Forces armées libanaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Armée libanaise)
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées libanaises
Branches Forces aériennes libanaises
Marine libanaise
Forces terrestres libanaises
Quartier-général Yarzeh (en), Beyrouth
Commandement
Commandant en chef Jean Kahwaji (en)
Main-d'œuvre
Âges militaires 18-30 ans pour le service militaire obligatoire et volontaire ; Engagement de service - 6 mois (2005)
Disponibles au service militaire 1 106 879 hommes, âge 18-49,

1 122 595 femmes âge 18-49 hommes

Actifs 132 000
Réservistes 280 700
Budgets
Budget 4,8 milliard dollars US (2013)
Industrie
Fournisseurs étrangers Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Drapeau de la Roumanie Roumanie
Drapeau du Brésil Brésil
Drapeau de la Turquie Turquie
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Drapeau de l'Australie Australie

L'armée libanaise (الجيش اللبناني en arabe al-Jaych al-Lubnani) a pour missions principales de maintenir la sécurité et la stabilité du Liban, la sécurité des frontières, la sécurité des ports, les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies, le combat du trafic de drogue et de la contrebande à travers les frontières, et la lutte anti-terroriste.

L'armée libanaise est constituée de trois branches :

– les forces terrestres ;
– les forces navales ;
– les forces aériennes.

Ces trois branches sont coordonnées par le centre de commandement de l'armée libanaise, située à Yarzeh, à l'est de la capitale Beyrouth.

Il y a un total six écoles militaires à travers le pays. Des officiers cadets sont souvent envoyés à l'extérieur pour recevoir des formations complémentaires.

Selon la CIA, le budget de la Défense libanaise atteignait, en 2004, 540 millions de dollars (71e rang mondial), soit 3,1 % de son PIB[1].

L'équipement de l'armée libanaise est désuèt à la suite d'un consensus inspiré par son voisin du sud, Israël, l'interdisant de s'équiper convenablement. Selon sa position, Israel défend que des armements sophistiqués risqueraient de tomber dans les mains du Hezbollah, ce qui apparait comme une aberration.

L'équipement actuel est principalement américain, car les forces armées libanaises attendent toujours la promesse de don de l'Arabie Saoudite formulée fin 2013. En effet cette dernière a offerte un don de 3 milliards de dollars à l'armée libanaise pour acheter des armes auprès de la France avec qui le Liban a des relations historiques. Le programme est annulé en 2016 à la suite de griefs formulés par l'Arabie saoudite à l'encontre du Liban

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

L’histoire de l’armée libanaise remonte à la Première Guerre mondiale. En 1916, Le gouvernement français en guerre contre l'Empire ottoman crée La Légion d’Orient à laquelle se joignent de jeunes Libanais.

En 1926, Vecteur de la naissance de l’Armée libanaise, la première unité des francs-tireurs libanais fut créée à partir de la Légion d’Orient. Précédant la déclaration de l’indépendance du Liban, le 22 novembre 1943, les différentes unités militaires ont été regroupées pour former la cinquième brigade sous le commandement du colonel Fouad Chehab.

De l'indépendance à la guerre civile[modifier | modifier le code]

Premier drapeau de l'armée libanaise

Le jour de l’indépendance, le troisième régiment des francs-tireurs fut mis à la disposition du gouvernement libanais pour maintenir la sécurité. Cependant la plus grande partie de l’armée libanaise continuait d’opérer au sein de l’armée française jusqu’au retrait total de cette dernière le premier août 1945.


Le à 00:00, l'Armée libanaise devient sous la pleine autorité du gouvernement national libanais.

En 1948, lors de la première guerre israélo-arabe, le Liban n'a pas officiellement participé aux combats. La participation de l'armée libanaise s'est limitée à la pénétration de quelques centaines de mètres en Palestine. Le soutien libanais se limita ensuite à un appui logistique aux forces syriennes et à l'Armée de Libération Arabe à l'exception d'une opération offensive menée les 5 et 6 juin 1948 en Galilée à la frontière, contre les forces israéliennes qui occupent le village de Malkieh. Les Israéliens reprennent sans combat la position, préalablement évacuée par ses défenseurs, en octobre suivant lors de l'opération Hiram.

Entre 1961 et 1967, l'armée offre son concours à la Haigazian College Rocket Society (HCRS) et la Lebanese Rocket Society pour développer un programme de lanceur spatial, la fusée Cèdre[2].

La guerre du Liban[modifier | modifier le code]

En 1975, date le début de la guerre libanaise, l'effondrement politique total du pays a empêché l'armée Libanaise d'assumer son rôle national de garant de la stabilité interne et de la sécurité.

AML 90 de l'armée libanaise, Beyrouth, 1982

Le 13 mars 1978 les forces israéliennes ont envahi une partie du pays jusqu’au fleuve Litani. Le conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 425 qui réclame le retrait inconditionnel des troupes d’occupation israélienne jusqu’aux frontières internationalement reconnues. Les Nations unies ont déployé 4 000 soldats au Liban-Sud pour s’assurer du retrait total des forces israéliennes et pour aider le gouvernement Libanais à asseoir sa souveraineté. Le Liban a envoyé au Sud 700 soldats pour prendre position avec les troupes des Nations Unies en vue de procéder à l’application de la résolution 425. Quand les soldats ont atteint le village de Kawkaba ils se sont trouvés sous le feu intense des israéliens jusqu’à l’invasion israélienne du Liban en 1982.

Lors de l'invasion israélienne du Liban en 1982, un bataillon de l'armée fut mobilisé pour défendre le palais présidentiel de Baabda, craignant qu'il ne soit l'objet d'attaques. Ce fut la seule action entreprise par l'armée libanaise pendant cette invasion.

Lors de la guerre de la montagne, en septembre 1983, la 8e brigade de l'armée libanaise combat avec succès les milices alliées druzes palestiniennes et syriennes dans la bataille de Souk El Gharb.

En 1988, après l’échec du Parlement libanais à élire un nouveau président de la République, le président sortant, Amine Gemayel a nommé un gouvernement militaire dirigé par le général Michel Aoun avant de quitter ses fonctions.

À la suite des attaques et des attentats répétés de l'armée syrienne, Aoun lance la guerre de libération le 14 mars 1989. Dans les mois qui suivent, l'armée libanaise et les forces syriennes échangent des tirs d'artillerie à Beyrouth.

Le 13 octobre 1990, le président syrien Hafez el-Assad, allié depuis le mois d’août des Américains dans le conflit du Golfe, lance ses troupes à l’assaut des régions contrôlées par le général Aoun et du palais présidentiel de Baabda. Le général Aoun lance un appel au cessez-le-feu et ordonne les troupes de l'armée de recevoir ses ordres du général Émile Lahoud.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Conscription[modifier | modifier le code]

Le service militaire obligatoire a été ramené de 12 à 6 mois le 4 mai 2005, et afin d'être supprimé dans un délai de deux ans à compter de cette date. Le 10 février 2007, le service militaire a été officiellement supprimé[3].

Conflit israélo-libanais de 2006[modifier | modifier le code]

Du 12 juillet au 14 août 2006, le Liban a été confronté à des attaques très violentes d'Israël, (voir Conflit israélo-libanais de 2006). La résistance de son armée a été timide, se limitant à la défense aérienne. Cette situation s'explique par le fait que le Liban ne s'est pas mis officiellement en état de guerre contre l'État hébreu, mais aussi et surtout par l'ancienneté relative des équipements de l'armée libanaise par rapport à ceux de l'armée israélienne. Différentes bases ont été attaquées par l'armée israélienne. On dénombre une vingtaine de victimes et une cinquantaine de blessés dans les rangs de l'armée libanaise.

Les principales bases attaquées :

  • L'attaque à deux reprises de la base du régiment autonomes de travaux près de Baabda.
  • Les bases navales de Beyrouth, Jounieh, et Tripoli.
  • Les bases aériennes de Rayak à l'est, de Qoleyat au Nord, et l'Aéroport International de Beyrouth.
  • Les casernes de l'armée à Amchit.
  • Attaque de différentes bases de l'armée situées au Sud, notamment à Tyr et à Sidon
  • Occupation des casernes de l'armée à Marjayoun par l'armée israélienne, et sa destruction en la quittant.

Le conseil des ministres libanais a décidé, à la suite de la Résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, d'envoyer 15 000 soldats libanais au Sud Liban. Le 16 août 2006, l'armée libanaise a commencé à se déployer au sud du fleuve Litani, après plus de 40 années d'absence de cette région du pays[4].

Combats de septembre 2007[modifier | modifier le code]

Le 2 septembre 2007, l'armée libanaise prend le camp de Nahr-el-Bared. Elle tue dans cette action 225 membres du Fatah al-Islam, en capture 202 dans le nord du pays et perd 169 militaires tombés au combat[5].

Soutien étranger[modifier | modifier le code]

Conséquences du conflit israélo-libanais de 2006

Après les événements de juillet et août 2006, différents pays ont exprimé leur intention de soutenir l'armée libanaise, et de lui fournir des armes modernes. La Belgique a offert à l'armée libanaise des pièces d'artillerie et des munitions.

La France a livré des munitions, des explosifs, du matériel de transmission, et une aide de 4,5 millions d'euros. L'Arabie saoudite a offert 500 millions de dollars (près de 400 millions d'euros), Abou Dhabi et le Qatar quelque 300 millions de dollars[6].

En janvier 2007, l'armée a reçu 20 Humvees provenant des États-Unis, dans le cadre d'un programme d'aide d'un montant de 40 millions de dollars, comprenant aussi 285 autres Humvees, des munitions, des pièces de rechange, et de l'entraînement[7].

En mars 2007, l'armée a reçu 9 hélicoptères Gazelle comme donation des Émirats arabes unis.

Le 31 décembre 2007, la vente de 71 blindés d'occasion a été finalisée lors d'une visite au Liban par le chef de la Défense belge. Le montant de ce contrat s'élève à 3,5 millions d'euros et les livraisons se font dans le courant de l'année 2008[8]. Cette vente concerne au total 43 Leopard 1, seize blindés chenillés de type AIFV dotés d'un canon de 25 mm et douze transporteurs de troupe de type M113, ainsi que des munitions.

Le , la Russie annonce une donation d'armes au Liban, comprenant des hélicoptères, chars et pièces d'artillerie. L'opération envisagée comprend six hélicoptères Mi-24, trente et un chars T-72 et trente-six pièces d'artillerie de calibre 130 mm[9].

L'aide saoudienne, le contrat Donas

Le 29 décembre 2013, alors que la guerre civile syrienne déborde sur le territoire libanais, l'Arabie saoudite annonce un soutien de trois milliards de dollars US aux forces armées libanaises[10] pour l’aider à renforcer ses forces armées et à acheter des armes de la France, a annoncé le président libanais, ajoutant qu’il s’agissait du plus gros don de l’histoire du pays pour l’armée. Les armes seront achetées de l’État français dans les plus brefs délais vu les relations historiques qui le lient au Liban et à l'étroite coopération militaire entre les deux pays". En février 2015, on annonce les premières livraisons en avril[11]. L'Arabie saoudite suspend toutefois ce programme d'aide en 2016, reprochant au Liban de ne pas empêcher les actions agressives du Hezbollah à son encontre[12]. L'achat lui-même n'est pas annulé, les armements servant au profit du pays donataire, en guerre au Yémen[13].

Forces terrestres[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Soldats de l'armée libanaise, 2009

En 2016 les forces terrestres sont composées de :

  • 5 commandements de régions
  • 11 brigades d'infanterie mécanisées
  • La brigade de la garde républicaine
  • Un régiment de commandos
  • 6 régiments d’intervention
  • 1 régiment aéromobile
  • 1 régiment de commandos marine
  • 2 régiments d’artillerie
  • 1 régiment de chars de combat
  • 1 régiment de lute anti-chars
  • 4 régiments de frontières terrestres

De même les unités de support comportent :

  • Les services médicaux
  • La brigade de support
  • La brigade logistique
  • La police militaire
  • Le régiment autonome des travaux
  • Le régiment de tansport
  • Le régiment de génie
  • Le régiment de transmissions

Équipements lourd[modifier | modifier le code]

Minr de l'armée libanaise
Un VAB de l'armée libanaise
Un M113 de l'armée libanaise à Beyrouth
Humvee des commandos de marine libanais
Équipement des forces terrestres libanaises
Chars T-54/T-55, M-48 A1/A5, char M60 204 + 110 + 10
Véhicules de transport de troupes (en service avant la guerre du Liban) M59, Panhard M-3, Chaimite, AMX-VCI, AMX-13 VTT, FV-603 Saracen, M125A2 (with 81 mm mortar), Universal Carrier, Cadillac Gage V-100 Commando
Véhicules de transport de troupes M113A1/A2[14], VAB VCI 1300 + 80
Chars légers déclassés (en service avant et/ou durant la guerre du Liban) AMX-13
Véhicule Blindé de combat AIFV-B-C25 (tourelle-canon de 25 mm), 16
Véhicules légers de reconnaissance AML 90, Nimr II 1 exemplaire reçu en 2012 [15] 60 + 1
M-48 de l'armée libanaise

L'armée possède également une variété d'équipement d'artillerie et de systèmes de missiles sol-sol.

Artillerie / Missiles / des forces terrestres libanaises
Artillerie remorquée M101 howitzer (105 mm), D-30 (122 mm), 122-mm howitzer M1938 (M-30) (122 mm), M-46 (130 mm), M114 155 mm howitzer A1 (155 mm), M198 (155 mm), Model 50 (155 mm) 147
Défenses antiaériennes M42 Duster, ZU-23 (23 mm), SA-7A/SA-7B Grail 30+
Missiles antichar guidés ENTAC, MILAN, BGM-71 TOW, RPG-7, M72 LAW, M65 Rocketlauncher, 70
Systèmes d'artillerie lance-roquettes BM-21, BM-11 30
Véhicules Land Rover Defender, M151 MUTT jeep, CUCV, HMMWV 'Humvee', AIL M-325 Commandcar, M35A3 3100+
Armes standards d'infanterie (avant la guerre du Liban) fusils semi-automatiques MAS 1949-1956, Sertling Mk 4 PM MAT 49, BREN, FN CAL, M16A1, MG34, Browning GP, Walther P38.
Arme standards d'infanterie (guerre du Liban/années 2010) M16, CAR-15, AKMS, FN P90, FN FAL, Colt M4, AK-74, AKS-74U, AKM/ AKMS, AK-47, MP5, HK G3, HK 33, SVD, RPK, FN MAG, PKM, Browning M2
Armes lourdes d'Infanterie M40 recoilless rifle, divers mortiers

Forces navales[modifier | modifier le code]

Les Forces navales sont la composante maritime de l'armée libanaise.

La marine libanaise est responsable de la protection des eaux territoriales du Liban, de la protection des ports, et de la répression de la contrebande.

La structure de la marine est centralisée autour du commandement des marines, et se divise en le quartier général de la marine, du département des équipements navales, l'école navale, la base navale de Beyrouth et la base navale de Jounieh.

Les unités des forces navales libanaises comptent :

Bâtiments des forces navales
Vedettes de support de combat Emmanuela (Camuffo) de construction britannique 27
EDIC EDIC (engins de débarquement d'infanterie et de chars), Damour et Tyr, offerts par la France (670 tpc) 2
Patrouilleurs Amchit (Bremen 2) (120 tpc) 1
Patrouilleurs Nakoura (Bremen) (35 tpc) 1
Patrouilleurs Trablous (Tracker) (35 tpc) 9
Craft Boats patrouilleur de 36 m avec des capacités de navigation en haute mer 2

Forces aériennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Forces aériennes.
Insigne de l'armée de l'air
UH-1H de l'armée libanaise


Les forces aériennes possèdent en 2010 15 hélicoptères Bell UH-1H (reçus en 1995 de l'armée américaine)[16]. Ils sont utilisés dans tout le pays pour différentes missions.

L'inventaire de l'armée de l'air comprend également à cette date 8 Gazelles, 10 Pumas et 3 Sikorsky S-61.

L'armée de l'Air a acquis en 2006 4 nouveaux hélicoptères Robinson R44 Raven II, qui sont utilisés pour la formation des nouveaux pilotes, et pour la surveillance. Ce nouvel escadron est basé à la base aérienne de Rayak dans la partie est du pays.

Au début de 2007, quatre hélicoptères Bell 212 ont été remis en service à la suite de la réception de pièces de rechange pour 1 million d'euros dans le cadre d'un programme d'aide italien, et 9 hélicoptères Gazelle ont été reçus des Émirats arabes unis.

En décembre 2008, la Russie a annoncé que 10 Mig 29 seront délivrés à l'armée libanaise courant 2009[17],[18]. Par la suite, ce transfert n'a pas eu lieu, le Liban jugeant le coût de maintenance de ces avions très élevé par rapport à son budget défense et mal adapté à l'étroitesse du pays. Ce contrat s'est transformé en projet d'acquisition en cours de réalisation de 6 hélicoptères lourds d'attaque Mil Mi-35 (version export du célèbre Mil Mi-24 Hind D).

Elle disposent également, début 2012, de 2 AC-208 Combat Caravan payés par l'USAF[19].

Le 22 décembre 2012, l'armée libanaise a reçue six hélicoptères de type « Huey II » don du gouvernement américain à l'armée libanaise[20].

L'armée de l'air Libanaise a une longue histoire d'utilisation d'avions de combats Hawker Hunter depuis 1958. En 2011, 4 d'entre eux sont toujours opérationnels après une remise en service datant de 2008[21].

L'armée libanaise a utilisé également des Dassault Mirage III EL entre 1974 et 2000 avant de les vendre au Pakistan.

Début novembre 2015, le Liban annonce la commande de six appareils Embraer EMB 314 Super Tucano qui remplaceront d'ici 2019 les Hawker Hunter survivants[22].

Forces spéciales[modifier | modifier le code]

Les forces spéciales libanaises forment l'élite de l'armée libanaise. Ceux qui s'inscrivent sont soumis à un régime de formation rigoureux et doivent être dans un état physique et mental irréprochable avant d'accéder à cette position recherchée. Chaque branche des Forces armées comportent des forces spéciales ou Commandos. Ceux-ci comprennent:

• Régiment Commando - Maghaweer

• Régiment Libanais aéroporté - Moujawkal

• Régiment Commando Marine (Navy SEALs)

• Panthers - Forces de sécurité interne

Pour assurer l'efficacité de ces forces d'élite, de nombreux Commandos sont envoyés à l'étranger pour des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et la France. Ils y reçoivent une formation supplémentaire dans des domaines spécialisés que les Forces armées libanaises sont incapables de fournir, en raison d'un manque de ressources. Au Liban, chaque Commando est formé à la guerre urbaine et la guérilla. Durant cette formation rigoureuse, chaque commando est soumis à un horaire de 20 heures par jour pendant trois mois, divisé en différentes étapes. Chaque étape consiste en une forme spécialisée de la guerre et ses tactiques associées. Ces tactiques incluent le sabotage, le sniping, l'extraction et les opérations clandestines. Les forces spéciales libanaises sont également bien connues pour tuer à mains nues et manger des serpents lors des cérémonies de remise de diplômes. [20] [21]

En 2008, l'armée libanaise a établi un commandement des opérations spéciales afin de regrouper les unités d'élite de l'armée. Ces forces d'opérations spéciales comprennent le régiment aéroporté, le régiment de commandos, la régiment de commandos de marine et le régiment de contre-sabotage du renseignement militaire. La taille initiale de la force sera d'au moins de deux brigades, soit environ 5.000 soldats, mais il est prévu de l'agrandir jusqu'à trois brigades.

Avenir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article du Figaro sur l'armée libanaise en aout 2006
  2. Alexandre NAJJAR, Dictionnaire amoureux du Liban, EDI8, 2014, articles Fusée, Émile Bustani et Timbre
  3. (ar) Communiqué de l'armée déclarant la suppression du servie militaire
  4. Après 40 ans d'absence, l'armée libanaise revient dans le Sud du pays
  5. (fr)[PDF] Mission RETEX à Nahr El Bared, Heracles n° 27, mai-juin 2008
  6. L'armée libanaise compte sur la communauté internationale pour se moderniser, Le monde
  7. « http://today.reuters.co.uk/news/CrisesArticle.aspx?storyId=N12302545&WTmodLoc=World-R5-Alertnet-6 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-30
  8. La Belgique vend 71 blindés au Liban, dont 43 chars Léopard
  9. (en) « Itar-Tass : A weapons deal possible between Russia and Lebanon » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-30
  10. Soutien massif de Ryad à l'armée libanaise, le Figaro, le 29 décembre 2013
  11. « Début des livraisons d'armes françaises au Liban en avril », sur L'Orient,‎ (consulté le 8 février 2015)
  12. http://www.opex360.com/2016/02/19/larabie-saoudite-suspend-le-contrat-conclu-avec-la-france-pour-equiper-larmee-libanaise/ Laurent Lagneau, L’Arabie Saoudite suspend le contrat conclu avec la France pour équiper l’armée libanaise, 19 mai 2016, www.opex360.com
  13. http://rpdefense.over-blog.com/tag/saudi%20arabia/ L'Arabie Saoudite à la France : ODAS, khalass (Ça suffit), 29 mars 2016, rpdefense.over-blog.com
  14. United States gives 200 M113s to Lebanon - Armyrecognition.com, January 8, 2013
  15. « List of Lebanese Armed Forces Vehicles (updated 07/28/2013) », milinme.wordpress,‎
  16. « Les forces armées libanaises », Défense et Sécurité internationale, no 62,‎ , p. 66-67 (ISSN 1772-788X)
  17. (en) « Russia to deliver 10 MiG fighter jets to Lebanon », AFP, Zawya,‎ (lire en ligne)
  18. « La Russie livrera dix MiG-29 au Liban (ministre libanais) », RIA Novosti,‎ (consulté le 16 décembre 2008)
  19. Stephen Trimble, « USAF orders 2nd armed Cessna Caravan for Lebanon »,‎ (consulté le 19 janvier 2012)
  20. « Pour la première fois en 15 ans, l’armée reçoit des hélicoptères »,‎
  21. (fr)« Les forces armées libanaises », Défense et Sécurité internationale, no 62,‎ , p. 66-67 (ISSN 1772-788X)
  22. « Le Liban achète six A-29 Super Tucano pour lutter contre les djihadistes », sur Avions légendaires,‎ (consulté le 8 novembre 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]