Flachères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flachères
Flachères
Le quartier de la mairie en 1913.
Blason de Flachères
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes de Bièvre Est
Maire
Mandat
Cyrille Madinier
2020-2026
Code postal 38690
Code commune 38167
Démographie
Gentilé Flachérois
Population
municipale
524 hab. (2017 en augmentation de 2,75 % par rapport à 2012)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 15″ nord, 5° 18′ 51″ est
Altitude 600 m
Min. 530 m
Max. 641 m
Superficie 5,94 km2
Élections
Départementales Canton du Grand-Lemps
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Flachères
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Flachères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flachères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flachères
Liens
Site web flacheres.fr

Flachères est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Autrefois, paroisse de la province du Dauphiné, Flachères est située dans la partie septentrionale du département de l'Isère et appartient à l'arrondissement de La Tour-du-Pin. la commune est également adhérente à la Communauté de communes de Bièvre Est, dont le siège est fixé dans la localité voisine de Colombe.

Ses habitants sont dénommés les Flachérois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Flachères et des communes voisines

Situation et description[modifier | modifier le code]

Située à mi-chemin entre les agglomérations de Grenoble et de Lyon, Flachères est une petite commune à vocation très nettement rurale, positionnée sur le plateau des Terres froides qui se situe dans la partie septentrionale du département de l'Isère.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le caractère géologique commun à la région des Terres froides est un sous-sol composé de molasse marine (pierre de grès tendre, mêlé d'argile et de quartz) datant de l'ère tertiaire recouvert par des alluvions, fluvio-glaciaires, déposés à l'ère quaternaire par la fonte des glaces. Le terme de terres froides est à opposer à celui de terres chaudes au sens où l'entendait Olivier de Serres, c'est-à-dire de terres productives. La plaine de Bièvre, situé au sud-ouest du territoire communal s'abaisse graduellement d'est en ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La région de Flachères présente un climat de type semi-continental[2] qui se caractérise par des précipitations généralement plus importantes au printemps et en été qu'en hiver.

Située dans le secteur (ou micro région) des Terres froides, où règne une sorte de micro-climat, le climat de cette portion de territoire est généralement plus froid que la plaine de Bièvre ou celle de Bourgoin, d'où son appellation. Il n'est donc pas rare en hiver, de trouver de la neige dans le secteur de cette commune alors que le reste du Nord-Isère en est dénué.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Flachères ne possède pas de cours d'eau notable. La partie méridionale de la commune compte cependant quelques étangs.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le bourg central de Flachères et ses principaux hameaux sont situés à l'écart des grandes voies de circulation. La seule route notable est la RD67 qui permet de relier la commune de Belmont, par raccordement avec la RD51h à la commune de Champier par raccordement avec la RD1085, route qui relie Bourgoin-Jallieu à Grenoble et qui passe à trois kilomètres à l'ouest du territoire de Flachères.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Flachères, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[3].

  • les Boutières
  • les Chaux
  • la Grand-Croix
  • les Barrées
  • la Forêt
  • Florencin
  • Fromenta
  • les Foulatières
  • les Platières
  • le Pilon
  • la Combe
  • Grand Buisson
  • le Terrier
  • le Recourd
  • les Chapottes
  • le Moulin
  • Bois Rivoirat
  • les Malices

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Flachères est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique, mais non loin de la zone n°4, située plus à l'est[4].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de Flachères est lié au mot latin « Flaccus » qui désigne un terrain boueux. Ce mot latin donnera en ancien français « flache »[5] qui désigne un creux ou un trou dans le sol remplie d'une eau stagnante[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le secteur actuel de la commune de Flachères se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Moyen Âge et Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Durant le printemps 1744, les habitants du village sont touchés par une épidémie dite « pourprée et pestilentielle » probablement le typhus, maladie liée au confinement et la sous alimentation pour ensuite disparaître et revenir l'année 1748 pour une période de trois mois[7].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1981 2001 Jean Biessy-Bonnet   agriculteur
2001 2014 Armand Quillon   Agriculteur
2014 En cours Cyrille Madinier LR Chef d'entreprise

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2017, la commune comptait 524 habitants[Note 1], en augmentation de 2,75 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380450470479534497517538534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506476511513512512502458445
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
410395372317319294257251253
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
241221216226256301431450510
2017 - - - - - - - -
524--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Ses fêtes les plus célèbres sont :

  • la « Farfouille » (grande brocante) qui a lieu le premier dimanche après le 14 juillet au stade communal [12],
  • la foire aux navets a lieu le dimanche qui précède le 11 novembre (légume, spécialité de la région rendu célèbre par l'impératrice Eugénie de Montijo),
  • le spectacle des Patoisants le deuxième week-end de mars.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, de la communauté de communes et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de Flachères et l'église paroissiale (propriété de la commune) dépendent de la Paroisse Sainte Marie de Bièvre-Liers qui est elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne. La maison paroissiale se situe près de l'église de la Côte-Saint-André[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Flachères

Patrimoine oral[modifier | modifier le code]

Langue régionale[modifier | modifier le code]

Carte linguistique du Dauphiné : Le dauphinois est un dialecte arpitan parlé dans le nord du Dauphiné

Historiquement, au niveau linguistique, le territoire de Flachères ainsi que l'ensemble du Nord-Isère, se situe au nord-ouest de l'agglomération grenobloise et au sud-ouest de l'agglomération lyonnaise. Son secteur se situe donc dans la partie centrale du domaine linguistique des patois dauphinois, laquelle appartient au domaine de la langues dite francoprovençal ou arpitan au même titre que les parlers savoyards, vaudois, Valdôtains, bressans et foréziens.

L'idée du terme, « francoprovençal », attribué à cette langue régionale parlée dans la partie centre-est de la France, différente du français, dit langue d'oil et de l'occitan, dit langue d'oc est l'œuvre du linguiste et patriote italien Graziadio Isaia Ascoli en 1873 qui en a identifié les caractéristiques, notamment dans le Grésivaudan, les pays alpins et la vallée de l'Isère, depuis sa source jusqu'à sa confluence avec le Rhône. .

Les légendes locales[modifier | modifier le code]

La Revue des traditions populaires évoque une légende dauphinoise liée à la paroisse de Flachères dénommé en patois local (Patois dauphinois de la langue francoprovençale) dénommée les « faboles du cura »[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Flachères Blason
Écartelé en sautoir : au 1er d'or au dauphin d'azur, barbé, crêté, oreillé, lorré et peautré de gueules, au 2e et 3e d'azur à trois branches de genêt de sinople fleuries d'or de sept pièces, au 4e de gueules au navet du lieu au naturel ; au sautoir en filet d'argent brochant sur la partition[15].
Détails
Création de Jean-François Binon adoptée par la municipalité le 8 novembre 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 18 juillet 2019
  2. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  3. Site géoportail, page des cartes IGN
  4. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  5. wikt:flache
  6. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, édition L'atelier, 2006
  7. "Bulletins de la Société dauphinoise d'ethnologie et d'anthropologie - 1894-1941" , page 70 et suiv., consulté le 18 juillet 2019
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Site de la mairie de Flachères, page sur la Farfouilleconsulté le 19 juillet 2019
  13. Site du diocèse de Grenoble-Vienne, page sur la Paroisse Sainte Marie de Bièvre Liers, consulté le 18 juillet 2019
  14. Revue des traditions populaires - 1886-1919 Tome VI du 15 mai 1891, page 307 et suivantes, consulté le 20 juillet 2019
  15. Flachères sur le site armorialdefrance.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]