Colorant industriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un colorant industriel est une substance utilisée en industrie pour apporter une couleur à un objet à teinter.

Historique[modifier | modifier le code]

La découverte des colorants de synthèse[modifier | modifier le code]

Extraits des Mémoires de Sir William Henry Perkin (1838-1907) :

« En 1856, encore jeune chimiste, j'essayais de synthétiser la quinine pour combattre le paludisme qui touchait nos fières troupes qui défendaient aux Indes, l'honneur britannique. Après plusieurs essais, j'en arrivai à oxyder un dérivé de l'aniline, l'allyltoluidine. J'obtins vite un splendide précipité rouge-brun.

Bien sûr, ce composé n'avait rien à voir avec la quinine artificielle que je recherchai mais il éveilla cependant ma curiosité de chimiste car, en ayant renversé une petite éprouvette, je vis qu'il produisait sur le parquet et sur ma blouse, des taches certes belles mais surtout indélébiles. Sans le savoir je venais d'inventer ce colorant de bonne tenue dont l'industrie textile avait tant besoin.

Je l'appelai d'abord 'violet allyltoluidin' puis pourpre d'aniline mais mon épouse trouvant ce nouveau nom encore trop barbare lui préféra celui de mauvéine qui fut définitivement adopté. Ce fut, pour nous tous, le début d'une période faste chargée de gloire et de richesses. Tout cela pour avoir découvert, par hasard, et breveté, en toute connaissance de cause, le premier colorant artificiel utilisable par l'industrie en toutes quantités.

Ce qui, il faut l'avouer, était loin d'être le cas des colorants naturels, souvent fort coûteux et difficiles à obtenir. »

Le premier colorant industriel fut découvert par hasard. Pendant les vacances de Pâques de 1856, le jeune W. H. Perkin (1838-1907), qui était l’assistant de A. W. Hoffmann à l’Université de Londres, s’amusa à oxyder l'allyl-toluidine (C10H13N) par le bichromate de potassium, espérant obtenir… la quinine (C20H24O2N2) par la réaction suivante : 2 C10H13N + 3O C20H24O2N2 + H2O. L’expérience fut évidemment un échec, la quinine et l’allyltoluidine ayant des structures sans aucun rapport. Mais la quinine ne fut probablement qu’un prétexte à l’étude de l’oxydation des amines aromatiques car Perkin recommença sa cuisine avec le sulfate d'aniline, plus facile à se procurer, mais dont la formule ne pouvait absolument pas conduire à l'alcaloïde rêvé. Le précipité noir obtenu donnait cependant une solution alcoolique violette pouvant servir à teindre les tissus.

La découverte de Perkin marquait la naissance de l’industrie chimique organique. La concurrence aidant, vers 1900, une grande palette de colorants était déjà disponible, à des prix suffisamment modiques pour ruiner les planteurs de garance du Sud de la France. Quant à Perkin, en 1874, fortune faite, il vendit ses usines, se remit à la chimie et s’imposa comme l’un des plus grands organiciens du XIXe siècle.

Une retombée bénéfique et quelque peu inattendue du développement de la chimie des colorants a été la création de la chimiothérapie par Paul Ehrlich (1854-1915, Prix Nobel de Médecine 1908). Ehrlich définissait la chimiothérapie comme la destruction sélective de germes pathogènes chez le malade par des produits chimiques. Le sens du mot a été élargi et inclut maintenant également le traitement chimique du cancer.

Classement[modifier | modifier le code]

Obtenus à partir du XIXe siècle, par la chimie industrielle, dans la suite de l'aniline les colorants industriels sont classés aujourd'hui selon un plan dérivé du « Colour Index », en 10 rubriques et 6 sous-rubriques :

  1. nitro dérivés ;
  2. dérivés du triphénylméthane ;
  3. xanthéniques ;
  4. dérivés de l'acridine ;
  5. dérivés de la quinoléine ;
  6. anthraquinoniques ;
  7. indigoïdes ;
  8. phtalocyanines ;
  9. bases d'oxydation ;
  10. azoïques :
    1. précurseurs des azoïques insolubles,
    2. pigments azoïques,
    3. azoïques de type « solvants »,
    4. de type « disperseur »,
    5. colorants monoazoïques avec groupe solubilisant,
    6. diazoïques et triazoïques.

Médecine[modifier | modifier le code]

Les risques que font courir les colorants :

  • allergies : de contact et pulmonaire ;
  • cancers cutanés et systémiques : risque suspecté ;
  • hyperactivité chez les enfants : risque confirmé.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, un extrait des statuts de la SDC :

La SDC est une Société professionnelle internationale spécialisée dans la Couleur sous toutes ses formes. Fondée en 1884, grâce et en l'honneur de Sir Perkin, ses buts et objectifs sont de promouvoir la Science des couleurs (to advance the science of colour). Elle publie régulièrement un nuancier de référence, le Colour Index, en collaboration avec The AATCC, Research Traingle Park, NC 27709, USA, (en) AATCC