Entomophagie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Insecte entomophage.
Insectes frits sur un marché de Bangkok en Thaïlande
Nèpes géantes frites sur un marché en Thaïlande.
Ver du maguey, dans un restaurant à Polanco, Mexico.
Pupes de ver à soie cuisinées comme en-cas en Corée

L’entomophagie est la consommation d'insectes par l'être humain[1],[Note 1]. Dans le cas de la consommation d'insectes par les animaux on parle plutôt d'un régime alimentaire insectivore, sauf dans le cas d'un insecte entomophage, parasitoïde ou polyphage.

Ce régime est répandu dans certaines régions d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, ainsi que chez les Aborigènes d'Australie. L'entomophagie reste un phénomène marginal dans les cultures occidentales où elle est souvent considérée comme une pratique rebutante ou un tabou alimentaire[2].

En ce qui concerne l'humanité, de nombreux peuples consomment des insectes, parfois recherchés comme des friandises. On a recensé plus de 1 900 espèces appartenant à 628 genres et 112 familles consommés par 3 000 ethnies différentes[3] et faisant partie de la consommation alimentaire régulière d'au moins 2 milliards de personnes ou de la consommation plus opportuniste de 4 milliards de personnes[4]. Ce nombre d'espèces constitue une limite basse : un biais culturel concernant l’entomophagie pourrait ne pas motiver à chercher une identification précise des espèces consommées. L'homme ingurgite à son insu 500 grammes d'insectes en moyenne par an, dissimulés dans les fruits, les confitures ou le pain[5].

Les groupes d'insectes les plus consommés sont les coléoptères (la moitié étant des Cerambycidae, capricornes et longicornes, et Scarabaeidae, scarabées, etc.)[6], des lépidoptères (papillons, mais mangés surtout sous forme de chenille ou de chrysalide)[7], d'hyménoptères (la majorité étant des Meliponidae)[6], des orthoptères (surtout des sauterelles et des criquets - Acrididae)[8] et quelques autres groupes dont les termites (isoptères), les hémiptères, etc[9].

Depuis 2008, la FAO soutient le développement de la consommation des insectes dans tous les pays du monde, pour des raisons économiques et écologiques[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant que les hommes aient des outils pour la chasse ou l'agriculture, les insectes pourraient avoir représenté une partie importante de leur régime alimentaire, comme en attestent les nombreux fragments d'insectes (coléoptères, criquets, poux, tiques, mites) retrouvés dans les coprolithes humains de grottes aux États-Unis 9 500 ans BP et au Mexique 5 400 ans BP[11]. Les précurseurs de l'Homo sapiens actuel étaient probablement aussi entomophages. Il s'agissait probablement d'une consommation opportuniste. Certains chercheurs suggèrent que les premiers primates étaient des animaux nocturnes arboricoles insectivores[12]. De même, les singes actuels ou les primates existants, tels les ouistitis et les tamarins sont également insectivores à des degrés divers[13].

On trouve des allusions à un tel régime insectivore dès l'Antiquité. Sur une œuvre assyrienne datée d'environ 700 av. J.-C. représentant un festin, les sauterelles apparaissent déjà comme un mets raffiné. La Bible et le Coran font état des insectes dans l'alimentation et plus particulièrement des Sauterelles, preuve du rôle que ces insectes ont joué à certaines époques et dans certaines civilisations au point de vue alimentaire. Ainsi, lorsqu'il était dans le désert, Jean le Baptiste « vivait de sauterelles (criquets) et de miel sauvage »[14]. Les Grecs et les Romains mangeaient des insectes, tels que les abeilles et les cigales[15], ainsi que leurs larves. Aristote vante les femelles de Cigales pleines d'œufs et les mâles avant l'accouplement étaient plus spécialement recherchés chez les Grecs tandis que Pline l'Ancien raconte dans son Histoire naturelle que les gros vers du chêne rouvre sont un mets recherché par les Romains[16]. Les Cossidae (du latin cossus) étaient aussi très prisés, notamment par les Épicuriens[17]. Ils étaient partiellement engraissés avec de la farine. Toutefois, ce terme a aussi pu désigner d'autres chenilles de papillons xylophages et des vers du Lucane cerf-volant ou de la Grande biche (Lucanus cervus)[18],[19].

À la même période, les Israélites refusaient de consommer des insectes. En effet, ils n'étaient pas considérés comme casher, à l'exception de quatre espèces de sauterelles bien précises. De nos jours, cet interdit figure encore parmi les lois alimentaires juives[20].

Au XVIIIe siècle, la consommation d'insectes est recommandée pour ses vertus médicinales. La pharmacologie populaire française comporte alors des hannetons séchés ou de l'huile de hanneton dans la lutte contre différentes maladies (rage, goutte...)[21]. L'entomologiste Jean-Henri Fabre rappelle dans ses Souvenirs entomologiques un repas en famille durant lequel des larves de l'ergate forgeron sont grillées sur des brochettes. Fabre les considère comme un met excellent à saveur d'amande, relevé d'un vague arôme de vanille, n'était-ce la peau qui laisse à désirer, tant elle est coriace[16].

Si la consommation d'insectes a disparu des tables des hautes classes de la société, elle s'est maintenue longtemps parmi les paysans, bien que de manière marginale. Par exemple, certains vieux fromages dans lesquels se développent des asticots étaient consommés. Cette habitude s'est conservée dans le casgiu merzu, fromage de Corse du Sud[22].

Bien que les insectes soient généralement considérés comme des sources alimentaires de faible rendement énergétique (gain faible à cause de leur petite taille par rapport au coût énergétique de leur collecte) par rapport au gibier, leur abondance (dans les forêts tropicales, la biomasse d'insectes est quatre fois plus élevée que celle des vertébrés) et le développement de techniques de collecte de masse invitent les chercheurs à réinterpréter leur importance dans le régime alimentaire des hommes dans la littérature archéologique et anthropologique[23].

Qualité[modifier | modifier le code]

Arguments nutritionnels[modifier | modifier le code]

Les insectes sont les animaux les plus présents sur Terre. On les trouve partout dans le monde, à l'exception des régions polaires. Les insectes (principalement les chenilles) sont majoritairement constitués de protéines, composées de tous les acides aminés essentiels, et contiennent des fibres alimentaires sous la forme d'un polysaccharide appelé chitine. Ils sont pauvres en glucides et seules de rares espèces contiennent une grande quantité de masse grasse[15]. La teneur moyenne en énergie (matière sèche) des insectes est de 460 kcal/100 g[24]. La plupart des insectes sont comestibles[25].

Ainsi, ils apportent autant de protéines que les œufs, le lait ou que la viande de mammifère, d'oiseau ou de poisson. Il n'est donc pas étonnant que la FAO les recommande pour leur grande valeur nutritive[26].

Arguments économiques[modifier | modifier le code]

Quelques spécialistes estiment que la consommation d’insectes devrait être intégrée aux programmes de développement[27]. Afin de lutter contre la malnutrition dans les régions tropicales et subtropicales, la FAO encourage l'élevage et la consommation d'insectes par le biais de programmes tels que Edible Insects[26]. De plus, l'élevage d'insectes comestibles offre des possibilités économiques à la population locale, car, à petite échelle, cette activité ne demande que peu d'investissement technique. Les produits peuvent être vendus sur les marchés locaux et constituent ainsi une source importante de revenus pour les petits agriculteurs. L'Union européenne participe financièrement à ces recherches à hauteur de 4 millions d'euros[28].

La valorisation de cette consommation passerait par la mise en place de programmes de production de masse, sous réserve que les insectes ne concentrent pas eux-mêmes de produits toxiques inoffensifs pour eux, mais nocifs pour l'homme. Dans le cas de Anaphe venata, un papillon de la famille des Notodontidae, cette production permettrait de contrebalancer la régression de son arbre hôte, Triplochiton scleroxylon [29].

L’occidentalisation des sociétés traditionnelles produit des effets contradictoires. Dans certains cas, les élites ne sont pas enclines à consommer des insectes, invoquant des questions de modernité. Dans d’autres cas, comme le note Silow (1976) en Zambie, le mouvement de libération nationale s’accompagne de l’appropriation de ces traditions ancestrales.

Entomophagie et qualité sanitaire[modifier | modifier le code]

Mais, comme toute source alimentaire, la consommation d’insectes doit répondre aux mêmes exigences de qualité sanitaire que d’autres produits. Ainsi, une étude d’Adamolekum (1993) montre que la consommation de chenille d’Anaphe venata pourrait avoir un lien avec le syndrome saisonnier ataxique.

Protection de la biodiversité[modifier | modifier le code]

Le lien entre l’entomophagie et la protection de la biodiversité a été soulignée par divers auteurs[30]. Ainsi au Malawi, le service responsable des parcs et réserves du pays, a permis, au début des années 1990, la récolte des chenilles et l’apiculture à l’intérieur du parc national de Kasungu dans le but d’augmenter le revenu des familles ainsi que de contribuer à la protection de l’environnement. Alors que les chenilles deviennent presque impossibles à trouver en dehors du parc à cause de la disparition de leurs arbres hôtes, tout comme l’apiculture est devenue presque impossible à cause de la réduction du nombre de plantes hôtes, 100 % des familles vivant dans le parc pratique de l’apiculture et ont recours aux produits de la forêt.

Entomophagie et effet de serre[modifier | modifier le code]

L'agriculture d’élevage produirait environ 18 % du dioxyde de carbone et 64 % des émissions d'ammoniac produits par l'homme[réf. nécessaire]. Une étude en 2010 sur cinq espèces d’insectes Tenebrio molitor, Acheta domesticus, Locusta migratoria, Pachnoda marginata, et Blaptica dubia révèle qu'ils émettent 99 % de gaz à effet de serre en moins par rapport aux bovins[31].

Dans le monde[modifier | modifier le code]

En Afrique[modifier | modifier le code]

Les chenilles et les termites (les adultes ailés) sont les insectes le plus consommés et commercialisés en Afrique mais de nombreuses autres sortes ou espèces sont localement importantes, que ce soit pour des raisons économiques, écologiques ou nutritionnelles. On dispose d'études récentes sur la consommation d'insectes dans plusieurs pays.

De nombreux insectes sont consommés de manière régulière dans plusieurs pays africains[32], notamment au Nigeria[17],[33],[34] : termites cuits ou crus (la reine est considérée comme particulièrement délicieuse), sauterelles rôties ou bien les larves épaisses du charançon à palmiers.

Le « riz des bushmen » (Bushman rice, Bushman's rice ou Hottentots rice en anglais) du peuple San est fait à base de pupes de différentes espèces de termites, à l'aspect similaire à des grains de riz[35].

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Le Pedi considère que les insectes sont supérieurs aux autres mets. Lors des périodes de récolte des chenilles Gonombrasia belina la vente de bœuf connaît une baisse sensible[36]. Une estimation des années 1960 indiquait que plus de 1 600 tonnes de chenilles de cette espèce étaient récoltées chaque année, chiffre ne tenant pas compte des chenilles directement consommées par les récoltants. Des centaines de tonnes, récoltées en Afrique du Sud et au Botswana étaient commercialisées en Zambie et au Zimbabwe.

Cape Town abrite aujourd'hui l'une des entreprises les plus en pointe sur le marché, AgriProtein Technologies, qui a construit, avec une aide importante de la Bill & Melinda Gates Foundation, une énorme usine de production d'Hermetia illucens («mouches soldat-noir») destinées à l'alimentation animale [37].

Angola[modifier | modifier le code]

Oliveira et al. (1976) signalent quelques espèces qui sont consommées : un termite (Macrotermes subhyalinus), une larve de Curculionidae vivant dans les palmiers (Rhynchophorus phoenicis) et une chenille (Usta terpsichore).

La Réunion[modifier | modifier le code]

Les nids de guêpes maçonnes (Polistes hebraeus) sont recherchés de janvier à mars (été austral) et les larves sont consommées frites ou "en rougail" (avec tomates et épices). Les nids sont parfois vendus sur le bord de la route, enfilés sur une tige de graminée. Les "zendettes" (larves de gros coléoptères xylophages, comme le « ton jacques » (Batocera rufomaculata)), sont encore parfois consommées, ainsi que la larve d'un gros charançon originaire de Madagascar ( Aphiocephalus limbatus[38] qui se développe dans les fruits du "vacoa" (Pandanus utilis).

Malawi[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces d’insectes sont consommées dans ce pays parfois de façon saisonnière. La consommation de chenilles de Gonimbrasia belina et de Gynanisa maja, dans le parc de Kasungu, se fait de mi-octobre à décembre, au moment de l’année où les réserves alimentaires sont au plus bas. De plus, l’autorisation, par les responsables du parc, de la récolte des chenilles contribue au maintien de la biodiversité (voir plus bas).

Il y a aussi consommation des adultes du diptère Chaoborus edulis.

Nigéria[modifier | modifier le code]

L’entomophagie est largement répandue au Nigeria mais est plus commune dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Comme ailleurs, les couches sociales les plus éduquées sont aussi celles qui abandonnent le plus volontiers l’entomophagie considérée comme faisant partie du passé.

Comme dans d’autres pays africains, les chenilles de Cirina forda sont très prisées et sont vendues, au poids, deux fois plus cher que la viande de bœuf[39].

République centrafricaine[modifier | modifier le code]

Les chenilles des espèces Anaphae spp. et Imbresia oyemensis peuvent être commercialisées pour la consommation[40].

République démocratique du Congo (Zaïre)[modifier | modifier le code]

Plus de 65 espèces appartenant au moins à 22 familles différentes sont consommées en République démocratique du Congo. Une étude de 1961[41] estime que les insectes représentent 10 % des protéines d'origine animale consommées par les populations, soit 5 000 tonnes métriques. Cette part varie fortement en fonction des régions du Congo car elle peut atteindre 64 % à certains endroits. Une autre étude de 1980[42] liste 35 espèces différentes de chenilles dans le sud du pays. Connaissant les besoins écologiques de certaines espèces, les habitants font chercher des jeunes chenilles dans la région pour les installer sur un arbre de l'espèce dont elles se nourrissent à proximité de leur domicile. Chez les Yansi, la consommation de chenilles est considérée comme la règle et celle de viande comme l’exception[43].

République du Congo[modifier | modifier le code]

Parmi les Lépidoptères, les chenilles de certaines espèces de Saturnidae, Sphingidae, Notodontidae et Hesperidae sont consommées[44]. La consommation de chenilles autour de Brazzaville a été estimée[45] à 30 grammes par jour et par personnes. On trouve sur les marchés notamment des orthoptères ; la larve de Rhynchophorus phoenicis est très recherchée et se vend à un prix élevé.

Zambie[modifier | modifier le code]

La consommation de chenilles se fait durant la saison humide (de novembre à février) et constitue alors l’une des principales sources de protéines (plus de 30 % de leurs poids secs). Les Mbunda distinguent 31 espèces de chenilles, dont 7 font l’objet d’un véritable commerce[46]. Les Mbunda, les Nkangala, les Lucazi, les Luvale, les Cokwe et les Yauma estiment que les termites (des adultes sexués de Macrotermes sp.) constituent la meilleure des nourritures, plus délicieuse que la viande ou le poisson. Seules quelques espèces de chenilles peuvent leur être comparées[47].

Madagascar[modifier | modifier le code]

À Madagascar, certaines ethnies (il en existe 18) consomment des larves de plusieurs insectes. La larve la plus prisée est celle d'une guêpe locale Polistes hebraeus et se récolte en groupe avec le nid. Les andettes, zendètes, sont des larves de coléoptères (de longicornes) consommatrices de bois en décomposition et récoltées une par une dans les milieux naturels des Hauts : une espèce indigène Megopis mutica, une espèce acclimatée Batocera rufomaculata, et éventuellement d'une espèce de charançon Aphiocephalus limbatus également consommée à l'île de La Réunion[48].

Habituellement ces larves sont consommées frites au beurre ou au beurre à l'ail et persil.

Dans le nord-est de l'île, plus particulièrement dans la région d'Antalaha, on a l'habitude de consommer une espèce de fulgorelle appelée Sakondry (Pyrops tenebrosa), bouillie puis frit dans sa graisse.

En Amérique[modifier | modifier le code]

Colombie[modifier | modifier le code]

Les amérindiens Yukpa, de l’Est du pays, consomment au moins 25 espèces différentes, appartenant à 22 genres répartis en 7 ordres[49]. La consommation varie parfois de façon saisonnière et suivant le sexe. Les Tukanoan consomment plus de vingt espèces[50] : elles représentent une moyenne annuelle de 5 à 7 % des protéines consommées mais cette part atteint 12 % pour les hommes et 26 % pour les femmes.

Le département de Santander est connu pour ses hormiga culona (qu'on peut traduire par "fourmi à gros derrière") qui est une fourmi coupeuse de feuille Atta laevigata. Seules les reines sont consommées. Elles sont récoltées lors de leur vol nuptial. Elles sont cuites à la poêle ; on leur attribue des propriétés aphrodisiaques.

Au Mexique et en Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Escamoles au beurre

Au Mexique, où les insectes sont parfois vendus plus cher sur les marchés que la viande de qualité, les « chenilles d'agave » (chenilles des Comadia redtenbacheri), entrent dans la composition du Mezcal, un alcool fabriqué à partir de l'agave. Ces chenilles sont probablement considérées comme comestibles depuis la période aztèque[51],[52]. Les plats utilisant ces chenilles sont appelés axacayatl[15].

Dans les restaurants huppés, les larves de fourmis sont mélangées à de l'huile et de l'ail, puis servies avec des tortillas en guise d'entrée raffinée (et très chère). Ce plat, appelé escamoles, est souvent surnommé « caviar mexicain ». Les sauterelles au chocolat, servies dans le sud du Mexique et au Guatemala, sont des friandises très appréciées par les enfants et un exemple notable de plat à base d'insectes. Le goût de Lethocerus indicus et de Corisella mercenaria est réputé très fort[53]. Les escamoles (œufs de fourmis) sont, en saison, consommés avec une sauce à l'ail, par exemple à l'apéritif. Ce mets est lui aussi assez coûteux. Les Chapulines sont des criquets consommés frits avec des piments, de l'ail ou du jus de citron.

Les "vers" des bouteilles de mezcal[modifier | modifier le code]

Les producteurs ajoutent toujours une chenille du papillon ravageur de l'agave Hypopta agavis (en espagnol chilocuil, chinicuil, ou tecol, mots provenant du nahuatl). Ces larves (qui ne sont donc pas des vers) se nourrissent des feuilles succulentes de la maguey. Ils ne sont pas considérés comme des ravageurs, puisqu'ils sont utilisés dans la cuisine traditionnelle nord-mexicaine. Les chenilles rouges sont connues comme gusanos rojos, "vers rouges", donnant ce nom à une marque populaire de mezcal. La chenille est également consommée frite, comme friandise (d'ailleurs assez coûteuse), par exemple à l'apéritif.

Il y a une deuxième espèce de "vers" placés dans les bouteilles de mezcal, apportant une couleur et saveur unique au breuvage. L'autre espèce de larve, moins appréciée, est celle de Scyphophorus acupunctatus (coléoptère curculionidé).

En Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Les Chinois élaborent un thé réputé posséder des vertus diététiques à partir d'excréments de chenilles de papillons nocturnes (''Hydrillodes''), le chōng cha ou thé de vers[54].

Thaïlande[modifier | modifier le code]

En Thaïlande, l’entomophagie est de coutume et les insectes sont d’ailleurs présents dans les supermarchés. Par ailleurs des vendeurs ambulants se promènent à vélo pour vendre leurs insectes la nuit en « grignotage ».[réf. nécessaire]

En Thaïlande, les cafards, les insectes de la famille des Hydrophilidae et de nombreuses larves sont cuisinés de différentes façons et sont vendus « à emporter » sur des étals de rue. Certains Belostomatidae sont quant à eux considérés comme de véritables friandises.

Indonésie[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Locuste bouillie dans de la sauce soja et du sucre (Inago no tsukudani)

En 1919, un rapport officiel énumère comme comestibles au Japon 55 espèces d’insectes, notamment les sauterelles et des larves de scarabées. Actuellement, seuls les frelons et les guêpes semblent être régulièrement mangés au Japon[58].

Au Japon, les larves et les nymphes des guêpes vespula sont mangées en automne dans des villages des Préfectures de Nagano, Aichi, Shizuoka et Yamanashi. On les consomme bouillies avec du saké, du sucre et de la sauce soja, mélangées à du riz, parfois sous forme de sushi (Oshi sushi et Hoba sushi), ou comme base de sauce pour des gâteaux de riz (Hebo-dare Gohei-mochi)[59].

Après avoir retiré les intestins des frelons, on les cuit en sukiyaki et en tempura. Il existe aussi une liqueur à base de frelons[58].

Laos[modifier | modifier le code]

Sauterelles frites en vente à Vientiane (février 2010)
  • Dundubia intemerata est consommée bouillie ce qui fait considérer sa consommation plus proche de celle d’un légume que d’un animal[53]. La larve de Oryctes rhinoceros est cuite dans du lait de noix de coco durant une heure avant d’être rôtie. La grande nèpe Lethocerus indicus, plus de 7 cm de longueur, est très recherchée ; bouillie avec des crevettes, son goût rappelle le gorgonzola.
  • Une sauce très populaire également, nommée namphla est un mélange de crevettes, de jus de citron, d’ail, de poivre et de Lethocerus indicus.

En Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Les Aborigènes d'Australie sont connus pour se nourrir de différentes larves, comme les witchetty grubs ou Endoxyla leucomochla, crues ou cuites sous le sable et la cendre. Le Bogong, de la montagne du même nom, était particulièrement apprécié. Dans le livre The Moth Hunter, Josephine Flood décrit de véritables festins à base de plusieurs espèces d'insectes. Le bogong est cuit sous le sable, ses pattes et ses ailes tombent, puis la tête est retirée. Il ne reste alors que l'abdomen charnu, qui est ensuite bouilli ou utilisé pour faire des gâteaux. Certaines ouvrières d'espèces de fourmi appelées fourmi pot-de-miel, comme Camponotus inflatus conservent du miellat dans leur abdomen pour nourrir leurs congénères. Elles sont très appréciées par les Aborigènes qui les considèrent comme des sucreries.

Ils consomment aussi les chenilles de Endoxyla leucomochla qui parasitent les racines de Acacia kempeana.

Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

En Nouvelle-Calédonie, on consomme le ver de bancoule, larve pouvant mesurer 8 cm de long sur 2 cm de diamètre et se nourrissant du bois du bancoulier. Une fête annuelle lui est consacrée à Farino tous les ans.

En Europe[modifier | modifier le code]

La consommation d’insectes n'est pas à proprement parler courante actuellement dans les pays européens. Les insectes y sont plutôt perçus comme d’utiles recycleurs que comme une source de nourriture. Toutefois, le miel est très largement utilisé et des fourmis au chocolat sont en vente sur internet[60]. Le miellat, qui provient d'excréments de pucerons régurgités par des abeilles, est très prisé dans les pays anglo-saxons.

En revanche, dans l'Antiquité, les Grecs appréciaient les cigales et les Romains les larves de scarabées[61].

Des insectes (ou des araignées et autres arachnides) ont aussi été consommés en Occident parce qu’on leur prêtait des vertus médicinales. Ainsi un manuel de médecine de 1760 signé par le Dr Watson[53] signale que la consommation des araignées accompagnées de raisin ou de pain et de beurre soigne mieux le paludisme que le quinquina.

Les larves de la mouche du fromage servent à l'affinage du Casu marzu. Mais on emploie plus volontiers des acariens comme les cirons pour le Velay, la Mimolette ou certaines tommes; et d'autres espèces comme Tyrophagus casei pour le Milbenkäse.

Depuis 2013, l’association International Platform of Insects for food and feed (IPIFF)[62], regroupant différents industriels internationaux du domaine, travaille sur l’évolution du cadre de loi européen et recense les bonnes pratiques industrielles de production en masse d’insectes.

L’Anses, dans son avis du 12 février 2015 [63], met notamment en garde sur les risques allergènes liés à la consommation d’insectes comestibles et recommande que plus d’études scientifiques soit lancées à ce sujet.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, la soupe de hannetons était encore un plat connu en Allemagne et en France. Dans la publication médicale allemande Magazin für Staatsarzneikunde, en 1844, le médecin Johann Schneider recommande cette soupe au goût proche de la bisque de crabe comme un « plat excellent et fortifiant ». Pour la préparer, il faut capturer, laver, écraser au mortier, cuire à la poêle avec du beurre et finalement faire revenir dans du bouillon pas moins de trente coléoptères par personne. Il ajoute que les hannetons confits au sucre sont un dessert apprécié des étudiants.

Dans certaines grandes villes, comme à Berlin, on trouve néanmoins quelques restaurants qui proposent des insectes. Des sauterelles rôties, dont le goût rappelle les chips de pomme de terre et les cacahuètes, ont été proposées aux visiteurs de l'Exposition universelle de 2000 à Hanovre, mais peu s'y sont risqués. À Bressanone, dans le Tyrol du Sud, des sauterelles ont vendues au marché au moins en 2001.

Selon un sondage réalisé par le Comité général des étudiants de l'Université de Münster auprès de plus de 9 000 étudiants, 28 % des personnes interrogées aimeraient goûter des insectes une fois dans leur vie. Si la cafétéria servait occasionnellement des insectes, la majorité des étudiants (57 %) ne changeraient pas leurs habitudes et continueraient d'y aller aussi régulièrement, tandis que 22 % l'éviteraient. 7 % répondent qu'ils iraient plus souvent à la cafétéria[64],[65].

France[modifier | modifier le code]

La Fédération française des producteurs, importateurs et distributeurs d'insectes (FFPIDI) est chargée du développement et de la structuration de la filière insectes. Elle s'attache à apporter des garanties pour le consommateur, qu'il s'agisse de traçabilité comme de qualité des produits. Elle regroupe plus de 100 membres représentant près de 600 emplois.

Le Forum des Entomovores[66] vise quant à lui à rassembler tous les consommateurs d'insectes de France, des autres pays occidentaux et de partout ailleurs dans le monde. L'objectif étant de lancer le mouvement Entomovore, au même titre que d'autres convictions alimentaires (alimentation biologique, végétarisme, locavorisme, Slow Food, freeganisme, etc.).

En France, Bruno Comby (polytechnicien) publie en 1989 « Délicieux insectes, les protéines du futur » (Éditions Jouvence) mais c'est vingt ans plus tard que démarrera la vente d'insectes comestibles en France. La première boutique et site e-commerce de vente d'insectes comestibles en France arrivera en 2009 avec le site insectescomestibles.fr fondé par Romain Fessard qui proposera des insectes comestibles du monde aux Français. Depuis, d'autres entreprises se sont lancées sur le créneau :

  • En 2011, Micronutris qui crée le premier élevage d'insectes en France à Toulouse, Ynsect crée des produits pour l'alimentation des animaux, ACRS devient le premier grossiste en insectes comestibles.
  • En 2012, Jimini’s, une start-up fait de l'import d'insectes de l'UE pour les assaisonner ensuite en Normandie. En 2014, la filière dépasse le million d'euros de chiffre d'affaires[67].
  • En 2015, Minus Farm, une micro-ferme urbaine d'élevage d'insectes à Marcq-en-Baroeul, dans la métropole lilloise. Elle élève et transforme 3 espèces d'insectes : le ténébrion molitor, le grillon domestique et le criquet migrateur. L'entreprise a une démarche écologique : les insectes sont nourris avec de la nourriture "bio" provenant d'agriculteurs locaux, privilégiant donc les circuits courts. Elle a pour but de promouvoir l'entomophagie en France.

Il a été annoncé en 2015 l'ouverture en région parisienne de la première usine européenne de production d'insectes. Cette introduction d'insectes dans l'alimentation animale viserait notamment à se départir de la dépendance de l'Europe au soja importé d'Amérique du Sud pour nourrir les volailles[68].

En 2016, suite à des décisions administratives entravant leur activité économique, certaines entreprises délocalisent vers la Belgique ou le Royaume-Uni.

Suisse[modifier | modifier le code]

Selon une porte-parole de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, la Suisse est le premier pays en Europe à autoriser la consommation d'insectes en tant que denrée alimentaire depuis le 1er mai 2017. La loi locale autorise la consommation humaine de trois espèces d'insectes (grillons, sauterelles, criquets migrateurs et vers de farine) qui sont proposés dans des burgers conçu avec des vers de farine ou des boulettes aux insectes. Ces insectes, à l'origine destinés aux animaux, doivent être issus de la quatrième génération pour être considérés comme comestibles par l'homme[69].

Par ordres et espèces[modifier | modifier le code]

Les coléoptères[modifier | modifier le code]

Les ténébrions ou vers de farine[modifier | modifier le code]

Le ténébrion meunier Tenebrio molitor est un insecte très courant dans les entrepôts de grains et les boulangeries, ce qui explique son appellation courante : « ver de farine ». On considère que seule la larve est comestible. L'insecte adulte est un coléoptère noir de 1 à 2 cm. La larve peut être dégustée vivante, comme apéritif, et possède un goût très fin qui s'apparente à celui de la noix.

Les diptères[modifier | modifier le code]

Les hémiptères[modifier | modifier le code]

Les homoptères[modifier | modifier le code]

Les hétéroptères[modifier | modifier le code]

Les hyménoptères[modifier | modifier le code]

Les isoptères[modifier | modifier le code]

Les lépidoptères[modifier | modifier le code]

Les orthoptères[modifier | modifier le code]

Les sauterelles sont consommées pratiquement partout en Afrique, et ce depuis l'Antiquité ; les Éthiopiens en faisaient provision au printemps pour s'en nourrir toute l'année[70]. Le criquet nomade est apprécié en Afrique australe et à Madagascar. Le criquet migrateur (Locusta migratoria Linnaeus, 1758) est très apprécié par les populations sahariennes, d'autant que l'islam recommande sa consommation : « Celui qui ne mange pas de mes criquets, de mes chameaux et de mes tortues, n'est pas digne de moi dit le prophète »[71].

Les grillons peuvent faire partie de la cuisine laotienne.
  • Gryllidae (grillons) : consommés frits en Asie du Sud-Est

Autres arthropodes apparentés aux insectes[modifier | modifier le code]

Les araignées[modifier | modifier le code]

Les acariens[modifier | modifier le code]

  • des cirons saupoudrés au-dessus de certains fromages permettent leur affinage et leur donnent du goût. Voir Mimolette vieille.
  • de manière générale, tout le monde consomme inconsciemment des acariens au quotidien, par exemple les mites de fromages, bien que cela ne représente qu'une valeur énergétique insignifiante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui ne concerne pas les arachnides, consommation appelée arachnophagie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alan L. Yen : Entomophagy and insect conservation: some thoughts for digestion.
  2. Alan L. Yen : Edible insects: Traditional knowledge or western phobia?
  3. Ramos-Elorduy (1998) : 3-4.
  4. (en) Arnold van Huis, Joost Van Itterbeeck, Harmke Klunder, Esther Mertens, Afton Halloran, Giulia Muir et Paul Vantomme, « Edible insects. Future prospects for food and feed security », document de la Food and agriculture organization, Rome, 2013. En lire la synthèse en français.
  5. « Larves et insectes bientôt dans toutes nos assiettes ? », sur Le Soir,
  6. a et b Ramos-Elorduy (1998) : 20.
  7. Ramos-Elorduy (1998) : 21.
  8. Ramos-Elorduy (1998) : 23.
  9. D. Raubenheimer, J. M. Rothman : Nutritional ecology of entomophagy in humans and other primates.
  10. Jean-Baptiste De Panafieu, Les insectes nourriront-ils la planète ?, Éditions du Rouergue, , p. 13
  11. (en) Scott Elias, « The use of insect fossils in archaeology », Developments in Quaternary Sciences, vol. 12,‎ , p. 89-12
  12. Robert Boyd, Joan Silk, L'aventure humaine, De Boeck Supérieurdate=2003, p. 263
  13. (en) W.C. McGrew, Chimpanzee Material Culture : Implications for Human Evolution, Cambridge University Press, , p. 153–154
  14. Dominique Mariau, L'univers fascinant des insectes : Nos amis, nos ennemis, Éditions L'Harmattan, , p. 185
  15. a, b et c Sandra G. F. Bukkens: The nutritional value of edible insects. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Bukkens » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  16. a et b Robert Sellier, Les insectes utiles, Payot, , p. 245
  17. a et b C. E. Mbah, G. O. V. Elekima : Nutrient composition of some terrestrial insects in Ahmadu Bello University, Samaru Zaria Nigeria. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Mbah » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  18. Western Attitudes towards insects as food : Europe, the United States, Canada.
  19. Gene R. DeFoliart : Insects as Food: Why the Western attitude is important.
  20. J.M. Regenstein, M.M. Chaudry, C.E. Regenstein (2003) : The Kosher and Halal Food Laws.
  21. Vincent Albouy, Jean-Michel Chardigny, Miguel Prosper, Des insectes au menu ?, Editions Quae, , p. 39
  22. Vincent Albouy, Jean-Michel Chardigny, Miguel Prosper, Des insectes au menu ?, Editions Quae, , p. 38
  23. (en) Joost Van Itterbeeck et Arnold van Huis, « Environmental manipulation for edible insect procurement: a historical perspective », Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, vol. 8, no 1,‎ , p. 3 (DOI 10.1186/1746-4269-8-3)
  24. Voir l'entrée essbare Insekten.
  25. http://insectsasfood.weebly.com/edible-insects.html
  26. a et b Arnold van Huis, Joost Van Itterbeeck, Harmke Klunder, Esther Mertens, Afton Halloran, Giulia Muir, Paul Vantomme : Edible insects: Future prospects for food and feed security. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « FAO » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  27. Voir Nkouka (1987), Bani (1993 et 1995), et surtout DeFoliart (1999)
  28. http://www.ent.wur.nl/UK/Personnel/Research+Personnel/Arnold+van+Huis/
  29. Voir M.O. Ashiru (1988).
  30. Voir notamment Munthali et Mughogho (1992) et DeFoliart (1997).
  31. (en) Dennis Oonincx et coll, « An Exploration on Greenhouse Gas and Ammonia Production by Insect Species Suitable for Animal or Human Consumption », PLoS One,‎ (lire en ligne)
  32. J. F. Santos Oliveira, JF Santos, J. Passos de Carvalhoa, R. F. X. Bruno de Sousaa, M. Madalena Simão : The nutritional value of four species of insects consumed in Angola.
  33. J. O. Fasoranti, D. O. Ajiboye : Some edible insects of Kwara state, Nigeria.
  34. F. S. Agbidye, T. I. Ofuya, S. O. Akindele : Some edible insect species consumed by the people of Benue State, Nigeria.
  35. E. Rosenthal in : Encycl. of Sn Afr. 87, 1967.
  36. Quin (1959).
  37. Kai Kupferschmidt, "Buzz food", Science, 16 octobre 2015. Vol. 350 no. 6258 pp. 267-269 ; DOI: 10.1126/science.350.6258.267
  38. Aphiocephalus limbatus Olivier, 1790 sur fruitsdelapassion.net
  39. DeFoliart (1999).
  40. 4e RAPPORT NATIONAL à la Convention sur la Diversité Biologique de la REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (https://www.cbd.int/doc/world/cf/cf-nr-04-fr.pdf)
  41. Gomez et al. (1961).
  42. Malaisse et Parent (1980).
  43. Muyay (1981).
  44. Quatrième Rapport National sur la Diversité Biologique (REPUBLIQUE DU CONGO, 2009)
  45. Voir Nkouka (1987).
  46. Silow (1976).
  47. Sillow (1983).
  48. les annexes aux Orientations Régionales de Gestion de la Faune sauvage et d’amélioration de la qualité de ses Habitats (de La Réunion)
  49. Ruddle (1973).
  50. Dufour (1987).
  51. Julieta Ramos-Elorduy, José M. P. Moreno, Adolfo I. Vázquez, Ivonne Landero, Héctor Oliva-Rivera, Víctor H. M. Camacho : Edible Lepidoptera in Mexico: Geographic distribution, ethnicity, economic and nutritional importance for rural people.
  52. M. J. Manzano : Estudio etnobiológico del gusano de maguey (Aegiale (Acentrocneme) hesperiaris Walker, Cossus redtenbacheri Hammerschmidth y Scyphophorus acupunctatus Gyll.) en el municipio de Apan Hidalgo.
  53. a, b et c Bristowe (1953).
  54. Jean-Baptiste Panafieu, Les insectes nourriront-ils la planète, Éditions du Rouergue, , p. 44
  55. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00129602/en/
  56. Pemberton (1995)
  57. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00129608/en/
  58. a et b K. Nonaka, Cultural and commercial roles of edible wasps in Japan, in Edible Forest Insects. Humans Bite Back, éd. par P.B. Durst et al. (Bangkok, 2010), p. 123-130
  59. K. Nonaka, Hebo. Yellow-Jackets: from the Fields to the Dinner table, a Delightful Culinary Experience, Osaka, 2007.
  60. fourmis au chocolat
  61. Entomophagie
  62. http://www.ipiff.org/
  63. https://www.anses.fr/fr/content/consommation-d%E2%80%99insectes-%C3%A9tat-des-lieux-des-dangers-potentiels-et-des-besoins-de-recherche
  64. http://semesterspiegel.uni-muenster.de/wordpress/Ausgaben/ssp408i.pdf
  65. http://www.asta.ms/images/publikationen/Bericht_Mensa-Umfrage_neu.pdf
  66. http://www.entomovores.net
  67. « FFPIDI | Ensemble pour l'avenir », sur www.ffpidi.org (consulté le 30 juin 2016)
  68. Billouet A., 2013 : « Menu protéines : allons-nous (vraiment) manger des insectes ? » Alim'agri, magazine du Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt no 1557 (juillet-août-septembre 2013) - p.  24-25
  69. « En Suisse, les burgers aux insectes débarquent dans les assiettes », sur lexpress.fr,
  70. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, dir. Diderot et d'Alembert, Paris, 1751 à 1772, entrée « Acridophages ».
  71. Cité par Bergier (1941)

Sources[modifier | modifier le code]

  • B. Adamolekum (1993). Anaphe venata entomophagy and seasonal ataxic syndrome in southwest Nigera [letter to the editor], Lancet, 341 : 629.
  • M.O. Ashiru (1988). The food value of the larvae of Anaphe venata Butler (Lepidoptera, Notodontidae), Ecol. Food. Nutri., 22 : 313-320.
  • G. Bani (1993). [Letters], Food Insects Newsl., 6 (2) : 7.
  • G. Bani (1995). Some aspects of entomophagy in the Congo, Food Insects Newsl., 8 (3) : 4-5.
  • Émile Bergier (1941). Peuples entomophages et insectes comestibles. Imprimerie Rullière frères (Avignon) : 231 p.
  • W.S. Bristowe (1953). Insects as food, Symposium of The Nutrition Soociety on Unusual foods for Human Consumption, 18 octobre 1952. Proceedings of the Nutrition Society, 12 (1) : 44-48.
  • Friedrich Simon Bodenheimer (1951). Insects as Human Food. A Chapter of the Ecology of Man, Junk (The Hague, Hollande) : 352 p.
  • N. Césard (2004). Le kroto (Oecophylla smaragdina) dans la région de Malingping, Java Ouest, Indonésie : collecte et commercialisation d'une ressource animale non négligeable, Anthropozoologica 39 (2): 15-31.
  • N. Césard (2006). Des libellules dans l’assiette. Les insectes consommés à Bali, Insectes, 140 (1): 3-6.
  • Eva Crane (1999). The World history of beekeeping and honey hunting, Duckworth (Londres) : xxii + 682 p. . (ISBN 0-415-92467-7)
  • G.R. DeFoliart (1975). Insects as a Source of Protein, Bull. Ent. Soc. Am., 21 (3) : 161-163.
  • G.R. DeFoliart (1989). The Human Use of Insects as Food and as Animal Feed, Bull. Ent. Soc. Am., printemps 1989 : 22-35.
  • G.R. DeFoliart (1992). Insects as human food, Crop Protection, 11 : 395-399.
  • G.R. DeFoliart (1997). An overview of the role of edible insects in preserving biodiversity, Ecol. Food. Nutri., 36 : 109-132.
  • G.R. DeFoliart (1999). Insects as food : why the western attitude is important, Ann. Rev. Entomol., 44 : 21-50.
  • Jean-Baptiste De panafieu, Les insectes nourriront-ils la planète ?, Éditions Actes Sud, , 125 p. (lire en ligne)
  • Darna L. Dufour (1987). Insects as Food : A Case Study from the Northwest Amazon, American Anthropologist, 89 (2) : 383-397. (ISSN 0002-7294)
  • P.A. Gomez, R. Halut et A. Collin (1961). Production de protéines animales au Congo. Bull. Agric. Congo. 52 (4) : 689-815.
  • K.K. Kondondi, M. Leclercq et F. Gaudin-Harding (1987). Vitanmin estimations of three edible species of Attacidae caterpillars from Zaine. Int. J. Vitam. Nutr. Res., 57 : 333-334.
  • F. Malaisse et G. Parent (1980). Les chenilles comestibles du Shaba méridional (Zaïre). Nat. Belges, 61 (1) : 2-24.
  • Peter Menzel, Faith D'Aluisio : Man Eating Bugs: The Art and Science of Eating Insects. (anglais). Material World, 1998. (ISBN 978-0984074419)
  • S.M. Munthali et D.E.C. Mughogho (1992). Economic inncentives for conservation : bee-keeping and saturniid caterpillar utilization by rural communities, Biodivers. Conserv., 1 : 143-154.
  • T. Muaya (1981). Les Insectes comme Aliments de l’Homme, Pubn. Sér. II, vol. 69, CEEBA (Bandundu, Zaïre) : 177 p.
  • O. Nkouka (1987). Les insectes comestibles dans les sociétés d’Afrique centrale, Muntu, 6 : 171-178.
  • J.F.S. Oliveira, S.J. Passos de Carvalho, R.F.X. Bruno de Sousa et M. Magdalena Sinao (1976). The nutritional value of four species of insects consumed in Angola, Ecol. Food Nutr., 5 : 91-97.
  • R. W. Pemberton (1995). Catching and eating dragonflies in Bali and elsewhere in Asia. American entomologist, 41, 97-102
  • P.J. Quin (1959). Foods and Feeding Habits of the Pedi, Witwatersrand University (Johannesbourg) : 278 p.
  • Julieta Ramos-Elorduy (1998). Creepy crawly cuisine. The gourmet guide to edible insects, Part Street Press (Rochester, Vermont) : xi + 150 p. (ISBN 0-89281-747-X)
  • K. Ruddle (1973). The human use of insects : examples from the Yukpa, Biotropica, 5 : 94-101.
  • Birgit A. Rumpold, Oliver K. Schlüter: Nutritional composition and safety aspects of edible insects. In : Molecular Nutrition & Food Research. 57, n° 5, mai 2013, p. 802, doi:10.1002/mnfr.201200735 (Online).
  • Carl-Axel Silow (1976). Edible and others insects of mid-western Zambia. Studies in ethnoentomologie II. Occas. Pap. V. Allm. Jamforand. Etnogr. (Uppsala), Almqvist & Wikseel : 233 p.
  • Carl-Axel Silow (1983). Notes on Ngangala and Nkoya ethnozoology, ants and termites, Philos. Trans. R. Soc. London, 71 : 139-192.
  • Ronald L. Taylor (1975). Butterflies in my stomach or Insects in Human Nutrition, Woodbridge Press Publishing Co. (Santa Barbara, Californie) : 224 p. (ISBN 0-912800-08-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]