Alain Fontanel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alain Fontanel
Illustration.
Alain Fontanel en 2015.
Fonctions
Conseiller municipal de Strasbourg
En fonction depuis le
(12 ans, 7 mois et 30 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 30 mars 2014
28 juin 2020
Maire Roland Ries
Jeanne Barseghian
Conseiller à l'Eurométropole de Strasbourg
En fonction depuis le
(6 ans, 7 mois et 10 jours)
Élection 30 mars 2014
Conseiller régional d’Alsace

(5 ans, 9 mois et 5 jours)
Élection 21 mars 2010
Circonscription Bas-Rhin
Groupe politique Socialiste et démocrate
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Le Mesnil-Saint-Denis
Nationalité Française
Parti politique PS (1986-2017)
LREM (depuis 2017)
Diplômé de IEP de Paris
ENA
Profession Haut fonctionnaire

Alain Fontanel, né le au Mesnil-Saint-Denis, est un homme politique français.

Cadre du Parti socialiste puis de La République en marche (LREM), dont il est membre du bureau exécutif depuis 2018, il est adjoint au maire de Strasbourg depuis 2008, vice-président de l'Eurométropole de Strasbourg, président de la Compagnie des transports strasbourgeois depuis 2014, et conseiller régional d'Alsace de 2010 à 2015. Lors des élections municipales de 2020 à Strasbourg, il est tête de liste LREM au premier tour, puis tête de liste LREM-Les Républicains (LR) au second tour, lors duquel il échoue, arrivant derrière la liste EÉLV de Jeanne Barseghian.

Jeunesse, famille et carrière[modifier | modifier le code]

Né le [1] au Mesnil-Saint-Denis (Yvelines)[2], il passe sa jeunesse à Strasbourg[3].

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1990)[4], titulaire d'un DEA en économie et finance internationales, et ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion République) : il devient conseiller référendaire à la Cour des comptes[2],[5],[6].

De 1995 à 2003, il réside au Viêt Nam « dans le cadre d’un programme français de transition de l’économie de ce pays à l’économie de marché »[6].

Il est l'époux de Marie Fontanel, inspectrice des affaires sociales[7], ancienne directrice régionale déléguée de l'Agence régionale de santé du Grand Est, conseillère d'Emmanuel Macron au palais de l'Élysée de mai 2017 à janvier 2020 pour les questions de santé, de protection sociale, lutte contre les inégalités, dépendance et handicap, après avoir participé à sa campagne présidentielle et l'avoir côtoyé à l'ENA[8],[9],[10]. En juillet 2020, elle est nommée ambassadrice, représentante permanente de la France au Conseil de l’Europe à Strasbourg[7]. Le couple a trois enfants[9] et réside dans le quartier strasbourgeois de Neudorf[11].

Cadre du PS puis de LREM[modifier | modifier le code]

Alain Fontanel adhère au Parti socialiste (PS) en 1986[6].

Alain Fontanel en 2013.

En 2008, il devient le secrétaire national du PS à l'animation des fédérations[5]. De 2011 à 2012, il est directeur de la tutelle de la fédération héraultaise du parti : Midi libre indique que sa mission consiste à « remettre de l’ordre dans une fédération divisée et tiraillée par deux camps antagonistes et l’éviction définitive de Robert Navarro, ancien premier fédéral » qui « fait l’objet d’une plainte pour « enrichissement personnel », du temps où il dirigeait la fédération ». Il s'agit alors d'une première au PS[12],[13]. De 2012 à 2014, il exerce une mission similaire dans la fédération du Pas-de-Calais[14],[15]. Le Figaro indique en 2013 qu'il « a remis de l'ordre dans les fédérations de l'Hérault et du Pas-de-Calais »[3].

Il est également conseiller politique d'Harlem Désir lorsque celui-ci est Premier secrétaire du PS[3].

Cinq jours avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2017, il apporte son soutien à Emmanuel Macron[16]. Peu avant le premier tour des élections législatives qui suivent, il quitte le PS et adhère au parti présidentiel, La République en marche (LREM)[16].

En , après avoir soutenu Christophe Castaner à la fonction de délégué général de LREM, il intègre le bureau exécutif du parti en tant que délégué au « mieux-vivre »[16],[10].

Adjoint au maire de Strasbourg et conseiller régional[modifier | modifier le code]

Alain Fontanel rencontre Roland Ries, futur maire de Strasbourg, en 2007[6]. Lors des élections municipales de 2008, il est élu en figurant « au fin fond de la liste » de ce dernier[5]. Il est désigné 4e adjoint au maire, chargé des finances[5],[16]. L'Express indique en 2009 qu'il « s'est imposé sur tous les fronts » et estime qu'il « commet un sans-faute », soulignant que « l'audit des finances municipales et communautaires qu'il a présenté au début du mandat a été jugé précis et honnête »[5].

Alain Fontanel (10e à partir de la gauche) avec Roland Ries, maire de Strasbourg, et les autres adjoints de la commune, en 2014.

Pressenti comme tête de liste PS aux élections régionales de 2010, il laisse finalement la place à Jacques Bigot[5]. De 2010 à 2015, il est conseiller régional d'Alsace[2]. En 2014, il plaide pour la fusion de l'Alsace et de la Lorraine[2].

Au sein du conseil municipal de Strasbourg, il apparaît comme le rival de Robert Herrmann, 1er adjoint et conseiller général : en 2013, Le Figaro indique que Roland Ries « aurait fait volontiers [de lui] son successeur, s'il avait eu la certitude qu'il soit en mesure de l'emporter »[3]. Réélu aux élections municipales de 2014, il devient 1er adjoint chargé de la culture et du patrimoine[17]. Il a en charge le marché de Noël et se trouve sur place au moment de l'attentat de décembre 2018[9]. Fervent supporter du Racing Club de Strasbourg Alsace, il s'implique personnellement pour convaincre Marc Keller de prendre la tête du club et le ramener en Ligue 1[9].

Il est également vice-président de l'Eurométropole de Strasbourg chargé du personnel et président de la Compagnie des transports strasbourgeois[2],[18],[19]. En 2016, il défend l'augmentation de 2,24 % des prix des tickets de tramway devant le mécontentement d'une partie des habitants de la ville, et la justifie par une « offre renforcée aux usagers » avec la complémentarité des réseaux urbains[20].

Élections municipales de 2020 à Strasbourg[modifier | modifier le code]

En , il se déclare candidat tête de liste aux élections municipales de 2020 à Strasbourg[21], puis reçoit l'investiture de LREM[19]. Outre des membres de LREM, sa liste comprend des membres du MoDem, du Mouvement radical et d'Agir : Dernières nouvelles d'Alsace évoque « des univers politiques différents, certes à dominante centriste »[22]. Selon Alain Fontanel, la société civile représente 80 % de la liste ; elle comprend notamment Alain Beretz, ancien président de l’université de Strasbourg[22] qui se retire à l'issue du premier tour[23] en raison de la fusion avec la liste d'union de la droite dirigée par Jean-Philippe Vetter.

L'Humanité relève qu'« en bon macroniste, il dit vouloir dépasser le « clivage gauche-droite », et a confié les premiers rôles à d’anciens élus du PS et de la droite, loin du « renouvellement » politique vantée par ses équipes »[24]. 20 minutes souligne que « le discours d’Alain Fontanel, jeune quinquagénaire, colle parfaitement à celui des élus passés en Macronie », et qu'il « s’inspire d’ailleurs volontiers de la communication du président de la République, en soignant son image sur les réseaux sociaux, notamment »[9].

Dans son programme, Alain Fontanel propose des opérations de végétalisation (avec notamment une plantation d'arbre par naissance chaque année, soit 4 000 par an) et la création de nouveaux parcs, la mise en place de déchetteries mobiles ou de composteurs collectifs, le développement des itinéraires cyclables, le ralentissement du rythme de construction de nouveaux logements en donnant « la priorité à la rénovation des logements et à la lutte contre les logements vacants », ainsi que la création de « la première université 100 % européenne »[25],[26]. Concernant les transports en commun, Alain Fontanel se dit opposé à la gratuité, sauf en cas de pic de pollution, et propose des tarifs plus avantageux ainsi qu'un service « universel » des transports (24 heures sur 24 et 7 jours sur 7)[25],[26].

Alain Fontanel au côté d’Emmanuel Macron ().

La presse le présente en 2019 comme le « grand favori » du scrutin[27],[28] et le « dauphin naturel » du maire sortant, Roland Ries, qui ne se représente pas[9]. L'Humanité indique qu'il a lancé sa campagne « avec une belle longueur d’avance » dans les sondages, mais que celle-ci s'est ensuite rétrécie, alors que « l’électorat strasbourgeois a voté massivement pour Emmanuel Macron à la présidentielle (28 % des voix au premier tour, puis 81 % au second), avant de placer en tête la liste LREM de Nathalie Loiseau lors des européennes de 2019 (27 %, devant les 20 % de la liste EELV) »[24]. Dès janvier 2020, il apparaît régulièrement en deuxième position dans les sondages[29]. Il est mis en difficulté par le mouvement de contestation national de la réforme des retraites, qui pousse son équipe de campagne à se mettre à distance du contexte politique national[24],[30], ainsi que par les percées des listes EELV et PS[31].

Roland Ries et François Loos, ancien ministre et ancien député, lui apportent leur soutien[32],[30]. Selon 20 minutes, la déclaration de Roland Ries, qui intervient en février 2020, constitue « une bouffée d’air frais » pour Alain Fontanel, alors qu'il est « malmené dans les sondages »[30].

Avec 19,9 % des suffrages exprimés, il arrive en deuxième position au premier tour du scrutin, loin derrière la liste EÉLV de Jeanne Barseghian (27,9 %) et très légèrement devant la socialiste Catherine Trautmann (19,8 %) et la liste d'union de la droite dirigée par Jean-Philippe Vetter (LR)[10],[33]. La liste d'Alain Fontanel réalise ses meilleurs scores dans des bastions habituels de la droite (l'Orangerie, la Robertsau, le Wacken, le Tivoli, le Contades et le secteur République), ce qui accrédite l’idée d’une alliance avec la liste de Jean-Philippe Vetter selon Rue89 Strasbourg[34].

Alain Fontanel et Jean-Philippe Vetter fusionnent in extremis leurs listes en vue du second tour[35], ce qui constitue « une surprise » ou « un véritable coup de théâtre » selon la presse, alors qu'ils avaient tous deux indiqué le jour même qu'il n'y aurait pas d'alliance entre eux[35],[36],[37]. Rue89 rappelle les échanges houleux observés entre les deux hommes durant les derniers mois[26]. Alain Fontanel indique avoir également tenté, en vain, une alliance avec Catherine Trautmann[38]. La nouvelle liste LREM-LR apparaît arithmétiquement comme la favorite du second tour, les deux listes de gauche ayant quant à elle échoué à s'unir[36]. En cas de victoire, Alain Fontanel s'engage à proposer la candidature de Jean-Philippe Vetter pour la présidence de l'Eurométropole de Strasbourg[39]. Alors qu'Alain Fontanel compare son initiative à la coalition gauche-droite de l'Eurométropole que préside Robert Herrmann, ce dernier met en cause cette alliance et apporte son soutien à Catherine Trautmann[40]. Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, Alain Fontanel fait campagne avec la liste d'union du second tour sur « des allégements de charges pour les commerces, les TPE, les PME, comme un chèque de consommation pour soutenir les familles les plus modestes ou comme la pérennité du stationnement gratuit entre 12 h et 14 h pour aider les restaurants et cafés » ; et plaide pour « dédensifier, moins construire mais aussi davantage rénover l’habitat existant et garantir des espaces verts à proximité de chacun »[41].

La liste d'Alain Fontanel arrive en deuxième position au second tour avec 34,3 % des voix, derrière celle conduite par Jeanne Barseghian (42,5 %)[42].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Alain Fontanel, « Les fonctionnaires au Viêt Nam : une classe sociale en transition », Raisons politiques, vol. 3, no 3,‎ , p. 55-65 (lire en ligne, consulté le 16 mai 2020). Via Cairn.info.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.strasbourg.eu/documents/976405/1066275/declaration-interets_+Alain-FONTANEL.pdf/bda7f208-fe0c-9691-5b31-96ca722a4172.
  2. a b c d et e « Alain Fontanel Premier adjoint au maire de Strasbourg, conseiller régional d'Alsace - « La fusion, une chance pour la France et l'Alsace sous certaines conditions » », sur lesechos.fr, (consulté le 25 octobre 2018).
  3. a b c et d Yolande Baldeweck, « Municipales : à Strasbourg, le maire PS repart au combat sur fond de conflit interne », sur lefigaro.fr, (consulté le 25 octobre 2018).
  4. https://www.sciences-po.asso.fr/profil/alain.fontanel90.
  5. a b c d e et f « Alain Fontanel, la figure montante », sur lexpress.fr, (consulté le 25 octobre 2018).
  6. a b c et d Denis Lefebvre, « L’élu de la semaine ; Alain Fontanel », sur Maison des élus.fr, (consulté le 25 octobre 2018).
  7. a et b Ivanne Trippenbach et Matthieu Deprieck, « Opération reset, suite: Emmanuel Macron impulse son grand mouvement préfectoral », sur lopinion.fr, (consulté le 30 juillet 2020).
  8. Joël Barcy, « L'Alsace s'empare de l'Elysée », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 25 octobre 2018).
  9. a b c d e et f Nils Wilcke, « Municipales 2020 à Strasbourg : Alain Fontanel, candidat LREM, peut-il devenir le Macron alsacien ? », sur 20minutes.fr, (consulté le 23 octobre 2019).
  10. a b et c Ellen Salvi, « L’étonnant départ de la conseillère santé d’Emmanuel Macron », sur Mediapart, (consulté le 6 avril 2020).
  11. Régine Jessel, « Municipales à Strasbourg : un autre regard sur Alain Fontanel », sur francebleu.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  12. Yannick Povillon, « Alain Fontanel prend les rênes du parti socialiste héraultais », sur midilibre.fr, (consulté le 8 novembre 2018).
  13. Antoine Guiral, « Municipales : le PS en friche à Montpellier », sur liberation.fr, (consulté le 8 novembre 2018).
  14. « La direction de la fédération PS du Pas-de-Calais sous tutelle », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 8 novembre 2018).
  15. « Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais », sur bfmtv.com, (consulté le 8 novembre 2018).
  16. a b c et d « Alain Fontanel rejoint l'équipe de Christophe Castaner à la tête du mouvement La République en Marche », sur lalsace.fr, (consulté le 25 octobre 2018).
  17. Hervé Lévy, « Objectif culture », sur Poly.fr, (consulté le 25 octobre 2018)
  18. « Courrier des lecteurs », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2020).
  19. a et b Nils Wilcke, « Municipales 2020 à Strasbourg : Alain Fontanel officiellement investi par LREM, fait face à sa première controverse », sur 20minutes.fr, (consulté le 31 octobre 2019).
  20. « Augmentation des tarifs à la CTS, de la friture sur la ligne », sur www.20minutes.fr (consulté le 28 juillet 2019)
  21. « Strasbourg : Alain Fontanel annonce sa candidature aux municipales de 2020 », sur France 3 Grand Est (consulté le 26 juin 2020).
  22. a et b Olivier Claudon, « [VIDEO] Strasbourg : Alain Fontanel met l’environnement et les quartiers en avant sur sa liste », sur dna.fr, (consulté le 16 mai 2020).
  23. « Municipales à Strasbourg : Beretz, Hornecker, Gernet, les grands disparus de la nouvelle liste Fontanel au second tour », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 22 juin 2020).
  24. a b et c Lola Ruscio, « Strasbourg. LaRem marche sur des oeufs dans la capitale alsacienne », sur humanite.fr, (consulté le 16 mai 2020).
  25. a et b Nina Gambin, « Municipales 2020 à Strasbourg : voici le programme d’Alain Fontanel (LREM) », sur actu.fr, (consulté le 4 juin 2020).
  26. a b et c Jean-François Gérard, « Municipales : Fontanel / Vetter, ils se sont tant aimés », sur rue89strasbourg.com, (consulté le 6 juin 2020).
  27. Noémie Rousseau, « Municipales à Strasbourg : tentatives partout, entente nulle part », sur liberation.fr, (consulté le 23 octobre 2019).
  28. Alexandre Lemarié, « Elections municipales 2020 : dans les grandes villes, La République en marche avance à petits pas », sur lemonde.fr, (consulté le 23 octobre 2019).
  29. Guillaume Gourgues, Vincent Lebrou et Jessica Sainty, « L’essor des listes participatives. Autour de la campagne des élections municipales 2020 », sur La vie des idées.fr, (consulté le 16 mai 2020).
  30. a b et c Nils Wilcke, « Municipales 2020 à Strasbourg : Le soutien du maire PS Roland Ries au candidat LREM Alain Fontanel provoque la colère des socialistes », sur 20minutes.fr, (consulté le 20 février 2020).
  31. Rémi Duchemin, « Municipales : à Strasbourg, pas si simple pour LREM », sur europe1.fr, (consulté le 16 mai 2020).
  32. « L'ancien ministre François Loos soutient Alain Fontanel », sur dna.fr, (consulté le 31 octobre 2019).
  33. « Résultats Municipales 2020 à Strasbourg : Jeanne Barseghian en tête au premier tour, devant Alain Fontanel », sur lci.fr, (consulté le 6 avril 2020).
  34. Jean-François Gérard, « Municipales : les leçons d’un premier tour hors normes à Strasbourg », sur rue89strasbourg.com, (consulté le 4 juin 2020).
  35. a et b « Municipales à Strasbourg : Fontanel et Vetter s'unissent pour le second tour, Barseghian et Trautmann ne s'allient pas », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 2 juin 2020).
  36. a et b Jean-François Gérard, « Municipales : accord de dernière minute Fontanel / Vetter, face aux écologistes et au PS », sur rue89strasbourg.com, (consulté le 3 juin 2020).
  37. Philippe Dossmann et Dominique Duwig, « À Strasbourg, fusion surprise des listes de Fontanel (LaREM) et Vetter (LR) », sur 2 juin 2020, dna.fr (consulté le 3 juin 2020).
  38. Gilles Varela, « Municipales 2020 à Strasbourg : Entre Fontanel et Vetter, c’est Strasbourg mon amour », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 juin 2020).
  39. Catherine Munsch et Astrid Servent, « Municipales à Strasbourg : première sortie du duo Fontanel-Vetter, Barseghian et Trautmann poursuivent en solo », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 4 juin 2020).
  40. Olivier Claudon, « Municipales à Strasbourg : Herrmann soutient Trautmann et fustige l’alliance Fontanel-Vetter », sur dna.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  41. « VIDEO. Municipales 2020 à Strasbourg : « Il y a ceux qui ont pensé à eux, nous on a pensé à Strasbourg », assure le candidat LREM Alain Fontanel », sur 20minutes.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  42. « Résultats Municipales à Strasbourg : l'écologiste Jeanne Barseghian arrive en tête avec 42,5% », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 28 juin 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]