Parti des travailleurs (Algérie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti des travailleurs
حـزب العـمّـال
Akabar n Yixeddamen
Image illustrative de l’article Parti des travailleurs (Algérie)
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire générale, porte-parole Louisa Hanoune
Fondation
Siège 02, Rue Belkheir Belkacem
16131 El-Harrach
Drapeau de l'Algérie Algérie
fondateurs Mustapha Ben Mohamed
Devise Le Parti qui dit ce qu'il fait et qui fait ce qu'il dit
Secrétaires Nationaux Chargé des relations internes :
Youssef Tazibt
Chargé des relations extérieures et la communication:
Djelloul Djoudi
Chargé de l'organique :
Hamid Boubaghla
Chargé de la trésorie :
Karim Labchri
Chargé de la Jeunesse:
Rezki Yaiche
Mouvement de jeunesse Organisation des jeunes pour la révolution (OJR)
Journaux Fraternité !
Expression Jeunesse
Expression Femmes
Positionnement Extrême gauche
Idéologie Internationalisme
Marxisme
Trotskisme
Socialisme
Communisme
Féminisme
Affiliation nationale Forces du pacte de l'Alternative démocratique
Affiliation internationale Entente internationale des travailleurs et des peuples
Couleurs Rouge et noir
Site web pt.dzVoir et modifier les données sur Wikidata
Représentation
Élus APW
28  /  2004
Élus APC
510  /  24876

Le Parti des travailleurs (PT) (en arabe : حـزب العمـال, en berbère: Akabar n Yixeddamen), est un parti politique algérien trotskyste.

Le premier secrétaire générale du parti était Mustapha Ben Mohamed de 1990 à 2003 tandis que sa secrétaire générale actuelle, Louisa Hanoune, était porte-parole. En 2003 elle devient secrétaire générale. En 2004 Louisa Hanoune fut la première femme du monde arabe à se présenter comme candidate à une élection présidentielle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de ce parti est issue du Premier congrès public de l’Organisation socialiste des travailleurs (OST) qui devient le Parti des travailleurs le , soit une année après la réforme constitutionnelle de 1989 par laquelle le multipartisme fut instauré. L'Organisation socialiste des travailleurs se référait elle aussi à la tradition trotskyste.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le PT est un parti socialiste de tradition trotskyste. Le parti soutient l'annulation des dettes internationales, est favorable à l'éducation obligatoire jusqu'à l'âge de 16 ans et à la nationalisation des ressources naturelles.

Le Parti des travailleurs demande l'élection d'une Assemblée constituante au suffrage universel direct et au scrutin secret.

Dans l'immédiat, le Parti des travailleurs considère que les questions majeures sont :

  • La libération de tous les prisonniers politiques.
  • La résolution de la question des personnes disparues.
  • Le droit d'organisation
  • La restauration de toutes les libertés démocratiques, y compris la levée de l'état d'urgence et de toutes les mesures d'urgence, la restauration de la liberté de la presse et l'autorisation de l'activité syndicale.
  • Le respect du système multipartite.
  • L'égalité des droits entre les femmes et les hommes, ce qui impliquerait l'abrogation du Code de la famille et la promulgation de lois civiles donnant aux femmes la pleine citoyenneté,
  • La reconnaissance du tamazight comme langue officielle, et qu'il soit enseigné dans les écoles et utilisé dans les institutions publiques.
  • Le droit à un travail permanent pour tous ceux qui vivent.
  • Une échelle mobile des salaires et des pensions, indexée sur le coût de la vie.
  • Le maintien du système de sécurité sociale et de l'indemnité de retraite.
  • Le droit à la négociation collective.
  • Le maintien des postes actuels dans le secteur public
  • L'interdiction de tout salaire inférieur au salaire minimum.
  • La ratification de toutes les conventions de l'OIT
  • L'établissement d'un revenu minimum pour les demandeurs d'un premier emploi et d'une indemnité de chômage pour les travailleurs licenciés.

Pour atteindre ses objectifs, le Parti des travailleurs est favorable à l'utilisation des instruments de la démocratie, de l'action politique et des groupes organisés de travailleurs.[1]

Organisation[modifier | modifier le code]

Section[modifier | modifier le code]

Comité central[modifier | modifier le code]

Le comité central établi des commissions nationales permanentes. Chaque commission placée sous la responsabilité d'un des membres du secrétariat du bureau politique qui détermine le programme des réunions.

Les commissions permanentes du PT sont les suivantes :

  1. Commission ouvrière
  2. Commission de la femme travailleuse
  3. Commission de la jeunesse
  4. Commission du journal du PT, Fraternité
  5. Commission de l'économie et de la formation
  6. Commission des Finances
  7. Commission agricole
  8. Commission des élus
  9. Commission de l'organisation des activités et coordination avec les bureaux des wilayas
  10. Commission du courrier

Les bureaux des wilayas créent des commissions (ouvrière, agricole, femmes travailleuses, jeunes par exemple) qui fonctionnent en coordination avec les commissions nationales permanentes.

Bureau politique[modifier | modifier le code]

Secrétariat du bureau politique[modifier | modifier le code]

Secrétariat général[modifier | modifier le code]

Organes de coordination[modifier | modifier le code]

  • Bureau communal
  • Bureau de Wilaya

Schéma de la hiérarchie de la direction du PT[modifier | modifier le code]

 
 
 
Secrétariat du bureau politique du PT
7 membres
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bureau politique du PT
21 membres
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Comité central du PT
107 membres
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
la base militante du PT
 
 
 

Congrès[modifier | modifier le code]

Élections[modifier | modifier le code]

Présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat 1er tour Résultats
Voix % Rang
2004 (direct) Louisa Hanoune 101 630 voix 1,00 classée 5e Abdelaziz Bouteflika Réélu
2009 (direct) Louisa Hanoune 649 632 4,22 classée 2e Abdelaziz Bouteflika Réélu
2014 (direct) Louisa Hanoune 157 792 1,37 classée 4e Abdelaziz Bouteflika Réélu

Législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Gouvernement
1997 194 493 1,85 8e
4  /  380
Opposition
2002 245 770 3,30 6e
21  /  389
Opposition
2007 291 312 5,08 5e
26  /  389
Opposition
2012 283 585 3,04 5e
24  /  462
Opposition
2017 191 965 2,97 9e
11  /  462
Opposition (Le PT décide de la démission définitive de son groupe parlementaire de L'APN à partir du )

La secrétaire générale du Parti, Louisa Hanoune, annonce le que son parti boycottera les élections législatives algériennes de 2021[5].

Locales[modifier | modifier le code]

Des assemblées populaires de wilayas (APW)[modifier | modifier le code]

Des assemblées populaires communales (APC)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vitrine », sur pt.dz, (consulté le 3 novembre 2020)
  2. a et b APN, « LES MEMBRES DE L'APN 8 ème LEGISLATURE : Résultats de recherche (députés PT) » [archive du 8 novembre 2019 16:04:39 utc], sur www.apn.dz (consulté le 8 novembre 2019)
  3. Pica Ouazi, « L'affaire Saïd Bouteflika, Toufik, Tartag, et Louisa Hanoune connaît un nouveau développement », www.observalgerie.com, Paris,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Pascal Priestley (photogr. AP Photo), « Algérie : la lourde condamnation de Louisa Hanoune, cible choisie de la justice militaire du régime », information.tv5monde.com, Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2019)
  5. Le PT décide de boycotter les élections législatives, site liberte-algerie.com, 15 mars 2021.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]