Robert Navarro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Navarro (homonymie).
Cet article ou cette section est lié à une affaire judiciaire en cours.

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
N’hésitez pas à participer ni à citer vos sources.

 

Robert Navarro
Image illustrative de l'article Robert Navarro
Fonctions
Sénateur de l'Hérault
En fonction depuis le
(8 ans 5 mois et 20 jours)
Élection 21 septembre 2008
Prédécesseur Gérard Delfau
1er Vice-président du Conseil régional
de Languedoc-Roussillon

(3 ans 10 mois et 16 jours)
Prédécesseur Damien Alary
Successeur Eric Andrieu
Député européen

(4 ans 2 mois et 10 jours)
Élection 13 juin 2004
Successeur Michel Teychenné
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon

(17 ans 8 mois et 22 jours)
Président Jacques Blanc, Georges Frêche, Christian Bourquin, Damien Alary
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Cuxac-d'Aude (Aude)
Parti politique PS avant 2010
DVG
Profession Guichetier de la SNCF

Robert Navarro, né le à Cuxac-d'Aude (Aude), est un homme politique français, ancien membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien guichetier de la SNCF, il est responsable syndical de 1983 à 1989. Il a aussi été président des Foyers ruraux de l'Hérault.

Il est premier secrétaire de la fédération socialiste de l'Hérault de 1990 à 2011. Membre du conseil national du PS (1990). Ancien conseiller municipal de Montpellier et ancien conseiller communautaire de Montpellier Agglomération Communauté d'agglomération de Montpellier, il a aussi été membre du Conseil économique et social de 1999 à 2004.

Élu au Conseil régional Languedoc-Roussillon en 1998, il y est réélu en mars 2004 et mars 2010 et y préside le groupe socialiste. Il en est par ailleurs vice-président, délégué à la mise en place du mémorial de Rivesaltes, ainsi qu'à la mise en place et au fonctionnement de la Maison de la Région à Bruxelles. Enfin, le , lors de l'élection du nouveau bureau à la suite du décès de Georges Frêche, il devient premier vice-président du Conseil régional.

Élu député européen en 2004, Robert Navarro est l'auteur d'un rapport au Parlement européen : Le transport maritime à courte distance.

Il est élu sénateur de l'Hérault le avec une liste PS officielle soutenue notamment par Georges Frêche. Avec la présence de 8 listes dont 5 de gauche, sa liste n'arrive que troisième, elle est battue par la liste UMP de Raymond Couderc et par la liste PS dissidente de Robert Tropéano soutenue par André Vézinhet.

Figurant sur la liste de Georges Frêche lors des élections régionales de 2010, il est exclu du PS le . À la suite d'une enquête menée par la direction nationale, la fédération de l’Hérault est mise sous tutelle le . Après la découverte de factures de la fédération à son profit personnel (voyages d'agrément, séjours dans des hôtels de luxe, locations de limousines, dépenses s'élevant à 50 000 euros pour des repas pris entre 2005 et 2010 dans un restaurant-pizzeria tenu par un de ses amis, etc.), le PS porte plainte pour malversations et abus de confiance contre Robert Navarro en [1],[2]. Soutien de François Hollande à la primaire socialiste, il intègre son équipe de campagne en [3].

Le , le Sénat décide de lever l'immunité parlementaire de Robert Navarro, impliqué dans un dossier d'abus de confiance touchant aux frais de fonctionnement de la fédération PS de l'Hérault[4]. Il est mis en examen pour abus de confiance en décembre 2012[5]. Il comparait, avec son épouse, devant le tribunal correctionnel de Montpellier le . Le parquet requiert trois mois de prison avec sursis, 20 000 € d'amende et trois ans d'interdiction des droits civiques. Le le couple est condamné chacun à trois mois de prison avec sursis, 30 000 euros d'amende, 3 ans d'interdiction de droits civiques et à verser à la fédération de l'Hérault du parti socialiste 85 720 euros pour préjudice matériel. Ils font appel[6].

Le , au décès de Christian Bourquin, il devient président du conseil régional de Languedoc-Roussillon par intérim, jusqu'à l'élection de Damien Alary le 29 septembre suivant. Candidat aux élections sénatoriales de septembre 2014, il est réélu pour un nouveau mandat de six ans.

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]