Ÿnsect

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ÿnsect
logo de Ÿnsect

Création 04/10/2011
Fondateurs Antoine Hubert, Jean-Gabriel Levon, Fabrice Berro, Alexis Angot
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Evry
Drapeau de France France
Direction Antoine Hubert
Activité Fabrication d'autres produits alimentaires
APE : 1089Z
TVA européenne FR69534948617Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.ynsect.com/

Ÿnsect est une entreprise française spécialisée dans l’élevage d’insectes et leur transformation en ingrédients à destination des animaux domestiques et d’élevage[1]. Ces ingrédients, protéines et lipides essentiellement, visent le marché de la nutrition animale.

Créée en 2011, cette entreprise a levé plus de 175 millions d'euros de fonds en déposant plus de 25 brevets. Membre de Next40 et lauréate de Tech4Good 2019, elle emploie plus d'une centaine de salariés. Elle a construit une usine automatisée, capable de produire jusqu'à 20 000 tonnes de farine d'insectes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2011, Ÿnsect est créée par Antoine Hubert (AgroParisTech), Jean-Gabriel Levon (HEC Paris, Polytechnique), Fabrice Berro (Ensimag) et Alexis Angot (Essec)[3]. Antoine Hubert avait travaillé plus de dix ans dans l'évaluation des risques environnementaux, les biomasses et le management des biomatériaux, et s'intéressait à l'élevage d'insectes pour la nutrition animale[4].

En 2012, Ÿnsect intègre l’incubateur Agoranov. Dès l'année suivante, Ÿnsect lance une production à l’échelle laboratoire en partenariat avec des centres de recherches renommés.   

En février 2014, l'entreprise lève 1,8 M€ avec Emertec Gestion et Demeter Partners[5]. Cette même année, Ÿnsect gagne le prix de l’innovation mondiale et le prix de l’entreprise Cleantech de l’année en France[6].

En 2016, Ÿnsect est en mesure de livrer ses premiers clients dans le secteur du pet-food, après l’ouverture d’Ÿnsite, à Dole, France. A la fin de l'année, elle boucle un nouveau tour de financement auprès du fonds BPI France Ecotechnologies, de Quadia et de ses actionnaires historiques, sans encore n'avoir rien vendu, dans l'attente de l’entrée en vigueur de l’autorisation européenne pour l’usage des protéines d’insectes en alimentation animale[7].

En 2018, Ÿnsect annonce l’installation d'une fermillière dans la métropole d’Amiens[8].

En 2019, la société intègre l'indice Next40 créé par le gouvernement français[9].

Activité de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Ÿnsect pratique l'entomoculture (ou élevage d'insectes)[10] : coléoculture (élevage de scarabées) et molityculture (production de vers de farine).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La start-up Ynsect veut nourrir les animaux avec des insectes », sur RTL (consulté le 30 avril 2019).
  2. « Antoine Hubert a (re)placé les insectes au cœur de la chaîne alimentaire », sur EY, (consulté le 17 octobre 2019).
  3. « Ynsect veut nourrir la planète avec des mouches », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  4. « Antoine Hubert a (re)placé les insectes au cœur de la chaîne alimentaire - Portraits - EY », sur questionsdetransformation.ey.com, (consulté le 17 octobre 2019).
  5. Armelle Bohineust, « L’industrie et la finance misent sur les insectes, protéine du futur », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  6. « Ynsect, la start-up qui mise sur les scarabées pour nourrir les animaux d'élevage », Challenges,‎ (lire en ligne).
  7. Basile Dekonink, « Ynsect a déjà levé 35 millions d'euros, et ce n'est pas fini... », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  8. Guillaume Bregeras, « Ynsect, le leader des protéines à base d'insectes », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2019).
  9. François Manens, « Que font les startups du Next40, les fleurons de la French Tech ? », La Tribune, (consulté le 9 juillet 2020)
  10. L'Usine Nouvelle, « Ynsect, le spécialiste des protéines d'insectes, lève 125 millions de dollars », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2019)