Aller au contenu

La Planche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Planche
La Planche
Blason de La Planche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Intercommunalité Clisson Sèvre et Maine Agglo
Maire
Mandat
Séverine Joly-Piveteau
2020-2026
Code postal 44140
Code commune 44127
Démographie
Gentilé Planchots
Population
municipale
2 799 hab. (2021 en augmentation de 8,66 % par rapport à 2015)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 02″ nord, 1° 26′ 03″ ouest
Altitude Min. 13 m
Max. 52 m
Superficie 24,42 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clisson
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Planche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Planche
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
La Planche
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
La Planche
Liens
Site web http://www.laplanche.fr

La Planche est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Planche dans le département de la Loire-Atlantique.

La Planche est située à 30 km au sud de Nantes, à 40 km au nord de La Roche-sur-Yon et à 10 km au nord-ouest de Montaigu.

Situation de La Planche.

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Elle est proche de la départementale 937 (Nantes-La Roche-sur-Yon) et de la nationale 137 (Nantes-La Rochelle) ainsi que de l'autoroute A83 (Nantes-Niort, Sortie Clisson . Une liaison régulière d'autocars relie La Planche à la Roche-sur-Yon et à Nantes, trois fois par jour : matin, midi et soir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Ognon traverse la commune, lui donnant un aspect typique de verdure.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 788 mm, avec 12,4 jours de précipitations en janvier et 6,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Rocheservière à 10 km à vol d'oiseau[3], est de 12,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 831,3 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , La Planche est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle est située hors unité urbaine[8]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[8]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,4 %), zones agricoles hétérogènes (29 %), prairies (9,4 %), zones urbanisées (5,8 %), cultures permanentes (1,4 %)[11]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

On ne sait pas si ce nom lui vient de la large planche ou l’embarcation qui permettait à ses habitants de franchir l'Ognon, ou s'il désignait, comme au Moyen Âge, une petite surface cultivée[12].

La Planche se trouve dans le domaine linguistique du poitevin. Mais certains lui ont attribué un nom en gallo, écrit La Plaunch selon l'écriture ELG[13], ou La Pianch selon l'écriture MOGA. En gallo comme en poitevin, le nom de la commune se prononce [lapjãç][14].

L'Office public de la langue bretonne propose une traduction en breton : Ar Plank[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les premiers siècles de notre ère, les Romains s'établirent dans la région et construisirent une voie qui reliait Nantes à Saintes (dont il reste le chemin marquant la limite avec la commune de Remouillé). Plus tard, des commerçants s'y implantèrent. En effet, le bourg de Vieillevigne dont La Planche constituait un hameau, fit partie des Marches avantagères communes de Bretagne et du Poitou, ce qui permettait à ses habitants d'effectuer des transactions d'une province à l'autre sans payer de droits. Ce privilège dura jusqu'à ce qu'à la Révolution de 1789.

Une paroisse est créée en 1837, et la commune correspondante est créée en 1855.

Le , La Planche fut le théâtre d'une collision aérienne qui produisit à 9 000 mètres d'altitude au-dessus du territoire de la commune, entre un Douglas DC-9 de la compagnie espagnole Iberia et un Convair 990 Coronado de la compagnie Spantax, une autre compagnie espagnole. Les 68 passagers et personnels d'équipage du DC-9 périrent tous dans l'accident, tandis que le Convair parvint à se poser en urgence à Cognac sauvant ainsi la vie de ses 107 occupants. Depuis, une stèle est dressée dans la commune, sur le lieu où les restes des 68 défunts ont été rassemblés[16]. Tandis que les vestiges du train d'atterrissage du DC9 sont conservés au poste de secours de la commune[17],[18].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à l'aigle éployée au vol abaissé de sable, le bec clos, surmontée à dextre d'une moucheture d'hermine de sable, à senestre d'une fleur de lys d'azur, et en pointe d'une navette de tisserand d'azur.
Commentaires : L'aigle est reprise de Jehan Gastineau (1356) qui administrait Tharon, La Planche, Saint-André, etc. L'hermine (du blasonnement d'hermine plain de la Bretagne) et le lys indiquent que La Planche faisait partie des marches communes de Bretagne et de Poitou. La navette de tisserand rappelle que les tisserands y étaient nombreux (absence de taxes). Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé et M. Richard (délibération municipale en novembre 1973), enregistré en 1976.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de La Planche : Non Superba, Sed Hospita.[19], ce qui peut se traduire par « Pas fière mais accueillante ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1935 mars 1959 Félix Hervouet
(1888-1960)
  Tailleur
mars 1959 mars 1971 Joseph Sauvaget[Note 2]
(1896-1972)
  Commerçant, maire honoraire
mars 1971 juin 1995 Lucien Richard[Note 3] UDR puis RPR Médecin
Député de la Loire-Atlantique (1962-1993)
juin 1995 mars 2008 Henri Babonneau[Note 4] DVD Directeur d'école
mars 2008 27 mai 2020 Jean-Paul Richard[Note 5] DVD Retraité
27 mai 2020[20] En cours Séverine Joly-Piveteau   Secrétaire-comptable, ancienne adjointe
Vice-présidente Clisson Sèvre et Maine Agglo

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, La Planche fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Nantes et du bassin de vie de Montaigu. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[8]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 93 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 7 % dans des zones « très peu denses »[21].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1855, à partir de Vieillevigne.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2021, la commune comptait 2 799 habitants[Note 6], en augmentation de 8,66 % par rapport à 2015 (Loire-Atlantique : +6,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8981 8781 8871 8171 8401 8911 8881 8581 851
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7481 7501 6461 4391 4301 3941 4001 4031 513
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 5131 4711 5321 8832 0522 0742 2692 3252 490
2018 2021 - - - - - - -
2 6702 799-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,9 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 324 hommes pour 1 346 femmes, soit un taux de 50,41 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
1,9 
3,9 
75-89 ans
7,2 
14,3 
60-74 ans
13,6 
20,5 
45-59 ans
18,9 
23,0 
30-44 ans
21,7 
13,7 
15-29 ans
13,2 
23,7 
0-14 ans
23,5 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2021 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,8 
75-89 ans
8,6 
15,1 
60-74 ans
16,4 
19,4 
45-59 ans
18,8 
20,1 
30-44 ans
19,3 
19,2 
15-29 ans
17,4 
19,5 
0-14 ans
17,6 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de La Planche est basée sur quelques PME (plasturgie, plâtrerie, ébénisterie), l'artisanat et le commerce. On y trouve aussi différentes activités liées à l'agriculture : maraîchage, arboriculture, horticulture et la viticulture avec le Muscadet (AOC).

Vie locale[modifier | modifier le code]

Services de proximité[modifier | modifier le code]

La commune a un Relais poste situé dans la supérette « CocciMarket ».

Une boulangerie, une boucherie charcuterie traiteur, un bureau de tabac-presse, un bar et une pizzeria en vente à emporter sont implantés sur la commune.

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs associations: théâtre et variétés (ACDC), comité de jumelage, fléchettes, couture, école de musique, chorale... etc.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un club sportif (CSP) avec une section judo, randonnée et gymnastique d'entretien. Le club de football a fusionné avec celui de Vieillevigne en 2010, sous le nom ASVP (association sportive Vieillevigne-La Planche), ainsi que le club de basket en 2015, sous le nom LPVB ( La Planche-Vieillevigne Basket).

Santé[modifier | modifier le code]

Pour les soins, la commune dispose d'un pole santé avec deux médecins, d'un cabinet de soins infirmiers, d'un ostéopathe, d’orthophonistes, de kinésithérapeutes et d'une pharmacie.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Halte-garderie
  • Accueil périscolaire
  • École publique Antoine-de-Saint-Exupéry
  • École privée Sainte-Catherine
  • Centre de Loisirs (Bande de Zigs)
  • Espace jeunes

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jacques (1883)
  • Musée de la Chanson française
  • Stèle commémorative de l'accident aérien du

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Réélu en 1965.
  3. Réélu en 1977, 1983 et 1989.
  4. Réélu en 2001.
  5. Réélu en 2014.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre La Planche et Rocheservière », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Rocheservière », sur la commune de Rocheservière - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Rocheservière », sur la commune de Rocheservière - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. a b et c Insee, « Métadonnées de la commune de La Planche ».
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nantes », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages : Loire-Atlantique, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Boudessoules, , 287 p. (ISBN 2-913471-45-5), p. 209.
  13. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  14. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le ).
  15. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  16. « Collision d'un DC-9 et d'un Coronado », sur Aérostèles (consulté le ).
  17. « Crash : La Planche marquée à jamais », Presse-Océan,‎ , p. 3.
  18. Justine Guilbaud et Dominique Bloyet (préf. Dominique Bloyet), Nantes nostalgie des années 50 à nos jours, Paris, Beaux livres Déclics - Paris, , 143 p. (ISBN 978-2-84768-320-2), p. 58-59.
  19. « Accueil », mairie de La Planche (consulté le ).
  20. « Municipales. La Planche. Séverine Joly Piveteau, première femme élue maire dans la commune », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  21. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Planche (44127) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).