Soufiane Djilali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Djilali.
Soufiane Djilali
سفيان جيلالي
Soufiane Djilali.
Soufiane Djilali.
Fonctions
Président du parti Jil Jadid (Nouvelle Génération)
En fonction depuis le
Biographie
Nom de naissance Soufiane Djilali
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Blida (Algérie)
Nationalité Drapeau : Algérie Algérien
Parti politique Jil Jadid
Diplômé de Université Paris 6
Profession Docteur en médecine vétérinaire

Soufiane Djilali est un homme politique algérien, né le 16 septembre 1958 à Blida. Président du parti Jil jadid (« Nouvelle Génération »), ancien membre désigné du Conseil national de transition (1994-1997), il se déclare, le , candidat à l'élection présidentielle de 2014[1],[2]. Le , il annule sa participation après la décision du président sortant de se représenter pour un 4e mandat[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième de quatre enfants, il est issu d’une ancienne famille algéroise, les Djilali. Son oncle est le théologien et historien algérien Abderrahmane Djilali[4]. Il a grandi à El Anasser (ex-Ruisseau) à Alger où il fréquente durant son enfance l’école primaire du Mirabeau du Ruisseau, puis le lycée El Thaalibya à Hussein Dey. Il termine son cycle secondaire au lycée El Idrissi du Champ de Manœuvres.

Il pratique durant son adolescence les sports équestres (le saut d'obstacles) : il est champion d’Algérie en 1975 et du Maghreb à Tunis en 1978.

Formation scientifique[modifier | modifier le code]

Durant ses études en France, il publia des articles de vulgarisation en tant que journaliste scientifique, en particulier dans un journal spécialisé, La semaine Vétérinaire.

Il a aussi publié ses travaux de recherche dans des revues scientifiques en relation avec la biologie d’un rétrovirus, ses modes de réplication, les cellules-cibles ainsi que la mise au point de la production et la caractérisation des anticorps monoclonaux pour la définition de catégories lymphocytaires T du système immunitaire.

Vie politique[modifier | modifier le code]

  • Parcours politique
    • 1989, il s’engage au Parti du renouveau algérien (PRA), en juin 1990, il devient secrétaire général du parti.
    • 1991 et 1997, il se présenta aux élections législatives et locales.
    • 1994 à 1997 membre désigné du Conseil national de transition
    • 1995, il a été désigné directeur de la campagne présidentielle pour le candidat du PRA.
    • mai 1999, en désaccord avec le président d’alors du PRA, il démissionna du parti[5].
    • 2000, il fonde le Mouvement pour les Libertés et le Développement, mais le Ministère de l’intérieur refusa de lui octroyer l’agrément[6].
    • 2001, il fonde avec des personnalité de divers horizons, le parti politique El Badil, mais encore une fois, le pouvoir refusa l’octroi des autorisations nécessaires pour organiser le Congrès[7].
    • 2009, il anima un site internet, « forum-democratique.com ».

Le champ politique étant fermé[8], il se consacra à l’écriture et à la publication de très nombreuses contributions dans des quotidiens nationaux. Quelques-uns de ses textes les plus importants ont été regroupés et publiés sous forme d’ouvrages[9].

Le Parti Jil Jadid[modifier | modifier le code]

Sous l’effet de la pression du printemps arabe, le pouvoir rouvre le champ politique[10]. Jil Jadid organise son congrès constitutif le et élit Soufiane Djilali en tant que président.

Le 30 mars 2013, il lance, avec l'ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour et Ahmed Mechati, un appel pour une alliance stratégique entre les forces du changement. Un changement qui doit se faire d’abord à travers la mobilisation citoyenne autour de quatre points essentiels : non à un quatrième mandat pour le président Bouteflika, non à l’allongement de son mandat, non à la révision de la Constitution et non à la manipulation des résultats des élections présidentielles[11],[12]. Le , il est désigné par son parti Jil jadid (« Nouvelle Génération ») pour se porter candidat à l'élection présidentielle de 2014.

Publications[modifier | modifier le code]

En 1993,il publie Que veut le P.R.A ?: Histoire d'une démocratie refusée[13]. En 2002, il publia un essai : L’Algérie, Une Nation en Chantier, et en 2010, son dernier ouvrage intitulé L’Algérie en Question.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Soufiane Djilali, « Discours de candidature », sur lematindz.net,‎
  2. Hadjer Guenanfa, « Soufiane Djilali officiellement candidat à la présidentielle de 2014 », sur Tout sur l'Algérie,‎
  3. http://www.leconews.com/fr/actualites/nationale/politique/sofiane-djilali-se-retire-de-la-course-22-02-2014-167787_363.php
  4. Abdou Semmar, « Soufiane Djilali : "Si je suis élu Président, en deux ans, je donnerai à l’Algérie un nouveau visage" », sur algerie-focus.com,‎
  5. Brahim Taouchichet, « Soufiane Djilali, coordinateur de Jil Jadid : "Le pouvoir actuel est usé jusqu’à la corde" », sur Le Soir d'Algérie
  6. « Fiche biographique », sur algerie-livres.com
  7. « http://dzairinfos.com/article/conference-d-el-badil-nous-denoncons-l-abus-de-pouvoir-de-bouteflika » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. Arezki Aït-Larbi, « Algérie : Abdelaziz Bouteflika ferme le jeu », sur Ouest-France,‎
  9. Abdelkrim Sais, « L'Algerie, une nation en chantier de Soufiane Djilali », sur ecrivainsmaghrebins.blogspot.fr,‎
  10. « Ould Kablia autorise 10 nouveaux partis à organiser leur congrès », sur lematindz.net,‎
  11. « Conférence d'Ahmed Benbitour et de Sofiane Djilali : "Non à un 4e mandat pour Bouteflika" », sur lesoirdalgerie.com
  12. « Soufiane Djilali, président du parti [[Jil_jadid|Jil Jadid]], répond à "Mon Journal" », sur jiljadidbejaia.unblog.fr,‎
  13. « http://www.cca-paris-biblio.com/index.php?lvl=author_see&id=2810e8776c&biw=1280&bih=619 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)