Burcin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Burcin
Burcin
La mairie de Burcin.
Blason de Burcin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes de Bièvre Est
Maire
Mandat
Philippe Margnat
2020-2026
Code postal 38690
Code commune 38063
Démographie
Gentilé Burcinois
Population
municipale
431 hab. (2018 en augmentation de 4,11 % par rapport à 2013)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 56″ nord, 5° 26′ 18″ est
Altitude Min. 453 m
Max. 734 m
Superficie 6,69 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Grand-Lemps
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Burcin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Burcin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Burcin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Burcin
Liens
Site web www.burcin.fr

Burcin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune, autrefois rattachée à la province du Dauphiné, se situe dans le nord du département de l'Isère. La commune est adhérente à la communauté de communes de Bièvre Est, dont le siège est fixé dans la commune voisine de Colombe.

Ses habitants sont dénommés les Burcinois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Burcin et des communes limitrophes

Situation et description[modifier | modifier le code]

Burcin dont le territoire est traversé par l'autoroute A48 se positionne dans la micro-région des « Terres froides », une région naturelle de France située entre Bourgoin-Jallieu, La Tour-du-Pin et Voiron.

Il s'agit d'une petite commune essentiellement rurale constituée d'un bourg central de taille très modeste et de quelques hameaux. Burcin est situé à 18 km de Voiron, 25 km de Bourgoin-Jallieu.

Le centre-ville (mairie de Burcin) se situe (à vol d'oiseau) à 59 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 36 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 238 km de Marseille et 449 km de Paris[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Burcin
Val-de-Virieu
(depuis le 01/0/2019)
Châbons Burcin Oyeu
Colombe / Le Grand-Lemps

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Source de la Bourbre à Burcin

La commune abrite la source de la Bourbre, un affluent du Rhône, d'une longueur de 72,2 km[3]. Celles-ci est située au nord-ouest du bourg central et à quelques mètres de la mairie et de l'école de Burcin.

Climat[modifier | modifier le code]

Située dans la région naturelle des Terres froides, d'une altitude moyenne supérieure à 500 mètres, la commune présente un climat un peu plus froid que la plaine de Bièvre ou celle de Bourgoin qui l'entourent. Il n'est donc pas rare en hiver, de trouver de la neige dans le secteur de cette commune alors que le reste du Nord-Isère en est dénué.

Même si le terme de « Terre froides » ne relève que d'une simple appellation locale pas forcément en rapport avec le climat, on peut, cependant constater que durant la période hivernal, le climat peut être plus froid à Burcin en raison de l'altitude et de la présence de zones marécageuses.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Routes principales[modifier | modifier le code]

L'autoroute A48 qui relie l'agglomération Lyonnaise à celle de Grenoble traverse la partie méridionale du territoire communal depuis la commune d'Oyeu, au sud-est jusqu'à la commune de Châbons, située au nord-ouest.

La sortie d'autoroute la plus proche (A43) est celle qui dessert l'agglomération de Rives.

Selon la carte IGN, consultable sur le site géoportail, le territoire communal est également traversé par deux routes départementales : la RD520 qui correspond à l'ancien tracé de la RN520 qui autrefois reliait la ville de Bourgoin-Jallieu par Les Éparres à la commune des Échelles en Savoie (cette route a été déclassée en route départementale lors de la réforme de 1972) et la RD73 qui croise la route précédente au « carrefour des quatre routes » et qui relie la commune des Abrets-en-Dauphiné à celle de Beaurepaire.

Transport[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Châbons transformée en simple halte voyageurs de la SNCF et desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Burcin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,7 %), forêts (23,9 %), zones agricoles hétérogènes (19,3 %), prairies (5,9 %), zones urbanisées (5,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La bourg, de taille modeste est composé essentiellement de villas, de maisons rurales et de fermes, pour la plupart réaménagées en maisons de résidence De nombreux hameaux de tailles diverses et composés de maison rurales et de villas résidentielles entourent le bourg central.

Logements[modifier | modifier le code]

Hameaux, Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Burcin présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[11].

  • Notre-Dame-de-Milin (chapelle)
  • la Milin
  • Croix-du-Moine Mort
  • la Commanderie
  • Bois des Brudières
  • Croix de la Haute Blaume
  • Ternin
  • Ferme de Bourbre (Source de la Bourbre)
  • Chatenay
  • les Combes
  • les Quatre Routes
  • les Combes
  • Bruichamps
  • l'Adret
  • les Granges
  • Quétan
  • Grange de Bramafan
  • le Gros Chêne

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Burcin est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique, mais non loin de la zone n°4, située plus à l'est[12].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune était déjà dénommée Burcin au XIIIe siècle.

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de Burcin serait issu du germanique « bur » qui désigne une cabane ou une maison, qui est également utilisé dans le mot auvergnat buron[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début de l'Antiquité, le territoire des Allobroges s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia (ce « pays des sapins » deviendra la Savoie) et la partie septentrionale de l'Isère dénommée, Bas-Dauphiné.

Les Allobroges, comme bien d'autres peuples gaulois, sont une « confédération ». En fait, les Romains donnèrent, par commodité le nom d'Allobroges à l'ensemble des peuples gaulois vivant dans la civitate (cité) de Vienne, à l'ouest et au sud de la Sapaudia.

Moyen Âge et Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2020, le conseil municipal est composé de onze membres (sept hommes et quatre femmes).

Liste des élus[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 François Guetaz SE  
2014 2020 Franck Bailly SE Agent technique
2020 En cours Philippe Margnat    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2018, la commune comptait 431 habitants[Note 2], en augmentation de 4,11 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
440441450553577516517567524
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
513510506455460450455399412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414383376349370318318350345
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
317334303318401370428437445
2013 2018 - - - - - - -
414431-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Grenoble, la commune de Burcin compte une école maternelle et primaire situé dans le même bâtiment[18].

Équipement culturel et sportif[modifier | modifier le code]

La commune gère une salle des fêtes et un gymnase, à l'origine géré par le SIVU du Fayard qui associe les communes de Burcin et d'Oyeu[19].

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Burcin (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Notre-Dame de Milin (du nom d'une chapelle médiévale située dans la commune) qui comprend sept autres clochers. Cette paroisse est elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Secteurs économiques[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame-de-Milin en 2020.
La commanderie.

Chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de Milin, édifice religieux datant du début du XIIe siècle[21], abrite la statue d'une Vierge noire qui fait l'objet d'un pèlerinage millénaire au tout début du mois de septembre[22].

Église[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Martin date du XIXe siècle et abrite des fresques signées par L. Barbier et R. Rolland datant de 1943. Elle abrité également un petit orgue, à double expression, construit en 1946 par Athanase Dunand[23].

Commanderie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une maison forte construite et remaniée du XIIe au XVIIe siècle[24].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Paul-Joseph Vallet, né à Burcin en 1720, lieutenant général de police et avocat - homme de Lettres. Mort à Grenoble en 1781

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site les habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 13 juillet 2019
  2. Site annuaire mairie, page des distances entre Burcin et les plus grandes villes françaises, consulté le 10 juillet 2019
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 13 juillet 2019).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Site géoportail, page des cartes IGN
  12. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  13. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, (ISBN 2-84424-043-7) édition L'atelier, 2006, page 51
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Site education.gouv.fr, page sur l'école de Burcin
  19. Site de la mairie d'Oyeu, page sur le SIVU du fayard, consulté le 11 juillet 2019
  20. Site du diocèse de Grenoble, fiche de présentation de la paroisse de Notre Dame de Milin
  21. site de la commune de Burcin, page sur la capelle de Milin, consulté le 13 juillet 2019
  22. Site lessor38.fr, article "Notre Dame de Milin, patronne des Terres-Froides", consulté le 3 novembre 2020.
  23. Site orgues-en-rhonalpe.weebly.com, page sur l'église de Burcin, consulté le 3 novembre 2020.
  24. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 672.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :