Geneston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Geneston
Geneston
L'église au début du XXe siècle.
Blason de Geneston
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Intercommunalité Communauté de communes de Grand Lieu
Maire
Mandat
Karine Paviza
2020-2026
Code postal 44140
Code commune 44223
Démographie
Gentilé Genestonnais
Population
municipale
3 677 hab. (2019 en augmentation de 1,35 % par rapport à 2013)
Densité 457 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 23″ nord, 1° 30′ 41″ ouest
Altitude Min. 14 m
Max. 39 m
Superficie 8,04 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Geneston
(ville-centre)
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Geneston
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Geneston
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Geneston
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Geneston

Geneston (prononcé [ ʒə.nɛ.tɔ̃]) est une commune française de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Geneston dans le département de la Loire-Atlantique.

Geneston est une commune du canton d'Aigrefeuille située à une quinzaine de kilomètres au sud de Nantes. Ce territoire est uniformément plat tout en faisant partie de la dépression de Grand Lieu.

Les communes limitrophes sont, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, Pont-Saint-Martin, La Chevrolière, Le Bignon, Montbert, Saint-Colomban en Loire-Atlantique et Saint-Philbert-de-Bouaine en Vendée.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Topographie et hydrographie[modifier | modifier le code]

L'altitude oscille entre 14 et 39 mètres. Geneston est traversée par trois petits ruisseaux dont le ruisseau du Redour[1].

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[2]. Les hivers sont doux (min −5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[3] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Geneston est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Geneston, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[7] et 6 766 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (27,9 %), terres arables (24,5 %), zones urbanisées (20,7 %), zones agricoles hétérogènes (19,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,6 %), forêts (3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,4 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la limite entre poitevin et gallo. En gallo, son nom est Jeneston (écriture ELG)[14].

Banaleg-ar-Gevred en breton[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

On retrouve des traces de la présence de l’Homme à Geneston. Les premières traces de sédentarisation remontent probablement au Ve siècle, lors de la fondation d'une maladrerie-léproserie.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En l'année 1147, six religieux et deux novices envoyés par Bernard Ier, évêque de Nantes, viennent s'établir à Geneston et créent un monastère sous l'invocation de sainte Marie-Madeleine (sœur de Lazare). Cette terre, gérée par les moines augustins dès 1147, devient ensuite une possession épiscopale. Quinze ans plus tard, le pape Alexandre III approuve les règles de la communauté et lui accorde sa protection.

En 1163, une bulle papale érige le petit monastère religieux en abbaye. L'abbé, seigneur du lieu, a droit de haute justice, de foire et de marché.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Les biens de l'abbaye sont vendus à la Révolution. En mars 1793, les habitants de Geneston (Gesnestonnais) se révoltent et entrent ensuite dans l'armée de Charette. Ils prennent part aux combats de Machecoul, Pont-James et Fontenay. En février 1794, on compte 16 tués par les Mayençais sur le territoire de la commune de Geneston.

En 1796, Geneston est rattachée provisoirement à Montbert. C'est grâce aux démarches du premier maire, Georges Gaudet, que Geneston va conquérir définitivement son indépendance. La rivalité entre Geneston et Montbert va durer longtemps en réalité. Plusieurs demandes sont faites, en 1807, en 1870, mais sans résultat.

En 1832 Geneston se retrouve très concerné par une dernière tentative de soulèvement royaliste. Fermement décidée à faire reconnaître les droits estimés légitimes de son fils Henry, futur Comte de Chambord, au trône de France occupé depuis juillet 1831 par Louis-Philippe, Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, Duchesse de Berry, arrive dans le secteur le 15 mai. Elle séjourne le 17 mai au domaine de Bellecour à Montbert et le 18 et 19 mai au lieu-dit "Chez Marc" à Geneston. De violents combats sporadiques éclatent alors dans les communes environnantes du 24 au 31. La tentative sera un échec. Réfugiée à Nantes à partir du 9 juin Marie-caroline y est arrêtée le 7 novembre, emprisonnée pendant quelques mois à Blaye et définitivement exilée ensuite[16].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1900, le projet de séparation est refusé et un accord n'intervient que le 1er juillet 1954. Geneston redevient commune à part entière à partir du 1er janvier 1955 et développe son commerce et ses petites manufactures.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1954 mars 1959 Georges Gaudet    
mars 1959 décembre 1973
(démission)
Louis Gralon   Garagiste
décembre 1973[18] mars 1989 Léon Jaumouillé   Exploitant agricole
mars 1989 mars 2008 Michel Garnier DVG Agent de maîtrise
mars 2008 mars 2014 Gérard Gouraud DVD Retraité
mars 2014 En cours Karine Paviza DVD Comptable
Conseillère départementale du canton de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (2015 → )
Vice-présidente de la CC de Grand Lieu
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage, et liens d'amitié[modifier | modifier le code]

La commune de Geneston est jumelée avec :

La commune entretient des liens d'amitié avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 sont perdues. La commune est réunie à Montbert de 1801-1806 à 1954.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2019, la commune comptait 3 677 habitants[Note 3], en augmentation de 1,35 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +7,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
1 1197198219521 2521 5951 9582 2143 233
2007 2012 2017 2019 - - - - -
3 3803 5923 6413 677-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,1 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,0 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 820 hommes pour 1 828 femmes, soit un taux de 50,11 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
2,5 
3,8 
75-89 ans
5,6 
13,8 
60-74 ans
13,8 
22,2 
45-59 ans
20,8 
19,9 
30-44 ans
20,7 
17,7 
15-29 ans
16,2 
22,0 
0-14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,8 
75-89 ans
8,6 
14,7 
60-74 ans
16 
19,6 
45-59 ans
18,9 
20,1 
30-44 ans
19,2 
19,2 
15-29 ans
17,5 
20 
0-14 ans
18 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un parc d'activités[25] : la ZA de la Croix Danet.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Stefline Radio est une webradio Associative du Vignoble nantais, régie par une association culturelle créée en juin 2009.

Santé[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La Communauté de Communes de Grand Lieu gère la collecte de la commune. Il y a une collecte hebdomadaire pour les ordures ménagères ainsi que pour les ordures issues du tri sélectif. La déchèterie dont dépend la commune se situe le site de « l'Hommeau », dans la commune même.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Geneston est rattachée à l'académie de Nantes. La commune possède deux écoles primaires :

  • École Publique Marcel Pagnol ;
  • École Privée Sainte Marie-Madeleine.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Geneston est équipée très correctement pour la pratique du sport. Elle possède les équipements suivants :

  • Une salle des sports
  • Un terrain de football en herbe
  • Un terrain de football synthétique (inaugurée le [26])
  • Un petit terrain de basket et course à pied
  • Un centre équestre

Le sport le plus pratiqué à Geneston est le football[27], organisé par le club Espoir Sud Loire qui regroupe les activités de Geneston et du Bignon (commune voisine).

La commune possède une offre sportive attractive et diversifiée. Les sports suivants sont encadrés par des clubs sur la commune de Geneston :

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

Geneston, rattaché au Diocèse de Nantes, fait partie de la paroisse catholique Saint-Gabriel qui comporte d'autres communautés : Aigrefeuille-sur-Maine, Le Bignon, Montbert, La Planche, Remouillé et Vieillevigne.

Patrimoine et culture locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

• L'abbaye Sainte-Marie-Madeleine de Geneston, abbaye de chanoines réguliers de l'Ordre de Saint-Augustin, fondée au XIIe siècle et détruite en 1794.

• Eglise paroissiale Sainte-Marie-Madeleine, édifiée à la fin du XIXe siècle sur l'ancien cimetière de l'abbaye.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sable à l'agneau pascal d'argent portant bannière du même avec une croisette de gueules, accompagné en chef à dextre d'une étoile d'or.
Commentaires : Sceau de l'abbaye de Saint-Jean-de-Geneston (Brevet d'Hozier).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur le Redour, consultée le
  2. climat de la Loire-Atlantique
  3. nantes.fr Climat
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Geneston », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  15. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  16. Alainjuno, « La nuit des Pancaliers », http://www.abbatiale-et-decouvertes.fr,‎ .
  17. [PDF] Geneston 50 ans en 2005 - Hors série n°1
  18. « M. Léon Jaumouillé, maire de Geneston », Ouest-France,‎ .
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Geneston (44223) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  25. Économie sur www.mairiedegeneston.fr, consulté le 26 août 2009
  26. Site du Club de football, « L'Espoir Sud Loire à la fête le samedi avec l'inauguration du terrain de foot synthétique et la remise du label d'argent. »
  27. Bulletin Municipal juin 2011, Page 7, Troisième subvention associative la plus importante, première subvention la plus importante pour un club unisport