La Planche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Laplanche.
La Planche
Image illustrative de l'article La Planche
Blason de La Planche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Clisson
Intercommunalité Clisson Sèvre et Maine Agglo
Maire
Mandat
Jean-Paul Richard
2014-2020
Code postal 44140
Code commune 44127
Démographie
Gentilé Planchots
Population
municipale
2 542 hab. (2014)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 02″ nord, 1° 26′ 03″ ouest
Altitude Min. 13 m
Max. 52 m
Superficie 24,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Planche

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Planche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Planche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Planche
Liens
Site web http://www.laplanche.fr

La Planche est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Planche dans le département de la Loire-Atlantique

La Planche est située à 30 km au sud de Nantes, à 40 km au nord de La Roche-sur-Yon et à 10 km au nord-ouest de Montaigu.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Dans le département de la Loire-Atlantique (44) :

Dans le département de la Vendée (85) :

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Elle est proche de la départementale 937 (Nantes-La Roche-sur-Yon) et de la nationale 137 (Nantes-La Rochelle) ainsi que de l'autoroute A83 (Nantes-Niort, accès à Montaigu). Une liaison régulière d'autocars relie La Planche à la Roche-sur-Yon et à Nantes, trois fois par jour : matin, midi et soir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Ognon traverse la commune, lui donnant un aspect typique de verdure.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[1]. Les hivers sont doux (min −5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[2] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 11.1 12.5 13.1 20.5 18.6 21.9 21.5 22.4 21.2 17 12.2 9.4 16.8
Températures minimales moyennes (°C) 5.4 6.3 4.2 9 11.1 12.9 13.5 13.1 9.6 8.4 3.8 2.1 8.3
Températures moyennes (°C) 8.3 9.4 8.7 14.8 14.9 17.4 17.5 17.8 15.4 12.7 8.0 5.8 12.5
Source : Climatologie mensuelle de 2007 - Nantes, France

Toponymie[modifier | modifier le code]

On ne sait pas si ce nom lui vient de la large planche ou l'embarquation qui permettait à ses habitants de franchir l'Ognon, ou s'il désignait, comme au Moyen Âge, une petite surface cultivée[3].

La Planche se trouve dans le domaine linguistique du poitevin, au sud de la limite avec le gallo. En gallo, son nom est La Plaunch (écriture ELG)[4].
Ar Plank en breton[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les premiers siècles de notre ère, les Romains s'établirent dans la région et construisirent une voie qui reliait Nantes à Saintes (dont il reste le chemin marquant la limite avec la commune de Remouillé). Plus tard, des commerçants s'y implantèrent. En effet, le bourg de Vieillevigne dont La Planche constituait un hameau, fit partie des Marches avantagères communes de Bretagne et du Poitou, ce qui permettait à ses habitants d'effectuer des transactions d'une province à l'autre sans payer de droits. Ce privilège dura jusqu'à ce qu'à la Révolution de 1789.

Une paroisse est créée en 1837, et la commune correspondante est créée en 1855.

Le , La Planche fut le théâtre d'une collision aérienne qui produisit à 9 000 mètres d'altitude au-dessus du territoire de la commune, entre un DC-9 de la compagnie espagnole Iberia et un Convair 990 Coronado de la compagnie Spantax, une autre compagnie espagnole. Les 68 passagers et personnels d'équipage du DC-9 périrent tous dans l'accident, tandis que le Convair parvint à se poser en urgence à Cognac sauvant ainsi la vie de ses 107 occupants. Depuis, une stèle est dressée dans la commune, sur le lieu où les restes des 68 défunts ont été rassemblés[6]. Tandis que les vestiges du train d'atterrissage du DC9 sont conservés au poste de secours de la commune[7],[8].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à l'aigle éployée au vol abaissé de sable, le bec clos, surmontée à dextre d'une moucheture d'hermine de sable, à senestre d'une fleur de lys d'azur, et en pointe d'une navette de tisserand d'azur.
Commentaires : L'aigle est reprise de Jehan Gastineau (1356) qui administrait Tharon, La Planche, Saint-André, etc. L'hermine (du blasonnement d'hermine plain de la Bretagne) et le lys indiquent que La Planche faisait partie des marches communes de Bretagne et de Poitou. La navette de tisserand rappelle que les tisserands y étaient nombreux (absence de taxes). Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé et M. Richard (délibération municipale en novembre 1973), enregistré en 1976.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de La Planche : Non Superba, Sed Hospita.[9], ce qui peut se traduire par "Pas fière mais accueillante".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 juin 1995 Lucien Richard RPR député de la Loire-Atlantique
juin 1995 mars 2008 Henri Babonneau[Note 1]    
mars 2008 en cours Jean-Paul Richard[Note 2] Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, La Planche fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Nantes et du bassin de vie de Montaigu. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[10]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 93 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 7 % dans des zones « très peu denses »[11].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1855, à partir de Vieillevigne.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 2 542 habitants, en augmentation de 8,59 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 898 1 878 1 887 1 817 1 840 1 891 1 888 1 858 1 851
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 748 1 750 1 646 1 439 1 430 1 394 1 400 1 403 1 513
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 513 1 471 1 532 1 883 2 052 2 074 2 325 2 490 2 542
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,5 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[16],[17],[18]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[16],[17],[18].

Pyramide des âges à La Planche en 2013 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,8 
5,3 
75 à 89 ans
9,2 
12,8 
60 à 74 ans
11,4 
19,8 
45 à 59 ans
19,4 
23,7 
30 à 44 ans
21,9 
14,9 
15 à 29 ans
14,8 
23,1 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de La Planche est basée sur quelques PME (plasturgie, plâtrerie, ébénisterie), l'artisanat et le commerce. On y trouve aussi différentes activités liées à l'agriculture : maraîchage, arboriculture, horticulture et la viticulture avec le Muscadet (AOC).

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune a un Relais poste situé dans la supérette « CocciMarket ».

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un club sportif (CSP) avec une section judo, randonnée et gymnastique d'entretien. Le club de football a fusionné avec celui de Vieillevigne en 2010, sous le nom ASVP (association sportive Vieillevigne-La Planche), ainsi que le club de basket en 2015, sous le nom LPVB ( La Planche-Vieillevigne Basket).

Santé[modifier | modifier le code]

Pour les soins, la commune dispose d'un pole santé avec d'un médecin, d'un cabinet de soins infirmiers, d'un dentiste, d'un kinésithérapeute et d'une pharmacie.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École publique Antoine-de-Saint-Exupéry
  • École privée Sainte-Catherine
  • Centre de Loisir (Bande de Zigs)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jacques (1884)
  • Musée de la Chanson française
  • Stèle commémorative de l'accident aérien du 5 mars 1973
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001.
  2. Réélu en 2014.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. climat de la Loire-Atlantique
  2. nantes.fr Climat
  3. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages - Loire-Alantique, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Boudessoules, , 287 p. (ISBN 2-913471-45-5), p. 209
  4. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  5. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  6. « Collision d'un DC-9 et d'un Coronado », sur Aérostèles (consulté le 22 décembre 2011).
  7. « Crash : La Planche marquée à jamais », Presse-Océan,‎ , p. 3.
  8. Justine Guilbaud et Dominique Bloyet (préf. Dominique Bloyet), Nantes nostalgie des années 50 à nos jours, Beaux livres Déclics - Paris, , 143 p. (ISBN 978-2-84768-320-2), p. 58-59.
  9. « Accueil », mairie de La Planche (consulté le 29 décembre 2012).
  10. « Commune de La Planche (44127) », Insee (consulté le 7 septembre 2017).
  11. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 7 septembre 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - La Planche - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  17. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  18. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).