Infodivertissement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Infotainment)
Aller à : navigation, rechercher

L'infodivertissement[1] ou information-divertissement[1] (en anglais : infotainment) est un genre de média fournissant à la fois de l'information et du divertissement. C'est un mot-valise fusionnant les mots « information » et « divertissement », tout comme le terme anglais original « infotainment » est la fusion des mots information et entertainment (divertissement).

Ce genre concerne des programmes de télévision ou de radio, des sites web et des médias sociaux. Le terme est souvent utilisé dans le cas d'une critique négative[2].

« L’infotainment désigne la tendance à traiter l’ensemble des programmes et des informations avec les procédés du divertissement. Cette méthode a pour but de rendre les informations plus facilement accessibles à un nombre élevé de personnes et donc de rendre le média concerné plus visible, plus vendu, plus vu »[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le terme « infotainment » est utilisé pour la première fois en septembre 1980 au Royaume-Uni, à la Conférence Aslib, l'Institut des scientifiques de l'information et de l'Association des bibliothécaires à Sheffield. « The infotainers » étaient un groupe de scientifiques de la communication qui avait mis en place une comédie qu’ils jouaient durant leurs conférences entre les années 1980 et 1990[réf. nécessaire]. À partir de 1983, terme « infotainment » a commencé à être de plus en plus utilisé[4], notamment pour remplacer petit à petit le terme « soft news » utilisé jusque-là par les théoriciens de la communication[5].

C'est durant les années 1990 que l'amincissement de la frontière entre information et divertissement se fait de plus en plus ressentir aux États-Unis[6]. Les années de présidence de George W. Bush favorisent l'explosion de ce type d'émissions[7].

En France, c'est l'animateur Jean-Luc Delarue qui est le premier à importer le concept à la télévision dans les années 1990[8]. Des émissions populaires françaises comme On n'est pas couché, Le Petit Journal[9], Le Grand Journal ou Quotidien sont parfois considérées comme de l'infodivertissement[10],[11].

Sur internet, le site BuzzFeed apparait en 2006. Ce dernier est connu pour la présentation de ses contenus, notamment les listes d'images, qui sont le plus souvent légers et peu fouillés[12]. Au cours des années 2000, de nombreux sites similaires voient le jour, l'infodivertissement est alors représenté par des sites tels que Melty, Topito, Koreus, Demotivateur, Minutebuzz ou Konbini, financés principalement par du marketing de contenu ou bien de la publicité native[13],[14].

Exemples d'émissions d'infodivertissement[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

  • 20h02 (La Deux)[15] : programme présenté par Bénédicte Deprez et Adrien Devyver (ou Thibaut Roland et Fanny Gillard comme remplaçants) qui montre un best-of de tout ce qui a circulé sur le web dans la journée.[réf. souhaitée]
  •  7 à la Une (La Une)[16] : magazine présenté par François Mazure mettant l'actualité de la semaine en perspective.[réf. souhaitée]
  • C’est vous qui le dites ! (VivaCité) : émission de radio lancée en septembre 2008 et présentée par Benjamin Maréchal, qui débat chaque matin sur un thème qui a fait l’actualité. Pas de spécialistes autour d’une table, mais un présentateur et des appels d’auditeurs qui donnent leur avis.[réf. souhaitée]

États-Unis[modifier | modifier le code]

  • Entertainment Tonight (CBS Television Distribution (en)) : émission d’information people. L'émission se présente dans son générique comme « The most watched entertainment newsmagazine in the world », soit « le magazine d'actualité sur le divertissement le plus regardé au monde »[5].
  • The Daily Show (Comedy Central) : émission satirique américaine qui prend la forme d'une parodie de journal télévisé et tourne en dérision l'actualité du moment, fait une satire des personnages politiques, des organisations médiatiques, et parfois de l'émission elle-même[5].
  • The Oprah Winfrey Show (ABC O&Os (en)) : talkshow américain (1986-2011) produit et présenté par Oprah Winfrey. C'était l'émission de divertissement la plus suivie dans l'histoire de la télévision américaine, avec plus de 22 saisons et 3 724 épisodes en novembre 2008. L'émission était influente, particulièrement chez les femmes, et plusieurs de ses sujets touchaient la conscience de la culture populaire américaine[5].

France[modifier | modifier le code]

Sur Internet[modifier | modifier le code]

De nombreux sites web qui offrent des actualités insolites, comme des contenus rédactionnels décalés, humoristiques ou surprenants, appartiennent au genre de l’infodivertissement. Les articles proposées par ces sites, connaissant un fort succès, sont relayés en masse sur les réseaux sociaux, car ils sont conçus spécialement dans ce but. Les sites diffusant ce genre de contenu comprennent BuzzFeed, Topito, Minutebuzz ou encore Demotivateur[17].

Critiques[modifier | modifier le code]

En France, les critiques des médias comme le sites Acrimed[18] ou Arrêt sur images[9],[19] dénoncent régulièrement ce genre de média : « L’infotainment est en effet à très faible teneur informative, toujours fédératrice des opinions, et grand public dans son traitement journalistique »[20].

Les émissions d’infodivertissement sont néanmoins un moyen pour plaire à un jeune public et donc de les garder informés et concernés par l’actualité[21]. L’audience n’est plus passive face aux flux d’informations, elle est pleinement engagée[22].

Une autre raison pour laquelle l’infodivertissement est décriée est le risque des fake news. En effet, les contenus se nourrissent des réseaux sociaux, de la circulation de vidéos virales, de la recherche de spectacle et de sensations, cela étant parfois perçu comme un manque de respect, voire de l’indécence[22].

Dans le secteur automobile[modifier | modifier le code]

Dans le secteur de l'automobile, on parle de système d’infodivertissement. Cela fait référence à des systèmes très sophistiqués à commande vocale et à écran tactile proposant de nombreuses fonctionnalités[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Commission d'enrichissement de la langue française (France), FranceTerme, 2006.
  2. François Frualdo, Information et divertissement : utilisation de l'infotainment dans les émissions d'actualité consacrées aux jeux vidéo - Mémoire de Master professionnel Journalisme, CNRS.fr (lire en ligne)
  3. « Définition : Infotainment », wearecom.fr,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Infotainment », sur Dictionary.com (consulté le 22 décembre 2017)
  5. a, b, c et d (en) « Infotainment - Television program », sur Britannica.com (consulté le 22 décembre 2017)
  6. (en) « Information As Entertainment », Carl Sessions Stepp, Chicago Tribune, 26 mars 1992.
  7. « Il était une fois l'infotainment », GQ.fr, 19 octobre 2010.
  8. « Jean-Luc Delarue : Retour sur l'inventeur de "l'infotainment" », Première.fr, 24 août 2012.
  9. a, b et c « Dupont-Aignan/Petit Journal : Nouvelle manip », Laure Daussy, Arrêt sur images.net, 25 janvier 2012.
  10. a et b « Entre neutralité et provoc' : pourquoi les politiques ne craignent pas les journalistes télé », Jean-Marie Durand, Les Inrocks.fr, 29 mars 2012.
  11. a, b et c « Les émissions de divertissement désormais incontournables pour les politiques », Anaëlle Grondin, 20 minutes.fr, 20 mars 2012.
  12. Vincent Coquaz, « Aspirateurs à clics jeunes : et maintenant, Buzzfeed », sur Arrêt sur images.net,
  13. Nicolas Rauline, « Buzzfeed va supprimer 100 postes et se réorganiser », sur Les Échos.fr,
  14. Jérôme Fenoglio, « En difficultés, « BuzzFeed » réduit ses effectifs », sur Le Monde.fr,
  15. « 2 nouveaux visages dans l'équipe du 20h02 ! », RTBF.be, (consulté le 18 décembre 2017)
  16. « Page web de l'émission », sur RTBF.be (consulté le 18 décembre 2017)
  17. « Konbini, Melty… Plongée dans les usines à clics », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  18. « La politique et le pluralisme à la télévision à l'épreuve des chiffres du CSA », Ian Eschstruth, Acrimed.org, 14 juin 2007.
  19. « Que pensent les politiques du Petit Journal ? », Anna Benjamin, Les Inrocks.com, 31 janvier 2012.
  20. « Informations à la solde du divertissement », Acrimed.org, 17 février 2005.
  21. Joëlle Desterbecq, « Les jeunes adultes de 18 à 25 ans et les émissions d’infotainment. Enjeux méthodologiques d’une étude de réception à visée comparative », sur uclouvain.be,
  22. a et b « L'infotainment, le meilleur ennemi de l'information », sur Influencia.net,
  23. (en) « What is In-Vehicle Infotainment (IVI)? », sur Webopedia.com (consulté le 18 décembre 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]