Pietro Guglielmi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guglielmi.
Pietro Guglielmi
Description de l'image defaut.svg.

Naissance
Massa, Drapeau du Grand-duché de Toscane Grand-duché de Toscane
Décès (à 75 ans)
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Activité principale Compositeur

Pietro[note 1] Alessandro Guglielmi est un compositeur italien, né à Massa le et mort à Rome le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Guglielmi aurait d’abord appris le clavecin et le contrepoint avec son oncle Abate Domenico Guglielmi, puis l’alto et le basson avec son père Jacopo Guglielmi[1]. Il aurait ensuite travaillé avec Giacomo Puccini l'« ancien » (1712-1781), homonyme et trisaïeul du compositeur Giacomo Puccini (1858-1924)[2],[3]. Grâce à la générosité de la duchesse de Massa, il se rendit ensuite à Naples pour étudier au conservatoire de Santa Maria di Loreto (probablement) jusqu’en 1754.

Sa première commande, un opéra, arriva en 1763 du Teatro Argentina de Rome. On trouve ensuite Guglielmi en Italie du nord puis, de 1767 à 1772, en Angleterre où il partage avec Felice Alessandri le poste de compositeur et directeur musical du King’s Theatre de Londres. De 1776 à 1793, Guglielmi est de retour à Naples – où il est élu membre de la Nobile Accademia di Musica en 1777 – avant de devenir maestro di cappella de la basilique Saint-Pierre de Rome, poste qu’il assume en même temps à San Lorenzo in Lucina à partir de 1797[4].

Parmi ses œuvres, on trouve près de 100 opéras, une quinzaine d’oratorios ou cantates, une quarantaine d’œuvres de musique sacrée et (au moins) une cinquantaine de pages instrumentales dont des sinfonie, des concertos pour clavecin, de la musique de chambre et des œuvres (sonates, toccatas, capriccios,...) pour clavecin. Ses sonates pour clavecin, souvent en deux mouvements (un mouvement vif suivi d’un rondo ou d’un menuet) sont classées par Newman dans l’école napolitaine tardive, au même titre que les œuvres de Rutini, Vento, Cimarosa et Paisiello[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Piovano, Elenco cronologico delle opere (1757-1802) di Pietro Guglielmi (1727-1804) [sic], dans : Rivista Musicale Italiana, XII, 1905, p. 407-447.
  • G. Bustico, Un musicista massese : Pier Alessandro Guglielmi, Barga, 1926
  • G. Bustico Pier Alessandro Guglielmi nel II centenario della sua nascita, dans : Bolletino bibliografico musicale, III/3, 1928, 1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve également Pier ou Piero

Références[modifier | modifier le code]

  1. D’après des récits de l’époque, non encore étayés par l’étude d’archives, précise James L. Jackman, The New Grove Dictionary of Music and Musicians, vol. 7, St. Sadie, , p. 793.
  2. D’après L. Nerici (rééd. 1969), Storia della musica in Lucca, Lucques, , p. 165.
  3. « Généalogie partielle de Giacomo Puccini » [archive du ], sur http://www.epistolariopuccini.it.
  4. James L. Jackman, op. cit., ibid. (voir note 1)
  5. William S. Newman, The sonata in the Classic Era, New-York, Londres, .

Liens externes[modifier | modifier le code]