Massif du Mont-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 49′ 57″ N 6° 51′ 51″ E / 45.8325, 6.86417

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont Blanc (homonymie).
Massif du Mont-Blanc
Massifs des Alpes occidentales
Géographie
Altitude 4 809 m, Mont Blanc
Massif Alpes
Superficie 400 km2
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Suisse Suisse
Région
Région autonome
Canton
Auvergne-Rhône-Alpes
Vallée d'Aoste
Valais
Départements Haute-Savoie, Savoie
Géologie
Roches Roches métamorphiques

Le massif du Mont-Blanc est un massif montagneux des Alpes franco-italiennes, où se dresse le mont Blanc, plus haut sommet d'Europe occidentale qui culmine à 4 809 mètres (altitude relevée en 2015). Il est traversé par le tunnel du Mont-Blanc, entre Chamonix dans la vallée de l'Arve et Courmayeur dans la vallée d'Aoste.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ce massif est relativement restreint en superficie puisqu'il s'étend sur seulement 400 km2 environ, mais il empiète sur trois pays : il est situé en grande partie sur le département français de la Haute-Savoie, mais également de la Savoie, sur la Vallée d'Aoste en Italie et le canton du Valais en Suisse.

Le massif, du fait de son altitude et du petit nombre de vallées l'entrecoupant, est inhabité. En effet, les glaciers occupent les dépressions jusque bas dans les vallées, et les torrents qu'ils alimentent ne suffisent pas à éroder le massif. Il est entouré par la vallée de l'Arve à l'ouest, et à l'est par une succession de vallons longeant parallèlement le massif : du nord au sud, la vallée du Trient et le val Ferret suisse en Valais, les val Ferret et val Vény dans la vallée d'Aoste et enfin la vallée des Glaciers en Savoie.

On peut diviser le massif en plusieurs zones :

Le mont Blanc avec les aiguilles de Chamonix et la Mer de Glace.

Les vallées principales qui l'entourent sont reliées par le tunnel du Mont-Blanc et le col du Petit-Saint-Bernard (entre l'Italie et la France) et le col des Montets via Vallorcine (entre la France et la Suisse). De fait, le massif du Mont-Blanc est fortement équipé en installations touristiques, afin d'accueillir les touristes du monde entier : on compte cinq téléphériques pour la seule vallée de Chamonix, le plus célèbre étant celui grimpant à l'aiguille du Midi (3 842 m) et rejoignant Courmayeur.

Il est entouré des aiguilles Rouges au nord-ouest (rive droite de l'Arve), du massif du Giffre au nord, des Alpes pennines à l'est, des Alpes grées au sud-est et du massif du Beaufortain au sud-ouest.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Partie centrale du massif.
Massif du Mont-Blanc vu par le satellite SPOT.

Ces sommets sont classés selon leur altitude, du plus élevé au moins élevé :

Panorama de la partie centrale du massif du Mont-Blanc, avec le nom de quelques sommets.

Glaciers principaux[modifier | modifier le code]

Le massif du Mont-Blanc abrite les glaciers les plus importants de France métropolitaine[1]. Les plus connus, sur le versant nord, sont la Mer de Glace, le glacier d'Argentière, le glacier des Bossons et celui de Tré la Tête.

Massif du Mont-Blanc vu depuis la station des Contamines-Montjoie (sommet d'Aiguille Croche).

Glaciers français (du nord au sud)[modifier | modifier le code]

Le glacier d'Argentière et l'aiguille Verte.
La partie basse du glacier des Bossons.

Glaciers italiens (du nord au sud)[modifier | modifier le code]

Le glacier de la Brenva, qui descend très bas dans la vallée

Glaciers suisses (du nord au sud)[modifier | modifier le code]

Le glacier de Saleina

Géologie[modifier | modifier le code]

Le massif du Mont-Blanc fait partie des massifs cristallins externes des Alpes. Il est essentiellement granitique, mais l'on y trouve également des affleurements de gneiss, selon cette répartition : le cœur du massif (vallée Blanche) et l'est (glacier du Tour, glacier du Trient) sont dans le pluton granitique tandis que la partie occidentale (sommet du mont Blanc lui-même, dôme du Goûter, le secteur de Tré la Tête) est constituée principalement de gneiss. Ce sont en fait d'anciennes roches hercyniennes reprises dans l'orogenèse alpine.

Le dérèglement climatique peut avoir des effets sur la géomorphologie du massif, via le recul des glaciers, mais aussi via une accélération des phénomènes d'effondrement et d'écroulements dans les zones où les roches d'altitudes étaient maintenues par de l'eau constamment gelée (« permafrost de paroi »[2], comme cela a par exemple été étudié sur la face ouest des Drus par le CNRS et l'université de Savoie[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Le massif est un des endroits les plus prisés en France et en Europe pour la pratique de l'alpinisme grâce aux courses de tous niveaux.

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Encouragé par la création de plusieurs réserves naturelles dans les massifs alentours (par exemple la Réserve naturelle des aiguilles Rouges) afin de préserver la montagne, un parc naturel couvrant l'ensemble du massif est à l'étude depuis plusieurs années[4],[5]. Mais le projet se heurte à des difficultés juridiques en raison de la situation géographique de ce massif frontalier[6],[7].

L'Espace Mont-Blanc[modifier | modifier le code]

L'Espace Mont-Blanc (EMB) est le regroupement multinational des collectivités locales intéressées par la gestion du massif. Il couvre 2 800 km2 et concerne 100 000 habitants, répartis dans 35 communes : quinze en France, dans les départements de Savoie et Haute-Savoie, quinze en Suisse, dans le canton du Valais, et cinq en Italie, dans la région autonome Vallée d'Aoste. L'Espace Mont-Blanc est géré par la Conférence Transfrontalière Mont-Blanc (CTMB), dans un but de protection et de valorisation[8].

L'Espace Mont-Blanc est créé, en 1991, par les ministres de l'environnement de France, d'Italie et de Suisse. En 2005, l'Espace Mont-Blanc élabore un Schéma de développement durable (SDD), qui définit les stratégies de développement local et régional. En 2010, un Plan intégré transfrontalier (PIT), comportant six projets, est adopté. Sa coordination est assurée, en France, par le Syndicat mixte Pays du Mont-Blanc, à Passy (Haute-Savoie), en Italie, par la Direction de l'environnement de l'Assessorat du territoire et de l'environnement de la Région autonome Vallée d'Aoste, à Saint-Christophe, et, en Suisse, par le Service du développement territorial de la République et canton du Valais, à Sion. Il associe 27 partenaires officiels, publics ou privés[8].

Massif du Mont-Blanc en été vu du col du Joly.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Labande, La Chaîne du Mont-Blanc : Guide Vallot. Sélection de voies, t. 1 : À l'ouest du col du Géant, Éditions Arthaud,‎
  • François Labande, La Chaîne du Mont-Blanc : Guide Vallot. Sélection de voies, t. 2 : À l'est du col du Géant, Éditions Arthaud,‎
  • Patrice Labarbe, Autour du Mont-Blanc : Voyage photographique, Glénat, 2006 (ISBN 2723456641)
  • Jean-Louis Laroche, Florence Lelong, Sommets du Mont Blanc, Glénat, 1996 (ISBN 2723418375)
  • Jean-Louis Laroche, Florence Lelong, Alpinisme plaisir dans le Massif du Mont-Blanc, Glénat, coll. « Montagne-Evasion », 2006 (ISBN 2723455092)
  • Patrice Labarbe, Les plus belles randonnées autour du Mont Blanc, Arthaud, 2005 (ISBN 270039612X)
  • Patrice Labarbe, L'espace Mont-Blanc, Edimontagne, 2002 (ISBN 2913031005)
  • Jacques Gendrault, Patrice Labarde, Le Massif du Mont-Blanc, Le Télégramme, coll. « Petits souvenirs », 2002 (ISBN 291455236X)
  • E. Viollet-Le-Duc et le massif du Mont-Blanc, 1868-1879, Payot-Lausanne, 1988 (ISBN 2601030402)
  • Pierre Millon, Le tour du Mont-Blanc, Glénat, coll. « Montagne-randonnée », 1999 (ISBN 2723426858)
  • Pierre Terraz, Mario Colonel, Voyage au cœur du Mont-Blanc, Glénat, 2003 (ISBN 2723439089)
  • Blaise Agresti, In extremis : L'épopée du secours dans le massif du Mont-Blanc, Guérin, 2006 (ISBN 235221002X)
  • Marie-Paule Roc, Aquarelles sur le tour du Mont-Blanc, Libris, 2005 (ISBN 2847990755)
  • Jean-François Hagenmüller, Mont-Blanc : Lumières d'altitude, Glénat, 2004 (ISBN 272344564X)
  • Robert Vivian, Glaciers du Mont-Blanc, La Fontaine De Siloe, coll. « Les savoisiennes », 2005 (ISBN 284206285X)
  • François-René de Chateaubriand, Victor Hugo, Charles Nodier, Alexandre Dumas, Jules Michelet, Théophile Gautier, Voyage dans le massif du Mont-Blanc, Pimientos, 2006 (ISBN 2912789524)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le plus grand glacier français est le glacier Cook, qui se trouve hors du territoire métropolitain, aux îles Kerguelen, et s'étend sur 500 km2.
  2. L. Ravanel, « Modélisation statistique de la distribution du permafrost de paroi : application au massif du Mont-Blanc », Géomorphologie : relief, processus, environnement, Vol. 21, avril-juin 2015 résumé et plan avec Cairn info
  3. Ludovic Ravanel et Philip Deline, « La face ouest des Drus (massif du Mont-Blanc) : évolution de l’instabilité d’une paroi rocheuse dans la haute montagne alpine depuis la fin du petit âge glaciaire », Géomorphologie : relief, processus, environnement, octobre-décembre 2008, mis en ligne le 1er janvier 2011, consulté le 10 septembre 2015 DOI:10.4000/geomorphologie.7444
  4. Le Mont-Blanc - Site potentiel du Patrimoine Mondial
  5. Un nouveau défi : la "montagne durable"
  6. L'Espace Mont-Blanc
  7. [PDF]Conférence transfrontalière Mont-Blanc
  8. a et b PIT : Un enjeu de proximité et de service à la population (photogr. Andrea Alborno), Espace Mont-Blanc,‎ , dépliant, 8 p..