Chauray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chauray
Chauray
L'église Saint-Pierre.
Blason de Chauray
Blason
Chauray
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Niort
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Niortais
Maire
Mandat
Claude Boisson
2020-2026
Code postal 79180
Code commune 79081
Démographie
Gentilé Chauraisiens
Population
municipale
7 044 hab. (2018 en augmentation de 5,85 % par rapport à 2013)
Densité 486 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 41″ nord, 0° 22′ 34″ ouest
Altitude Min. 32 m
Max. 91 m
Superficie 14,50 km2
Élections
Départementales Canton de la Plaine niortaise
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chauray
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Chauray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chauray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chauray
Liens
Site web ville-de-chauray.fr

Chauray est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle appartient à l'unité urbaine de Niort.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans la banlieue de Niort.

La commune de Chauray (7 km de Niort - 64 km de Poitiers - 60 km de La Rochelle) est située dans le département des Deux-Sèvres, en limite Est de Niort.

Cette commune est desservie par :

- L’A10 (à 4 km). Sortie Vouillé n°33 (Niort Sud) / Nœud autoroutier A10-A83 Sortie La Crèche n°32 (Niort Est) ;

- La RD 611 qui relie Niort à Poitiers (à 1 km) ;

- La D948 (à 7 km) ;

- Les  voies  départementales  182, 125 et 107.

- L’autoroute  A83  (Nantes-Niort)  mord l’extrémité Nord du territoire communal, mais aucun accès direct ne dessert Chauray.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs sites préhistoriques ont été repérés par des prospecteurs archéologiques. À la Chauvinière, un éperon formé par la confluence de la Sèvre Niortaise et d'une vallée sèche a été barré par un fossé creusé au Néolithique récent ou final. Ce site a été découvert par les prospections aériennes réalisées par Maurice Marsac (1990 Inventaire archéologique par photographie aérienne des abords du Golfe des Pictons, tome 1). Un sondage archéologique réalisé par Marie-Claude Bakkal-Lagarde a révélé une entrée non visible sur les clichés (1989, bulletin de l'Association pour le Développement de l'Archéologie sur Niort et les Environs, no 1).

De la préhistoire au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Chauray apparaît pour la première fois en 904 dans un acte de l’abbaye de Saint-Maixent sous le nom de « Vicaria Calriacinse », mais a connu une occupation humaine bien avant cette date.

Depuis le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

À Trévins Jacques Thibaudeau, entrepreneur de travaux publics reçoit l'autorisation préfectorale pour son installation de distillerie de betteraves le 1er septembre 1864. La méthode de distillation utilisée est celle appelée Champonnoise. L'usine fonctionne trois mois par an. Le matériel comprend un appareil à distiller avec colonne et sa chaudière, un réchauffoir tubulaire, quatre cuviers de macération en bois de sapin rouge, quatre cuves de fermentation en bois cerclées de fer, un châssis à trois pompes, un laveur et un coupe-racines. Une machine à vapeur de 5 ch provenant des ateliers de M. Bareau, à Niort, est installée pour entraîner les divers mécanismes de l'établissement. Il semble que cet établissement cesse de fonctionner avant 1890. Les locaux sont par la suite transformés en bâtiment rural et en logements.

Au milieu du XIXe siècle, Chauray comptait 600 protestants sur une population d'environ 900 habitants. En 1843, les catholiques avaient retrouvé leur église. La même année, les protestants demandaient la construction d'un temple. Jusqu'alors, faute de local, le pasteur était obligé de prêcher sous quelques balets, voire en plein air, ce qui rendait la célébration du culte bien souvent impossible à cause du mauvais temps.

Par délibération du 10 février 1844, le conseil municipal affecta une partie du cimetière protestant à la construction du temple. La construction du monument posa des problèmes de financement car la commune était pauvre. Une souscription auprès des habitants fut faite et la commune leva un impôt extraordinaire, mais c'est l’État qui supporta l'essentiel du coût de la construction.

Les plans du temple furent dressés par l'architecte parisien Chavonet. L'adjudication des travaux eut lieu le 22 mai 1853 et fut emportée par Bergeron, entrepreneur à la Crèche. En octobre 1854, le temple était achevé. Il restait peu d'argent pour l'aménagement intérieur, aussi accepta-t-on la proposition du consistoire de Niort de céder à Chauray l'ancienne chaire à prêcher du temple de Niort.

Il fut consacré le 31 décembre 1854. En 1990, le culte ayant cessé d'être célébré depuis 20 ans, le temple a été restauré. En 1922, le conseil municipal accepta de prendre à sa charge les réparations de toiture, devenues urgentes. Depuis le début des années 1990, le temple accueille expositions et concerts. Le Temple, véritable puits de lumière, est le cœur de l'activité chauraisienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales du 23 mars 2014[modifier | modifier le code]

Élections municipales du 15 mars 2020[modifier | modifier le code]

La liste « Ensemble pour Chauray » conduite par Claude Boisson est élue dès le premier tour des élections municipales le 15 mars 2020, avec 58,61 % des voix[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983[2] mai 2020 Jacques Brossard UDF puis UMP Directeur de CFA retraité
Député de la 1re circonscription des Deux-Sèvres (1993 → 1997)
Conseiller général du canton de Niort-Nord (1994 → 2008)
4e vice-président de la CA du Niortais (2014 → 2020)
mai 2020 En cours Claude Boisson SE Retraité du service public de l'électricité.

Colonel de la réserve opérationnelle.
4e vice-président de la CA du Niortais, en charge des bâtiments, des moyens généraux et de la commande publique (2020 → )

Les services publics[modifier | modifier le code]

Le centre aquatique, centre multimédia, la médiathèque, l’école de musique, la salle omnisports, la salle des fêtes, le pôle administratif.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué deux fleurs à la commune[3].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Chauray, cela correspond à 2004, 2009, 2014[5], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
725753793776755793847884910
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
952942963906908955917921867
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
848852822743724763760744763
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8309662 1003 2154 6614 8314 8495 2946 828
2018 - - - - - - - -
7 044--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby[modifier | modifier le code]

Rugby à XV : Athlétique Rugby Club de Chauray créé en 1980 et ouvert à toutes les catégories d'âge à partir de 6 ans. L'association Tony Sabourin Talon d'Or a été créée en 2007 pour subvenir aux grands blessés du rugby et sensibiliser les jeunes sur les risques de ce sport.

Basket-ball[modifier | modifier le code]

Basket-ball : Basket Club Chauray créé au début des années 80 et ouvert à toutes les catégories d'âge à partir de 5 ans. Avec près de 300 licenciés, le BC Chauray représentait en 2012 le plus gros club de Poitou-Charentes. Également en 2012, le club a reçu des mains de la FFBB le label « École Française de mini-basket ».

Depuis la saison 2019-2020, l'équipe fanion féminine évolue dans le Championnat de Nationale Féminine 3 (NF3) de la Fédération française de basket-ball et a compté dans ses rangs l'ancienne internationale Émilie Gomis.

Médias[modifier | modifier le code]

Presse locale[modifier | modifier le code]

Les deux quotidiens régionaux Le Courrier de l'Ouest et La Nouvelle République du Centre-Ouest ont chacun une édition deux-sévrienne avec des pages locales.

Télévision[modifier | modifier le code]

La chaîne locale publique France 3 Poitou-Charentes est recevable à Chauray via les sites TDF de la Brousse à Maisonnay.

Radios locales[modifier | modifier le code]

Les radios associatives (catégorie A) :

  • RCF Poitou sur 89.3 FM, il s'agit de la radio locale chrétienne basée à Poitiers. Elle adhère au réseau RCF ;
  • Radio D4B sur 101.4 FM. Cette radio associative provient de Melle mais possède un studio niortais avec l'aide de la CAMJI.

Les radios commerciales (catégorie B) :

Les radios nationales avec décrochages locaux (catégorie C) :

  • RTL2 Niort sur 87.6 FM. Elle commence à émettre en 1998 ;
  • NRJ Niort sur 100.4 FM. La station est arrivée à Niort en 1991. Aujourd'hui, elle propose des informations le matin toutes les demi-heures entre 6 h et 9 h et un programme local de 15 h à 19 h.

Les radios nationales sans décrochages locaux (catégorie D) :

Les radios généralistes (catégorie E) :

Les radios publiques entendues à Chauray :

- Ces 3 stations émettent depuis le site TDF de la Brousse à Maisonnay.

- Ces deux stations émettent depuis le site TDF de l'Usine des Eaux, rue du Vivier à Niort.

Économie[modifier | modifier le code]

Chauray est le deuxième pôle économique de la communauté d'agglomération de Niort après Niort. Chauray accueille un nombre important d’enseignes commerciales (Mendés France), de sociétés de prestations de services, mais également des entreprises d’envergure nationale, comme MAAF Assurances, les laboratoires Boiron, le siège de la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, Darva, ou encore ECE (Conception de cœurs électriques pour l'aéronautique). Le groupe Camif (Camif Professionnel, Camif Particulier) y était également présent : Camif Habitat et Manutan Collectivités (anciennement Camif Collectivité) repris respectivement par Illico et Manutan, sont toujours présentes dans la ville.. En revanche, Particulier a été liquidée et la société Matelsom de Nanterre a acheté le fichier clients et la marque en 2009 et a rouvert le magasin en décembre 2010. Réputée pour son cadre de vie et son dynamisme économique Chauray figure parmi les communes françaises les plus prisées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le temple, centre culturel de Chauray.
  • Le temple fut construit en 1854 sur l’emplacement du cimetière réservé aux protestants. En 1990, le culte ayant cessé d'y être célébré depuis 20 ans, le temple a été restauré pour y accueillir des expositions et des concerts tout au long de l'année ;
  • l'église Saint-Pierre date du XIIe siècle pour ses parties les plus anciennes : l’abside et la porte principale. Le reste de l’édifice est du XIXe siècle pour l'essentiel.

Vendue comme bien national en 1793, l'église resta à l'abandon jusqu’à sa donation à la commune en 1843. Après les réparations indispensables, le culte y fut rétabli en 1846. L'aspect actuel de l'église résulte de travaux exécutés en 1882. Sa récente restauration, en 1992, ne l'a pas modifié fondamentalement. Toutefois, les ardoises du toit ont été remplacées par des tuiles plates et le dallage du sol a été rabaissé, proche de son niveau d'origine, pour laisser apparaître la base des colonne de l'abside.

Entreprise du patrimoine vivant[modifier | modifier le code]

L'entreprise de maroquinerie Laurige Duron, de Chauray, s'est vue décerner le label Entreprise du Patrimoine Vivant[8] et a notamment fourni les mallettes des députés de l'Assemblée nationale (France) et les sous-main de la Maison Blanche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à trois étoiles de gueules au vol de sable posé en abime[9].

Les armoiries de la commune sont celles de Jacques Chalmot seigneur des Deffends, qui, ayant embrassé la religion réformée, dut émigrer en Allemagne.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

"Se souvenir de Chauray" de Michel Grimault et Guy Trouvé aux éditions "Geste Editions".

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DEUX SEVRES (79) - Chauray », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 10 juillet 2020).
  2. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  3. Site des villes et villages fleuris, consulté le 6 février 2021.
  4. a b et c «Historique de l'association Chauray-jumelage» Site web de l'association Chauray-jumelage, consulté le 19 mars 2018.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 1er avril 2012)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  8. « Laurige Duron », sur patrimoine-vivant.com
  9. Armoiries de Chauray