Aigrefeuille-sur-Maine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aigrefeuille-sur-Maine
Aigrefeuille-sur-Maine
Aigrefeuille-sur-Maine vue du sud.
Blason de Aigrefeuille-sur-Maine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Intercommunalité Clisson Sèvre et Maine Agglo
Maire
Mandat
Jean-Guy Cornu
2020-2026
Code postal 44140
Code commune 44002
Démographie
Gentilé Aigrefeuillais
Agrifoliens
Population
municipale
4 014 hab. (2019 en augmentation de 14,16 % par rapport à 2013)
Densité 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 39″ nord, 1° 23′ 57″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 56 m
Superficie 14,58 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Aigrefeuille-sur-Maine
(ville isolée)
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clisson
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Aigrefeuille-sur-Maine
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Aigrefeuille-sur-Maine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aigrefeuille-sur-Maine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aigrefeuille-sur-Maine
Liens
Site web aigrefeuillesurmaine.com

Aigrefeuille-sur-Maine est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Avant la création des départements, la paroisse faisait partie des marches avantagères de la Bretagne sur le Poitou sur le plan temporel, et de la Bretagne (diocèse de Nantes) sur le plan spirituel. Elle est située dans le vignoble nantais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Aigrefeuille-sur-Maine dans le département de la Loire-Atlantique.

Aigrefeuille-sur-Maine est située dans la vallée de la Maine, à 22 kilomètres au sud-est de Nantes, 40 kilomètres à l'ouest de Cholet et 10 kilomètres à l'ouest de Clisson. La commune est située dans le vignoble du muscadet-sèvre-et-maine.

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Traversée d'Aigrefeuille via la RD 137.

La commune est traversée dans le sens nord-sud par la route départementale 137. L'autoroute 83 (européenne 03) passe à l'ouest de la commune. Les lignes de car 70, 90 et 304 du réseau Aléop (réseau des Pays de la Loire) passe à Aigrefeuille-sur-Maine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aigrefeuille-sur-Maine est traversée[1] par la Maine et le ruisseau de Caffiniere.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol est principalement composé de granites d'époque hercynienne et de cristaux de mica. La commune est traversée par la faille du sillon de Bretagne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[2]. Les hivers sont doux (min −5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[3] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

  • Climat d'Aigrefeuille-sur-Maine en 2007 selon les données de Nantes (située à 23,1 kilomètres) :
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 11.1 12.5 13.1 20.5 18.6 21.9 21.5 22.4 21.2 17 12.2 9.4 16.8
Températures minimales moyennes (°C) 5.4 6.3 4.2 9 11.1 12.9 13.5 13.1 9.6 8.4 3.8 2.1 8.3
Températures moyennes (°C) 8.3 9.4 8.7 14.8 14.9 17.4 17.5 17.8 15.4 12.7 8.0 5.8 12.5
Source : Climatologie mensuelle de 2007 - Nantes, France

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aigrefeuille-sur-Maine est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Aigrefeuille-sur-Maine, une unité urbaine monocommunale[7] de 3 936 habitants en 2017, constituant une ville isolée[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (31 %), zones agricoles hétérogènes (29,5 %), prairies (14,5 %), zones urbanisées (14,2 %), cultures permanentes (5,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,5 %), forêts (2,5 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné sous les formes de Acrifolio en 1156[14],[15], Acrifolium, Agrefolum, Agrefoille, Egrefein[16].

La diffusion du toponyme Aigrefeuille est limitée aux confins méridionaux du domaine de la langue d’oïl, là où le vocable aigrefuille > aigrefeuille avait le sens de « houx »[14]. À comprendre : « l'endroit où il y a du houx ». Plus au sud, il représente une francisation du franco-provençal ou de l'occitan (voir Aigrefeuille). Aigrefeuille procède du latin acrifolium[14] (comme l'occitan grefuèlh, agrefól, agrifolh et l'italien agrifoglio), altéré dans le latin des botanistes en aquifolium.

Ce nom est la marque de l'influence occitane ancienne sur le poitevin, la langue d'oïl locale. Bien qu'Aigrefeuille se trouve dans le domaine linguistique du poitevin, certains lui ont attribué un nom en gallo, [ɛ.gʁə.fəj], écrit Aègerfoeylh en écriture ELG, et Ègrefelh en MOGA[17],[18], et d'autres un nom breton Kelenneg ar Mewan[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

On retrouve des traces de la présence de l’Homme à Aigrefeuille, avec notamment la découverte de haches polies datant du Néolithique[20].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Pendant l'Antiquité, Aigrefeuille se situe dans le pays des Pictons dans l'Aquitaine seconde. On suppose qu’à l'époque gallo-romaine, il y avait une grande villa romaine aux IIe – IIIe siècles. La culture de la vigne est importée par les Romains[20].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Aigrefeuille faisait partie des marches avantagères à la Bretagne. La commune voit au cours du Moyen Âge se développer le tissage avec de nombreux tisserands présents sur la commune. Vers 1250, une commanderie templière s'est établie dans la commune. Aigrefeuille est alors une seigneurie qualifiée de châtellenie possédée par les seigneurs d'Aigrefeuille. La châtellenie passera successivement aux de Cheverue, aux Heaulme puis aux Charette de La Gascherie.

Période moderne[modifier | modifier le code]

L'activité meunière se développe autour des XVIe et XVIIe siècles. Des moulins hydrauliques sont construits le long de la Maine. Des moulins à vent sont également implantés sur la commune[20],[21].

À la Révolution, cette paroisse fut touchée par les guerres de Vendée. En , des maisons du bourg et la chapelle Saint-Sauveur sont incendiées par les colonnes infernales. De nombreuses victimes civiles sont à déplorer[22].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1934, Aigrefeuille devient chef-lieu de canton. C’est la même année que la commune change de nom pour devenir Aigrefeuille-sur-Maine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 1977 Louis Dugast   Médecin
mars 1977[23] mars 1989[24] Louis Leroy[Note 3]    
mars 1989 mars 2014 Jean-Yves Templier[Note 4] DVG Agriculteur
mars 2014 En cours Jean-Guy Cornu   Cadre dans le BTP
Réélu pour le mandat 2020-2026[25]
Les données manquantes sont à compléter.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un bureau de poste. La sécurité est assurée par la gendarmerie et par le centre de secours pompiers d'Aigrefeuille-sur-Maine.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La communauté de communes de la Vallée de Clisson gère la collecte de la commune. Il y a une collecte hebdomadaire des ordures ménagères. Une collecte des ordures issues du tri sélectif a lieu deux fois par mois. La déchèterie dont dépend la commune se situe à Remouillé.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Aigrefeuille-sur-Maine est une ville isolée qui est le centre d'un bassin de vie. Elle fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Nantes[26]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 100 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses »[27].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2019, la commune comptait 4 014 habitants[Note 5], en augmentation de 14,16 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +7,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5005858711 2601 2751 3251 3691 4221 427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4921 5131 5541 4851 4581 4421 3901 3851 391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3101 2801 2261 1031 1021 0731 0611 0651 062
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 0761 2801 4891 8291 9872 1522 4312 5643 320
2015 2019 - - - - - - -
3 7004 014-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,4 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 17,3 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 952 hommes pour 2 018 femmes, soit un taux de 50,83 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
2,0 
4,8 
75-89 ans
6,0 
10,6 
60-74 ans
10,1 
20,4 
45-59 ans
19,9 
22,4 
30-44 ans
22,1 
16,4 
15-29 ans
15,7 
24,5 
0-14 ans
24,2 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,8 
75-89 ans
8,6 
14,7 
60-74 ans
16 
19,6 
45-59 ans
18,9 
20,1 
30-44 ans
19,2 
19,2 
15-29 ans
17,5 
20 
0-14 ans
18 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aigrefeuille-sur-Maine dépend de l'académie de Nantes.

Écoles maternelles et primaires[modifier | modifier le code]

La commune abrite deux écoles (à la fois maternelles et primaires)[34] :

Collèges[modifier | modifier le code]

Deux collèges sont implantés sur le territoire de la commune :

  • le collège privé de la Maine ;
  • le collège public Andrée-Chédid.

Autre[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Pour les soins, la commune possède notamment une maison médicale (regroupant plusieurs docteurs et praticiens), un centre de soins infirmiers, une pharmacie et deux services de taxis-ambulances.

Sports[modifier | modifier le code]

Les infrastructures[modifier | modifier le code]

Plusieurs équipements, regroupés dans le complexe des Richardières (salle polyvalente, salle de sports, terrains de tennis et football, skate park, boulodrome).

Les clubs[modifier | modifier le code]

Aigrefeuille-sur-Maine est animée par de nombreuses associations sportives :

  • badminton : Aigrefeuille-sur-Maine Badminton - ASMBC ;
  • volley-ball : Aigrefeuille-sur-Maine Volley Loisir ;
  • course à pied : Run For Fun ;
  • Boules de bois : Amicale des Boulistes ;
  • lutte : association Lutte Forme Aigrefeuille ;
  • football : Association sportive de la Maine (Aigrefeuille-Remouillé) - AS Maine ;
  • tennis de table : tennis de table[36] ;
  • basket-ball : Club sportif Aigrefeuille-Remouillé - CSAR ;
  • échecs : Échiquier de Sèvre et Maine ;
  • motocross : Enduristunt ;
  • gymnastique : Gymnastique d'entretien des adultes ;
  • pétanque : Pétanque Loisirs d'Aigrefeuille ;
  • randonnée pédestre : Promainera. Deux sentiers pédestres permettent de découvrir la commune : Entre Bourg et Maine propose au visiteur de parcourir des hameaux typiques de tisserands, les bords de rivière et ses moulins, les chemins à travers vignes et le bois du Plessis. L'autre, Circuit de clocher à clocher, permet au visiteur de découvrir le sentier longeant la Maine dans un parcours reliant les églises de Remouillé et Aigrefeuille-sur-Maine[37] ;
  • tennis : Tennis Club d'Aigrefeuille.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Aigrefeuille-sur-Maine fait partie de la paroisse catholique Saint-Gabriel qui comporte d'autres communautés : Le Bignon, Geneston, Montbert, La Planche, Remouillé et Vieillevigne.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un parc d'activités[38] :

  • Le Parc d'Activités du Haut Coin.

Aigrefeuille-sur-Maine se situe dans le vignoble du muscadet et produit le muscadet-sèvre-et-maine (AOC).

  • Données statistiques sur l'emploi (Insee 2006)[39] :
Population Actifs (15/64 ans) Actifs occupés chômeurs Taux d'activité (%) Taux de chômage (%)
2 431 1 168 1 110 58 79,1 5,0
Source : Données statistiques sur l'emploi (Insee 2006)[39].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption.

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, bâtie entre 1898 et 1900, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [40],[41]. Elle renferme un imposant monument aux morts (l'unique d'ailleurs existant sur la commune) édifié en 1922, incluant notamment une statue de Jeanne d'Arc de 155 cm de hauteur et de 66 cm de largeur (cf. note 4).

La chapelle Saint-Sauveur est construite et bénie en 1714, à la suite d'une apparition. Elle est détruite par les colonnes infernales, et reconstruite en 1804[42].

La commune recèle également des croix[43] et des calvaires, ainsi que des niches à madone.

Demeures et châteaux[modifier | modifier le code]

Le château de la Guidoire, construit au Moyen Âge, est l'ancien siège de la seigneurie d'Aigrefeuille. Il est restauré et profondément modifié, à partir de 1757, pour le compte ses nouveaux propriétaires, Maurice-Charles (1711-1760) et François-Thérèse de Tollenare (?-1794), grands-parents de Louis-François de Tollenare. Ils font construire une chapelle et une orangerie. Parmi les éléments conservés dans la propriété figurent un bassin de terre cuite du XVIIIe siècle, destiné aux « grandes bues », ou lessives collectives, ou encore une niche à chien en pierre de taille édifiée au XIXe siècle[44].

La Savarière est une maison bourgeoise avec dépendances, édifiée vers 1830 pour le compte de la famille Roch. Elle a été fréquentée par Jules Sandeau, Émile Souvestre et Mélanie Waldor. C'est dans cette villa qu'est né et décédé Gustave Roch, futur député de la Troisième république[45].

Parmi les autres bâtiments et sites remarquables se trouvent le presbytère, construit en 1760, et le Parc du Plessis, autour des vestiges de son château datant du XIXe siècle.

Autre patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune recèle des vestiges de moulin à vent, par exemple à la Croix-Moutard (XVIIIe siècle)[46], et plusieurs moulins à eau et chaussées, notamment les moulins de la Vielle-Écluse, de Guidreau (XVIIe – XVIIIe siècle), du Reuzard (XVIIe siècle, actif jusque dans les années 1950)[47], des Épinettes (XIXe siècle)[47].

Parmi les autres éléments du patrimoine, on trouve des maisons de tisserands[48] et des lavoirs[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Simon Voruz (1810-1896), métallurgiste nantais originaire de Suisse, député gouvernemental de Loire-Inférieure de 1859 à 1863) et maire d'Aigrefeuille-sur-Maine.
  • Gustave Roch (1844-1923), député, conseiller de Loire-Inférieure, adjoint au maire de Nantes, né et mort à Aigrefeuille.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à trois feuilles d'alisier d'or posées 2 et 1 ; au chef d'hermine.
Commentaires : Aigrefeuille, paroisse en 1156, tire son nom du latin acrifolium : « houx ». Le concepteur du blason trouvant le houx trop « piquant », il le remplaça par des feuilles d'alisier. Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par l'abbé Trochu, dessiné par A. Baudry-Souriau (délibération municipale du ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Christian Ménard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 1, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en 1983.
  4. Réélu en 1995, 2001 et 2008.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Aigrefeuille-sur-Maine, consultée le
  2. climat de la Loire-Atlantique
  3. nantes.fr Climat
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 d'Aigrefeuille-sur-Maine », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 5a.
  15. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, 1991, Volume II, p. 1220, no 22774 [1]
  16. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Aigrefeuille ».
  17. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  18. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le ).
  19. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  20. a b et c Flohic et Ménard 1999, p. 25.
  21. « Historique », mairie d'Aigrefeuille (consulté le ).
  22. Flohic et Ménard 1999, p. 26-27.
  23. « M. Louis Leroy, nouveau maire », Ouest-France,‎ .
  24. « M. Leroy, maire ne briguera pas un 3e mandat », Ouest-France,‎ .
  25. « Aigrefeuille-sur-Maine. Le maire sortant Jean-Guy Cornu réélu », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. « Commune d'Aigrefeuille-sur-Maine (44002) », Insee (consulté le ).
  27. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Aigrefeuille-sur-Maine (44002) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  34. http://www.aigrefeuillesurmaine.com/module-Contenus-viewpub-tid-2-pid-13.html
  35. site de l'école privée Notre Dame
  36. club pongiste aigrefeuillais
  37. Vallée de Clisson - Communauté de Communes de la Vallée de Clisson: Randonnées
  38. http://www.aigrefeuillesurmaine.com/module-Contenus-viewpub-tid-2-pid-30.html
  39. a et b http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/resultats/chiffres-cles/n3/44/n3_44002.pdf
  40. Notice no PA44000038, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Flohic et Ménard 1999, p. 33.
  42. Flohic et Ménard 1999, p. 26.
  43. Flohic et Ménard 1999, p. 32, 36.
  44. Flohic et Ménard 1999, p. 28.
  45. a et b Flohic et Ménard 1999, p. 31.
  46. Flohic et Ménard 1999, p. 30.
  47. a et b Flohic et Ménard 1999, p. 35.
  48. Flohic et Ménard 1999, p. 29-30.