Ÿnsect

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ÿnsect
logo de Ÿnsect

Création 04/10/2011
Fondateurs Antoine Hubert, Jean-Gabriel Levon, Fabrice Berro, Alexis Angot
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Reinventing the foodchain
Siège social Évry
Drapeau de la France France
Direction Antoine Hubert
Activité Fabrication d'autres produits alimentaires
APE : 1089Z
SIREN 534948617
TVA européenne FR69534948617Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.ynsect.com/

Chiffre d'affaires 137600€ (2019)[1]

Ÿnsect est une entreprise qui produit des protéines et engrais naturels d’insectes. Fondée en 2011 à Paris par des scientifiques et des militants écologistes, l’entreprise transforme les insectes en ingrédients pour nourrir les animaux, les plantes et les êtres humains.

Depuis des fermes construites à cet effet, Ÿnsect offre une solution écologique, saine et durable pour répondre à la demande mondiale croissante de consommation de protéines et de plantes. Ÿnsect exploite des technologies de rupture protégées par 350 brevets issus de 41 familles, pour cultiver des scarabées Molitor et Buffalo dans des fermes verticales positives pour le climat et la biodiversité, créant des chaînes de valeurs alignées avec le scénario +1,5°C de la COP21 de Paris, puis l'objectif de l'UE "Fit for 55".

Ÿnsect exploite trois sites de production : un en France à Dole (depuis 2016), un aux Pays-Bas à Ermelo (depuis 2017), et un aux États-Unis dans le Nebraska, et construit actuellement son quatrième site qui sera la plus grande ferme verticale du monde, à Amiens (France).

La société, qui emploie près de 300 salariés, a levé plus de 450 millions de dollars auprès de fonds d’investissements internationaux, de banques et d’institutions publiques, et exporte ses produits dans le monde entier.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2011, Ÿnsect est créée par 4 scientifiques et militants écologistes : Antoine Hubert (AgroParisTech), Jean-Gabriel Levon (HEC Paris, Polytechnique), Fabrice Berro (Ensimag) et Alexis Angot (Essec)[2]. Antoine Hubert avait travaillé plus de dix ans dans l'évaluation des risques environnementaux, les biomasses et le management des biomatériaux, et s'intéressait à l'élevage d'insectes pour la nutrition animale[3].

En 2012, Ÿnsect intègre l’incubateur Agoranov. Dès l'année suivante, Ÿnsect lance une production à l’échelle laboratoire en partenariat avec des centres de recherches renommés.   

En , Ÿnsect réalise sa première levée de fonds et récolte 1,8 M€ grâce à des actionnaires tels que Emertec Gestion et Demeter Partners[4]. Cette même année, Ÿnsect remporte le prix de l’innovation mondiale et le prix de l’entreprise Cleantech de l’année en France[5].

En 2016 et grâce à l'ouverture de sa première ferme verticale de Dole, France, Ÿnsect est en mesure de livrer ses premiers clients dans le secteur du pet-food. A la fin de l'année, elle boucle un nouveau tour de financement auprès du fonds BPI France Ecotechnologies, de Quadia et de ses actionnaires historiques.

En 2018, Ÿnsect annonce l’installation d'un nouveau site de production à Poulainville, dans la métropole d'Amiens, France.

En 2019, elle est la première startup à bénéficier de subventions européennes BBI JU[réf. nécessaire]. La même année, la société intègre l'indice Next40 créé par le gouvernement français[6], un label qui soutien et promeut de jeunes entreprises considérées comme prometteuses et susceptibles de devenir des leaders technologiques.[7]

En mars 2020, Ÿnsect elle est la première entreprise au monde à obtenir une homologation de mise en marché] d’un engrais naturel à base d’insecte délivré par l'ANSES.[réf. nécessaire][8].

En octobre 2020, l'entreprise annonce avoir complété son financement de série C pour atteindre un montant total de son financement à 425 millions USD, la plus grosse levée de fonds hors US dans le domaine de l'agtech. Ce nouveau financement provient de différents apports : d'Astanor Ventures (investisseur principal de cette série), d'Upfront Ventures, de FootPrint Coalition[9], d'Happiness Capital, de Supernova Invest, etc. Cette levée est aussi celle qui établit l'entrée des deux premiers investisseurs américains de l'entreprise.

2021 marque un tournant historique pour l'entreprise. En janvier 2021, Ÿnsect annonce vouloir diversifier son activité en utilisant des vers de farine dans l'alimentation humaine, à la suite d'un rapport favorable de l'EFSA[réf. nécessaire]. En février 2021, l'acteur Robert Downey Jr fait la promotion des produits Ÿnsect[10] lors d'une émission du Late Show de Stephen Colbert[11].

En mars 2021, Ÿnsect se voit délivrer la labellisation Bcorp [1] et annonce des mesures sociales importantes telles qu'un salaire minimum Ÿnsect équivalent au SMIC +35%, la mise en place d’un actionnariat salarié afin de permettre à tous les collaborateurs de bénéficier des fruits de la croissance de l'entreprise, ou encore une école des métiers pour former tous les nouveaux arrivants aux métiers de l'insecte[12].

En avril 2021, Ÿnsect rachète Protifarm, entreprise néerlandaise, et étend son portefeuille de brevets à plus de 340 issus de 41 familles. Ce rachat s'inscrit dans une volonté de l'entreprise de se lancer sur le marché de l'alimentation humaine à base d'insectes[13].

En mai 2021, Ÿnsect inaugure la pose de la première pierre de son chantier d'Amiens en présence de Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique, de Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Xavier Bertrand, Président des Hauts-de-France et Alain Gest, Président d'Amiens Métropole sont également présents[14].

En octobre 2021, Antoine Hubert est invité par le président de la République, Emmanuel Macron, pour témoigner, au nom des startups industrielles et du secteur agroalimentaire, pour le lancement du plan de relance 2030.

En novembre 2021, Ÿnsect s'attaque au marché américain avec le lancement d'un partenariat avec la startup Pure Simple True, pour fabriquer des friandises de luxe pour chien, commercialisées sous la marque Bernie's[15].

En novembre 2021, Ÿnsect signe un accord avec le centre de R&D de Lotte, en Corée, pour mener des recherches conjointes sur les protéines d'insectes. En vertu de cette LOI, les deux sociétés vont mener des recherches pour poursuivre le développement des produits issus des protéines d'insectes.[16]

En janvier 2022, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique a invité ses homologues européens chargés de l’environnement et de l’énergie, dont Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l'Environnement, aux Océans et à la Pêche et Pascal Canfin, président de la Commission environnement du Parlement, à venir visiter la ferme de Poulainville à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne. Elle qualifie le projet de « véritable fierté locale et nationale. Le projet Ÿnfarm s’inscrit pleinement dans la volonté européenne de lutter contre la déforestation importée, notamment en trouvant des alternatives aux protéines de soja pour l’élevage. Il est également l’exemple de la réindustrialisation et des créations d’emplois rendues possibles grâce à la transition écologique – l’usine prévoit la création de 500 emplois directs et indirect»[17].

En février 2022, Antoine Hubert publie son premier livre Pour une écologie positive, Manifeste d’un producteur d’insectes, co-écrit avec Laurent Vaultier et publié aux Éditions Autrement. Ce livre met en lumière la nécessité et la possibilité d’allier écologie et économie. C’est aussi un appel à l’entrepreneuriat engagé pour contribuer cette transition et entrer dans une nouvelle ère, à nouveau en équilibre avec les limites de la planète et ses écosystèmes.[18]

En mars 2021, Ÿnsect annonce le lancement d’Ÿnfabre, premier programme industriel de sélection génomique appliquée aux élevages d’insectes à grande échelle[19]. Concrètement le programme combine plusieurs expertises et innovations fortes pour le développement d’outils de phénotypage (caractérisation des traits biologiques) et de génotypage (identification des variations du génome), de modèles mathématiques et de procédés industriels. Ÿnfabre doit permettre la création d’unités pionnières de sélection et de multiplication de lignées d’insectes performants et résilients et aider à mieux comprendre la biologie des insectes. Ce programme a obtenu un financement de 4,34 millions d’euros dans le cadre de l’appel à projets « Projets Structurants pour la Compétitivité » du programme d’investissements d’avenir (PIA), opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance. Il a été développé grâce à la contribution du syndicat de sélectionneurs (SYSAAF) et a reçu une double labélisation : celle du pôle de compétitivité Vitagora et du Comité Stratégique de la Filière Agroalimentaire. Ce programme unique au monde, permet de renforcer les synergies réelles pour l'acceptation et la diffusion des nouvelles percées de l'industrie des insectes dans la communauté scientifique, les décideurs et la société en général.

Un an plus tard, en mars 2022, Ÿnsect annonce l’acquisition de son premier site de production sur le territoire américain[20]. L'intégration de Jord Producers, l'un des plus grands producteurs américains de vers de farine, reflète non seulement l'expansion continue d'Ÿnsect sur le marché américain, mais aussi son entrée sur le marché des aliments pour poules de basse-cour, un marché nouveau révélé par la pandémie, qui selon une étude récente d'Arthur D. Little, devrait atteindre près de 400 millions de dollars d'ici 2026.

Localisation[modifier | modifier le code]

A ce jour, le groupe Ÿnsect est présent en France, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, et possède 6 sites dont trois unités de productions déjà en activité, et une encore en construction.

  • Evry – France : siège social du groupe, le site d’Evry est le centre de R&D d’Ÿnsect. Il est implanté au Genopole, premier bioparc français et le plus grand centre de recherche privé au monde travaillant sur cette nouvelle filière.
  • Paris – France : situé en plein centre de la capitale, ce site regroupe toutes les activités bureaucratiques d’Ÿnsect telles que le légal, la finance, l’IT, l’OT, la communication, l’engineering, les achats, le business développement, etc.
  • Dole – France : premier site de production à grande échelle démarré en 2016, le site de Dole est la première ferme verticale du groupe et celle qui lui a permis de mettre les premiers produits issus d’insectes sur les marchés de la nutrition des animaux domestiques et des plantes. Elle produit aujourd’hui 1000 tonnes d’ingrédients.
  • Amiens – France : nouveau site de production du groupe encore en construction, la ferme d’Amiens sera la plus grande ferme verticale au monde avec ses 36 mètres de hauts, mais aussi la plus technologique avec plus d’un milliard de data collectées par jour. Dressé à la verticale, ce projet permet un impact moindre sur la surface. Ce sera la ferme dédiée à l’alimentation animale. Ce site participe pleinement à la vie économique et sociale de la région en créant notamment près de 500 emplois directs et indirects.
  • Ermelo – Pays-Bas : deuxième site de production d’Ÿnsect, Ermelo est également la première ferme verticale du groupe à l’international. Cette ferme cultive des scarabées Buffalo, cousin du Molitor. Il s’agit également du centre de développement des produits destinés à l’alimentation humaine.
  • Omaha – États-Unis : premier site sur le territoire américain et troisième site de production du groupe, cette écloserie est située dans le Nebraska, au cœur d’une région agricole important. Elle permet à l’entreprise d’élever ses premiers insectes sur le sol étasunien.

Les insectes[modifier | modifier le code]

Après 5 années de R&D, les co-fondateurs ont fait le choix du scarabée. Celui-ci, grégaire, est connu et reconnu des scientifiques notamment pour ses bénéfices santé et rendements sur ses cibles. En effet, sa composition : 70% de protéines (versus entre 30% et 40% par exemple pour la mouche black soldier[21]) en fait un ingrédient premium. Cela en fait un aliment très digeste et haut-de-gamme qui permet d’adresser les deux piliers de l’entreprise : santé et performance. De plus, on estime qu’un kilo de vers de farine de type « Molitor » contient autant de protéines qu’un kilo de viande de bœuf. Enfin, l’élevage d’insectes est moins gourmand : 1 kilo de protéines nécessite, en moyenne, dix fois moins de surfaces agricoles qu’un kilo de protéines animales traditionnelles.

La protéine d’insecte a également des propriétés très intéressantes quant à ses bénéfices. Des instituts internationaux indépendants ont par exemple démontré que :

  • Les poissons d’élevage nourris avec des farines contenant de la protéine d’insecte grandissait plus vite et en meilleure santé : jusqu’35% de croissance en plus et 40% de mortalité en moins[22].
  • L’engrais naturel à partir de protéines d’insectes permet l’amélioration des propriétés biologiques des sols et une augmentation de l’activité microbienne[23].
  • Les plantes ornementales, notamment les roses, ont une nette amélioration de leur floraison et résistent mieux à la sécheresse estivale (en comparaison avec un engrais organique dont la teneur en nutriments est équivalente)[24].
  • Des études sur des souris ont monté une diminution de 60% du cholestérol après avoir intégré la protéine d’insecte dans leur alimentation[25].
  • Sa teneur élevée en protéines et sa faible teneur en cendres en font un ingrédient premium, très digeste, qui peut notamment être utilisé en cas de troubles digestifs.
  • La protéine d’insecte possède autant de bénéfices nutritionnels que la protéine de lait : les deux protéines agissent de la même manière sur la digestion, l’absorption et la capacité à stimuler la croissance musculaire (Université de Maastricht)[26].

Les produits pour les plantes[modifier | modifier le code]

Le 17 juin 2020, Ÿnsect a reçu une autorisation de mise sur le marché de son engrais naturel à base d’insectes : « Ynfrass ». Cette autorisation, délivrée par l’ANSES, permet à l’entreprise de devenir le premier acteur au monde à obtenir une homologation de mise sur le marché d’un engrais naturel à base d’insectes[27]. Cette dernière valorise le modèle circulaire du groupe et met en lumière les performances exceptionnelles de cet engrais, en comparaison avec des engrais naturels et chimiques [24]:

  • +23% de rendement sur les vignes
  • +35% du taux de protéine dans le maïs
  • Amélioration de la floraison et meilleure résistance à la sécheresse estivale pour les plantes ornementales[4]
  • Augmentation de la biomasse et amélioration des sols
  • Meilleure résistance aux maladies pour les salades et pommes de terres.

Aujourd’hui, fort des résultats de son engrais, le groupe développe dans son centre de R&D de nouveaux produits à destination des végétaux sur les deux piliers : santé et performance.

Les produits pour la nutrition des animaux[modifier | modifier le code]

Ÿnsect a mis au point deux ingrédients haut-de-gamme, naturels et sains, qui puissent être utilisés en alimentation animale : « Ÿnmeal » et « Ÿnoil ». Le premier se présente sous la forme d’une poudre tandis que le deuxième est une huile. Ces deux produits ont révélé leurs propriétés exceptionnelles, notamment chez les poissons d’élevage et les animaux de compagnie :

  • -25% de mortalité dans les élevages de bars[22], et 40% de mortalité en moins des crevettes[28]
  • +34% des rendements de la truite arc-en-ciel
  • Diminution des maladies de peau chez les chiens
  • Hypoallergénique
  • 86% de digestibilité pepsique.

Depuis août 2021, la Commission Européenne a adopté la décision d’accepter les ingrédients à base d’insectes dans l’alimentation des porcs et des volailles. Cette décision permet à Ÿnsect de préparer son entrée sur ces nouveaux marchés. Le groupe poursuit sa pénétration du marché animalier mondial, notamment grâce à de nouveaux partenariats tels que des friandises pour chien avec la marque de luxe Bernie’s, distribuée aux Etats-Unis.

Les produits pour la nutrition humaine[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2021, la consommation d’insecte – en tant que solution durable et riche en nutriments – s’accélère grâce à l’évaluation positive de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) pour la consommation du scarabée Molitor par l’Homme. Si l’autorisation des insectes pour la consommation humaine est un concept relativement nouveau, il prend déjà son essor sur des marchés en développement.

La branche d’activité Ÿnsect Human Nutrition & Health commercialise déjà des ingrédients issus de la culture du scarabée Buffalo, que l’on peut retrouver dans toute une variété de produits à travers l’Europe, dont notamment des produits Zirp, des barres de céréales HeyPlanet ou Isaac Nutrition, des shakes FlinFood, des burgers dans plusieurs restaurants danois, ou encore des granolas Jimini’s en France[29].  

La ferme d’Ermelo, deuxième site de production opérationnel du groupe se consacre au développement de l’ensemble des produits à destinations de la consommation humaine, toujours les deux piliers du groupe, santé et performance.

Les caractéristiques clés des ingrédients pour l'alimentation humaine[modifier | modifier le code]

  • Saveur douce et légèrement noisette
  • Entièrement naturel
  • Hautement nutritif
  • Naturellement riche en minéraux
  • Naturellement riche en vitamines
  • Naturellement riche en protéines de haute qualité
  • Contient les 9 acides aminés essentiels
  • Source naturelle en oméga 3, 6 et 9
  • Naturellement riche en fibres
  • Graisses saines
  • Sans : produits laitiers, œufs, soja, blé
  • Alternative fonctionnelle à la viande, aux produits laitiers et aux œufs
  • Non OGM

Études[modifier | modifier le code]

Des études ont également prouvé que la protéine d’insecte :

  • Sa teneur élevée en protéines (72 %) et sa faible teneur en cendres (environ 2 %) en font un ingrédient premium très digeste qui peut notamment être utilisé en cas de troubles digestifs.
  • L'université de Maastricht a démontré que la protéine d’insecte possède autant de bénéfices nutritionnels que la protéine de lait : les deux protéines agissent de la même manière sur la digestion, l’absorption et la capacité à stimuler la croissance musculaire[26].
  • Une étude menée par l’Institut de recherche sanitaire de Tarragone et le département de biochimie de l’université de Tarragone a démontré qu’en comparaison avec la protéine d’amande, la protéine d’insecte permet une consommation moindre pour un apport en énergie égal, sans somnolence ni fatigue, contrairement à la protéine d’amande. Cette étude conclue sur le fait que la protéine d’insecte est idéale pour les personnes âgées et infirmes qui nécessitent un apport en énergie accru[30].

L'impact, au coeur de l'ADN d'Ÿnsect[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

L’impact est au cœur de l’ADN de l’entreprise : comment nourrir la planète en préservant la biodiversité, l’environnement et les ressources naturelles de la planète. Le groupe adresse quotidiennement les grands enjeux du siècle : climat, biodiversité, pesticides ou économie circulaire pour tâcher d’y répondre.

Climat[modifier | modifier le code]

Alignés avec le scénario d’1,5°, préconisé par le rapport du GIEC de juillet 2021, Ÿnsect veut démontrer qu’il est possible de suivre la feuille de route de l’Union européenne. Le groupe répond aux enjeux climatiques à travers :

  • Une solution : une protéine alternative, durable, à partir de scarabées. Ces derniers sont aussi durable qu’une protéine végétale tout en étant aussi nutritif qu’une protéine animale. Ces ingrédients émettent 200 fois moins de gaz à effets de serre que les élevages traditionnels.
  • Des initiatives pour réduire les émissions de gaz à effet de serre : à cet effet, Ÿnsect a créé en 2019 une Direction Impact qui a pour but de mesurer les conséquences des activités sur l’environnement. En 2021, Ÿnsect s’est aussi engagé à planter, dans le cadre de son projet Terrha 2040, 1,8 million d’arbres dans les Hauts-de-France, avec pour but de séquestrer plus de 190 000 tonnes de CO2 CO2 d’ici à 2040[31]. Ÿnsect a également une chaîne de valeur vertueuse grâce au projet d’Amiens : dans l’ensemble, l’entreprise évite et séquestre plus de carbone qu’elle n’en émet, d’après une analyse du cycle de vie menée par Quantis[32].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

La solution d’Ÿnsect, une protéine créée à partir de scarabées, permet de répondre aux enjeux de biodiversité, notamment parce qu’elle permet d’utiliser 98% de terres en moins en comparaison avec des élevages traditionnels, mais aussi parce qu’elle permet de proposer une alternative à l’alimentation actuelle des poissons d’élevage, qui utilise 20% des poissons pêchés dans le monde. Le groupe a également pris différentes initiatives en interne pour adresser cet enjeu :

  • ‘Rewilding the world’ : en 2019, en partenariat avec des associations et initiatives citoyenne, Ÿnsect a mis en place ce programme pour protéger la biodiversité et la vie sauvage. Au total, ce sont 370 hectares qui ont été rendus.
  • Terrha2040 : cette initiative a pour but de replanter des arbres dans les Hauts-de-France, et de sensibiliser les agriculteurs à des méthodes à impact moindre sur l’environnement. Les arbres plantés permettent aussi d’attirer de nouveau la biodiversité[33].
Pesticides et produits chimiques[modifier | modifier le code]

Le fertilisant naturel produit par Ÿnsect possède des biostimulants qui permettent d’améliorer les propriétés biologiques des sols (comme l’augmentation de l’activité des vers de terre). Les insectes sont de plus en plus considérés comme une véritable solution pour remplacer les pesticides tels que le glyphosate ou les néonicotinoïdes. Les procédés internes du groupe sont dénués d’antibiotiques et de pesticides, et permettent d’assurer la meilleure santé possible de l’environnement, des hommes, et des insectes.

Économie circulaire[modifier | modifier le code]

Ÿnsect travaille à un processus zéro déchet, notamment en transformant les déjections des insectes en un fertilisant naturel très performant. Il est ensuite utilisé dans des cultures à partir desquelles l’entreprise nourrit ses insectes.

Politique sociale[modifier | modifier le code]

Pour Ÿnsect, ses collaborateurs sont ses meilleurs acteurs et ambassadeurs. C’est pour cette raison que, depuis sa création, l’entreprise a adopté des mesures sociales innovantes afin de garantir à tous le meilleur épanouissement professionnel possible.

  • Création d’emplois : avec le lancement de son nouveau site de production à Amiens, l’entreprise va notamment créer près de 500 emplois directs et indirects. Ÿnsect travaille avec les acteurs locaux (Pôle emploi, Amiens Métropole, entreprises en difficulté, etc.) pour recruter au plus près de son site[34].
  • Mise en place d’un salaire minimum Ÿnsect : à ce jour, tous les collaborateurs du groupe ont bénéficié de la revalorisation des plus bas salaires au sein de l’entreprise, avec une augmentation du salaire brut minimum de base (hors primes) d’un peu plus de 25 000 . Cette augmentation permet de valoriser la contribution de chacun au succès de l’entreprise.
  • Lancement de l’actionnariat salarié : depuis 2020 en France, et 2022 aux Pays-Bas[35], Ÿnsect a créé Ÿnvest, un projet d’actionnariat salarié permettant à tous les collaborateurs de bénéficier des fruits de la croissance de l’entreprise. Pour y accéder, les salariés doivent être titulaires d’un contrat à durée indéterminée et d’une ancienneté de six mois.
  • Égalité femmes-hommes : Ÿnsect travaille à l’égalité parfaite entre femmes et hommes de l’entreprise. Aujourd’hui, l’entreprise est arrivée à une égalité presque parfaite des salaires à emploi identique.
  • Congé paternité : l’entreprise a allongé la durée du congé paternité pour aller plus loin dans la garantie de l’égalité femmes – hommes. Depuis 2017, un congé maternité/paternité de 10 semaines (70 jours), 100% rémunéré a été instauré.  
  • Création d’une école des métiers : depuis 2021, l’entreprise a mis en place son programme Chrysalis, une formation pour tous les nouveaux arrivants destinée à les former aux métiers de l’insecte et de leurs spécificités.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.societe.com/societe/ynsect-534948617.html
  2. « Ynsect veut nourrir la planète avec des mouches », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  3. « Antoine Hubert a (re)placé les insectes au cœur de la chaîne alimentaire - Portraits - EY », sur questionsdetransformation.ey.com, (consulté le ).
  4. Armelle Bohineust, « L’industrie et la finance misent sur les insectes, protéine du futur », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  5. « Ynsect, la start-up qui mise sur les scarabées pour nourrir les animaux d'élevage », Challenges,‎ (lire en ligne)
  6. François Manens, « Que font les startups du Next40, les fleurons de la French Tech ? », La Tribune, (consulté le )
  7. Guillaume Bregeras, « Next40 : qui sont les futurs champions de la French Tech ? », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  8. Françoise de Vaugelas, « Ynsect reçoit une autorisation de mise sur le marché pour son engrais », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Vivienne Walt, « With backing from Hollywood, French startup Ÿnsect plans to bring edible insects to America », Fortune,‎ (lire en ligne)
  10. « "I'm Going To Davos As Colbert" - Robert Downey Jr. On His Plans For The Footprint Coalition »
  11. « Robert Downey Jr fait la promo d'une startup française qui veut nous faire manger des insectes », sur Le HuffPost, (consulté le )
  12. Anne Taffin, « Ÿnsect va former tous ses salariés d’Amiens aux métiers de l’insecte pour produire dès 2022 », Maddyness,‎ (lire en ligne)
  13. « Foodtech: Ynsect s'internationalise en rachetant Protifarm aux Pays-Bas », sur Le Figaro (consulté le )
  14. Alimentation: Ynsect édifie une ferme verticale géante de scarabées en Picardie, Challenges, 10 mai 2021
  15. Marie-Josée Cougard, « Ynsect se lance dans la friandise pour chiens aux États-Unis », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  16. « Lotte R&D Center signe une LOI avec une start-up française pour une recherche sur les protéines d'insectes », YNA,‎ (lire en ligne)
  17. « Acheter et fabriquer français, le grand pari du Made In France »
  18. « Le manifeste d'un producteur d'insectes pour une écologie positive »
  19. Valérie Godement, « Naissance d’Ÿnfabre, premier programme dédié à la génétique des scarabées », Reussir,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Megan Poinski, « Ynsect expands to the US with mealworm farm addition », FoodDive,‎ (lire en ligne)
  21. « Recovery and techno-functionality of flours and proteins from two edible insect species: Meal worm (Tenebrio molitor) and black soldier fly (Hermetia illucens) larvae »
  22. a et b « Aquaculture: Ÿnsect unveils the results of its insect protein ŸnMeal™ on sea bass »
  23. « Earthworms (Lumbricus terrestris L.) Mediate the Fertilizing Effect of Frass »
  24. a et b « Potential use of mealworm frass as a fertilizer: Impact on crop growth and soil properties »
  25. a et b « Insect Meal as Alternative Protein Source Exerts Pronounced Lipid-Lowering Effects in Hyperlipidemic Obese Zucker Rats »
  26. a et b « Insects are a viable protein source for human consumption: from insect protein digestion to postprandial muscle protein synthesis in vivo in humans: a double-blind randomized trial »
  27. « Ÿnsect homologuée pour commercialiser son engrais naturel d’insecte »
  28. « ŸnMeal™ Premium : étude sur les crevettes »
  29. « Ÿnsect déploie sa protéine de scarabée Buffalo dans 800 magasins autrichiens », L'ADN,‎ (lire en ligne)
  30. « Effect of an Acute Insect Preload vs. an Almond Preload on Energy Intake, Subjective Food Consumption and Intestinal Health in Healthy Young Adults »
  31. « Ynsect lance TerrHa 2040, programme d’agriculture régénérative », Réussir,‎ (lire en ligne)
  32. « Ÿnsect »
  33. « Ynsect pose la première pierre de sa future unité à Poulainville », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  34. Alice Vitard, « La start-up Ynsect construit une ferme verticale à Amiens pour ses produits à base d'insectes », L'Usine digitale,‎ (lire en ligne)
  35. (nl) « Ÿnsect Nederland voert een innovatief sociaal beleid en kondigt een nieuwe wervingscampagne aan », Duurzaam-Ondernemen,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]