevelis au pied d'un baobab à la Réserve de Bandia (Sénégal).

Au Sénégal, certaines ethnies – notamment les Wolofs, les Sérères et les Lébous – n'enterraient pas leurs griots et leur refusaient l'immersion dans les cours d'eau, mais les déposaient à l'intérieur des troncs creux de gros baobabs, une coutume qui s'est poursuivie jusqu'au XXe siècle.

L'anthropologue belge Guy Thilmans effectue le premier des fouilles systématiques dans le pays afin de recueillir de tels restes au Sénégal. Il a rassemblé 140 crânes et de nombreux ossements qu'il a étudiés dans le cadre du Département d'Anthropologie physique de l'Institut français d'Afrique noire, transformé dans l'intervalle en Institut fondamental d'Afrique noire. Cette investigation a jeté les bases de l'anthropologie ostéométrique.

Griots s'étant fait connaître dans le monde de la musique[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paroles de griots, Albin Michel, 2003
  • Pierre Bordage, Griots célestes. I, Qui-vient-du-bruit, L'Atalante, 2002
  • Sory Camara, Gens de la parole : Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malinké, Paris, Karthala, 1992, 375 p. (ISBN 2865373541)
  • Kamas Kamanda, La Nuit des griots, Présence africaine, 1996 (nouvelle édition)
  • Karamogo Kamara, Griots de Samatiguila, Université d'Abidjan, Institut de linguistique appliquée, Agence de coopération culturelle et technique, 1983
  • Isabelle Leymarie, Les Griots wolof du Sénégal, Maisonneuve et Larose, 1999
  • Raymond Mauny, « Baobabs-cimetières à griots », Notes africaines, 1955, no 67, p. 72-76
  • Guy Thilmans, « Les baobabs à griots du Sénégal (1965) : carnet de fouilles », Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain. Hommage à Guy Thilmans, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia, p. 167-182
  • Ada Ugah, Rêves interdits, poèmes suivi de La révolte des griots : suivi de ; Rêves retrouvés, Naaman, 1983
  • (en) Thomas A. Hale, Griots and Griottes: Masters of Words and Music, Indiana University Press, 1998
  • (it) Paola Beltrame, C'è un segreto tra noi. Sotigui Kouyaté : il racconto di un griot a contatto con l'Europa (préface de Scabia), Titivillus, Pise (Italie), 1997, 382 p. (ISBN 88-7218-031-7)
  • (it) Luigi Dadina et Mandiaye N'Diaye, Griot Fuler, République de Saint-Marin, Guaraladi/AIEP, 1994, 144 p. (ISBN 88-86051-21-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel P. Biebuyck, « She-Rungu, un barde en pays nyanga », dans Brunhilde Biebuyck et Boniface Mongo-Mboussa, Griot réel, griot rêvé, L'Harmattan, coll. « Africultures » (no 61), (ISBN 2-7475-6523-8, présentation en ligne), p. 121-131
  2. Sora au singulier, soraw au pluriel
  3. Alexandre Enkerli, « Yoro Sidibe, griot des chasseurs du Mali », dans Brunhilde Biebuyck et Boniface Mongo-Mboussa, Griot réel, griot rêvé, L'Harmattan, coll. « Africultures » (no 61), (ISBN 2-7475-6523-8, présentation en ligne), p. 37-47
  4. a, b et c Marloes Janson, « Gai Sakiliba, portrait d'une jalimusoo de Gambie », dans Brunhilde Biebuyck et Boniface Mongo-Mboussa, Griot réel, griot rêvé, L'Harmattan, coll. « Africultures » (no 61), (ISBN 2-7475-6523-8), p. 74-85
  5. Cette phrase, ou sa variante « On naît griot, on ne le devient pas », même si elle ne s'applique pas à tous les « griots » — voire les cas particuliers des soraw (ou dònsòn-jéli) et des she-karisi—semble être une antienne concernant les djélis : ainsi, lorsque Souleymane Sangaré interviewe un membre de la famille Diabaté, Habib Diabaté, elle cite la phrase comme une évidence connue et enchaîne sur « Qu'en pensez-vous ? ». Dans sa réponse, Habib Diabaté indique « La question ne se pose même pas »in Souleymane Sangaré, « Habib Diabaté, griot et fier de l'être », dans Brunhilde Biebuyck et Boniface Mongo-Mboussa, Griot réel, griot rêvé, L'Harmattan, coll. « Africultures » (no 61), (ISBN 2-7475-6523-8, présentation en ligne), p. 66-68
  6. a, b et c John Johnson, « Griots mandingues : caractéristiques et rôles sociaux », dans Brunhilde Biebuyck et Boniface Mongo-Mboussa, Griot réel, griot rêvé, L'Harmattan, coll. « Africultures » (no 61), (ISBN 2-7475-6523-8, présentation en ligne), p. 13-22
  7. Fatou Sangaré, « Mah Damba, djelimusso nyuma, la sublime griote », dans Brunhilde Biebuyck et Boniface Mongo-Mboussa, Griot réel, griot rêvé, L'Harmattan, coll. « Africultures » (no 61), (ISBN 2-7475-6523-8), p. 69-71
  8. Ou selon les graphies, iggawan ou iggawin
  9. La société mauritanienne est divisée en trois grands groupes, Beidanes dits « Maures blancs », Haratins dit « Maures noirs », et négro-africains. Les Haratins sont un groupe d'anciens esclaves Beidanes, d'origine principalement noire, mâtiné d'apports négro-africains, les Beidanes dont une partie est d'origine berbère étant supposés avoir la peau claire. En réalité, au gré des alliances et des guerres, les deux groupes se sont mélangés, et la société maure est très fortement métissée. Ainsi d'anciennes tribus d'esclaves ayant réussi à s'affranchir portent des noms maures, et se revendiquent du groupe des maures blancs, ce qui fait dire à Caterine Belvaude qu'« il faut considérer comme Maures ceux qui se considèrent comme tels et sont effectivement de culture maure et de langue hassaniya » (in Belvaude 1994, p. 41-42)
  10. Au sens propre du mot, c'est-à-dire devant payer un tribut.
  11. Belvaude 1994, p. 44-46
  12. Charles Duvelle, Amnon Shiloah, « MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques de l'Islam  », Encyclopædia Universalis, consulté le 17 décembre 2015. en ligne
  13. « Je suis né griot », sur www.olivierjanin.com (consulté le 2 mai 2009).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :