Monsanto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monsanto (homonymie).
Monsanto Company
logo de Monsanto Company
Création 1901
Fondateurs John Francis Queeny
Personnages clés Hugh Grant (PDG)
Forme juridique Société anonyme
Action NYSE : MON
Slogan Imagine
Siège social Drapeau des États-Unis Saint-Louis, Creve Coeur
Drapeau du Missouri Missouri (États-Unis)
Activité Agro-industrie, semences, produits phytopharmaceutiques, biotechnologies, herbicide, pesticide, plante génétiquement modifiée ...
Produits Roundup, agent orange, semences génétiquement modifiées « Roundup ready », terminator (gène) ...
Sociétés sœurs Fondation Monsanto
Effectif 21 400 (2010)
Site web www.monsanto.com
Capitalisation 66,5 milliards de dollars (4/08)[1]
Chiffre d’affaires 13,5 milliards de dollars (2012)[2]
en augmentation +14 % (vs 2011)
Résultat net 2,024 milliards de dollars (2008)[2]
en augmentation +105 % (vs 2007)

Monsanto Company, généralement appelée simplement Monsanto, est une entreprise américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Fondée en 1901 par John Francis Queeny, elle fusionne avec Pharmacia en 1999 et se sépare en 2002. Légalement, l'entreprise Monsanto Company n'existe que depuis 2002 sous cette appellation[3].

Dans les années 1940, Monsanto était un producteur majeur de plastiques comme le polystyrène et des fibres synthétiques. Monsanto est notamment la première entreprise à avoir produit des DEL visibles en masse[4]. Elle a aussi produit des PCB et de l'agent orange, de l'aspartame et de l'hormone bovine de croissance recombinée.

Au début des années 1980, le potentiel des biotechnologies végétales provoque une forte réorganisation du marché des produits phytosanitaires et des semences, autrefois séparés. Monsanto se désengage alors de la chimie industrielle pour s’orienter vers la biotechnologie et les semences via une politique de rachat intensif. D'autres entreprises du secteur de la chimie agricole feront de même durant les années 1980 et 1990, ce qui aboutira à la fondation des grandes entreprises du secteurs : Syngenta, Dow AgroScience et Pioneer Hi-Bred, toutes étant présentes sur les marchés des semences, des produits phytosanitaires et des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Monsanto était détentrice du brevet aujourd'hui tombé dans le domaine public sur le glyphosate, herbicide total qu'elle commercialise sous la marque « Roundup », et qui reste l'herbicide le plus utilisé dans le monde. Monsanto est depuis près d'une décennie le numéro 1 mondial sur le marché des semences[5] et le premier fournisseur d’événements de transformation génétique utilisés pour la production de semences génétiquement modifiées.

L'entreprise a été impliquée dans divers scandales sanitaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Entreprise chimique généraliste[modifier | modifier le code]

John Francis Queeny fonde, à la fin de l’année 1901, la société Monsanto, ainsi nommée en hommage à son épouse : Olga Mendez Monsanto.

Initialement producteur de saccharine, vendue pour l’essentiel à une petite société en développement nommée Coca-Cola, Monsanto se diversifie dès 1904 avec la fabrication de caféine et de vanilline[6].

C’est en 1918 que débute la production de l’aspirine : Monsanto en restera le premier producteur américain jusque dans les années 1980. Dès 1929, commence une période d’expansion et de diversification de l’entreprise dans les secteurs du caoutchouc et des phosphates. C'est aussi l'année de la cotation de la société à la bourse de New York[7].

En 1935, la Monsanto Chemicals Company rachète la Swann Chemical Company (en), firme à l'origine de la création des PCB[8].

En 1940, Monsanto devient partenaire de l'armée américaine, en effectuant des recherches sur l'uranium dans le cadre du projet Manhattan, qui vise à la construction de la première bombe atomique.

En 1945, Monsanto débute la production d’herbicides et d’insecticides. Monsanto et plusieurs autres entreprises chimiques notamment Dow Chemical, fournissent des désherbants contenant des dioxines, dont l'agent orange à l'armée des États-Unis lors de la guerre du Viêtnam, en particulier entre 1961 et 1971.

Le 8 mars 1949, l'explosion de l'usine Monsanto de Nitro qui fabrique l'herbicide 2,4,5-T contenant des dioxines expose les ouvriers à ces composés toxiques et deux cents d'entre eux développent des chloracnés[9].

En 1950, Monsanto et American Viscose créent en coentreprise Chemstrand. Chemstrand produira les fibres acryliques Acrilan, inventées par Monsanto et Nylon, sous licence DuPont. Par la suite, Chemstrand deviendra Solutia. En 1957 a lieu l’inauguration de la Maison du Futur de Monsanto à Disneyland, entièrement réalisée en matériaux plastiques issus des technologies Monsanto[10].

La catastrophe de Texas City, qui provoque en 1947 un incendie dans l'usine de Monsanto fabriquant du styrène, reste « dans les annales comme l'un des premiers désastres de l'industrie chimique »[11].

Entreprise tournée vers l'agriculture et spécialisée dans les engrais[modifier | modifier le code]

La division agriculture est officiellement créée en 1960, année qui marque la conversion de la firme en une entreprise tournée vers l'agriculture et spécialisée dans les engrais. La Fondation Monsanto voit le jour en 1964. En 1970, le Dr John Franz synthétise la molécule connue sous le nom de glyphosate, l’ingrédient actif de l’herbicide Roundup qui sera commercialisé en 1974 en Malaisie et au Royaume-Uni, puis en 1976 aux États-Unis.

Concentration vers l'agro-industrie : la firme biotechnologique produit semences, phytosanitaires et organismes génétiquement modifiés[modifier | modifier le code]

Alors que le brevet sur le glyphosate s’apprête à expirer, Monsanto se lance dans les biotechnologies. La firme investit en 1978 dans des programmes de biologie moléculaire.

En 1982, les chercheurs de Monsanto réussissent à modifier génétiquement une cellule de plante. L’année suivante, en 1983, leurs premières plantes génétiquement modifiées voient le jour dans les serres de la société.

Monsanto Hybritech Seed International est créé avec le rachat en 1982 du programme de recherche sur le blé de la société Dekalb. Puis en 1985, Monsanto acquiert le laboratoire pharmaceutique GD Searle & Co., notamment fabricant du célèbre aspartame NutraSweet pour 2,7 milliards de dollars. Dans cette fusion, l'aspartame de Searle entreprise est devenu une filiale distincte de Monsanto, la NutraSweet Company. Le PDG de NutraSweet, Robert Shapiro, devient PDG de Monsanto de 1995 à 2000.

En 1993, leur premier produit issu des biotechnologies destiné aux élevages bovins est commercialisé : le Posilac est une hormone de croissance transgénique[12] injectée aux vaches pour augmenter leur lactation de près de 20 %[13].

À partir de 1993, Monsanto se développe par une succession d’acquisitions d’entreprises dans les trois secteurs qui deviendront le cœur de son activité : nutrition, santé et agriculture. Ce développement s’accompagne de la cession des activités liées aux matériaux plastiques.

Entre 1995 et 1997, de nombreuses plantes génétiquement modifiées reçoivent les autorisations de commercialisation : la pomme de terre transgénique NewLeaf, coton Bt, maïs YieldGard, soja Roundup Ready, colza Roundup Ready et coton Roundup Ready (ces trois derniers étant résistants à l'herbicide Roundup).

En 1996, Monsanto acquiert Agracetus, ainsi qu'une participation majoritaire dans Calgene, les créateurs de la tomate Flavr Savr, et 40 % de Dekalb Genetics Corporation. Monsanto a acheté le reste de Dekalb en 1998.

En 1997, Monsanto transfère sa division produits chimiques industriels et fibres à la société Solutia. Cette scission n'a pas empêché Monsanto et Solutia d'être conjointement condamné à verser 700 millions de dollars pour sa responsabilité liée à la contamination par les PCB dans et autour de ses usines de l'Illinois et de l'Alabama[14]. En janvier, Monsanto annonce l'achat de Holden's Foundations Seeds, une entreprise de semences privée. En acquérant Holden, Monsanto est devenue le plus grand producteur américain de lignée parentale de maïs servant à produire des hybrides. Le prix d'achat combiné a été de 925 millions de dollars. En outre, en avril, Monsanto a acheté les actions restantes de Calgene. Toujours en 1997 Monsanto a acquis ASGROW Agronomics (producteur majeur de semence de soja[15]) et la division Semences de CARGIL.

En 1999, Monsanto vend NutraSweet Co. spécialisé dans les édulcorants et ses activités dans le secteur des gommes naturelles et des additifs alimentaires épaississants[16].

Au printemps 2000, Monsanto fusionne avec le laboratoire pharmaceutique Pharmacia & Upjohn pour créer Pharmacia. La division agriculture de Pharmacia Corporation conservera le nom Monsanto. Dans le cadre de cet accord, Monsanto s'est engagée à indemniser Pharmacia corporation contre toutes responsabilités qui pourraient être engagées à partir de jugements contre Solutia. En conséquence, le nouveau Monsanto continue à être partie prenante à de nombreux procès qui se rapportent aux opérations de l'ancien Monsanto. La firme diffuse une charte : The New Monsanto Pledge.

En 2001, année du centenaire de Monsanto, l’Afrique du Sud cultive pour la première fois le soja Roundup Ready récolté en 2002. L’adoption des biotechnologies en agriculture connaît une croissance lente mais régulière. En 2002, l’Inde plante pour la première fois du coton Bt (Bollgard), en pleine crise indienne du coton, la production ayant été médiocre en 2000, 2001 et 2002.

2002 marque la scission avec Pharmacia qui fait de Monsanto une entreprise indépendante, entièrement spécialisée dans l’agriculture.

En 2005, Monsanto a acquis Emergent Genetics et ses marques de coton Stoneville et NexGen cotton. Emergent est la troisième plus grande société américaine de graines de coton, avec environ 12 pour cent du marché américain. L'objectif de Monsanto était d'obtenir « une plate-forme stratégique de germoplasme et de traits de coton ». Acquisition de Seminis, entreprise de semence légumières, issue de fusion/acquisition d'entreprises hollandaise, brésilienne et coréenne du même secteur.

Monsanto dépose également de nombreuses demandes de brevets sur une méthode de sélection porcine assistée par marqueurs à l'OMPI[17].

En juin 2007, Monsanto conclut son acquisition de Delta and Pine Land Company, un obtenteur majeur de semences de coton, pour 1,5 milliard de dollars. Comme condition préalable à l'approbation de l'achat du ministère de la Justice, Monsanto a été obligé de céder Stoneville à Bayer, et NexGen à Americot. Monsanto a aussi quitté le secteur de l'élevage porcin en vendant la génétique de Monsanto Choice Genetics à Newsham en novembre.

En 2008, Monsanto achète l'entreprise de semences néerlandaise De Ruiter Seeds pour 546 millions d'euros, et vend Posilac et ses activités connexes à Elanco Animal Health, une division de Eli Lilly en août pour 300 millions de dollars plus « contrepartie conditionnelle supplémentaire ».

En 2009 Monsanto cède son activité semence de tournesol à Syngenta[18]

En 2011 Monsanto a acquis Beeologics[19], société de recherche sur la santé des abeilles qui développe un technologie de lutte contre Varroa à l'aide d'interférence par ARN. Cette acquisition doit se replacer dans le contexte d'une stratégie globale d'investissement et de positionnement dans les technologies ARN. En 2012 Monsanto a signé une alliance stratégique avec Alnylam Pharmaceuticals[20]. L'interférence par ARN est considérée comme ayant un potentiel important dans la lutte ciblé[21] contre les nuisibles via les OGM[22] ou de simple pulvérisation[23]. Aucune application pratique n'est commercialisé à ce jour.

En octobre 2013, Monsanto acquiert Climate Corporation, une société américaine de géomatique pour l'agriculture, pour 930 millions de dollars, ce qui serait sa plus grande acquisition externe depuis 7 ans[24].

En mai 2015, Monsanto fait une offre d'acquisition d'une valeur de 45 milliards de dollars sur un de ses plus importants concurrents, Syngenta. Cette offre d'acquisition est constituée à 45 % de liquidités et à 55 % d'échanges d'actions[25],[26]. Cette offre est refusée par les cadres directifs de Syngenta et fait suite à une offre similaire en 2014, également refusée[27]. Les principales raisons du refus de Syngenta sont outre une question de prix insuffisants, le risque que cette opération soit refusée ou grandement amendée par les autorités de la concurrence de par le poids des deux groupes dans les pesticides et les semences végétales[25],[28]. Ainsi Syngenta souhaite une pénalité de rupture de contrat en cas de refus des autorités de la concurrence de 4,5 milliards de dollars au lieu de 2 milliards[29]. À la suite de ce refus, Monsanto renouvèle son offre en juin[28] puis en août 2015, avec cette fois-ci une offre de 47 milliards de dollars et une indemnité de rupture de 3 milliards de dollars[30],[31], avant d'abandonner le même mois[32].

En octobre 2015, Monsanto annonce la suppression de 2 600 postes dans un calendrier de 2 ans, restructuration liée à la baisse de son bénéfice[33]. En novembre 2015, John Deere annonce acquérir les activités de matériels de plantations de précisions de Monsanto, Precision Planting, pour un montant inconnu. Monsanto avait acquis Precision Planting en 2012 pour 250 millions de dollars[34].

En mai 2016, Bayer annonce le lancement d'une offre d'acquisition de 62 milliards de dollars sur Monsanto[35], après deux semaines de rumeurs[36],[37],[38]. En juin 2016, Monsanto annonce la création d'une co-entreprise avec Remington Holding, qui possèdera ses activités aux États-Unis de semence de sorgho, induisant un désengagement de Monsanto dans cette activité[39].

Productions[modifier | modifier le code]

Production actuelle[modifier | modifier le code]

L'entreprise Monsanto produit :

Production arrêtée[modifier | modifier le code]

Production transférée[modifier | modifier le code]

Procédures judiciaires contre Monsanto[modifier | modifier le code]

Concernant l'agent orange utilisé pendant la guerre du Viêt Nam[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Agent orange.

Comme les autres fabricants de l'agent orange, herbicide et défoliant utilisé par l’armée américaine pendant la guerre du Viêt Nam, qui s’est révélé contenir un fort taux d'impuretés cancérigènes et tératogènes, Monsanto s'est vue intenter des procès par des vétérans américains et sud-coréens ainsi que par une association de victimes vietnamienne, dont certains ont abouti à une condamnation de la société.

Concernant les PCB[modifier | modifier le code]

La première étude suggérant la dangerosité potentielle de la dioxine, de composition assimilable à celle des polychlorobiphényles (PCB), utilisés comme retardateurs de flammes et isolants, parut aux États-Unis en 1937. Le problème soulevé par les médecins concerne à cette époque le développement de chloracné chez certains travailleurs des entreprises productrices ou utilisatrices des PCB[42]. La même année, la Harvard School of Public Health organise une conférence à laquelle assistent des représentants des entreprises productrices de PCB dont Monsanto.

En 1966, l'étude du Suédois Soren Jensen montre que le PCB est responsable de problèmes environnementaux majeurs en Europe du Nord à cause de sa capacité à s'accumuler tout au long de la chaîne alimentaire (le lait maternel, les rivières, les poissons, les fruits de mer, la faune et la flore)[43]. Un constat identique de bioaccumulation est réalisé en 1968 pour les États-Unis par le Dr. Robert Riseborough de l'université de Californie à Berkeley. La firme reconnaîtra l'année suivante la dangerosité des PCB.

En 1983, R.R. Suskind publie un article démontrant que les études menées par Monsanto sur un groupe de travailleurs exposés accidentellement en 1947 à la molécule 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-p-dioxine (dioxine de Seveso) contenue dans l'acide 2,4,5-trichlorophénoxyacétique (2,4,5-T), composant de l'agent orange, avaient été falsifiées dans le but de démontrer l'innocuité du produit[44]. Un rapport interne à l'entreprise, aujourd'hui déclassifié, affirme cependant, dès le début des années 1950, qu'il est nécessaire de « donner l'alarme » au sujet des PCB, car « la toxicité de ses composants a été démontrée de manière répétée »[45]. En 1953, des chimistes de l’entreprise avaient testé les PCB sur des rats et découverts que, en doses moyennes, ils tuaient plus de 50 % des cobayes. L’entreprise connaissait donc de manière certaine à partir de 1953, soit plus de dix ans avant la prise de conscience générale de la communauté scientifique, les risques liés au PCB[46].

En 2002, Monsanto a été attaquée en justice par 3 450 résidents de la ville d'Anniston (Alabama) pour la contamination de rivières et du sol aux PCB[47]. Des documents internes montrèrent que la firme savait depuis plus de 30 ans que les poissons des rivières environnantes étaient contaminés par les rejets d'une de ses usines[48]. Selon un rapport déclassifié, établi en mars 2005 par l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA), 308 000 tonnes de PCB ont été fabriquées à Anniston de 1929 à 1971. Sur ce total, 32 000 tonnes de ces déchets contaminés ont été déposées dans une décharge à ciel ouvert, située sur le site même, au cœur de la communauté noire de la ville. À l'issue de ce procès, Monsanto a été jugée coupable d’avoir pollué « le territoire d’Anniston et le sang de sa population avec les PCB » et condamnée à payer 700 millions USD de dommages-intérêts. La firme signa, en marge du procès, un accord avec l'EPA pour un plan de nettoyage de la ville. Aucune peine de prison n'a été retenue contre les responsables de la firme (dans le droit américain il est difficile d'atteindre des personnes physiques au pénal pour des activités d'une personne morale (=entreprise), qui plus est il aurait fallu poursuivre les dirigeants de l'époque, le procès ayant eu lieu 30 ans après la fin du délit et 80 ans après le début du délit, ce qui pose des problèmes de prescription et de présence des responsables morts de vieillesse.

Monsanto possédait un centre de production de PCB à Newport dans le sud du Pays de Galles. The Guardian a révélé en 2007 que la firme avait payé des entrepreneurs pour enfouir des centaines de tonnes de déchets hautement toxiques de PCB sur le site de Groesfaen, à proximité de Cardiff, tout en connaissant les risques de contamination pour l’environnement et les habitants proches de la zone[49]. L’entreprise a continué à produire des PCB et à rejeter les déchets au pays de Galles jusqu’en 1977, plus d’une décennie après qu’il avait été établi que la contamination des populations et de l’environnement ne faisait aucun doute.

Concernant le Roundup[modifier | modifier le code]

Deux plaintes ont porté sur des mentions mensongères placées sur l’emballage du désherbant Roundup et concernant sa biodégradabilité. La première plainte contre l'herbicide a été déposée aux États-Unis dans l'État de New York. Le procureur général de cet État a condamné Monsanto, en 1996, au retrait des mentions jugées mensongères sur tous les emballages du désherbant incriminé[50].

En France, en , la 5e chambre du tribunal correctionnel de Lyon a condamné les sociétés Monsanto et Scotts France (distributeur du Roundup) à 15 000 euros d'amende pour publicité mensongère à la suite d'une plainte déposée par les associations Eau et rivières de Bretagne et UFC-Que choisir au sujet de l'étiquetage de l'herbicide[51]. Le Roundup était, jusqu'à cette date, abusivement étiqueté en France « biodégradable » et « respecte l'environnement »[52]. Le fait est que si le glyphosate est effectivement rapidement dégradé, ses produits de dégradation dont l'AMPA s'accumulent dans les nappes phréatiques. Ce jugement confirmé en appel fin a conduit Monsanto à se pourvoir en cassation[53]. Son pourvoi a été rejeté en octobre 2009[54].

Concernant le Lasso[modifier | modifier le code]

Un agriculteur charentais, Paul François, a porté plainte contre Monsanto. Il avait été intoxiqué par du Lasso alors qu'il nettoyait une cuve d'épandage en 2004. Au terme du procès, qui s'est ouvert le 12 décembre 2011 devant le tribunal de grande instance de Lyon[55], Monsanto a été jugé responsable le 13 février 2012 de l'intoxication de l'agriculteur, mais a fait appel de la décision.

Le Lasso est interdit de vente en France depuis 2007[56].

Concernant les aubergines OGM[modifier | modifier le code]

L'autorité nationale de biodiversité indienne a annoncé en août 2011 qu'elle portait plainte contre Monsanto pour acte de biopiraterie. Monsanto est accusé d'avoir utilisé une variété locale d'aubergine sans l'autorisation du gouvernement indien, l'autorité nationale de la biodiversité a considéré que la production de l'aubergine transgénique BT-Brinjal constituait un cas de biopiraterie et recommandé d'entamer des poursuites contre l'entreprise Monsanto[57],[58]. Selon l'autorité indienne, « Monsanto a volontairement ignoré la loi. »[59],[60]

Procès intentés par Monsanto[modifier | modifier le code]

OGM[modifier | modifier le code]

Du milieu des années 1990 à 2004, Monsanto avait poursuivi, en Amérique du Nord, 147 agriculteurs et 39 entreprises agricoles pour violation de brevet en relation avec des OGM. La majorité de ces procès concerne l'utilisation d'une partie de la récolte comme semence pour l'année suivante. Cette pratique est possible avec le soja qui s'autoféconde. Selon un rapport du Center for good safety, quelques cas concernent des cultures de plantes qui auraient été, d'après les agriculteurs concernés, contaminées par dissémination. Le plus célèbre est Monsanto contre Percy Schmeiser[61]. Selon ce rapport, Monsanto possède un budget de 10 millions USD et une équipe de 75 personnes chargées de la surveillance et de la poursuite judiciaire des fermiers utilisateurs de ses produits. Percy Schmeiser a été condamné une fois la démonstration faite qu'il avait volontairement récolté sur une petite surface en bordure de route, traité et semé sur l'ensemble de son exploitation des graines qu'il savait OGM. La condamnation la plus lourde rendue contre un agriculteur s'est élevée à 3 052 800 USD, le niveau moyen des peines dépasse 400 000 USD. En 2004, la firme avait reçu 15 253 602 USD à la suite des divers procès qu'elle a intentés[61]. Cependant, l'ensemble des arrangements conclus entre Monsanto et les fermiers, pour que cette dernière abandonne ses poursuites, ne sont pas comptabilisés. Monsanto déclare effectuer chaque année 500 contrôles chez des fermiers utilisant ses semences.

Monsanto contre Percy Schmeiser[modifier | modifier le code]

En 1998, la firme a attaqué le fermier canadien Percy Schmeiser et son épouse pour vol de semences brevetées. Ce fermier sélectionnait lui-même des plants de colza transgénique résistants au Roundup, qui avaient poussé dans un de ses champs de culture conventionnelle à la suite d'une dissémination. La Justice canadienne a établi qu'en traitant directement ce champ au Roundup, et en récupérant les graines des plantes qui avaient résisté au Round Up pour les faire traiter dans une usine de traitement de semences, Monsieur Schmeiser avait délibérément tenté de se procurer frauduleusement des graines protégées par un brevet. En mai 2004, cinq juges contre quatre ont décrété que les Schmeiser avaient violé le brevet de Monsanto en utilisant des semences en connaissance de cause sans payer de droits. Aucune sanction financière n'a été retenue, Monsanto n'a pas réclamé de dommage dans la mesure où Percy Schmeiser n'a retiré aucun bénéfice de la violation de brevet: il n'a pas revendu de semences et n'a pas utilisé de round up en post levé sur ces champs[62].

En 2005 une deuxième affaire survint entre M. Schmeiser et Monsanto, après que l'agriculteur eut de nouveau trouvé du colza génétiquement modifié de Monsanto dans ses plantations. Il fit débarrasser les plantes OGM par un professionnel et envoya la facture à Monsanto, 660 CAD. Monsanto refusa de payer tant que Schmeiser et sa femme ne s'engageraient pas à ne rien communiquer de l'affaire. Les deux parties sont finalement parvenues à un accord à l'amiable[63].

Soja argentin[modifier | modifier le code]

Monsanto s'est vu, depuis 1995, refuser un brevet pour son soja Roundup Ready en Argentine. La société a, dans un second temps, tenté de négocier la perception de redevances de 15 USD pour chaque tonne de soja argentin exportée vers les ports européens. Devant l'échec des négociations avec le gouvernement argentin, elle a intenté, en juin 2005, plusieurs actions judiciaires contre des importateurs de farine de soja argentine au Danemark et aux Pays-Bas, en alléguant une infraction contre ses droits sur le gène RR en Europe[64]. En mai 2006, un juge danois a donné à l'Argentine le droit de se joindre aux importateurs danois pour assurer leur défense. En 2015, Monsanto commence à employer des sprays de molécules transgéniques en plein champ[65].

Étiquetage et hormone de croissance[modifier | modifier le code]

En 2003, Monsanto a poursuivi la firme laitière Oakhurst Dairy, implantée dans le Maine, pour avoir étiqueté ses produits de la mention : « la garantie de nos fermiers : pas d’hormone de croissance artificielle ». Selon l'entreprise, cette publicité, en sous-entendant qu'elle présente des dangers pour la santé, serait une entrave commerciale à la somatotropine bovine, une hormone de croissance recombinante produite par Monsanto. Un accord a été conclu entre les deux compagnies dont les termes sont restés confidentiels. Pour que la mention « pas d’hormone de croissance artificielle » continue d'apparaître sur ses produits, Oakhurst Dairy s'est engagée à ajouter que la Food and Drug Administration affirme que ce lait ne présente pas de différence significative avec le lait produit par des vaches traitées avec des hormones de croissance. 10 % du lait vendu aux États-Unis sont estampillés « sans rBGH »[66].

En avril 2007, Monsanto a déposé une plainte auprès de la FDA demandant que soit interdite toute mention stipulant qu'un produit est issu d'une vache non traitée aux hormones de croissance artificielles[67].

Coton transgénique indien[modifier | modifier le code]

Article connexe : Révolution verte en Inde.

Monsanto produit le trait génétique Bollgard I (MON 531), qui permet au coton de produire un insecticide d'origine bactérienne efficace contre les lépidoptères, notamment le papillon ravageur du coton (Pectinophora gossypiella). Ce trait n'augmente pas intrinsèquement le rendement de la plante mais réduit les charges en insecticides[68] et réduit les risques de perte de récolte.

Commercialisé depuis 2002 par Mahyco Monsanto Biotech India Ltd mais aussi par d'autres semenciers qui exploitent la licence de Monsanto, le coton OGM fut rapidement adopté par les paysans indiens, en moins de dix ans 90% de la surface de coton devient OGM et hybride, dont une partie à partir de semence OGM pirate[69]. La production de coton augmenta rapidement, passant de 303 kg de fibre par ha en 2002-2003 à 520 kg en 2006-2007[70]. Il est à noter que la vente de semence de coton OGM est régulée dans certains États indiens, un prix maximum est imposé aux entreprises de semence[71]. Après un pic de 554 kg/ha en 2007-2008, les rendements ont ensuite présenté jusqu'à la saison 2012-2013 une baisse supérieure à 10 % avec un rendement moyen régressant à 493 kg/ha[72].

Accusé de provoquer la ruine et le suicide de nombreux paysans[73], le coton OGM fait l'objet d'un débat passionné quant à ses effets sur les revenus de ceux qui le cultivent. Le taux de suicide chez ces derniers depuis l'introduction du coton OGM n'a pas augmenté[74],[75]. Des travaux sur un échantillon ont montré que les cultivateurs ayant adopté le coton OGM ont pu augmenter leurs rations alimentaires et diminuer de 20 % le taux de sous-alimentation [76],[77], que le revenu global des foyers a augmenté, notamment en raison d'un recours accru au salariat féminin[78] y compris dans les familles les plus pauvres[79]. Ces gains économiques expliqueraient la diffusion rapide de la technologie OGM. Toutefois, pour Dominic Glover, il n'est pas possible de tirer de conclusions d'un faible nombre d'études sur une durée limitée sur les liens entre culture de coton Bt et augmentation des revenus des cultivateurs les plus pauvres[80]. En 2014 plusieurs organisations de paysans indiens regroupés au sein du National Farmer Empowerment Initiative[81] ont adressé une pétition au ministère indien de l'environnement d'autoriser de nouveaux essais d'OGM. Ces paysans craignent que le moratoire sur les recherches de nouvelles biotechnologies ait un effet ruineux sur les agriculteurs et leur interdisent l'accès à des technologies cruciales pour améliorer leur niveau de vie[82].

Jusqu'en mars 2010, Monsanto affirmait qu'« il n'y avait jamais eu de cas avéré de baisse des rendements de cultures de coton ou de céréales Bt attribuable à la résistance d’un insecte » avant de publier en mai 2010 les résultats d'une étude montrant une baisse de sensibilité du papillon à la variété de coton Bt Bollgard I dans la région de Gujarat. Dans ce communiqué, Monsanto ne donne pas d'information sur les conséquences sur le rendement des cultures[83],[84]. Cette étude a été critiquée par les autorités indiennes : n'observant pas de problème sur le terrain ces dernières considèrent cette étude comme étant une manœuvre de Monsanto visant à forcer l'adoption de la technologie Bollgard II, plus rentable pour l'entreprise car son prix n'est pas régulé par les autorités[85].

Soutien aux paysans d'Haïti[modifier | modifier le code]

À la suite du tremblement de terre du 12 janvier 2010 à Haïti, Monsanto a annoncé qu'il allait donner gratuitement 475 tonnes de semences aux paysans haïtiens, avec le soutien de l'ambassade américaine à Haïti[86].

Un économiste haïtien a déclaré que « les paysans haïtiens ont traditionnellement la capacité de produire et de reproduire leur propre semence, organique et locale, à destination de leur famille et du marché de proximité. Monsanto veut intégrer les agriculteurs sur un marché qu’ils ne contrôlent pas en matière de qualité de semence et de prix [et] faire du paysan haïtien un assisté plutôt qu’un producteur »[87].

Des milliers de paysans haïtiens ont manifesté contre Monsanto et dénoncé la volonté de la multinationale de détruire l'agriculture paysanne, la biodiversité et de rendre les paysans locaux dépendants de ses produits[88].

Sites de recherche et de production de semences en France[modifier | modifier le code]

Sites de recherche : Andard (maïs), Boissay (colza), La Mézière (maïs), Monbequi (tournesol, maïs). Sites de production : Sauzet (site de production fermé en 2010), Trèbes (maïs). Sites de recherche et de production : Peyrehorade (maïs, colza), Saint-Amand-Longpré (colza)[89].

Autres implantations de Monsanto en France[90] : Toury, Beaumont de Lomagne.

Sites de production de semences : près de Gien (Autry-le-Châtel), semences de tomates, concombres, poivrons et aubergines.

Critiques[modifier | modifier le code]

Monsanto est l'objet de critiques régulières concernant sa vente à l'armée américaine dans les années 1970 de l'agent orange, à l'origine de graves maladies et de la naissance de 150 000 enfants au Viêt Nam souffrant de sévères malformations[91].

Il est également reproché à Monsanto par les anti-OGM la commercialisation d'OGM agricoles, suspectés de nuire à l'environnement et d'être nocifs pour la santé humaine[92]. En décembre 2009, le International Journal of Biological Sciences a ainsi publié une étude dirigée par Gilles-Eric Séralini concluant à la toxicité de trois maïs transgéniques approuvés pour la consommation humaine en Europe et aux États-Unis[93]. Après examen approfondi de l'étude, l'EFSA conclut que cette étude comportait des « résultats trompeurs » et « que l’article ne présente pas de justification scientifique valide susceptible de remettre en question la sécurité du maïs MON 863 »[94].

Monsanto a aussi été condamnée pour publicité mensongère concernant son produit Roundup présenté abusivement comme biodégradable[95].

Monsanto fait aussi l'objet de critiques concernant la commercialisation d'hormone de croissance bovine[96]. On lui reproche l'effet indirect et pervers impliqué par cette hormone. Celle-ci, en augmentant la production de lait de 15 %, entraîne l'inflammation des pis et une augmentation du taux de globules blancs (pus) dans le lait. Les vaches doivent alors être traitées en permanence avec des antibiotiques qui se retrouvent finalement dans le lait vendu pour la consommation.

Monsanto et de nombreux gouvernements sont accusés par plusieurs associations d'avoir dissimulé et falsifié les résultats d'études épidémiologiques qui montreraient la toxicité de la dioxine[97],[98]. L'entreprise a fait et continue de faire l’objet d'enquêtes et d'actions en justice concernant à la fois les produits chimiques ou issus du génie génétique qu'elle met sur le marché et ses méthodes de lobbying offensives. Elle est accusée de promouvoir des produits nocifs pour la santé et l'écosystème[99] et de falsifier les résultats d'enquêtes scientifiques[100], accusations portées entre autres par un ancien directeur de filiale de la firme[101].

Monsanto a enfin été beaucoup attaquée pour avoir en sa possession une technologie dite « terminator » qui rend stériles les graines de seconde génération des semences OGM, et qui pourrait être utilisée par Monsanto (ou sous licence par d’autres entreprises de biotechnologies) pour limiter le « piratage » de leurs semences brevetées, en particulier dans les pays qui ne respectent pas le principe de propriété intellectuelle. À la suite de ces débats et pressions, Monsanto s’est engagée en 1999 à ne pas utiliser cette technologie dans les années à venir tout en continuant à travailler à des solutions de ce type et à déposer des brevets[102]. Ces questions rentrent dans le cadre plus général des débats autour de la brevetabilité du vivant.

Critique de la stratégie commerciale, l'exemple de la production de soja SRR au Brésil[modifier | modifier le code]

Le soja transgénique rendu tolérant à l'herbicide RoundUp® de Monsanto, dit soja SRR est légalement commercialisé depuis 2004 au Brésil[103].

Depuis cette date Monsanto a déterminé les règles de production des semences SRR. Les agriculteurs produisant les semences ont des contrats exclusifs sur une variété bien précise avec un distributeur unique et ont donc l'obligation de vendre la totalité de leur production à ce même distributeur[103]. Il s'agit en effet d'un contrat de licence que les distributeurs fixent avec Monsanto. Ces distributeurs, souvent des filiales de Monsanto, fournissent les semences OGM, les engrais et les pesticides de la maison mère[103]. Monsanto récupère ensuite des royalties, à l'achat des semences puis lors « d'un droit de commercialisation »[103], lors du stockage, etc. correspondant à 15 % de la valeur des grains[103].

Monsanto Protection Act[modifier | modifier le code]

En mars 2013, un amendement d'une loi budgétaire américaine, surnommé Monsanto Protection Act (en), provoque des critiques chez les défenseurs de l'environnement car il permet la mise en culture de plantes génétiquement modifiées, même sans homologation, sans que la justice américaine puisse s'y opposer[104].

Pétition en faveur de l'interdiction du glyphosate en Europe[modifier | modifier le code]

Une pétition est lancée en 2016[105] demandant aux gouvernements des pays membres de l'Union Européenne de ne pas approuver l’extension de l'autorisation du glyphosate. Cette substance est classée comme substance « cancérigène probable » (liste 2A) selon le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer)[106]. Les Etats membres de l'Union Européenne ont refusé le lundi 6 juin la réautorisation provisoire de 18 mois du glyphosate en Europe, le principe actif contenu dans le Roundup, le pesticide produit par le groupe Monsanto[107].

Organisation[modifier | modifier le code]

En novembre 2010, le conseil d'administration est constitué de[108]:

  • Hugh Grant, Chairman, President and Chief Executive Officer
  • Brett D. Begemann, Executive Vice President, Seeds & Traits
  • Carl M. Casale, Executive Vice President and Chief Financial Officer
  • Dr Robert T. Fraley, Executive Vice President and Chief Technology Officer
  • Tom D. Hartley, Vice President and Treasurer
  • Janet M. Holloway, Senior Vice President, Chief of Staff and Community Relations
  • Consuelo E. Madere, Vice President, Vegetable Business
  • Steven C. Mizell, Executive Vice President, Human Resources
  • Kerry J. Preete, Vice President, Crop Protection
  • Nicole M. Ringenberg, Vice President and Controller
  • David F. Snively, Executive Vice President, Secretary and General Counsel
  • Gerald A. Steiner, Executive Vice President, Sustainability & Corporate Affairs

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Les principaux actionnaires en 2012 sont[109] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MON - Monsanto Company - Google Finance
  2. a et b Monsanto Website
  3. http://www.monsanto.com/global/fr/qui-sommes-nous/pages/l-histoire-de-monsanto.aspx
  4. http://inventors.about.com/od/lstartinventions/a/Led.htm
  5. http://www.terre-finance.fr/LES-PRINCIPAUX-GROUPES-SEMENCIERS-A-L-ECHELLE-MOND-vtptc-9714.php
  6. (en) O. C. Ferrell, Michael Hartline, Marketing Strategy, Cengage Learning, , p. 340
  7. Cette première année de cotation en bourse est aussi celle du terrible krach boursier de Wall Street.
  8. (en) Attilio Bisio, Sharon Boots, Encyclopedia of Energy Technology and the Environment, Wiley, , p. 2191
  9. (en) Lois Marie Gibbs, Dying from Dioxin: A Citizen's Guide to Reclaiming Our Health and Rebuilding Democracyéditeur=South End Press, , p. 2
  10. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 382
  11. Aude Lorriaux, « Monsanto, trois vies et beaucoup de scandales », sur slate.fr,‎
  12. Cette horrmone recombinante controversée (elle provoque mammites, troubles ovariens) est en 2013 interdite partout, sauf aux États-Unis. Source : Soren Seelow, « Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires », sur lemonde.fr,‎ .
  13. (en) David Kirby, Animal Factory, Macmillan, , p. 199-201
  14. « $700 Million Settlement in Alabama PCB Lawsuit », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  15. « MONSANTO TO BUY ASGROW AGRONOMICS UNIT », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  16. « Monsanto to divest Nutrasweet business - Jul. 1, 1999 », sur money.cnn.com (consulté le 27 août 2015)
  17. OMPI - WO/2008/024227
  18. « Monsanto to sell sunflower seed business - St. Louis Business Journal », sur St. Louis Business Journal (consulté le 27 août 2015)
  19. Rachat de Beeologics attesté par Fusacq
  20. « Alnylam and Monsanto Form Strategic Alliance | Business Wire », sur www.businesswire.com (consulté le 25 août 2015)
  21. Liuqi Gu et Douglas C. Knipple, « Recent advances in RNA interference research in insects: Implications for future insect pest management strategies », Crop Protection, vol. 45,‎ , p. 36-40 (DOI 10.1016/j.cropro.2012.10.004, lire en ligne)
  22. « La stratégie diabolique des futures plantes OGM » (consulté le 25 août 2015)
  23. « With BioDirect, Monsanto Hopes RNA Sprays Can Someday Deliver Drought Tolerance and Other Traits to Plants on Demand | MIT Technology Review » (consulté le 25 août 2015)
  24. Monsanto: le roi des OGM devient lui-même transgénique, Jean-Baptiste Jacquin, Le Monde, 3 octobre 2013
  25. a et b Monsanto: le roi des OGM devient lui-même transgénique Syngenta refuse de se vendre à Monsanto, Denis Cosnard, Le Monde, 8 mai 2015
  26. Monsanto, in Bid for Syngenta, Reaches for a Business It Left Behind, Andrew Pollarck et Chad Bray, The New York Times, 8 mai 2015
  27. Syngenta: aurait discuté d'une fusion avec Monsanto, Le Figaro, 24 juin 2014
  28. a et b Monsanto tente à nouveau de racheter Syngenta, Laurence Girard, Le Monde, 8 juin 2015
  29. Le suisse Syngenta rejette une fois encore les avances de Monsanto, Emmanuel Grasland, Les Échos, 9 juin 2015
  30. Monsanto raises offer for Syngenta to $47 billion: source, Mike Stone, Reuters, 24 août 2015
  31. Monsanto Said to Raise Syngenta Offer to About $47 Billion, Ed Hammond, Aaron Kirchfeld et Matthew Campbell, Bloomberg, 24 août 2015
  32. Monsanto drops pursuit of Swiss agribusiness rival Syngenta, Carey Gillam, Reuters, 26 août 2015
  33. Monsanto va supprimer 2600 emplois, Le Figaro, 7 octobre 2015
  34. Deere to buy Monsanto's Precision Planting equipment maker, P. J. Huffstutter, 3 novembre 2015
  35. Bayer announces $62 billion cash offer for Monsanto, Reuters, 23 mai 2016
  36. (en) « Bayer said to explore bid for 40 billion seed company Monsanto », sur Bloomberg (consulté le 13 mai 2016)
  37. « Monsanto fait l'objet de speculations Basf et Bayer en embuscade », sur capital (consulté le 13 mai 2016)
  38. Le groupe allemand Bayer a fait une proposition à 62 milliards de dollars. Une fusion avec l’américain Monsanto, le numéro un mondial des semences, pourrait donner naissance à un leader mondial de l’agrochimie.
  39. Monsanto to form sorghum joint venture with private company, Karl Plume, Reuters, 16 juin 2016
  40. Les Échos, 3 juillet 2007
  41. IPS Inter Press Service, 7 décembre 2007.
  42. (en) Cecil K. Drinker and others, « The Problem of Possible Systemic Effects From Certain Chlorinated Hydrocarbons », Journal of industrial hygiene and toxicology, vol. 19, septembre 1937, p. 283- 311.
  43. (en)« Report of a new chemical hazard », New scientist, Vol. 32, 1966, p. 612
  44. (en)« Long-Term Health Effects Of Exposure To 2,4,5-T And/Or Its Contaminants », Chemosphere, Vol. 12, nos 4-5, 1983, p. 769.
  45. (en) Eric Francis, « Conspiracy of Silence : The story of how three corporate giants— Monsanto, GE and Westinghouse—covered their toxic trail », Sierra magazine, septembre/ octobre 1994
  46. (en) John Vidal, « The wasteland : how years of secret chemical dumping left a toxic legacy », The Guardian, 12 février 2007.
  47. (en) David Teather, « Monsanto accused of cover-up », The Guardian, 7 janvier 2002
  48. Emmanuelle Champion, Corinne Gendron, « Le 'développement durable' selon Monsanto : prémisses d'une privatisation des problèmes environnementaux », in Marie-France Turcotte, Anne Salmon, Responsabilité sociale et environnementale des entreprises, Presses de l'Université du Québec, 2005. http://www.crsdd.uqam.ca/
  49. (en) John Vidal, « The wasteland: how years of secret chemical dumping left a toxic legacy », The Guardian, 12 février 2007
  50. (en) « False Advertising by Monsanto Regarding the Safety of Roundup Herbicide (Glyphosate) » Attorney General of the State of New York. Consumer Frauds and Protection Bureau. Environmental Protection Bureau. 1996.
  51. Que Choisir, no 446, mars 2007, page 5.
  52. L'information sur le site Eaux et rivières de Bretagne, avec extrait du jugement.
  53. « Le Roundup à nouveau condamné », Que Choisir, no 465, décembre 2008, page 7.
  54. « Monsanto définitivement condamné pour « publicité mensongère » à propos du Round Up », LeMonde.Fr, 15 octobre 2009.
  55. http://www.charentelibre.fr/2011/11/08/ruffec-paul-francois-contre-monsanto-proces-le-12-decembre,1063930.php
  56. Fiche « Lasso Monsanto » sur « Le catalogue des produits phytopharmaceutiques et de leurs usages » du ministère de l'agriculture.
  57. « New Delhi poursuit le géant américain Monsanto », France 24
  58. (en) « Development of Bt brinjal a case of bio-piracy »,‎
  59. http://info.france2.fr/monde/l-inde-porte-plainte-contre-monsanto-70052444.html
  60. http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110818-inde-accuse-monsanto-biopiraterie
  61. a et b (en)Center for good safety, «Monsanto vs. U.S. Farmers Report », 2005
  62. Monsanto Canada Inc. v. Schmeiser, 2004 SCC 34, [2004] 1 S.C.R. 902.
  63. Communiqué de presse du 19 mars 2008 de Monsanto Canada : (en) Percy Schmeiser Settles Small Claims Court Issue with Monsanto Canada, et un (de) compte rendu de cette décision sur le site de Percy Schmeiser.
  64. AFP, « Soja OGM : l'Argentine dénonce l'attitude de « gangster » de Monsanto », 17 mars 2005.
  65. http://www.technologyreview.com/featuredstory/540136/the-next-great-gmo-debate/
  66. (en) David Barboza, « Monsanto Sues Dairy in Maine Over Label's Remarks on Hormones », New York Times, 12 juillet 2003.
  67. (en) Stephen J. Hedges, « Monsanto wants government to ban labels that disavow use of synthetic hormones », Chicago Tribune, 15 avril 2007.
  68. http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/06/le-coton-bt-transg%C3%A9nique-serait-%C3%A9cologique.html
  69. http://www.courrierinternational.com/article/2003/06/26/un-robin-des-bois-indien
  70. https://www.icac.org/meetings/biotech_2007/documents/french/additional_contributions/f_khadi.pdf
  71. http://www.thehindubusinessline.com/todays-paper/tp-agri-biz-and-commodity/bollgard-ii-cotton-seeds-to-be-priced-at-rs-1000-per-packet/article1648514.ece?ref=archive
  72. Area, production and productivity of cotton in india from 1950-51 onwards sur le site gouvernemental de The Cotton Corporation of India, consulté le 1er janvier 2016
  73. http://www.forbes.com/sites/jonentine/2014/01/29/vandana-shiva-anti-gmo-celebrity-eco-goddess-or-dangerous-fabulist/
  74. http://www.issues.org/30.2/keith.html
  75. http://www.nature.com/news/case-studies-a-hard-look-at-gm-crops-1.12907
  76. http://articles.latimes.com/2013/jun/06/science/la-sci-sn-gmo-cotton-better-diet-indian-farmers-20130606
  77. (en) Matin Qaim et Shahzad Kouser, Genetically Modified Crops and Food Security, 5 juin 2013
  78. http://www2.warwick.ac.uk/newsandevents/pressreleases/gm_crop_produces
  79. (en) Arjunan Subramaniana et Matin Qaim, The Impact of Bt Cotton on Poor Households in Rural India, The Journal of Development Studies, Volume 46, Issue 2, 2010
  80. (en) « It is not possible to conclude, on the basis of a few favourable studies and a few years’experience, that Bt cotton can be relied upon to produce benefits for poor farmers » inDominic Glover, ‘Bt cotton: benefits for poor farmers?’ Democratising Biotechnology: Genetically Modified Crops in Developing Countries Briefing Series. Briefing 9. Brighton, UK: Institute of Development Studies, 2003, (ISBN 1 85864 487 9), en ligne
  81. http://www.indiafarmers.in/
  82. http://economictimes.indiatimes.com/news/politics-and-nation/national-farmers-empowerment-initiative-pitches-for-allowing-trials-of-gm-crops/articleshow/39895353.cms
  83. http://ogm.greenpeace.fr/grande-premiere-en-inde-monsanto-avoue-l-echec-de-son-coton-bt
  84. Cotton In India, Monsanto
  85. http://articles.timesofindia.indiatimes.com/2010-03-12/india/28137299_1_bollworm-cotton-variety-cotton-seeds
  86. http://alencontre.org/ameriques/amelat/haiti/un-nouveau-%C2%ABtremblement-de-terre%C2%BB-se-dechaine.html
  87. http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-06-15-Haiti
  88. http://www.20minutes.fr/article/576049/Planete-Haiti-selon-Monsanto.php
  89. « Notre implantation locale », Monsanto
  90. Monsanto Co. - Profil d'entreprise sur transnationale.org.
  91. (en) « Monsanto's Agent Orange: The Persistent Ghost from the Vietnam War », Organic Consumers Association, 2002.
  92. [PDF] Qui tire profit des cultures gm ?, Les Amis de la Terre, janvier 2006.
  93. Article du Monde
  94. http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/gmo070628.htm
  95. « MONSANTO condamné : La justice remet les pendules à l'heure sur le Roundup », sur le site de l'association Eaux et Rivières de Bretagne, 2007.
  96. (en) « Monsanto Dairy Hormone Division For Sale Amid Consumer Concerns », InjuryBoard.com, 6 août 2008.
  97. http://www.flora.org/healthyottawa/24d-dioxin-contamination.htm Monsanto Corporation Criminal Investigation Cover-up of Dioxin Contamination in Products Falsification of Dioxin Health Studies]
  98. (en) Cate Jenkins, Criminal Investigation of Monsanto Corporation - Cover-up of Dioxin Contamination in Products - Falsification of Dioxin Health Studies, USEPA Regulatory Development Branch, novembre 1990
  99. « trois herbicides de Monsanto pour le jardin mis en cause », Rue89, 27 juin 2009.
  100. (en) Cate Jenkins, « Criminal Investigation of Monsanto Corporation - Cover-up of Dioxin Contamination in Products - Falsification of Dioxin Health Studies », USEPA Regulatory Development Branch, novembre 1990
  101. http://www.infogm.org/spip.php?article4324
  102. (en)« World braced for terminator 2 », The Guardian, octobre 1999
  103. a, b, c, d et e Èvolution des règles d'utilisation du soja transgénique au Brésil : une analyse par une approche systémique de la gouvernance
  104. Grégoire Allix, « Le "Monsanto act" met les OGM au-dessus de la loi aux Etats-Unis », sur Le Monde.fr,‎
  105. « Envie de « contrarier » Monsanto ? Cliquez ici », sur SumOfUs (consulté le 3 juin 2016)
  106. (fr) « L’autorisation du glyphosate de nouveau examinée », sur EurActiv.fr (consulté le 3 juin 2016)
  107. Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) et Stéphane Foucart, « Le Roundup essuie un nouvel échec en Europe », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  108. http://www.monsanto.com/whoweare/Pages/monsanto-leadership.aspx
  109. « Monsanto Co. (MON) », Yahoo Finance (consulté le 24 novembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Monique Robin, Le Monde selon Monsanto. De la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien, préface de Nicolas Hulot postface de Louise Vandelac, Arte éditions / La Découverte, 2008 (édition française) ; Les Éditions internationales Alain Stanké, 2008 (édition canadienne en langue française)
  • (en) Guillaume Gruère et Debdatta Sengupt, « Bt Cotton and Farmer Suicides in India: An Evidence-based Assessmen », in Journal of Development Studies, Vol. 47, No. 2, 316–337, February 2011 (Lire en ligne, page consultée le 24 février 2012)
  • (en) Shahzad Kouser, Matin Qaim, « Impact of Bt cotton on pesticide poisoning in smallholder agriculture: A panel data analysis », in Ecological Economics, Volume 70, Issue 11, 15 September 2011, Pages 2105–2113 (Lire en ligne, page consultée le 24 février 2012)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]