Prin-Deyrançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Prin-Deyrançon
Prin-Deyrançon
Prinois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Niort
Canton Mignon-et-Boutonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Niortais
Maire
Mandat
Jacques Morisset
2014-2020
Code postal 79210
Code commune 79220
Démographie
Gentilé Prinois et les Prinoises[1]
Population
municipale
616 hab. (2015 en augmentation de 1,82 % par rapport à 2010)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 21″ nord, 0° 38′ 06″ ouest
Altitude 17 m
Min. 4 m
Max. 37 m
Superficie 16,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Prin-Deyrançon

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Prin-Deyrançon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prin-Deyrançon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prin-Deyrançon

Prin-Deyrançon est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de la route nationale 11 et de l'autoroute A10, à 20 km de Niort, à 4 km de Mauzé-sur-le-Mignon et à 45 km de La Rochelle.

Aujourd'hui, la route nationale 11 qui relie Niort à La Rochelle, passe à proximité de la commune, par contre aucun échangeur n'existant au niveau de la commune, les principaux points d'accès se situent par l'échangeur d'Épannes en venant de Niort et l'échangeur de Mauzé sur le Mignon en venant de La Rochelle.

Par ailleurs, la route départementale 169 traverse la commune.

Les données hydrographiques[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par deux cours d'eau ; la Courance, qui coule aux portes du Marais poitevin, et le Mignon qui coule dans sa partie méridionale et se dirige vers le nord-ouest juste avant d'entrer dans le chef-lieu de canton de Mauzé-sur-le-Mignon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Prin-Deyrançon[2]
Saint-Hilaire-la-Palud Le Bourdet
Cramchaban
(Charente-Maritime)
Prin-Deyrançon[2] Épannes
Mauzé-sur-le-Mignon La Rochénard

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Prin-Deyrançon
  • Grange
  • Deyrançon
  • la Crénaudière
  • le Champ Gâté
  • le Petit Jouet
  • le Grand Jouet
  • les Fontaines
  • la Pièce Franche
  • Claigue
  • le Fief Bouhet
  • le Gué
  • Rouches
  • la Touche

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat, en Poitou-Charentes, est de nature océanique aquitain. Les précipitations, réparties sur l'ensemble de l'année, varient environ entre 650 mm et 900 mm, le Nord-Est de la région (nord du département de la Vienne) étant moins arrosé que le Sud-ouest (littoral de la Charente-Maritime) ou se trouve la commune. Les hivers sont doux, les étés chauds mais sans excès. La région bénéficie d'un ensoleillement important (plus de 2000 heures par an sur le littoral). Malgré des pluies réparties sur l'ensemble de l'année, l'évapotranspiration est élevée durant les mois d'été : de mai à septembre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l’origine il y avait deux communes : La commune de Deyrançon avec son église Notre-Dame-de-Day avec son presbytère, son cimetière qui existe encore, son parc avec son mur d’enceinte, sa mairie, son école. Le nom de Deyrançon a deux origines, une prélatine pour Rançon qui signifie rocher et latine pour Dei « Dieu ». Cela donne Rocher de Dieu. Au Moyen Âge non long du « grand chemin » qui allait de Mauzé à Niort est édifiée une église dédiée à la Vierge Marie, Beata Maria de Deyest, alias Dayeto, Notre-Dame de Dey.

Le long du chemin de Mauzé à Mallet une autre église Beat Maria de Ransonio, Notre Dame-de-Rançon. Ces deux églises font partie de la même paroisse.

En 1402, il y avait deux paroisses, le village de Prin se trouvait dans celle de Dey, le Petit Breuil appelé le Breuil-Morisset sous l’ancien Régime.

La commune de Deyrançon dépendait de l’ancienne province de la Saintonge.

Les guerres de religion ont dévasté l’église de Rançon.

Il faut attendre la Révolution pour que la commune de Deyrançon soit fixée.

C’est la commune la plus vaste du département, elle regroupe deux villages Prin et le Petit-Breuil, 26 hameaux et des fermes. À côté de l’église, du cimetière existait une métairie dépendant du presbytère du prieur curé ou on a construit la mairie et l ‘école, l’ensemble de celui-ci constituait un hameau dont il était le chef lieu de la commune. Les deux principaux villages avaient des intérêts différents, au XIXe siècle de nombreux conflits et une rivalité ne tarde pas à s’installer.

Jusqu’en 1856 le chef lieu de la commune fut le Petit-Breuil. Sur réclamation des habitants de Prin ont fit construire une mairie à Deyrançon pour mettre fin aux querelles, en 1856 le conseil général de Deux-Sèvres prit un arrêté pour sectionner la commune. Les habitants ont été soumis à un référendum pour le changement de nom et la modification de la commune.

Le 3 juillet 1903, le Conseil d’État a prononcé la scission de la commune de Deyrançon en deux nouvelles communes Prin-Deyrançon et Le Petit Breuil Deyrançon. Le jeudi 7 janvier 1907, à deux heures de l’après-midi, il sera procédé, à l’hôtel de la préfecture, par M. le maire de Prin - Deyrançon M Morisset louis assisté de deux conseillers municipaux, du receveur de ma commune et M Mercier, agent voyer à Mauzé, auteur du projet, à l’adjudication d’une mairie.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1402, Dey-Rançon était alors la commune la plus vaste du département. Relevant de l’élection de Saint-Jean-d’Angély et de la généralité de La Rochelle, elle est composée de nombreux hameaux (Prin, le Petit-Breuil, la Grange…) et de fermes.

Après la Révolution, les deux principaux villages sont réunis pour former Deyrançon avec plus de 1000 âmes. Mais, tout au long du XIXe siècle, une forte rivalité s’installe entre les habitants du marais tourbeux et de la plaine viticole. La mairie est ingouvernable, si bien que Le Petit-Breuil devient chef-lieu de la commune en 1856. Pour mettre fin aux querelles, les Prinois réclament l’année suivante la construction à Dey d’une mairie et d’une école. En 1903, par arrêté du Conseil d’Etat, Deyrançon est divisée en Prin-Deyrançon et Le Petit Breuil-Deyrançon avec usage commun de l’église et du cimetière de Notre-Dame-de-Dey qui matérialisent aussi la frontière territoriale entre les deux nouvelles communes.

En 1971, est concrétisé le projet de rattachement du Petit-Breuil à Mauzé-sur-le-Mignon. Ce paisible bourg, situé entre Niort et La Rochelle et arrosé par 12 km de cours d’eau, fleure bon la campagne et invite à de longues promenades dans sa proche plaine et à la visite de l’église romane Notre-Dame-de-Dey rappelant la ferveur religieuse de ceux qui cultivaient ces terres riches et fertiles.[3]

La Fraise de Prin[modifier | modifier le code]

La fraise de Prin (ou Quarantaine de Prin) est une fraise minuscule, produite sur la commune, et tire son parfum inimitable du pourtour des tourbières alcalines des marais où on la cultivait autrefois.

Fin XIXe, début XXe siècle, beaucoup de familles consacraient un lopin de terre à la culture de la fraise des bois (fraise de Prin). Les femmes de la commune les ramassaient pour dix centimes de francs par panier. Les fraises partaient ensuite vers Paris par la garejusqu'aux Halles. Elles étaient servies dans des grands restaurants sous le nom de "fraises des rois". Le commerce des fraises des bois s'est arrêté en 1914. Actuellement une seule personne la cultive.

Les Tourbières[modifier | modifier le code]

Environ 1 800 hectares de marais sont recouverts d'une terre noire, légère et combustible: la tourbe. La couche est parfois si épaisse qu'elle a pu faire l'objet de vastes carrières, les tourbières, qui évoluent après exploitation vers le comblement et le boisement, formant un milieu impénétrable de bois marécageux.

L'exubérance de leur végétation et la mouvance de leur sol spongieux, gorgé d'eau, expliquent la fascination depuis toujours exercée par les tourbières. Entourées de mystères, elles ont nourri bien des légendes comme celle de le Fontaine d'Argent au Bourdet : n'ayant pas résisté à la tentation de s'y aventurer, une marquise aurait été engloutie avec carrosse et chevaux.

Dès 1818, la tourbe est exploitée dans la région de Mauzé à l'usage des bouilleurs de cru. L'exploitation est ensuite reprise après la Première Guerre mondiale, par un ancien cheminot. Cette tourbe, découpée en briques à l'aide du "petit louchet", était séchée à l'air libre puis vendue à la compagnie de chemin de fer. Plusieurs tourbières ont alors été ouvertes à Grange.

Église Notre-Dame de Dey[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame est située à Dey, au sud du bourg de Prin-Deyrançon. Cet édifice modeste et isolé est entouré par son cimetière. L'église Notre-Dame a été remaniée de nombreuses fois au cours des siècles. Son origine pourrait remonter au XIIe siècle. Elle est donc située dans une plaine, au cœur d'une enceinte fortifiée fait de murs épais et de tours à meurtrières.

L'église de Deyrançon est très ancienne : elle a conservé une travée romane avec des chapiteaux sculptés. On y voit le prophète Daniel assis, les pieds léchés par des lions et la Luxure mordue au sein par des serpents et aux mains par des démons.

Très endommagée au XVIe siècle pendant les guerres de religion, elle a été reconstruite sous le nom de Notre-Dame de Dey au moment de la réunion des prieurés de Dey et de Rançon. En entrant, on constate que la nef suit une ligne trois fois brisée, peut-être parce que la reconstruction s'est faite progressivement en l'absence de plan d'ensemble.

Le dallage comprend de nombreuses pierres tombales dont beaucoup ne sont malheureusement plus lisibles. On connaît le nom de personnes inhumées dans l'église à partir d'un relevé des registres paroissiaux établi pour la période allant de 1628 à 1770 mais avec un certain nombre de lacunes. On remarque surtout la belle dalle située à l'entrée de l'église. C'est celle de Jacques-Antoine Rolland, chevalier, seigneur de Grange, la Goupillère et autres lieux mort le 23 septembre 1777. Quelques années auparavant, il avait déclenché un très long conflit avec les habitants de Prin-Deyrançon en les empêchant de faire paître leurs animaux dans les marais sur lesquels ils estimaient posséder un droit de pacage. L'entretien de l'église n'a pas été assuré régulièrement. On sait, par exemple, que le 27 mai 1712, les habitants de la paroisse ont été réunis en assemblée générale à l'issue de la grand-messe. Le prieur-curé, Messire Louis Tercenier, prêtre, docteur en théologie, leur a rappelé que l'église avait besoin de réparations très urgentes. Depuis plusieurs années, il leur avait fait des remontrances et le dernier hiver venait d'aggraver la situation. La couverture était tellement endommagée qu'il pleuvait dans l'église. Aux reproches qui leur étaient faits, les habitants répondaient que la dureté des temps ne permettait pas d'engager les dépenses nécessaires aux réparations. L'état de la paroisse est connu par le procès verbal d'une assemblée générale tenue quelques années plus tôt – le 14 juin 1704.

Le syndic et les habitants font, en particulier, remarquer que la paroisse, très étendue, est frappée d'une grosse taille et que plus de la moitié des terres appartiennent à des habitants de paroisses voisines alors que ceux de Dey n'y possèdent rien.

Quoi qu'il en soit, en 1860, le doyen de Mauzé-sur-le-Mignon écrit à l'évêque que l'église est très convenable : les toitures ont été refaites, une sacristie a été aménagée et des travaux ont été réalisés au presbytère.

En 1912, quand le curé Louis Rimbault quitte Dey après y être resté 45 ans, il ne reste que deux vieillards qui doivent aller habiter Prin. Bientôt, le hameau ne sera plus qu'un lieu de silence et de recueillement. Après son départ, le curé du Bourdet qui célèbre la messe et assure le catéchisme écrit au vicaire général que l'église a un besoin urgent de réparations.

Dès 1901, le donseil municipal de Deyrançon avait décidé de vendre la mairie, l'école et leurs dépendances pour financer les frais de la division de la commune. Les deux nouvelles communes ont mis le presbytère en vente en 1920.

Ancien camp de prisonniers[modifier | modifier le code]

Vestige du camp de prisonniers.

À l'emplacement de l'observatoire astronomique de Prin-Deyrançon se trouve un ancien camp d'internement français construit sur ordre des Allemands datant de la Seconde Guerre mondiale. Des habitants réquisitionnés ont contribué malgré eux à sa création, certains se sont par la suite engagés dans la Résistance.

On y distingue encore la guérite, ainsi que les fondations des baraquements, les ruines d'une chapelle, et une cave qui aurait servi au stockage.

La proximité de la gare de Prin-Deyrançon facilitait les transferts de prisonniers. Lors de la reprise de la poche de La Rochelle par la Résistance, les Allemands y furent à leur tour internés, après le sabotage de la ligne de chemin de fer Niort-La Rochelle[4],[Note 1].

Ce « dépôt » comptait 3 900 prisonniers et portait le n° 93, voir : Camps en France pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'histoire de ce camp est relatée dans un film réalisé par E. SERVANT

Laiterie Coopérative[modifier | modifier le code]

Créée en 1892, la laiterie coopérative était située près du village de Deyrançon et à environ 40 mètres de la gare de Prin-Deyrançon. Le nombre de ses sociétaires était, en 1895, de 91.

Les bâtiments ont été spécialement aménagés car ils sont composés d'une chambre pour la machine, d'une salle pour la fabrication du beurre, d'un bureau et d'un magasin renfermant les objets nécessaires aux besoins de l'usine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 1903 juin 1911 Louis Morisset    
juin 1911 mai 1912 Philippe Menant    
mai 1912 octobre 1944 Omer Frouin    
octobre 1944 mars 1965 Louis Ovide    
mars 1965 mars 1971 Louis Guyon    
mars 1971 août 1974 Edmond Morisset    
août 1974 mars 1977 Pierre Cagnoux    
mars 1977 mars 1983 Alphonse Bardet    
mars 1983 mars 1989 Pierre Cagnoux    
mars 1989 mars 1995 Jacques Morisset UMP Agriculteur
mars 1995 avril 2001 Gisèle Morisset    
avril 2001 avril 2003 Michel Servant    
avril 2003 réélu en 2008 et 2014 Jacques Morisset UMP Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Le tableau et le diagramme ci-dessous, reprennent les données de la commune Deyrançon jusqu'en 1903.

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Prin-Deyrançon, cela correspond à 2006, 2011, 2016[5], etc. Les autres dates de « recensements » (comme 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7839531 0789639781 0081 0411 0801 096
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0441 1101 1171 0391 0631 039979892916
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
866479534509506473455417472
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
479443451462436459541618616
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune possède une zone industrielle "les Chéracles " (zone ecobois) et une activité agricole qui regroupe douze exploitations. Ces dernières apportent leurs déchets à une unité de méthanisation ouverte en 2018, qui utilise le biogaz produit pour en tirer électricité et chaleur[8]. Elle a notamment été financée par une opération de financement participatif sur la plateforme Enerfip en 2017[9].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Prin-Deyrançon dispose d'un bar-tabac-restaurant nommé Le Prin Gourmand.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Prin-Deyrançon dispose d'une école primaire[10] en regroupement pédagogique avec Le Bourdet ainsi que d'une garderie péri-scolaire.

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Il y a des ruines situées près de la chapelle Notre-Dame-de-Dey Deyrançon a été un village assez important, notamment grâce à ses exportations de fraises à Paris. Lorsque la ligne de chemin de fer a relié Niort à La Rochelle, la petite bourgade de Prin-Deyrançon s'est modifiée. Elle est devenue plus importante que Deyrançon qui a périclité.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Prin-Deyrançon dispose d'une église romane.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane Notre-Dame de Dey et cimetière situés de l'autre côté de la route nationale 11 et reliés au village par un pont.
  • Plusieurs lavoirs
  • La Tourbière des " Vieilles Herbes " et La Tourbière de " Grange " (toutes les deux à 2 kilomètres du bourg) : anciens sites d'extraction de tourbe de chauffage aujourd'hui constitué d'étangs et de fossés (sites peu à peu laissés à l'abandon).
  • Mairie
  • ZAE nommée les Chéracles
  • Silot à grain
  • Le moulin à blé Jousselin reconstruit et transformé en minoterie vers 1900 qui très rapidement cesse ses activités. Elle est actuellement transformée en logement. Elle avait en 1906, une chute d'eau de 2,79 m de haut avec une roue développant une puissance de 3 ch.
  • Logis (château)[11] et ferme à Grange
  • La ferme du Gué[12] (culture de l'angélique)
  • La gare de Prin-Deyrançon[13], sur la commune de Prin-Deyrançon (Deux-Sèvres), est ouverte le 7 septembre 1857 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans. Elle est située sur la ligne Poitiers - La Rochelle - Rochefort.
  • Observatoire et le club d'astronomie de la Lyre, créé en 1978
  • Un ancien camp de prisonniers (dernière guerre)
  • La Touche est un petit hameau de 18 habitants situé à environ 4 km du bourg.
  • 5 arbres classés arbres remarquables des Deux-Sèvres (févier, if, micocoulier et 2 platanes).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements sportifs et culturels[modifier | modifier le code]

  • Stade Marcel-Canteau, qui servait pour l'ancien club de football Prin-Epannes.
  • La salle des fêtes (foyer rural).

Divers[modifier | modifier le code]

  • Prin-Deyrançon dispose de nombreux parcours pour VTT.
  • La commune de Prin-Deyrançon possède quelques plantations de truffe et d'angélique. Un marché aux truffes est organisé tous les ans au Foyer rural.
  • Un marché de Noël a lieu tous les ans en décembre au Foyer rural.
  • Déchetterie près de La Rochénard.
  • Club canin "Prin'temps Canins".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Frouin-Panier : exploitants de la fraise de Prin au début du siècle dernier, expédiée depuis la gare par le rail et vendue sur les marchés de Paris.
  • Hippolyte Gentil : né le 29 décembre 1848 au logis de Prin, commune de Deyrançon (Deux-Sèvres), décédé le 8 septembre 1935 à Niort (Deux-Sèvres).

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Chaque année, il y a la fête nationale du 14-Juillet.

Foyer Rural[modifier | modifier le code]

  • Un Prin de Créations  : activité manuelle qui a lieu au Foyer rural tous les lundis de 13 h 30 à 16 h.
  • La Danse à Teurtout  : atelier de danse traditionnelle qui a lieu au Foyer rural tous les ans.
  • Un Prin de Folie  : cabaret qui a lieu au Foyer rural tous les ans.
  • Téléthon de Mauzé  : téléthon du canton qui a lieu tous les ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 28/09/2008.
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Prin-Deyrançon | Niort Marais Poitevin Tourisme : hébergements, activités loisirs, barque, restaurants, sorties en Venise Verte. », sur www.niortmaraispoitevin.com (consulté le 16 avril 2016)
  4. source Paul Bourreau résistant.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 16 avril 2012)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Maïté Hellio, « L’unité de méthanisation a démarré son activité », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 20 novembre 2018).
  9. Ophélie Colas des Francs, « Renouvelables : comment Déméter Energies a rallié les particuliers à la méthanisation », sur lesechos.fr, (consulté le 20 novembre 2018).
  10. Site de l'école de Prin-deyrançon
  11. Site du Logis de Grange(en anglais)
  12. Site de la Ferme du Gué Explication sur l'Angélique
  13. Gare de Prin-deyrançon sur Wikipedia Consulté le 28/09/2008.