Leonardo Cremonini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cremonini.
Leonardo Cremonini
Leonardo Cremonini (1995).png

Leonardo Cremonini en 1995.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Leonardo Cremonini, né le à Bologne, et mort le à Paris, est un peintre italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Leonardo Cremonini naît à Bologne en 1925. Son père, cheminot, commence à peindre dès son adolescence et transmet sa passion à son fils.

En 1936, lorsque son père est muté à Paola en Calabre, Leonardo Cremonini a l'occasion déterminante de connaître l'Italie du sud, encore profondément rurale, et la lumière méditerranéenne à qui il restera lié pour toujours et qu'il étudie inlassablement dans ses peintures. Grâce à une bourse d'étude du collège Venturoli obtenue en 1941, il fréquente pendant quatre années l'Académie des beaux-arts de Bologne, où ses maîtres sont Alfredo Protti, Guglielmo Pizzirani, Farpi Vignoli et Luciano Minguzzi. Avec Guglielmo Pizzirani, il se lie d'une profonde amitié, partagée avec son ami peintre Dino Boschi.

En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, toujours avec la même bourse d'étude, Cremonini décide d'aller à Milan pour fréquenter l'Académie de Brera et connaître l'environnement culturel de la métropole du nord de l'Italie. Pendant ces années, il effectue de longs séjours de travail sur l'île Comacina sur le lac de Côme. Au cours de l'année 1945, il a noué des amitiés et des complicités de toute une vie[1].

En 1950, il vit et travaille à Venise où il fréquente Virgilio Guidi, Peggy Guggenheim (qui lui propose un petit studio dans la cité des Doges) et Giuseppe Marchiori. Sa peinture traverse alors une nouvelle phase stylistique qui s'écarte des solutions académiques. La première rupture avec une figuration traditionnelle intervient en 1948 avec les vues sur le lac et les paysages de Malles Venosta, pays de l'ami Plattner.

Entre Paris et l'Italie[modifier | modifier le code]

En 1951, il se rend à Paris avec une bourse d'étude de l'État français grâce au soutien d'importantes personnalités de la culture italienne, entre autres, Elio Vittorini et Mario Sironi. Ce dernier, dans une lettre recommandée adressée au jury, écrit : « Les efforts du passé n'ont pas été dispersés. Ce jeune pousse son aspiration jusqu'à un niveau élevé, complexe, prudent, qui quelquefois rend ardus les problèmes, il ne manquera pas de porter à l'avenir, comme cela a déjà été le cas, des fruits précieux. »

Il stabilisera sa résidence principale en France, alternant avec de longs séjours de travail à Forio d'Ischia, dès la fin de l'année 1955. En 1956, il effectue un séjour de travail à Douarnenez en Bretagne, où il fait la connaissance de son futur ami Georges Perros. En 1958 et 1959, il séjourne deux années entières à Panarea, dans les Îles éoliennes au large de la Sicile, où il fera acheter une maison à son ami Roberto Matta.

En 1963, de son union avec Giovanna Madonia, linguiste, naît son fils Pietro Cremonini, aujourd'hui architecte à Paris. À partir de 1974, il partage sa vie avec son épouse Roberta Crocioni, également artiste-peintre.

De 1952 à 1960, Cremonini expose quasi exclusivement à New York, sans y résider. Pendant ces années, les artistes et les écrivains qui sont devenus ses amis sont : Gino Severini, Luigi Corbellini, Jacques Brosse, Philippe Lejeune, Pierre Emmanuel, Leonor Fini, Kot Jelenski, William Rubin, Balthus, Sebastian Matta, Paul Delvaux, Giancarlo Menotti, Ivos Margoni, Stanislao Lepri, Alberto Moravia, Dacia Maraini, Jean Dewasne, Michel Butor, Pavel Tchelitcheff, Fabrizio Clerici, Stephen Spender, Henri Cartier-Bresson.

À partir de 1960, ses œuvres sont plus visibles en Europe, où plusieurs expositions se succèdent. Il continue à vivre à Paris et alterne des séjours de travail à Bertinoro, sur l'île de Procida près de Naples, à Bagheria en Sicile, à Sanlucar de Barrameda en Andalousie, à Trouville en Normandie ou sur les cols florentins. Il expose surtout à Paris, en particulier dans la Galerie du Dragon. Au fil des années, les expositions rétrospectives les plus importantes de son travail ont eu lieu dans les musées de Bâle, Bruxelles, Metz, Paris, Prague, Sienne, Strasbourg, Spoleto, Tokyo, Bologne, Aoste, Monte-Carlo, Grenoble, Toulon et Milan.

En 1964, l'artiste expose dans une salle personnelle à la Biennale de Venise. En 1965, il reçoit le prix de la Biennale de Saint Marin. Il participe également cette année à la neuvième Quadriennale nationale d'art de Rome. En 1979, il reçoit le prix du président de la République Italienne à l'Académie nationale de San Luca.

Des années 1980 à la mort[modifier | modifier le code]

De 1983 à 1992, Leonardo Cremonini est chef d'atelier de peinture à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Dans les années 1980, sa peinture évolue et, bien que conservant les mêmes sujets, son style s'essentialise et ses compositions se simplifient. Cremonini obtient plusieurs distinctions : il est fait commandeur des Arts et des Lettres en France, et membre de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, de l'Académie nationale de San Luca à Rome, de l'Académie des beaux-arts à l'Institut de France, de l'Académie des arts du dessin à Florence. En 2005 et 2006, il est président de l'Académie de San Luca.

En 2008, il présente à SALe à Legnano la production inédite des années académiques, dans une grande exposition dont les commissaires sont Flavio Arensi et Alberto Buffetti.

En 2009, l'Association Alberto Buffetti produit l'ouvrage Cremonini. Dessins et aquarelles 1946-2006 édité par Allemandi et C. editore, qui pour la première fois rassemble la large production du maître de Bologne.

En 2010, à Athènes, ils réalisent une exposition à l'Institut italien de la Culture et une monographie du peintre au Centre culturel athénien et à l'Institut de culture italien à Athènes, dont le commissaire est Adriano Baccilieri.

Leonardo Cremonini est mort le 12 avril 2010 à Paris, où il résidait depuis de longues années avec son épouse, Roberta Crocioni.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dans les années 1940, il peint des scènes de la vie quotidienne dans un style figuratif académique. Sa manière évolue vers des recherches résolument modernes et une figuration plus stylisée dans les années 1950, avec des formes géométrisées et des sujets à la force expressive éloquente, tels que des concrétions rocheuses, des plantes en croissance, des carcasses d'animaux.

À partir des années 1960, il peint principalement des scènes balnéaires et des atmosphères d'intérieur qui évoquent souvent les vacances, la mer, le farniente mais aussi la vie de couple, le désir et la fin de l'amour. Techniquement, ses peintures ont des couleurs vives, des formes stylisées et élégantes mais non dénuées de matière : Cremonini travaille notamment à partir de coulures de peintures verticales, qui s'intègrent dans les aplats géométriques qui cadrent ses scènes.

Sa peinture, en particulier à partir des années 1960, est souvent empreinte d'une atmosphère métaphysique et mélancolique et a été interprétée en clé psychanalytique et philosophique par de nombreux penseurs, notamment Umberto Eco et Louis Althusser.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Leonardo Cremonini se trouvent dans plusieurs musées à travers le monde :

Élèves[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parmi les personnalités avec lesquelles il s'était lié on peut citer : Italo Calvino, Marc Le Bot, Giuliano Briganti, Max Clarac Serou, Gaëtan Picon, Cecilia Ayala, Fortunato Bellonzi, Giorgio Soavi, Germain Viatte, Main Bosquet, Luigi Carluccio, Michel Troche, Ipousteguy, Gilbert Lascault, Pierre Skira, François Werlin, Enrico Crispolti, Carlo Ludovico Ragghianti, Zao Wou Ki, Pier Carlo Santini, Enrico Vallecchi, Maria Luigia Guaita, Gianni Guaita, Ignazio Buttitta, Lorenzo Tornabuoni, Titina Maselli, Pierre Gaudibert, Louis Althusser, Franco Solmi, Renato Zangheri, Henry Le Chenier, Velickovic, Petlin, Rosofsky, Leon Golub, Gilles Aillaud, Fabio Rieti, Pietro Cascella, Monroy, Modèle:Cueco, Alain Jouffroy, France Huser, Dino Buzzati, Pier Luigi Pizzi, Alberto Sughi, Renzo Vespignani, Mario de Micheli, Bernd Krimmel, Jean-François Lyotard, Emile Langui, Jean Clair, Peter Kral, Vittorio Sgarbi, Luchino Visconti, Bernardo Bertolucci, Elio Petri, Valerio Zurlini, Roberto Dionigi, Elvira Cassa Salvi, Vieira da Silva, Ginevra Bompiani, Régis Debray, Georges Balandier, Renzo Federici, Pierre Carron, Marina Lambraki Plaka, Roberto Barzantini, Jean Philippe Domecq ou Flaminio Gualdoni. Les amis qui l'ont soutenu comme intervenant culturel ont été chronologiquement : Catherine Viviano, Erica Brausen, Gasparo del Corso, Mario Tazzoli, Gino Ghiringhelli, Max Clarac Serou, Jan Krugier, Sandro Manzo, Aldo Roncaglia, Ennio Casciaro, Tiziano Forni, Pierre Belfond, Claude Bernard Haim, Gheerbrandt, Franco Trippa, Rosabianca Skira, Giulio Urbinati, Marie Claire Ades, Francoise Künzi, Alberto Montrasio, Alberto Buffetti et Flavio Arensi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gaudibert, Cremonini  : douze ans de peinture, 1970-1982 [exposition, Musée de Grenoble, 14 avril-6 juin 1983], Grenoble, Musée de Grenoble, 1983.
  • Italo Calvino, Umberto Eco, Cremonini: opere dal 1960 al 1984, Casalecchio di Reno, Grafis, 1984.
  • Collectif, Leonardo Cremonini [peintures 1953-1967], Genève-Paris, Skira, 1987.
  • Michel Butor, Cremonini, 1958-1961 : minéral, végétal, animal [exposition, Paris, Galerie Dionne, 23 octobre-14 décembre 1996], Paris, Seuil, 1996.
  • Régis Debray, Leonardo Cremonini, Genève-Paris, Skira, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]