Nasbinals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nasbinals
Nasbinals, et l’église.
Nasbinals, et l’église.
Blason de Nasbinals
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Aumont-Aubrac
Intercommunalité Communauté de communes de l'Aubrac lozérien
(siège)
Maire
Mandat
Bernard Bastide
2014-2020
Code postal 48260
Code commune 48104
Démographie
Gentilé Nasbinalais
Population
municipale
505 hab. (2012)
Densité 7,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 47″ N 3° 02′ 50″ E / 44.66306, 3.0472244° 39′ 47″ Nord 3° 02′ 50″ Est / 44.66306, 3.04722
Altitude Min. 1 080 m – Max. 1 386 m
Superficie 63,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère (département)

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Nasbinals

Géolocalisation sur la carte : Lozère (département)

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Nasbinals

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nasbinals

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nasbinals
Liens
Site web www.nasbinals.fr

Nasbinals est une commune française située dans le département de la Lozère et la région Languedoc-Roussillon. En languedocien, le village se nomme Las Binas ([laj 'binas] en API).

Ses habitants sont appelés les Nasbinalais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description des lacs au début du XXe siècle

Nasbinals est une petite ville de l'Aubrac située sur le plateau au pied du col d'Aubrac et à deux pas des lacs de l'Aubrac mais qui ne renie pas pour autant son attachement au Gévaudan.

Sur le plan géologique, Nasbinals se trouve sur la limite entre les montagnes basaltiques (qui forment "l'épine dorsale" de l'Aubrac) à l'ouest et le socle granitique à l'est. Aux portes du village, vers le nord-ouest, se trouve le sommet basaltique de la Sentinelle (1 270 m) qui offre un panorama très intéressant sur tout l'Aubrac. La commune recèle également d'autres sites naturels qui valent le détour : la cascade du Déroc, le lac des Salhiens et le lac de Souveyrols.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Période gauloise[modifier | modifier le code]

Nasbinals fait partie de l'Aubrac antique : le mont-Hélanus et était placée en pays gabale (ceux dont César a dit qu'ils étaient les survivants d'Alésia).

Antiquité[modifier | modifier le code]

Sous la domination romaine, le site actuel de Puech-Crémat-Bas sur le territoire de la commune de Nasbinals aurait été, en l'état actuel des connaissances, celui d'Ad Silanum, mansio ou mutatio sur la voie romaine de Lyon à Toulouse.

L'origine de Nasbinals remonterait au VIIIe siècle. Au XIe siècle un prieuré autour de l'église témoigne d'une communauté villageoise.

Nasbinals au XVIIIe siècle.

En 1074 les moines de Saint-Victor de Marseille firent éclore la robuste église romane de style auvergnat dont ils firent un de leurs prieurés. Placée sous le patronage de la Vierge, Sainte-Marie de Nasbinals offrait un sûr abri avant le franchissement, périlleux par mauvais temps, du plateau d'Aubrac.

Entre sa fondation au XIe siècle et celle de la domerie d'Aubrac, au seuil du XIIe, le rôle de cette maison fut absolument essentiel ; le prieuré victorin suivant était l'obstacle franchi celui de Saint-Chély-d’Aubrac.

En 1135 le prieuré est rattaché à la domerie d'Aubrac, et ce jusqu'à la Révolution.

Le plateau de l'Aubrac accueillit à partir de 1940 un grand nombre de clandestins. Le maquis, implanté au sud de Nasbinals, abrita même à partir d'avril 1943 une dizaine d'Allemands et d'Autrichiens, ex-combattants des Brigades internationales menés par Otto Kühne, un ancien député communiste. L'intégration des Allemands au sein de la Résistance n'allait pas de soi. Mais en 1944, ce groupe se fondit dans le maquis Bir-Hakeim. Otto Kühne et les 2 000 FTP sous ses ordres furent durement réprimés par la Wehrmacht dans les Cévennes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Nasbinals
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 1944 Jean Remize    
1953 1967 Jean Remize    
1969 1977 André Aldebert DVD Conseiller général du canton de Nasbinals (1967-1996)
1977 1989 Pierre Roux RPR  
1989 2008 Pierre Aldebert DVD Conseiller général du canton de Nasbinals (1996-2011)
2008 en cours Bernard Bastide UMP Président de la communauté de communes de l'Aubrac lozérien

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 505 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 250 856 1 392 974 1 214 1 146 1 022 1 105 1 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 158 1 227 1 156 1 181 1 214 1 255 1 387 1 322 1 291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 215 1 144 1 117 1 133 1 081 1 124 1 011 917 803
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
725 713 636 606 503 504 502 519 498
2012 - - - - - - - -
505 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (37,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (27 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,8 % contre 48,4 % au niveau national et 50,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,7 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 14,5 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 34,6 %) ;
  • 47,2 % de femmes (0 à 14 ans = 14,6 %, 15 à 29 ans = 8,6 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 40 %).
Pyramide des âges à Nasbinals en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,8 
90  ans ou +
2,0 
14,5 
75 à 89 ans
16,3 
18,3 
60 à 74 ans
21,7 
18,7 
45 à 59 ans
18,4 
14,5 
30 à 44 ans
18,4 
16,4 
15 à 29 ans
8,6 
15,7 
0 à 14 ans
14,6 
Pyramide des âges du département de la Lozère en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,9 
8,3 
75 à 89 ans
11,9 
15,3 
60 à 74 ans
16,0 
22,6 
45 à 59 ans
20,9 
20,1 
30 à 44 ans
19,2 
16,5 
15 à 29 ans
14,8 
16,5 
0 à 14 ans
15,2 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Sainte-Marie de Nasbinals.
L'église de Nasbinals.

Typiquement dans le style du roman auvergnat, l'église romane a été construite aux XIe et XIIe siècle, puis remaniée au XIVe, en granite "de la Margeride" (gros feldspaths bien visibles = dents de cheval) avec quelques éléments de basalte et de tuf volcanique, sous ses toits de schiste.

Elle développe un plan harmonieux de nef unique, compris par un transept sur lequel se greffe l'abside principale précédée d'une travée droite et de deux absidioles.

Le clocher octogonal coiffe la croisée. À l'intérieur, la coupole couvre la croisée délimitée par quatre fortes arcades doublées que supportent des colonnes massives.

Le pourtour polygonal de l'abside est enjolivé d'une galerie de petites arcatures en plein cintre. Voûtes en berceau, sauf pour la nef, refaite en ogives à l'époque gothique. Un christ du XVIe siècle et du mobilier polychrome du XVIIIe.

Le portail, à double voussure en plein cintre, s'ouvre au midi sur la place du village : trois de ces chapiteaux sont sculptés de feuillage, le quatrième, remarquable, présente le combat d'un sagittaire et d'un lancier.

Elle dépendait d’une fondation monastique de Saint-Victor de Marseille. Elle est classée Monument historique[5]

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Brioude, dit Pierrounet, né en 1832 et mort en 1907. Rebouteux (c'est-à-dire guérisseur) qui contribua à la renommée nationale et même internationale de Nasbinals. Après avoir développé son talent et sa connaissance des corps auprès des animaux, il s'essaye sur ses semblables et ses succès impressionnent ses contemporains puisque des malades du monde entier viennent le consulter.
  • Marc Antoine Charrier, 1755-1793, notaire et élu du Tiers-État lors de la Révolution française.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Nasbinals

Le blasonnement de Nasbinals est : d'argent à l'aigle de sable au chef de gueules chargé d'une croix de Malte d'argent, accosté de deux coquilles d'or.

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Nasbinals au XVIIe siècle.

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. On vient de Marchastel, la prochaine étape étant Aubrac et la Domerie d'Aubrac.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]