Adolph von Menzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adolph von Menzel
Bundesarchiv Bild 183-R30367, Adolph von Menzel.jpg

Adolph von Menzel en 1900,
photographie anonyme, Archives fédérales allemandes.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Adolph Friedrich Erdmann von MenzelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de l'Aigle noir
Ordre Pour le Mérite
Ordre du mérite pour les sciences et arts (d)
Citoyen d'honneur de Berlin (d)
Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Adolph von Menzel, né à Breslau le , et mort à Berlin le , est un peintre, graveur et illustrateur allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père dirigeait une école de filles et il aurait voulu faire de son fils un professeur, mais il ne contrecarra pas son goût pour l'art. Orphelin en 1832, Adolph von Menzel dut subvenir aux besoins de sa famille. En 1833, Sachse, de Berlin, publia son premier travail, un album de lithographies, destiné à illustrer un petit poème de Goethe, Kunstlers Erdenwallen. Il exécuta des lithographies du même genre pour illustrer Denkwürdigkeiten aus der brandenburgisch-preussischen Geschichte, Les Cinq Sens et La Prière, et également des diplômes pour diverses corporations ou sociétés.

De 1839 à 1842, il produisit environ quatre cents dessins, reprenant en même temps la technique de gravure sur bois, pour illustrer la Geschichte Friedrichs des Grossen (Histoire de Frédéric le Grand) de Franz Kugler. Il réalisa par la suite Friedrichs des Grossen Armee in ihrer Uniformirung (Les Uniformes de l'Armée sous Frédéric le Grand), Soldaten Friedrichs des Grossen (Les Soldats de Frédéric le Grand), et finalement, sur l'ordre du roi Frédéric-Guillaume IV, il illustra les œuvres de Frédéric le Grand, Illustrationen zu den Werken Friedrichs des Grossen (1843-1849).

Ces travaux permirent à Menzel d’être regardé comme l’un des premiers, sinon le premier, des illustrateurs de son genre à son époque. Pendant ce temps il avait étudié tout seul l’art de la peinture et bientôt il produisit bon nombre de peintures fort variées, montrant toujours un don aigu de l'observation et une maîtrise honorable dans des sujets traitant de la vie et des réalisations de Frédéric le Grand et des scènes de vie quotidienne, comme Aux Tuileries, Le Dîner de bal et À la Confession.

Il enterre progressivement le style Biedermeier adapté au goût petit-bourgeois, et jette son regard vers l'envers des choses, un coin de chambre ou d'atelier[1]. Parmi ses œuvres les plus importantes figurent La Forge (1875) et La Place du marché à Vérone. Invité à peindre le couronnement de Guillaume Ier à Königsberg, il réalisa une représentation exacte de la cérémonie sans respecter les traditions officielles pour ce genre de peinture.

En Allemagne, il fut comblé d'honneurs et fut le premier peintre à être décoré de l'ordre de l'Aigle noir.

Il se rattache au pré-impressionnisme par sa touche de ses paysages, et au réalisme par son style très atmosphérique et soucieux du détail, tant dans la représentation des personnages que des objets et de la nature. Outre les grandes scènes historiques, ses œuvres les plus marquantes sont certainement ses natures mortes d'atelier et ses carnets de dessins.

Oeuvres[modifier | modifier le code]

  • 1844 - Maison dans l'arrière-cour (huile sur toile 44 x 61 cm), Berlin , Alte Nationalgalerie[1]
  • 1847, Jeune garçon assis à une table, Berlin, Staatliche Museum
  • 1848, Cage d'escalier éclairée la nuit, Essen, Folkwang Museum[2]
  • 1855, Tête d'ouvrier avec une casquette de pluie, Essen, Folkwang Museum[2]
  • 1861 Le Prince héritier Frédéric rend visite au prince Pesne sur un échafaudage (gouache sur papier 24 x 32 cm), Berlin , Nationalgalerie[1]
  • 1870, Jardin du Prince Albert, Berlin. Staatliche Museum[3]
  • 1872, Intérieur d’une église, Luxembourg, Collection Bentinck Thyssen[4]
  • 1872-1875, La Forge (huile sur toile 158 x 254 cm), Berlin, Alte Nationalgalerie[1]
  • 1875, Etude de la carte, Essen, Folkwang Museum[2]
  • 1876, Le Pied de l'artiste, huile sur carton, 39 × 34 cm, Berlin, Staatliche Museen[1]
  • 1881, Le Laminoir, Berlin. Staatliche Museum[5]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Exposition au Louvre, « De l’Allemagne 1800-1939, de Friedrich à Beckmann », Dossier de l’art, vol. Hors série, no 205,‎ , p.21, 48-53
  2. a, b et c (de) Georg-W. Költzsch, Phoenix Folkwang : Die Meisterwerke, Dumont, , 280 p. (ISBN 3-8321-4994-5), p. 77-79
  3. R. Barletta, M. Carra, D. Durbé, R. Negri et F. Russoli (trad. de l'italien par Michel Crespa et Annick Colcanap, préf. D. Durbé), Le Post-Impressionnisme, Paris, Rive-Gauche Productions, coll. « Art en Mouvement », , 351 p. (ISBN 2 86535 023 1), p. 29
  4. François Daulte, La Collection Bentinck-Thyssen aux Musées de l’Etat du Grand-Duché de Luxembourg, Bibliothèque des Arts, Lausanne, , p. 102
  5. Histoire de la Peinture : De la Renaissance à nos jours à nos jours, Gründ, (ISBN 2-7000-2151-7), p. 67

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Duranty, « Adolphe Menzel », in Gazette des Beaux-Arts, deux livraisons dans les numéros XXI (p. 201-207) et XXII (p. 105-124), 1880. Réédition aux Éditions Séguier en 1996.
  • Collectif, Menzel (1815-1905) “La névrose du vrai”, RMN, 1996 [catalogue d'exposition du musée d'Orsay du 15 avril au 28 juillet 1996].
  • Werner Busch, Menzel, trad. de l'allemand par Philippe Mothe et Olivier Morice, Paris, Éditions Hazan, 2015, (EAN 9782754108515)
  • (en) Antony Griffiths, « Adolph Von Menzel », Print Quarterly, vol. 2, no 4, 1985

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :