ChemChina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ChemChina
Description de l'image ChemChina.svg.
Création 2004
Siège social Drapeau de Chine Pékin (Chine)
Filiales Adama, Pirelli, Syngenta
Site web http://www.chemchina.com
Chiffre d’affaires 70 milliards d’euros

ChemChina est une conglomérat de chimie chinois, dirigé par le PDG Ren Jianxi, membre du Parti communiste chinois [1]. ChemChina est présent dans différents domaines liés la chimie notamment les pneus automobiles, le raffinage de produits pétroliers, ou les produits fertilisants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En janvier 2006, ChemChina acquiert Adisseo, une filiale de Rhône-Poulenc spécialisée dans les additifs pour la nutrition animale, pour 400 millions de dollars[3], ainsi que la branche silicone de Rhodia [1]. En avril 2006, ChemChina acquiert Qenos, producteur australien d'éthylène[4].

En décembre 2010, ChemChina acquiert 60 % de Makhteshim Agan Industries, une entreprise israélienne productrice de pesticides, pour 2,4 milliards de dollars[5].

En mars 2015, ChemChina, qui contrôle également Aeolus Tyres, achète Pirelli pour 7,1 milliards d'euros. Cette opération est réalisée par l'acquisition de la participation 26,2 % de la holding Camfin (détenue par Rosneft, Nuove Partecipazioni, UniCredit et Intesa Sanpaolo) dans Pirelli, puis par une OPA sur le reste du capital de Pirelli, le tout via une société (Bidco) qui regroupe ChemChina et Camfin. L'activité de pneumatique pour usage industriel de Pirelli est transférée via cette acquisition dans Aeolus Tyres[6],[7],[8],[9].

En novembre 2015, Syngenta refuse une offre d'acquisition de 42 milliards de dollars de la part ChemChina[10]. Ce dernier augmente sa proposition à 44 milliards de dollars, le mois suivant[11].

En janvier 2016, ChemChina annonce l'acquisition du fabriquant de machines Krauss-Maffei, aidé par les fonds Guoxin International Investment et AGIC Capital, pour 925 millions d'euros[12],[1]. Le même mois, ChemChina a pris une participation de 12 % dans le suisse Mercuria Energy Group[13]. En février 2016, ChemChina annonce l'acquisition de Syngenta, une entreprise suisse de produits de pesticides et de semences, pour 43 milliards de dollars, ce qui en fera la plus grosse acquisition d'une entreprise étrangère par une entreprise chinoise[1],[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Laurence Girard, ChemChina prêt à s’offrir le géant suisse des pesticides Syngenta, Le Monde économie, 3 février 2016
  2. Pourquoi la Chine rachète le géant suisse des pesticides, Sébastien Melis, Libération, 4 février 2016
  3. Agathe Remoué, Adisseo sous pavillon chinois, L'Usine nouvelle, 26 janvier 2006
  4. Chemchina achète le leader australien de l'éthylène, L'Usine nouvelle, 13 avril 2006
  5. (en) Tova Cohen, ChemChina to buy 60 percent of Israel's MA Industries, Reuters, 28 décembre 2010
  6. ChemChina to buy Italian tire maker Pirelli in $7.7 billion deal, Paola Arosio et Danilo Masoni, Reuters, 22 mars 2015
  7. La saga Pirelli se conclut sur une OPA chinoise, Richard Heuzé, Le Figaro, 23 mars 2015
  8. Pirelli, un pan du capitalisme à l’italienne, sous bannière chinoise, Philippe Ridet, Le Monde, 23 mars 2015
  9. Le chinois ChemChina prend le contrôle de Pirelli, Pierre de Gasquet, Les Échos, 22 mars 2015
  10. Syngenta rejects $42 billion ChemChina offer: Bloomberg, Reuters, 13 novembre 2015
  11. ChemChina sweetens bid for Syngenta to $44 billion: Bloomberg, Reuters, 18 décembre 2015
  12. La Chine s’offre un symbole du « made in Germany », Denis Cosnard, Le Monde, 11 janvier 2016
  13. ChemChina entre au capital de Mercuria, Agefi, 18 janvier 2016
  14. China seeks food security with $43 billion bid for Syngenta, Ludwig Burger, Reuters, 4 février 2016