Maisdon-sur-Sèvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maisdon-sur-Sèvre
Maisdon-sur-Sèvre
L'église Saint-Rogatien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Intercommunalité Clisson Sèvre et Maine Agglo
Maire
Mandat
Aymar Rivallin
2020-2026
Code postal 44690
Code commune 44088
Démographie
Gentilé Maisdonnais
Population
municipale
3 007 hab. (2019 en augmentation de 6,29 % par rapport à 2013)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 53″ nord, 1° 23′ 02″ ouest
Altitude Min. 3 m
Max. 63 m
Superficie 17,45 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clisson
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre
Liens
Site web http://www.valleedeclisson.fr/

Maisdon-sur-Sèvre [mɛdɔ̃ syʁ sɛvʁ] Écouter est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Maisdon-sur-Sèvre dans le département de la Loire-Atlantique.
Traversée de Maisdon via la D 7 puis la D 74.
Situation

Maisdon-sur-Sèvre est situé dans le vignoble nantais, entre la vallée de la Maine et celle de la Sèvre nantaise, à 20 kilomètres au sud-est de Nantes et 8 kilomètres à l'ouest de Clisson.

Géographie physique

Sur le plan géologique, Maisdon-sur-Sèvre se distingue par un terroir à dominante granitique qui donne des muscadets assez tardifs marqués par des accents de pierre à fusil.

Géographie humaine

Malgré le nom de la commune, le bourg chef-lieu n'est qu'à 1,5 km à l'est de la Maine, alors qu'il est à plus de 5 km du Sud de la Sèvre[1].

La commune compte quelques villages, dont le hameau de la Bretonnière avec sa grande place centrale fleurie et son vieux four à pain, le village de la Bigotière et ses maisons nobles, le port du Gué-Joubert sur la Sèvre ou la cale de la Bidière.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 825 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Haie-Fouassière », sur la commune de La Haie-Fouassière, mise en service en 1960[8] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,4 °C et la hauteur de précipitations de 843,3 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais, mise en service en 1945 et à 20 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[12], à 12,5 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (57,5 %), zones agricoles hétérogènes (15,9 %), forêts (11,2 %), prairies (7 %), zones urbanisées (6,3 %), terres arables (2,1 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Maidon en 1287[22], Maedon[23] ou Maesdon en 1427[24]

La forme bretonne correcte proposée par l'Office public de la langue bretonne est Maezon ar Gwini[24] .

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Situé en Sèvre-et-Maine, son territoire a été occupé depuis le Néolithique comme en attestent les vestiges qui y furent retrouvés : presse polie, haches, flèches. On retrouve la trace d'un tumulus de la période gallo-romaine près du hameau « la Bimboire »[25]. Un prieuré, rattaché à l’abbaye de Vertou, est fondé auXIe siècle. Maisdon faisait partie des Marches Bretagne-Poitou.

Période moderne[modifier | modifier le code]

À la Révolution, cette paroisse fut touchée par les guerres de Vendée. En 1791, on constate les premières émeutes suite à l’arrivée d'un curé constitutionnel, chassé par ses paroissiens. Ensuite, le , avec la levée en masse de trois cent mille hommes décidée par la Convention, Maisdon, comme beaucoup d’autres paroisses de la région ne se soumettent pas au recrutement. Le , l’insurrection commence. On peut noter la présence de la « Division de Maisdon » dans l'Armée catholique et royale de Vendée qui était sous le commandement de Lyrot de la Patouillère qui dépendant du Marquis de Bonchamp[25].

Après la période révolutionnaire et la guerre de Vendée, l'église et 200 maisons y sont incendiées en 1794 par les colonnes infernales. De nombreuses victimes civiles sont à déplorer.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre est encore le théâtre de plusieurs tentatives de soulèvement royaliste : ce fut le cas en 1815 à l'initiative des Britanniques, puis en 1828 et 1832 avec la duchesse de Berry, mère de l'héritier du trône. Ses espoirs de mobiliser l'Ouest pour renverser Louis-Philippe avortent et lui valent d'être arrêtée à Nantes.

Au XIXe siècle vient le temps de la reconstruction. L'église est réparée, le bourg se reconstruit petit à petit. une mairie et une école sont construites en 1851-52. À la fin de ce siècle, le phylloxera anéanti le vignoble[25]. c'est une époque difficile pour cette commune où l'activité viticole prédomine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à une jumelle ondée accompagnée en chef d'une moucheture d'hermine et en pointe d'une grappe de raisin, le tout d'or.
Commentaires : La jumelle ondée évoque les deux rivières qui bordent la commune : La Sèvre et la Maine. La grappe évoque le vignoble nantais. La moucheture d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Aymar Rivallin (délibération municipale du ).

Depuis 2019, la commune a changé son visuel et son logo.

Logo officiel depuis 2019


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la commune de Maisdon-sur-Sèvre est composé de 23 membres : le maire, 5 adjoints et 17 conseillers municipaux[26].

Les maires de Maisdon-sur-Sèvre[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
av. 1959 Pierre Jaumouillé   Viticulteur
Jean Ollivier[27]    
[28] Marcel Brochard   Viticulteur
Micheline Allier[Note 6]    
En cours Aymar Rivallin[Note 7] DVD Retraité de l'enseignement

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Maisdon-sur-Sèvre en 2008[29]
Taxe part communale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 14,44 % 6,96 % 0,00 %N1
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 16,42 % 6,68 % 2,63 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 33,27 % 16,90 % 5,02 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 %N2 8,50 % 2,76 %

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Maisdon-sur-Sèvre fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Nantes et du bassin de vie d'Aigrefeuille-sur-Maine. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[30]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 99 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 1 % dans des zones « très peu denses »[31].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2019, la commune comptait 3 007 habitants[Note 8], en augmentation de 6,29 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +7,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2001 7841 9872 2752 0422 1012 0272 1392 236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1322 0432 1342 0592 1132 0942 0441 9431 905
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8841 8751 8031 6441 4581 2621 2361 2431 309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2961 2841 3311 6371 9852 0542 4262 4792 809
2017 2019 - - - - - - -
2 9423 007-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 18,5 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 484 hommes pour 1 498 femmes, soit un taux de 50,23 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,6 
3,5 
75-89 ans
4,9 
14,3 
60-74 ans
13,4 
17,7 
45-59 ans
17,2 
25,2 
30-44 ans
24,3 
14,9 
15-29 ans
14,1 
24,0 
0-14 ans
25,6 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,8 
75-89 ans
8,6 
14,7 
60-74 ans
16 
19,6 
45-59 ans
18,9 
20,1 
30-44 ans
19,2 
19,2 
15-29 ans
17,5 
20 
0-14 ans
18 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un parc d'activités[38] : la zone d'activités des Fromenteaux

On trouve à Maisdon-sur-Sèvre une activité viticole avec la production de Muscadet (AOC), le Muscadet-Sèvre-et-Maine.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre dispose, d'une salle municipale, d'un espace-jeunes, d'un accueil de loisirs et périscolaire, d'une bibliothèque municipale « À Livre ouvert » et d'une ADMR (aide à domicile en milieu rural).

Maisdon-sur-Sèvre dispose d'un centre d'accueil de jour pour les malades Alzheimer « le Maillon des âges ».

Un sentier pédestre est accessible sur la commune. Le « Circuit Soif de Nature/Boucle de Pont-Caffino », propose au visiteur de découvrir le site de Pont-Caffino, une ancienne carrière de schiste, les rives de La Maine, des hameaux typiques et le paysage viticole de la commune[39].

Santé[modifier | modifier le code]

Pour les soins, la commune possède notamment un pôle santé et un médecin. Il y a aussi une pharmacie.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une salle de sports.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La Paroisse catholique Sainte-Marie-du-Val-de-Sèvre regroupe les communautés de Boussay, Clisson, Gétigné, Gorges, Saint-Hilaire-de-Clisson, Maisdon-sur-Sèvre, Monnières et Saint-Lumine-de-Clisson.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La communauté de communes de la Vallée de Clisson gère la collecte de la commune. Il y a une collecte hebdomadaire des ordures ménagères. Une collecte des ordures issues du tri sélectif a lieu toutes les deux semaines.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre est rattachée à l'académie de Nantes et dispose de deux écoles :

  • l'école publique Jules-Verne ;
  • l'école privée Sainte-Anne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le site de Pont Caffino

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église (XIVe – XIXe siècle)
  • Le presbytère

Demeures et châteaux[modifier | modifier le code]

  • Le manoir des Roussières (XVIe – XVIIe siècle)
  • Porche de l'ancien manoir de la Bretesche (XVe – XVIe siècle)
  • Château de la Bigotière

Autre patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le site de Pont Caffino, ancienne carrière de schiste situé sur les bords de la Maine entre Château-Thébaud et Maisdon-sur-Sèvre. C'est une base de loisirs qui propose de nombreuses activités.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Réélue en 1995.
  7. Réélu en 2008, 2014 et 2020.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice du Sandre sur Maisdon-sur-Sèvre, consultée le  »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Haie-Fouassière - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Maisdon-sur-Sèvre et La Haie-Fouassière », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Haie-Fouassière - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Maisdon-sur-Sèvre et Bouguenais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Éditions Coop-Breizh. 1990.
  23. Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.
  24. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  25. a b et c Maisdon-sur-Sèvre : histoire, sur www.valleedeclisson.fr. Consulté le .
  26. Maisdon-sur-Sèvre : vie municipale sur www.valleedeclisson.fr, consulté le 26 août 2009
  27. « Un livre sur l'histoire de la commune », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  28. « M. Marcel Brochard élu maire », Ouest-France,‎ .
  29. Sur le site de taxes.com
  30. « Commune de Maisdon-sur-Sèvre (44088) », Insee (consulté le ).
  31. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Maisdon-sur-Sèvre (44088) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  38. http://www.valleedeclisson.fr/Parcs-d-activites.201.0.html Site du parc d'activités
  39. Maisdon sur Sèvre - Circuit Soif de Nature/Boucle de Pont-Caffino