Alimentation animale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cochons s'alimentant dans une mangeoire
Alimentation de bovins dans un élevage industriel du Kansas

L'alimentation animale est une branche de la zootechnie qui décrit les besoins alimentaires des animaux d'élevage et les moyens et méthodes permettant de les satisfaire. Ces méthodes doivent aussi être compatibles avec le maintien en bonne santé des animaux, assurer la qualité finale des produits d'élevage et rester économique pour l'éleveur.

Les enjeux sanitaires , économiques, écologiques et de préférences alimentaires (touchant souvent à la philosophie et à la religion) concernant l'alimentation humaine sont de plus en plus importants dans les sociétés contemporaines et déterminent indirectement le type d'alimentation des animaux d'élevage dans lequel l'industrie occupe une part essentielle.

Traditionnellement les zootechniciens établissent une première distinction entre alimentation des ruminants et alimentation des monogastriques.

Types de facteurs en jeu[modifier | modifier le code]

Équilibre alimentaire[modifier | modifier le code]

Quel que soit l'animal, sa ration journalière doit respecter un équilibre alimentaire afin de répondre à ses besoins d'entretien, de travail (par exemple pour les chevaux de trait[1]), de croissance et de production (lait, laine, œufs, gestation). De plus, pour les ruminants, la ration doit apporter une quantité suffisante de matière sous forme de fibres afin d'assurer une bonne digestion de la ration[2].

Dans la nature et dans une moindre mesure en élevage extensif l'animal ajuste lui-même sa ration à ses besoins. En élevage intensif l'alimentation est l'objet d'analyses et de calculs précis. Il faut respecter l'apport énergétique journalier (calculé en énergie digestible), mais aussi en azote total et en acides aminés. Pour les monogastriques, l'on calcule les apports en lysine, méthionine, tryptophane, en matières grasses, en phosphore, en calcium, en oligo-éléments (cuivre, zinc, manganèse…) L'apport de tous les nutriments doit tenir compte de l'animal, de sa race, de son âge, de sa production.

Ces calculs sont effectués à l'aide de tables de valeurs et d'algorithmes fournis par les instituts d'élevage, ces systèmes de calculs sont aujourd'hui informatisés pour l'utilisation en élevage. Les tableurs sont particulièrement adaptés à ces types de calcul. Il faut définir les besoins de l'animal et calculer une ration équilibrée en fonction des apports en nutriments des aliments disponibles sur l'exploitation ou disponible à l'extérieur en tenant compte des coûts d'approvisionnement. Les coûts des aliments sont très variables en fonction de la situation géographique de l'exploitation, de la météorologie, de la période de l'année; le prix des céréales est par exemple plus élevé en zone de montagne qu'en zone céréalière; le prix du tourteau de soja est moins coûteux à proximité des ports mais son prix est très variable en fonction des perspectives de récoltes aux États-Unis ou au Brésil; le prix des céréales est moins cher au moment de la récolte et augmente souvent assez régulièrement entre septembre et le mois de juin de l'année suivante, mais peut aussi beaucoup varier en fonction des cours mondiaux.

Équilibre écologique[modifier | modifier le code]

Quand la nourriture d'un carnivore est une proie, dans la nature, au cours de l'évolution, s'installe un « équilibre dynamique » entre une population de proies et celle de leurs prédateurs. Cet « équilibre prédateur-proie » est expliquée par un modèle simple de rétroactions (positives et négatives) formant un système durable de « rétrocontrôle » d'une population par l'autre ; D'un certain point de vue, chaque population (de proie d'une part, et de ses prédateurs d'autre part) se contrôle l'une l'autre, autour d'un niveau d'équilibre.
Ce niveau d'équilibre dépend de la quantité et disponibilité en ressource alimentaire[3] (et en habitats) offertes par le territoire aux proies.

Conditions hygiéniques[modifier | modifier le code]

L'alimentation animale mal raisonnée peut être dangereuse pour la santé[2],[4]. Par exemple, si la nourriture est donnée le matin dans un élevage avicole, la production maximale de chaleur sera réalisée l'après-midi et l'on risque un « coup de chaleur ». Surtout, les aliments apportés à l'animal doivent être sains pour préserver la santé de l'animal. L'éleveur devra toujours éliminer de l'alimentation de ses animaux les aliments avariés, mal conservés (par exemple les foins qui ont "chauffés"), ou contenant des moisissures, de la terre…

Impacts économiques[modifier | modifier le code]

Alimentation de type traditionnel

Dans les exploitations agricoles, c'est le poste de charges le plus élevé. Les coûts liés à la culture des surfaces fourragères et aux achats de produits d'alimentation représentent plus de 50 % du prix de revient des animaux. Pour pouvoir réduire ce coût, on peut introduire des matières premières moins chères comme les sous-produits de l'industrie agroalimentaire ou encore effectuer la transhumance. Un moyen efficace de réduction du coût de l'alimentation animale consiste à supprimer autant que possible les achats de produits extérieurs à la ferme. Dans le cas de la production de viande bovine, il est possible de pratiquer l'embouche exclusivement à base d'herbe de prairies naturelles. Un contrôle continu de la ration d'herbe ingurgitée par l'animal pendant les 8 heures de broutage (méthode développée dans le Calvados dans les années 1950 par le Dr Voisin) a permis de produire jusqu'à 1 000 kg de viande par an par hectare.

Pour l'alimentation des monogastriques (porcs[5], volailles[6]...) il est difficile de produire tous les aliments nécessaires sur l'exploitation (mis à part le cas particulier des très petits troupeaux). L'éleveur peut alors acheter les matières premières qui lui sont nécessaires et fabriquer lui-même ses aliments ou acheter des aliments complets ou des aliments complémentaires de ses céréales auprès des fabricants d'aliments composés. La fabrication d'aliment à la ferme est très intéressante sur le plan économique mais exige un élevage important afin de rester compétitif. L'éleveur peut faire appel à des techniciens spécialisés dans la formulation des aliments.

Conséquences sur la qualité du produit[modifier | modifier le code]

L'alimentation a une répercussion sur la qualité de la viande ou des produits animaux dérivés[7],[8],[9], ou encore sur la valeur nutritive du lait[10]; par exemple sur la blancheur de la viande de veau (pour laquelle on évite les aliments trop riche en fer, qui lui donnerait une couleur rouge trop prononcée. Un taux minimum de 23 % d'hématocrites est obligatoire pour éviter les dérives comme donner des produits anémiants). D'autre part, l'utilisation de maïs pour les animaux à l'engraissement a tendance à colorer le gras en jaune, ce qui déprécie la carcasse.

Types d'aliments[modifier | modifier le code]

Fourrages[modifier | modifier le code]

Exemples de plantes fourragères
  • Plantes prairiales : feuilles et les tiges. Ils constituent la base de l'alimentation des herbivores. On les classe selon leur teneur en matière sèche (MS) :

80 - 90 % eau : fourrages verts. Ils sont consommés en l'état dans la prairie, sur les parcelles cultivées ou dans l'étable.

50 - 80 % eau : ensilages. Ce sont des fourrages conservés par fermentation lactique.

15 - 20 % eau : foin : fourrage conservé par séchage.

  • Les fourrages annuels : maïs, sorgho, colza fourrager, choux ...
  • Les fourrages-racines annuels (betteraves, pommes de terre ...) se conservent en silo aérés et abrités du gel ou se consomment sur le champ (navet).

Grains[modifier | modifier le code]

Les grains peuvent être moissonnés secs ou au stade « grain immature (ou humide) »:

Au lieu de récolter maïs, sorgho ou céréales plantes entières avec une récolteuse-hâcheuse qui produit un broyat que l'on compacte pour faire de l'ensilage, on récolte seulement le grain avant mâturité complète (30-35 % d'humidité pour le maïs) et on le broye pour le stocker à l'abri de l'air en silo hermétique (ensilage de grains). Le grain se conserve ainsi durant les mois nécessaires à sa consommation . On donne dans ce cas à l'animal du foin pour assurer la digestion. Un bœuf de 300 kg aura besoin par jour de 6 kg de ce grain et de 10 kg de foin pour assurer sa ration alimentaire de croissance, avec un gain de 700 gr de poids vif par jour. Ce procédé courant aujourd'hui ne nécessite qu'une ensileuse à poste fixe, en plus du matériel de moisson. De plus il permet de récolter le grain avec un taux élevé d'humidité ce qui est important quand la récolte se fait par temps pluvieux.

Une autre solution voisine est la conservation par inertage des grains. Les grains sont conservés entiers mais la récolte doit se faire à 20-25 % d'humidité pour le maïs[11]. Cette solution ne nécessite pas de matériel particulier dans le cas d'ensilage de grains en big bags étanches.

Aliments particuliers constitutifs de la ration : concentrés, tourteaux et autres coproduits[modifier | modifier le code]

Ils sont à la base de l'alimentation des monogastriques non herbivores et des volailles. Ils sont un aliment complémentaire pour les ruminants. Ils sont fabriqués à la ferme ou achetés à des coopératives ou des organismes privés. Dans cette catégorie, on trouve des :

  • farines ou grains aplatis de céréales et protéagineux : exemples orge, maïs
  • graines protéagineuses et oléagineuses : exemples pois, soja[12], lupin.
  • produits industriels : mélasses, huiles végétales, urée pour les ruminants, acides aminés et vitamines, craie, sel et minéraux divers indispensables.
  • granulés de végétaux comme la luzerne déshydratée
  • coproduits industriels comme les brisures (grains cassés), les pulpes de fruits (agrumes, raisin, tomates), le lactosérum, la farine de gluten (obtenue lors de l'extraction du maïs) ou encore le tourteau de soja déshuilé. Depuis 2000, les farines animales ne peuvent plus être incorporées à des aliments pour bétail en France. Cependant l'Union européenne annonce, le 22 avril, qu'elle rouvre la voie à la réintroduction des farines de poissons. Cette dernière doit attendre trois mois pour mettre cette décision en application. L'ingestibilité des concentrés est très élevée, mais pour les ruminants, l'éleveur est obligé de rationner. Un apport trop important d'aliment concentré, soit en énergie, soit en protéines, peut conduire à des maladies métaboliques (acidose dans le cas de l'énergie, alcalose dans le cas de l'azote).

De nos jours, les tourteaux sont très utilisés pour l'alimentation animale, notamment les tourteaux de soja importés en Europe, depuis l'Amérique latine (surtout le Brésil) et les États-Unis[13]. Les filières locales s'organisent cependant , notamment dans le sud de la France[14].

En 2014, les variétés de soja cultivées au Brésil étaient à 89 % génétiquement modifiées[15]. Le 26 juin 2018, reconnaissant que les importations de soja génétiquement modifié sont autorisées en France, le Sénat propose un amendement visant à permettre le développement d'une véritable filière de production d'alimentation animale française[16] capable de se substituer aux importations de soja génétiquement modifié[17]. Il existe depuis longtemps une controverse sur les risques sanitaires et environnementaux des organismes génétiquement modifiés. Notamment, les études de toxicité à long terme des OGM sont quasi inexistantes[18].

Aliments industriels complets ou semi-complets[modifier | modifier le code]

L'industrie peut fournir la ration complète des animaux d'élevage, adaptée à chaque situation. C'est généralement le cas en élevage avicole et c'est très fréquent en élevage porcin.

Les rations semi-complètes apportent le complément à un ou plusieurs aliments de base produits ou non sur la ferme. Elles sont de plus en plus proposées pour les ruminants : rations sèches ou rations mash complétées par du foin.[19]

Elles se développent pour les monogastriques, exemples : rations prémix complémentaires de céréales distribuées en nourrisseurs pour poulets label ou bio, rations prémix complémentaires de grains humides pour porcs label.

L'intérêt de ces rations pour l'éleveur est de simplifier son travail et ses investissements ou de satisfaire facilement à un cahier des charges précis.

Un reproche parfois adressé aux fabricants d'aliments est de rechercher systématiquement les composants les plus économiques et d'en changer souvent.

Les éleveurs proposant des produits bio ou locaux évitent souvent ces aliments.

Autres[modifier | modifier le code]

Pour les animaux de compagnie, les NAC et les animaux de zoo : pâtées, croquettes, paillettes, proies déshydratées, congelée, fraîches ou vivantes (insectes, poussins d'un jour, souris blanches...) et qui se déclinent par exemple en nourriture pour chats, BARFetc.

Insectes et vers de terre[modifier | modifier le code]

Article connexe : Entomophagie.

Les larves vivantes d' Hermetia illucens (mouche soldat noir) sont utilisées comme nourriture pour animaux de compagnie, principalement les reptiles. Récemment, divers projets d'élevage industriels d'insectes divers ont été lancés à destination de l'alimentation animale, visant à remplacer, en partie au moins, la consommation de poissons (la pêche en destination de l'alimentation animale, y compris de l'aquaculture et de la pisciculture, est un facteur important de la surpêche mondiale) ainsi que de soja (utilisé à grande échelle dans les tourteaux, la culture de soja prend une part importante des terres arables).

La larve séchée est ainsi source de protéines et d'Omega 3[20] pouvant être incorporé dans les rations alimentaires [21],[22]. Des farines d'insectes et de vers de terre peuvent être ainsi utilisées par exemple en pisciculture[23] pour la barbue de rivière (Ictalurus punctatus), le tilapia (Oreochromis nilotichus), le panga (Pangasianodon hypophthalmus)[24], et la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss)[25], mais aussi pour l'alimentation de porcs[26], volailles[27] ou mammifères[28].

Cape Town, en Afrique du Sud, abrite ainsi aujourd'hui l'une des entreprises les plus en pointe sur le marché, AgriProtein Technologies, qui a construit, avec une aide importante de la Bill & Melinda Gates Foundation, une énorme usine de production de larves de «mouches soldat-noir» destinées à l'alimentation animale [29]. D'autres firmes sont sur le créneau, comme EnviroFlight, basée à Yellow Springs, Ohio, qui vend ces larves aux zoos et aux propriétaires d'animaux de compagnie [29]. L'UE finance un projet de recherche sur le sujet, appelé PROteINSECT (en) [29]. En France, l'entreprise Ynsect s'est lancée sur la production de ténébrion meunier, un scarabée, s'appuyant entre autres sur l'apport en capital de New Protein Capital, un fonds d'investissement de Singapour basé sur ce secteur [30].

Contrôle des aliments[modifier | modifier le code]

On cherche à étudier les paramètres qui sont de bons indicateurs de l'utilisation digestive de l'animal.

Certains dosages sont réalisés pour un aliment et une espèce donnée.

  • Teneur en matière sèche (MS). C'est la masse restante après un chauffage de l'aliment à 103 °C pendant quatre heures.
  • Teneur en cendre. C'est la masse restante après incinération de l'aliment à 550 °C pendant six heures. Elle correspond aux minéraux.

Matière organique (MO) des aliments = MS - cendres

  • Dosage de la matière azotée par la méthode de Kjeldahl. On minéralise l'aliment avec de l'acide sulfurique. Les différentes formes d'azote (sauf les nitrates) se retrouvent sous la forme de sulfate d'ammonium. L'azote du sulfate d'ammonium est dosé sous forme d'ammoniac. Comme les protéines contiennent environ 16 % d'azote (N), alors on peut dire % protéines = %N * (100/16)
  • Dosage des matières grasses. Elles sont solubilisées dans de l'éther de pétrole, séparées de l'éther et pesées. Cependant tous les lipides ne sont pas solubilisés et inversement on trouve dans les substances solubilisées des composés non lipidiques comme certains pigments.
  • Teneur en glucides intracellulaires/extractif non azoté (ENA).
  • CB (cellulose brute), obtenue après hydrolyse acide puis basique. ENA = MO - MA - CB - MG.
  • teneurs en certains toxiques (métaux lourds notamment).

Adjuvants divers[modifier | modifier le code]

La liste des adjuvants autorisés varie suivant les pays. Parmi ceux qui font polémique en 2018, on peut citer les antibiotiques autorisés aux États-Unis, notamment[31]. L'un des plus fréquemment utilisé est la monensine commercialisé sous le nom de Rumensin[32] (toxique pour les chevaux).

Les cas des organochlorés[modifier | modifier le code]

Plusieurs crises ou « scandales alimentaires » proviennent d'organochlorés dans l'alimentation animale. Le 27 décembre 2010, le mécanisme européen RASFF a été lancé par l'Allemagne, à la suite d'analyses aléatoires d'acides gras ayant détecté des taux excessifs de dioxine dans des acides gras utilisés en alimentation animale (jusqu'à 77 fois le niveau de tolérance de l'Union européenne). Ces produits sont susceptibles d'être bioconcentrés dans la chaine alimentaire. Des tests ultérieurement ont effectivement montré des taux de dioxine dépassant le seuil de tolérance dans des œufs, des volailles et porcs provenant d'exploitations ayant utilisé ces aliments contaminés (aussi retrouvés au Danemark et en France). Dans ce cas, le producteur savait au moins depuis mars 2010 que les produits qu'il vendait étaient contaminés[33].

La production d'alimentation animale ou d'additifs pour l'alimentation des animaux est en Europe cadrée par des contrôles (règlement (CE) no 183/2005, règlement (CE) no 882/2004 et règlement (CE) no 1831/2003), et une législation fixant des concentrations en dioxine (règlements de la Commission (CE) no 1881/2006 et (CE) no 1883/2006)[34],[35].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laetitia Marnay et Pauline Doligez, Elaborer une ration alimentaire, Institut français du cheval et de l'équitation, , 8 p. (lire en ligne)
  2. a et b Christine Cuvelier et Isabelle Dufrasne, L’alimentation de la vache laitière : Aliments, calculs de ration, indicateurs d’évaluation des déséquilibres de la ration et pathologies d’origine nutritionnelle, Livret de l’agriculture, Liège, Belgique, Université de Liège, 105 p. (lire en ligne)
  3. Peter A. Abrams, Life History and the Relationship Between Food Availability and Foraging Effort ; Ecology Volume 72, Issue 4 (August 1991) pp. 1242-1252 (résumé)
  4. Code sanitaire pour les animaux terrestres, vol. I : Dispositions générales, OIE, Organisation mondiale de la santé animale, , 5 p. (ISBN 978-92-95108-04-2, lire en ligne), chap. 6.3 - Maîtrise des dangers zoosanitaires et sanitaires associés à l’alimentation animale.
  5. J. Noblet, V. Bontems et G. Tran, « Estimation de la valeur énergétique des aliments pour le porc », INRA Prod. Anim., vol. 16, no 3,‎ , p. 197-210 (lire en ligne)
  6. B7-II Nourrir les volailles, B7 Produire et commercialiser des œufs et de la volaille, Edition LMZ, 46 p. (lire en ligne)
  7. I. Bouvarel, Y. Nys, M. Panheleux et P. Lescoat, « Comment l'alimentation des poules influence la qualité des œufs ? », INRA Productions animales, vol. 23, no 2 « Numéro spécial "Qualité de l’œuf" »,‎ , p. 167-182 (ISSN 0990-0632, lire en ligne)
  8. Jean-Marie Bourre, « Alimentation animale et valeur nutritionnelle induite sur les produits dérivés consommés par l’homme : Les lipides sont-ils principalement concernés ? », Oléagineux, Corps gras, Lipides, vol. 10,‎ , p. 405–424 (ISSN 1258-8210 et 1950-697X, DOI 10.1051/ocl.2003.0405, lire en ligne)
  9. Jean Lessirard, Catherine Bouvier et Jean-Yves Dupré, Amélioration de la qualité nutritionnelle des produits alimentaires - Analyse de la démarche mise en œuvre par la filière Bleu Blanc Cœur - Propositions pour une Agriculture à vocation Nutrition - Santé, Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (no CGAAER 1824), , 71 p. (lire en ligne)
  10. SEGRAFO Ouest, Alimentation animale et qualité du lait (Travail bibliographique), Cesson Sévigné, France, , 4 p. (lire en ligne)
  11. « Le type de conservation du maïs joue sur la conduite de stockage », sur Arvalis-info, (consulté le 17 octobre 2018)
  12. Rex Newkirk, Soja - Guide de l'industrie de l'alimentation animale, Winnipeg, Manitoba, Canada, Canadian International Grains Institute, , 54 p. (lire en ligne)
  13. Plus d'indépendance en soja d'importation pour l'alimentation animale en Europe, le cas de la France
  14. Pascal Rabiller, « Sojalim, nouvel atout de la reconquête du soja français », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  15. Sciences et Avenir/AFP, « Soja brésilien : les dessous de la moisson miraculeuse », 18 février 2014, lire en ligne
  16. Emmanuel Mingasson, « Faisabilité d'une filière soja non OGM en Rhône - Alpes », sur Chambres d'agriculture Rhônes-Alpes, (consulté le 18 octobre 2018)
  17. Amendement sur le développement d'une filière animale française capable de se substituer aux importations de soja génétiquement modifié sur le site du Sénat
  18. « OGM : les études de toxicité à long terme sont quasi-inexistantes », bioconsomacteur.org, 14 novembre 2012, lire en ligne
  19. « Rations sèches Plus de lait, Moins de travail, Mais à quel prix ? », sur Chambre d'agriculture de Meurthe-et-Moselle (consulté le 18 octobre 2018)
  20. St-Hilaire, S., K. Cranfill, M. A. McGuire, E. E. Mosley, J. K. Tomberlin, L. Newton, W. Sealey, C. Sheppard, and S. Irvin. 2007. Fish ofal recycling by the black soldier fly produces a foodstuff high in Omega-3 fatty acids ; J. World Aquaculture Soc. 38:309-313
  21. Bondari, K., and D. C. Sheppard. 1981. Soldier fly larvae as feed in commercial fish production. Aquaculture. 24:103-109
  22. (en)G.L. Newton, D.C. Sheppard, and G.J. Burtle, « Research Summary: Black Soldier Fly Prepupae - A Compelling Alternative to Fish Meal and Fish Oil », sur eXtension - America's Research-based Learning Network, (consulté le 28 juillet 2014).
  23. (en) D. S. J. V. Vodounnou, A. M. S. Djissou, D. N. S. Kpogue, H. Dakpogan, G .A. Mensah et E.D. Fiogbe, « Review about the use of the Invertebrates in Pisciculture: Termites, Earthworms and Maggot », International Journal of Multidisciplinary and Current Research, no 3,‎ (ISSN 2321-3124, lire en ligne)
  24. (en) Nguyen, Huu Yen Nhi, « Utilization of earthworms (Perionix excavatus) as a proetin source for growing fingerling Marble gobi (Oxyeleotris marmoratus) and Tra catfish (Pangasius hypophthalmus) » (consulté le 28 juillet 2016)
  25. M. Henry, L. Gasco, G. Piccolo et E. Fountoulaki, « Review on the use of insects in the diet of farmed fish: Past and future », Animal Feed Science and Technology, vol. 203,‎ , p. 1–22 (DOI 10.1016/j.anifeedsci.2015.03.001, lire en ligne)
  26. Newton, G. L., C. V. Booram, R. W. Barker, and O. M. Hale. 1977. Dried Hermetia illucens larvae meal as a supplement for swine. J. Anim. Sci. 44:395-399
  27. Hale, O. M. 1973. Dried Hermetia illucens larvae (Stratiomyidae) as a feed additive for poultry. J. Ga. Entomol. Soc. 8:16-20
  28. Arnold van Huis, Joost Van Itterbeeck, Harmke Klunder, Esther Mertens, Afton Halloran, Giulia Muir et Paul Vantomme, Insectes comestibles: Perspectives pour la sécurité alimentaire et l’alimentation animale, Rome, Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, coll. « Etudes FAO Forêts » (no 171), , 207 p. (ISBN 978-92-5-207595-0, lire en ligne)
  29. a, b et c Kai Kupferschmidt, "Buzz food", Science, 16 octobre 2015. Vol. 350 no. 6258 pp. 267-269 ; DOI: 10.1126/science.350.6258.267
  30. Ynsect lève 5,5 millions d’euros pour tester sa raffinerie d’insectes, Usine nouvelle, 20 décembre 2014
  31. Marie-Céline Ray, « Alimentation animale : l'OMS demande une réduction des antibiotiques », sur Futura-Santé, (consulté le 18 octobre 2018)
  32. (en) « Use of Rumensin in Dairy Diets », sur dairy diets, (consulté le 18 octobre 2018)
  33. Question parlementaire Union européenne ; 28 janvier 2011 E-000640/2011 Question intitulée "Dioxines dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux" ; avec demande de réponse écrite à la Commission Article 117 du règlement Sabine Wils (GUE/NGL)
  34. Directive 2008/76/CE de la Commission du 25 juillet 2008 modifiant l'annexe I de la directive 2002/32/CE du Parlement européen et du Conseil sur les substances indésirables dans les aliments pour animaux. Journal officiel de l'Union européenne, L 198/37.
  35. Aliments pour animaux European Food Safety Authority, page contenant une présentation générale et de nombreux liens vers les directives de la Commission européenne (consultée le 19 septembre 2016).