Oecophylla smaragdina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Fourmi tisserande (Oecophylla smaragdina) est une espèce d'insectes de la famille des Formicidae, sous-famille des Formicinae, de la tribu des Oecophyllini et du genre Oecophylla. C'est l'espèce type pour le genre.

Description[modifier | modifier le code]

La reine, de couleur vert clair, mesure de 13 à 16 mm. Le mâle, de couleur noire, est beaucoup plus grêle et mesure de 6 à 6,5 mm. Les ouvrières sont d'une couleur variant du rouge à l'orangé et mesurent entre 3,5 et 9,5 mm[1].

Biologie[modifier | modifier le code]

Nid

Elle a la particularité de coudre les feuilles des arbres où elle habite avec le fil de soie que ses larves produisent[2],[3],[4]. Une colonie adulte (généralement âgée de trois ans ou plus[5]) contient environ 500 000 individus[6]. Les colonies (dispersées en plusieurs nids) peuvent être formées d'une ou de plusieurs reines (cas plus rares)[6],[2].

Dans de nombreux pays on la mange pour son gastre riche en vitamine C et pour son goût acidulé. Sous cette forme alimentaire, cette fourmi est appelée « kroto ». Mais ce mets est surtout destiné aux oiseaux en captivité.

Le rôle d'Oecophylla smaragdina dans la lutte contre les insectes ravageurs (tels que les Alcidodes (en), les Helopeltis (en) et Selenothrips rubrocinctus) a été établi de nombreuses fois[3],[7],[8],[9],[10],[11],[12]. O. smaragdina protège par exemple le cocotier du coréidé Amblypelta cocophaga[13]. Elle serait efficace contre au moins 40 espèces d'insectes ravageurs[14]. Les fourmis de ce genre sont par exemple des prédatrices des moucherons de la famille des Cecidomyiidae[15]. O. smaragdina est aussi un moyen efficace de lutter contre Bactrocera jarvisi[15], une mouche des fruits causant des problèmes chez le papayer ou encore le manguier. Leur emploi à ce poste remonterait au moins au IVe siècle apr. J.-C., en Chine[16]. Cependant, leur utilisation dans les vergers pourrait entraîner des effets négatifs à l'exemple d'une diminution de l'activité des pollinisateurs (notamment des méliponides du genre Trigona (en)) sur les arbres[17]. Elles sont même efficace dans la protection des plantations de cocotiers contre les rongeurs[14].

Ces fourmis sont associées aux bactéries acétiques et aux bactéries de la famille des Lactobacillaceae[8]. En outre, elles sont victimes d'endoparasitisme d'hyménoptères de la famille des Chalcididae[18]. Les larves d'Oecophylla smaragdina sont victimes des larves de Liphyra brassolis (un papillon de la famille des Lycaenidae). Elles sont aussi la proie de l'araignée Cosmophasis bitaeniata, qui infiltre les colonies en imitant le profil chimique des fourmis[19]. Parmi les autres fourmis, O. smaragdina est en compétition avec les Iridomyrmex, les Podomyrma (en), Anonychomyrma gilberti et Pheidole megacephala[20],[4].

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de cette espèce comprend l'Inde, la République populaire de Chine, l'Australie (où ce serait la seule espèce du genre Oecophylla) et les Philippines[1]. Elle est notamment présente sur les îles Baratang, Andaman du Sud et de La Petite Andaman[21]. D'autres sources indiquent également la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande. Elles existent aussi en Afrique de l'Est[22].

Ouvrière de couleur rouge, sur une feuille, en Inde.
Oecophylla smaragdina (Parc national du Gunung Mulu, Malaisie)
Vue de dessus
En position défensive

Systématique[modifier | modifier le code]

Synonymie[modifier | modifier le code]

Formica smaragdina Protonyme

  • Camponotus smaragdinus (Fabricius)
  • Echophylla virescens (Fabricius)
  • Formica Smaragdina Fabricius
  • Formica macra Guérin-Méneville
  • Formica virescens Fabricius
  • Formica viridis Kirby
  • Formica zonata Guérin-Méneville
  • Lasius virescens (Fabricius)
  • Oecophylla macra (Guérin-Méneville) [Senior synonym of macra Roger, 1863b: 10; Dalla Torre, 1893: 176]
  • Oecophylla virescens (Fabricius) [Senior synonym of virescens: Mayr, 1872: 143; Taylor & Brown, D.R. 1985: 127]
  • Oecophylla viridis (Kirby) [Senior synonym of viridis: Smith, F. 1857a: 53; Taylor & Brown, D.R. 1985: 127]
  • Oecophylla zonata (Guérin-Méneville) [Senior synonym of zonata Roger, 1863b: 10; Dalla Torre, 1893: 176]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Fourmi tisserande en français. Asian Weaver Ant en anglais.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Oecophylla smaragdina smaragdina
  • Oecophylla smaragdina fuscoides
  • Oecophylla smaragdina gracilior
  • Oecophylla smaragdina gracillima
  • Oecophylla smaragdina selebensis
  • Oecophylla smaragdina subnitida

Élevage[modifier | modifier le code]

Oecophylla smaragdina, comme la plupart des espèces de fourmis, peut être maintenue en captivité.

  • On peut maintenir Oecophylla smaragdina dans un arbre à tube.
  • Mais la meilleure méthode d'élevage d'Oecophylla smaragdina consiste à lui fournir un arbuste en pot trempant dans une cuvette d'eau qui évitera que certaines fourmis s'évadent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Species: Oecophylla smaragdina (Fabricius, 1775) », AntWeb (consulté le 9 septembre 2014).
  2. a et b Sudd, John H., The Behavioural Ecology of Ants, Springer Netherlands, (ISBN 9789400931237 et 9400931239, OCLC 858944068, lire en ligne)
  3. a et b Resh, Vincent H. et Cardé, Ring T., Encyclopedia of insects, Elsevier/Academic Press, (ISBN 9780080920900 et 008092090X, OCLC 500570904, lire en ligne)
  4. a et b Lach, Lori., Parr, Catherine L. et Abbott, Kirsti L., Ant ecology, Oxford University Press, (ISBN 9780199544639, 0199544638 et 9780199592616, OCLC 430496986, lire en ligne)
  5. Dorthe Birkmose, Joachim Offenberg, Mogens Gissel Nielsen et Renkang Peng, « Potential of using multiple founding queens and pupae transplantation to boost early colony growth of the weaver ant, Oecophylla smaragdina », Asian Myrmecology, vol. 5, no 1,‎ , p. 177–184 (DOI 10.20362/am.005018, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  6. a et b (en) E. A. Schlüns, B. J. Wegener, H. Schlüns et N. Azuma, « Breeding system, colony and population structure in the weaver ant Oecophylla smaragdina », Molecular Ecology, vol. 18, no 1,‎ , p. 156–167 (ISSN 1365-294X, DOI 10.1111/j.1365-294X.2008.04020.x, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  7. (en) Keith Christian, La Pham Lan et Renkang Peng, « Weaver Ant Role in Cashew Orchards in Vietnam », Journal of Economic Entomology, vol. 107, no 4,‎ , p. 1330–1338 (ISSN 0022-0493, DOI 10.1603/EC14039, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  8. a et b (en) Kok-Gan Chan, Wai-Fong Yin, Wah-Seng See-Too et Hoi-Sen Yong, « Microbial Community Composition Reveals Spatial Variation and Distinctive Core Microbiome of the Weaver Ant Oecophylla smaragdina in Malaysia », Scientific Reports, vol. 8, no 1,‎ , p. 10777 (ISSN 2045-2322, PMID 30018403, PMCID PMC6050294, DOI 10.1038/s41598-018-29159-2, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  9. RK Peng et K Christian, « The weaver ant,Oecophylla smaragdina(Hymenoptera: Formicidae), an effective biological control agent of the red-banded thrips,Selenothrips rubrocinctus(Thysanoptera: Thripidae) in mango crops in the Northern Territory of Australia », International Journal of Pest Management, vol. 50, no 2,‎ , p. 107–114 (ISSN 0967-0874, DOI 10.1080/09670870410001658125)
  10. (en) Jose Mathew et G. K. Mahapatro, « Role of Red-Ant, Oecophylla smaragdina Fabricius (Formicidae: Hymenoptera) in Managing Tea Mosquito Bug, Helopeltis species (Miridae: Hemiptera) in Cashew », Proceedings of the National Academy of Sciences, India Section B: Biological Sciences, vol. 86, no 2,‎ , p. 497–504 (ISSN 2250-1746 et 0369-8211, DOI 10.1007/s40011-014-0474-9, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  11. Decha Wiwatwitaya, Nguyen Thi Thu Cuc et Joachim Offenberg, « The effectiveness of weaver ant (Oecophylla smaragdina) biocontrol in Southeast Asian citrus and mango », Asian Myrmecology, vol. 5, no 1,‎ , p. 139–149 (DOI 10.20362/am.005015, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  12. Peng, R. K., Implementing ant technology in commercial cashew plantations and continuation of transplanted green ant colony monitoring : a report for the Rural Industries Research and Development Corporation, Rural Industries Research and Development Corp, (ISBN 0642587981 et 9780642587985, OCLC 224067826, lire en ligne)
  13. Greenslade, P. J. M., A guide to ants of South Australia., South Australian Museum, (ISBN 0724353704 et 9780724353705, OCLC 7810128, lire en ligne)
  14. a et b M. Way, « Role Of Ants In Pest-Management », Annual Review of Entomology, vol. 37, no 1,‎ , p. 479–503 (ISSN 0066-4170, DOI 10.1146/annurev.ento.37.1.479, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  15. a et b Siddiq, Muhammad, 1957-, Brecht, Jeffrey K., 1942- et Sidhu, Jiwan S.,, Handbook of mango fruit : production, postharvest science, processing technology and nutrition (ISBN 9781119014386, 1119014387 et 9781119014379, OCLC 975998407, lire en ligne)
  16. (en) Pei Yang et H. T. Huang, « The Ancient Cultured Citrus Ant », BioScience, vol. 37, no 9,‎ , p. 665–671 (ISSN 0006-3568, DOI 10.2307/1310713, lire en ligne, consulté le 26 décembre 2018)
  17. (en) Koji Nakamura, Harlion, Ahsol Hasyim et Kazuki Tsuji, « Asian weaver ants, Oecophylla smaragdina, and their repelling of pollinators », Ecological Research, vol. 19, no 6,‎ , p. 669–673 (ISSN 1440-1703 et 0912-3814, DOI 10.1111/j.1440-1703.2004.00682.x, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  18. (en) Chris Darling, « A new species of Smicromorpha (Hymenoptera, Chalcididae) from Vietnam, with notes on the host association of the genus », ZooKeys, vol. 20,‎ , p. 155–163 (ISSN 1313-2970, DOI 10.3897/zookeys.20.195, lire en ligne, consulté le 25 décembre 2018)
  19. Blomquist, Gary J. et Bagnères, Anne-Geneviève., Insect hydrocarbons : biology, biochemistry, and chemical ecology, Cambridge University Press, (ISBN 9780511712562, 0511712561 et 9780511711909, OCLC 642205410, lire en ligne)
  20. Hölldobler, Bert., The ants, Springer-Verlag, (ISBN 3540520929, 9783540520924 et 0674040759, OCLC 59905118, lire en ligne)
  21. (en) K. Veenakumari, Ali Musthak et Mohanraj Prashanth, « Formicidae of the Andaman and Nicobar Islands (Indian Ocean: Bay Of Bengal) », Journal of Insect Science, vol. 10, no 1,‎ (PMID 21062206, PMCID PMC3016900, DOI 10.1673/031.010.14132, lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)
  22. (en) A. C. Cole, Jr. et J. W. Jones, Jr., « A Study of the Weaver Ant, Oecophylla smaragdina (Fab.) », American Midland Naturalist, vol. 39, no 3,‎ , p. 641-651 (lire en ligne).
  23. Fabricius, 1775: Systema entomologiae, sistens insectorum classes, ordines, genera, species, adiectis synonymis, locis, descriptionibus, observationibus. Libraria Kortii, Flensburgi et Lipsiae. 832 pp.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]