Michael Fried

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michael Fried
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Michael Fried (né en 1939, New York) est un critique d'art moderne, et historien de l'art. Il étudie aux universités de Princeton et d'Harvard, et reçoit une bourse Rhodes lors de ses études au Merton College, à l'Université d'Oxford.

Il est notamment élève du professeur de lettres et d'histoire de l'art J.R. Herbert Boone, à l'Université Johns-Hopkins, Baltimore, Maryland, États-Unis.

Les premières contributions de Fried dans le domaine de l'histoire de l'art touchent le débat lancé au sujet des origines et du développement de l'art moderne. D'autres théoriciens comme Clement Greenberg, Rosalind Krauss et plus tardivement l'historien d'art marxiste T.J. Clark prirent aussi part à ce débat initié à la fin des années 1950. Depuis le début des années 1960, il est en étroite collaboration avec le philosophe Stanley Cavell.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Fried décrit ses débuts de carrière dans l'introduction à Art and Objecthood: Essays and Reviews (1998), une anthologie de sa critique d'art dans les années 60 et 70. Bien qu'il se soit spécialisé en anglais à Princeton, c'est là qu'il s'est intéressé à l'écriture de la critique d'art. À Princeton, il rencontre l'artiste Frank Stella et à travers lui Walter Darby Bannard. En 1958, il écrit une lettre à Clement Greenberg exprimant son admiration pour son écriture et le rencontre pour la première fois au printemps de cette année. En septembre 1958, il s'installe à Oxford, à la Ruskin School of Drawing and Fine Art, puis à Londres en 1961-1962, où il étudie la philosophie à temps partiel à l'University College de Londres (UCL), auprès de Stuart Hampshire et de Richard Wollheim. En 1961, Hilton Kramer lui offre le poste de correspondant à Londres pour la revue Arts[1]. À l'automne 1961, Fried noue une amitié avec le sculpteur Anthony Caro; Caro l'avait invité à écrire l'introduction de son exposition à la Whitechapel Art Gallery en 1963.

À la fin de l'été 1962, Fried retourne aux États-Unis, où il combine ses études de doctorat en histoire de l'art à Harvard avec l'écriture de la critique d'art, initialement pour Art International, et la commissaire de l'exposition Trois peintres américains: Kenneth Noland, Jules Olitski, Frank Stella au Fogg Art Museum de Harvard.

Art and Objecthood[modifier | modifier le code]

Dans son essai, Art and Objecthood, publié en 1967, Fried fait valoir que l'accent mis par le minimalisme sur l'expérience du spectateur, plutôt que sur les propriétés relationnelles de l'œuvre d'art illustrées par le modernisme, rendait l'œuvre d'art indiscernable de l'expérience générale du spectateur au monde. Le minimalisme (ou «littéralisme» comme l'appelait Fried) offrait une expérience de «théâtralité» ou de «présence» plutôt que de «présent» (une condition qui exigeait un renouvellement continu). L'essai a ouvert par inadvertance la porte à l'établissement d'une base théorique pour le minimalisme, en tant que mouvement fondé sur un mode d'expérience phénoménologique conflictuel que celui proposé par Fried[2]

Discutant de sa prochaine publication dans une lettre de 1967 à Philip Leider, rédacteur en chef d'Artforum (qui a publié l'essai), Fried écrit: «Je continue à jouer avec l'idée, aussi folle que cela puisse paraître, d'avoir une section dans cet essai de sculpture-théâtre sur la façon dont la sensibilité corrompue est par excellence a faggot sensibility (une sensibilité efféminée[3])[4] . »

Absorption et théâtralité[modifier | modifier le code]

Dans "Art and Objecthood", Fried a critiqué la "théâtralité" de l'art minimaliste. Il a introduit le terme opposé «absorption» dans son livre de 1980, «Absorption and Theatricality: Painting and Beholder in the Age of Diderot»[5]. S'inspirant de la critique de Diderot[6], Fried soutient que chaque fois qu'une conscience de soi du visionnage existe, l'absorption est compromise et la théâtralité en résulte[7]. En plus d'appliquer la distinction à la peinture du XVIIIe siècle, Fried emploie des catégories connexes dans sa critique d'art de la peinture et de la sculpture américaines d'après 1945[7]. Fried rejette les efforts de certains critiques pour associer son écriture critique et historique de l'art[8].

Il revisite certaines de ces préoccupations dans une étude de la photographie récente avec «Why Photography Matters as Art as Never Before» (Londres et New Haven 2008). Dans une lecture d'œuvres d'éminents photographes d'art des 20 dernières années (Bernd et Hilla Becher, Jeff Wall, Andreas Gursky, Thomas Demand entre autres) Fried affirme que les préoccupations d'anti-théâtralité et d'absorption sont au cœur du virage des photographes récents vers des œuvres à grande échelle «pour le mur» [9].

Cet article est en partie ou en totalité une traduction de l'anglais du même article sur Wikipedia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fried a écrit plusieurs histoires longues et complexes de l'art moderne, notamment sur Édouard Manet, Gustave Courbet, Adolph Menzel, Caravage et la peinture de la fin du XVIIIe siècle.

  • Absorption and Theatricality: Painting and Beholder in the Age of Diderot Berkeley: University of California Press, 1980. Awarded 1980 Gottschalk Prize.
  • Realism, Writing, Disfiguration: On Thomas Eakins and Stephen Crane Chicago and London: University of Chicago Press, 1987. Awarded 1990 Charles C. Eldredge Prize.
  • Courbet's Realism Chicago and London: University of Chicago Press, 1990.
  • Manet's Modernism Chicago and London: University of Chicago Press, 1996. French translation awarded 2000 Prix Littéraire États-Unis.
  • Art and Objecthood: Essays and Reviews Chicago and London: University of Chicago Press, 1998.
  • Menzel's Realism: Art and Embodiment in Nineteenth-Century Berlin London and New Haven: Yale University Press, 2002.
  • Why Photography Matters as Art as Never Before London and New Haven: Yale University Press, 2008.
  • Le moment Caravage [« The Moment of Caravaggio »] (trad. de l'anglais par Fabienne Durand-Bogaert), Hazan, , 312 p. (ISBN 9782754107105, présentation en ligne).
  • Four Honest Outlaws: Sala, Ray, Marioni, Gordon London and New Haven: Yale University Press, 2011.
  • Flaubert's "Gueuloir": On Madame Bovary and Salammbô London and New Haven: Yale University Press, 2012.
  • Another Light: Jacques-Louis David to Thomas Demand London and New Haven: Yale University Press, 2014.
  • After Caravaggio London and New Haven: Yale University Press, 2016.
  • What Was Literary Impressionism? Cambridge, Mass. and London: Harvard University Press, 2018.

Fried est aussi poète : il a écrit Le prochain virage de la route, Pouvoirs, Au centre de la Terre et Promesse du Bonheur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Levens, R.G.C., ed. (1964). Merton College Register 1900-1964. Oxford: Basil Blackwell. p. 513.
  2. Hal Foster The Crux of Minimalism, From "The Return of the Real: The Avant-garde at the End of the Century" 1996, MIT Press (ISBN 0-262-56107-7).
  3. L'expression faggot sensibility est une expression argotique : faggot, est un dérivé anglo-saxon de fagot (en français) et désigne en argot des mœurs homosexuelles.
  4. Christa Robbins, « The Sensibility of Michael Fried », Criticism, vol. 60, no 4,‎ (ISSN 0011-1589, lire en ligne)
  5. Charles Green, «The Third Hand: Collaboration in Art from Conceptualism to Postmodernism» ', UNSW Press, p140. (ISBN 0-86840-588-4)
  6. Toril Moi, «Henrik Ibsen et la naissance du modernisme: art, théâtre, philosophie» ', Oxford University Press, 2006, p114. (ISBN 0-19-929587-5)
  7. a et b Tracy C. Davis, Thomas Postlewait , Theatricality, Cambridge University Press, 2003, p20. (ISBN 0-521-01207-4)
  8. Michael Fried, Art and Objecthood: Essays and Reviews, University of Chicago Press, 1998, p73. (ISBN 0-226-26319-3)
  9. Michael Fried: «Why Photography Matters as Art as Never Before»: Londres et New Haven , 2008, p14. (ISBN 978-0-300-13684-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]