Laurent Stefanini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laurent Stefanini, né le à Neuilly-sur-Seine[1], est un diplomate et haut fonctionnaire français[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un docteur en droit travaillant dans l'industrie chimique et d’une femme au foyer[4] originaire d’Aubusson, Laurent Stefanini grandit à Saint-Germain-en-Laye[3].

Il est diplômé de Sciences Po (section : Service public, 1980) et de l'Institut d'études américaines (New York University) puis sort de l'ENA en 1985 (promotion Léonard de Vinci)[5],[4].

Après quatre ans à la direction des affaires juridiques (droit humanitaire et désarmement, droit de la mer et de l'Antarticque) puis au secrétariat général du ministère français des affaires étrangères (présidence française de l'Union Européenne de 1989), il devient en 1989 premier secrétaire à la mission permanente de la France auprès des Nations unies[6], s'occupant des questions de désarmement politico-militaire.

Entre 1992 et 1996, il est sous-directeur à la direction des affaires économiques et financières du Quai d'Orsay sur les questions d'environnement, de transport, de télécommunication et d'énergie.

De 1996 à 2001, il occupe les fonctions de chef adjoint du protocole.

De 2001 à 2005, il est ministre conseiller (et chargé d'affaires en 2001-2002) à l'ambassade de France près le Saint-Siège, et à son départ il est fait commandeur avec plaque de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand par le pape Jean-Paul II[7],[8].

De à , il est conseiller pour les affaires religieuses auprès du ministère des Affaires étrangères[6]. D' à , il est ambassadeur de France pour les questions d'environnement, chargé des négociations internationales dans ce domaine (biodiversité et océan en particulier). De à , il est chef du protocole de la République française, introducteur des ambassadeurs, chargé également des déplacements du Président et du Premier ministre à l'étranger, ainsi que des déplacements des chefs d'État étrangers lors de leurs visites en France[9] ainsi que des sommets diplomatiques se tenant en France.

A ce titre, il est en 2011 secrétaire général de la présidence française du G20 et du G8.

Alors qu'il est chef du protocole de la République française, Laurent Stéfanini suggère au président de la République, à l'occasion de la visite de la reine d'Angleterre pour les commémorations à l'occasion du 70e anniversaire du débarquement de Normandie, de reproduire et d'agrandir la couverture du menu de 1914, soulignant ainsi la permanence de l'alliance franco-anglaise[10].

En , il se voit refuser sa nomination à l'ambassade de France au Vatican en raison notamment du non-respect de la procédure de nomination des ambassadeurs par le gouvernement français[7]. D'autres sources évoquent que c'est à cause de son homosexualité[11]. Il poursuit cette année-là la tâche de chef du protocole et la préparation de la COP 21 (changement climatique) du Bourget de novembre-.

Suivant la tradition, il est reçu, au cours d'une réception en son honneur à l'occasion de son départ du poste de chef du protocole, par le doyen du corps diplomatique en France, en l’occurrence le nonce apostolique Mgr Luigi Ventura.

En , il prend ses fonctions d'ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de UNESCO[4] et remet ses lettres de nomination à la directrice générale le . Il remplace Philippe Lalliot [12].

En , il vote l'abstention de la France lors de la décision controversée concernant les lieux saints de Jérusalem.

Par décret du , il est nommé ambassadeur de France à Monaco.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Laurent Stefanini a toujours eu des activités enseignantes:

  • 1986-1989 : Maître de conférences à Sciences-Po Paris, et membre du jury de diplôme (1988-1989)
  • 1987-1989 : Chargé de cours à l'université Paris-Dauphine
  • 1995-1997 : Maître de conférences à l'École nationale d'administration
  • 1996-2001 : Chargé de cours à l'Institut international d'administration publique
  • 2007-2010 : Chargé de l'enseignement des questions internationales dans le cadre d'un mastère de "Gestion du développement durable et du changement climatique à Toulouse (conjoint Ecole supérieure de commerce de Toulouse, École nationale de la météorologie, École nationale agronomique de Toulouse)
  • Membre correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques

Ouvrages[modifier | modifier le code]

En , Laurent Stefanini publie un livre, fruit de la mobilisation d'une équipe de diplomates, historiens, chefs étoilés, pour raconter cinq cents ans d'histoire de France autour de grands repas intitulé À la table des diplomates, publié aux éditions de l'Iconoclaste. La gastronomie française, recours puissant de la diplomatie du pays, y est mise en valeur[13].

Il est l'auteur de livres et d'articles divers sur des sujets d'histoire et de questions internationales, notamment dans la revue L'ENA hors les murs de l'association des anciens élèves de l'ENA, dans la revue Correspondances du ministère des Affaires étrangères et européennes[14] et dans la revue de l'École polytechnique[15].

Distinction[modifier | modifier le code]

Laurent Stefanini en septembre 2011.

Françaises[modifier | modifier le code]

  • Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur. Il est promu officier par décret du [16]. Il était chevalier du .
  • Ordre national du Merite Officier ribbon.svgOfficier de l'ordre national du Mérite
  • Palmes academiques Commandeur ribbon.svg Commandeur des Palmes académiques
  • Ordre des Arts et des Lettres Commandeur ribbon.svg Commandeur et membre du Conseil de l’Ordre des Arts et des Lettres
  • Ordre du Merite agricole Officier 1999 ribbon.svg Officier du Mérite agricole
  • Ordre du Merite maritime Officier ribbon.svg Officier du Mérite maritime
  • Medaille de la Defense Nationale Bronze ribbon.svg Médaille de la Défense nationale (agrafe « Armée de l’air »).

étrangères[modifier | modifier le code]

Laurent Stéfanini est également titulaire de nombreux Ordres étrangers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Who’s who : « Laurent Stéfanini, diplomate, né le 15 août 1960 à Neuilly-sur-Seine » (état civil vérifié)
  2. Biographie de l'ambassadeur, délégué permanent de France auprès de l'UNESCO sur le site de l'UNESCO, 10 mai 2016
  3. a et b « "Défendre les intérêts de mon pays" », Le Journal de Saint-Germain, ville de Saint-Germain-en-Laye,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  4. a b et c 1. Annuaire de l'Ecole Nationale d'Administration
    2.Annuaire diplomatique
  5. Profil Laurent Stefanini, www.sciences-po.fr (consulté le 13 mai 2018)
  6. a et b Biographie de Laurent Stefanini sur allgov.com, consulté le 21 avril 2016
  7. a et b (it) Andrea Tornielli, « Spiragli di soluzione sul caso dell'ambasciatore francese Stefanini », sur lastampa.it, (consulté le 22 avril 2016)
  8. a et b [PDF] (it) Acta Apostolicae Sedis sur le site du Vatican, 7 mai 2005
  9. Marie-Sophie Ramspacher, « Laurent Stefanini Mandarin des G8 et G20 » sur Les Échos, 1er décembre 2010
  10. Jérôme Badie, « Le menu de Laurent Stefanini », Le Monde, magazine du Monde,,‎ 1er octobre 2016, page 114
  11. Bernadette Sauvaget et Laure Bretton, « Laurent Stefanini doit faire une croix sur le Vatican » sur Libération, 9 octobre 2015
  12. Biographie Phillipe Lalliot sur le site de l'UNESCO, 4 août 2015
  13. Non signé, La Dépêche du Midi, « "La diplomatie française vue par ses repas de légendes" », La Dépêche du Midi, quotidien,‎ , p. 10.
  14. Laurent Stefanini, Correspondances, no 39, 50, 62.
  15. Laurent Stefanini, « Pour une nouvelle gouvernance mondiale de l'environnement avec la mise en place d'une institution dédiée », La Jaune et la Rouge, revue de l'Ecole Polytechnique, no 647,‎ .
  16. Décret du 30 décembre 2016 portant promotion et nomination
  17. Laurent Stefanini Commandeur de l’Ordre de la Renaissance de la Pologne sur le site de l'Ambassade de Pologne en France, 3 mars 2013
  18. https://journaldemonaco.gouv.mc/Journaux/2013/Journal-8148/Ordonnance-Souveraine-n-4.577-du-14-novembre-2013-portant-nominations-dans-l-Ordre-de-Grimaldi
  19. https://www.quirinale.it/onorificenze/insigniti/324050

Liens externes[modifier | modifier le code]