Philippe Roberts-Jones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Roberts-Jones
Philippe Roberts-Jones portrait 196712 - cropped.jpg

Portrait de Philippe Roberts-Jones en 1967.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Le baron Philippe Roberts-Jones, né à Ixelles le et mort le [1], est un historien de l'art, conservateur en chef des musées royaux des beaux-arts de Belgique, membre de l' Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique dont il fut président en 1980 et secrétaire perpétuel, membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, membre de l'Institut de France (associé de l'Académie des beaux-arts) et professeur émérite à l'Université libre de Bruxelles.

Auteur prolifique, il s'est également consacré à la poésie et à l'histoire de l'art.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Descendant d’une très ancienne famille belge d'origine britannique établie à Bruxelles qui s'est consacrée au début du XIXe siècle à l'industrie de la carrosserie[2],[3], Philippe Roberts-Jones est le fils de Robert Roberts-Jones, né en 1893, et de Suzanne Goemaere, née en 1892. Il est né le 8 novembre 1924 à Ixelles, Belgique[4]. Le jeune Philippe effectue ses études à l’athénée communal d’Uccle I. Il y a comme professeur de français Pierre Gilbert qui l’encourage à écrire de la poésie[5].

Son père, Robert Roberts-Jones (1893-1943)[3], avocat, était un résistant et patriote, membre du Réseau Comète[6], fusillé par les nazis au Tir national le 20 octobre 1943[7]. À peine âgé d'une vingtaine d'années, Philippe s'engage dans l'Armée Secrète, comme volontaire, et devient officier de liaison auprès de l'armée britannique[8].

Études[modifier | modifier le code]

Lors de sa démobilisation en 1946, Roberts-Jones s'inscrit à l'université libre de Bruxelles pour étudier le droit ainsi que l'histoire de l'art et de l'archéologie[9]. Il obtient en 1950 son diplôme de licencié en Philosophie et Lettres, section histoire de l'art et archéologie, et de candidat en Droit. Après avoir obtenu son diplôme, il poursuit ses études à l'étranger, d’abord à l'Université de Harvard et puis au Salzburg Seminar in American Studies[10]. Encouragé par sa mère[réf. nécessaire], c’est au cours de ces années qu’il commence à publier ses premiers recueils de poésie. Le premier, Le Voyageur de la nuit, parait en 1947[11].

Il poursuit des études d'art grâce à une bourse financée en 1951 par l’accord culturel franco-belge, signé par la France et la Belgique en février 1946[12]. Boursier « Foreign Leaders Grant » dans le cadre d'un programme du Département d’État des États-Unis d’Amérique[13], il est de 1952 à 1954 aspirant du Fonds National de la Recherche Scientifique de Belgique. En 1953, il s’installe à Paris et devient attaché au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France jusqu'en 1954. Sous la supervision du conservateur Jean Adhémar, Roberts-Jones y fait des recherches sur la presse satirique française entre 1860 et 1890[8].

En 1954, Philippe Roberts-Jones épouse Michèle Heurtault, dont il aura deux fils, Eric, né en 1956 et Olivier, né en 1961[réf. nécessaire].

En 1955, Roberts-Jones défend sa thèse de doctorat en philosophie et lettres à l'Université libre de Bruxelles dont le sujet est La presse satirique illustrée entre 1860 et 1890. Ce travail aboutit en 1960 par la publication de son essai De Daumier à Lautrec ; essai sur l'histoire de la caricature française entre 1860 et 1890[14].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1956, il devient Inspecteur des Bibliothèques Publiques auprès du Ministère belge de l'Instruction Publique, poste qu'il occupe jusqu'en 1958 avant de devenir attaché culturel au cabinet du Ministre de l'Instruction Publique Charles Moureau[15].

Dès 1957, il obtient un poste de chargé de cours à l'Université Libre de Bruxelles sur l'histoire de la gravure. En 1959, il crée le cours sur l'art contemporain et il fonde la chaire d'Histoire de l'art contemporain qu’il occupe comme professeur extraordinaire. En 1962, il obtient le grade de professeur ordinaire, poste qu'il occupe jusqu'en 1989[8]. Parmi les nombreux sujets que couvre son enseignement, il se distingue dans l’enseignement de la muséologie et la promotion de l'art contemporain. Il crée en 1969 la sous-section d’art contemporain comme une section distincte du programme d'histoire de l'art à l’Université libre de Bruxelles[8].

Il commence sa carrière dans les Musées royaux des beaux-arts de Belgique en tant que conservateur en 1959[16]. En 1961, à seulement 38 ans, il en devient le conservateur en chef, poste qu'il occupe pendant près d'un quart de siècle, jusqu'à son départ à la retraite en 1984. Le musée était alors en mauvais état, de nombreuses galeries, dont celles d'art moderne parmi eux, étaient fermées pour cause de travaux. À cela venait s’ajouter le manque de personnel pour la recherche et pour les activités de conservation. Pour remédier à cette situation, Roberts-Jones nomme entre 1961 et 1964 une nouvelle équipe de conservateurs, parmi lesquels son futur successeur Henri Pauwels et un historienne de l’art, Françoise Popelier, qui deviendra sa seconde épouse[8].

Nommé professeur ordinaire à l'Université libre de Bruxelles en 1962, il inaugure la même année le Musée provisoire d'Art Moderne, dans l’ancien Hôtel du Lotto, sur la Place Royale à Bruxelles, dont l’exiguïté lui valut le nom de « Musée de poche ».

Sous la direction Roberts-Jones, de nombreuses expositions furent organisées par les Musées royaux des Beaux-Arts à Bruxelles. Parmi celles-ci, la plus importante a été la rétrospective Le Siècle de Bruegel sur Pieter Brueghel l’Ancien qui a contribué à rétablir la réputation de ceux-ci[17]. Cette rétrospective fut suivie, en 1965, par celle du Siècle de Rubens[18].

En 1966, Roberts-Jones est nommé vice-président du conseil d'administration de l'Institut Supérieur d'Histoire de l'Art et d'Archéologie de Bruxelles[19]. De 1971 à 1973, il assure la présidence de l'Association des Musées de Belgique et du Comité National belge du Conseil International des Musées (ICOM)[20]. Il assure également la présidence de la section d’Histoire de l'Art et Archéologie de l'Université Libre de Bruxelles de 1971 à 1974.[réf. souhaitée]

Inauguration officielle des extensions des MRBAB le 26 février 1974 par le Roi Baudouin et la Reine Fabiola, accompagnés de Philippe Roberts-Jones.
Inauguration des extensions des MRBAB le 26 février 1974. De gauche à droite le ministre Pierre Falize, la Reine Fabiola, le Roi Baudouin, Philippe Roberts-Jones, Guy Cudell et, derrière Philippe Roberts-Jones, le ministre Edmond Leburton.

C’est sous sa direction que les Musées royaux des Beaux-Arts connaissent leur plus grande expansion. Construites dans le prolongement de l'édifice érigé par Alphonse Balat, de nouvelles extensions et leur 53 salles d’exposition permettent en 1974 la création du Musée d'Art Ancien et du Musée du XIXe siècle. Inaugurées en présence du Roi Baudouin et de la Reine Fabiola, elles permettront d’exposer le legs exceptionnel, le plus important dans l’histoire du Musée, du docteur Franz Delporte[21],[22]. Roberts-Jones démarre la construction du nouveau Musée d'art moderne en 1978 qu’il inaugure en 1984[8]. À son départ, il est nommé conservateur en chef honoraire des Musées Royaux des beaux-arts de Belgique[23]. Au total, Philippe Roberts-Jones aura organisé 92 expositions.[réf. souhaitée]

En 1974, Roberts-Jones est élu membre correspondant et l'année suivante membre de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique[8]. En 1980, il est élu président de l'Académie royale de Belgique et directeur de la Classe des Beaux-Arts[23]. Depuis 1981, il est vice-président du PEN club francophone de Belgique et codirecteur du Journal des Poètes. Il est élu le 9 avril 1983 membre de l'Académie de langue et de littérature françaises de Belgique[15]. Roberts-Jones est élu secrétaire perpétuel de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique le 17 novembre 1984, fonction qu’il occupe de 1985 à 1999. Il est élu membre de l’Académie des Beaux-arts de l'Institut de France le 12 février 1986, au fauteuil de Lila Bell Acheson Wallace[24]. Son discours d’installation en tant que membre associé étranger est prononcé par Germain Bazin le 10 juin 1987 sous la Coupole de l'Institut de France[24].

Pour ses réalisations en tant que conservateur en chef des Musées royaux des beaux-arts de Belgique, il est anobli par le roi Baudouin en 1988, recevant le titre de baron[8]. La même année, il est désigné directeur de l'Académie royale de langue et de littérature françaises et les Musées royaux des beaux-arts de Belgique lui rendent hommage en publiant le livre Miscellanea Philippe Roberts-Jones[25]. Il devient Professeur émérite de l'Université libre de Bruxelles en 1989 (chaires d'Histoire de l'Art contemporain, d'Histoire de la Gravure, de Muséologie et cours de Notions d'Histoire de l'Art et d'Archéologie XVIIe – XVIIIe siècles). Membre de jury d'experts, il participe de 1995 à 1997 à la sélection des billets de banque de l'euro à l'Institut Monétaire Européen et à la sélection des pièces belges à l'Hôtel des Monnaies de Bruxelles[23]. Il est reçu le 2 juillet 1997 à l’Academia Romãnã à Bucarest[26]. En 2005, l’exposition Dr Roberts et Mr. Jones lui est dédiée[27].

En 2007, il participe à la rentrée des cinq Académies de l’Institut de France par un discours sur le thème des identités nationales et universalité de l’esprit, intitulé Les liaisons difficiles[28].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Histoire de l’art[modifier | modifier le code]

Les publications de Roberts-Jones dans le domaine de l'histoire de l'art témoignent de son intérêt ample et varié dans la peinture, depuis les maîtres anciens, tels que Pieter Bruegel l'Ancien, à travers la peinture des XIXe et XXe siècles jusqu'à l'art contemporain. Son œuvre s’étend sur plus d'une centaine d'essais, articles et ouvrages.

En 1969, il publie Du réalisme au surréalisme, une étude sur les tendances de la peinture belge du réalisme au surréalisme [29]. Il publie ou participe à de nombreuses monographies sur des peintres contemporainx comme Magritte (1972)[30], Lismonde (1977)[31], Van Lint (1983)[32], Willequet (1985)[33], Jos Albert (1986)[34], Jo Delahaut (1982)[35] et Gaston Bertrand (1997)[36]. Ses principaux écrits sur l'art sont repris dans les anthologies suivantes : L'Art majeur (1974)[37], L'Alphabet des circonstances : essais sur l'art des XIXe et XXe siècles (1981)[38] et Image donnée, image reçue (1989)[39]. En 1995, il participe à la rédaction du troisième volume du Dictionnaire des Peintres Belges du XIVe Siècle à nos jours[40]. En 1997, il publie un nouveau recueil d'essais Signes ou traces : arts des XIXe et XXe siècles[41]. Dans la même année, il est co-auteur d'une étude critique sur Pieter Brueghel l'Ancien, avec son épouse Françoise Roberts-Jones-Popelier[42].

Roberts-Jones s'est fort intéressé à Honoré Daumier[43],[44] et à la gravure contemporaine et a particulièrement aidé à découvrir l'œuvre de Lismonde.[réf. nécessaire]

Poésie[modifier | modifier le code]

Comme poète, sous le nom de Philippe Jones, il a publié plusieurs recueils, parmi lesquels :

  • Le Voyageur de la nuit. Lettre préface de Mélot du Dy. Bruxelles, La Maison du Poète, 1947, 64p.
  • Grand largue. Bruxelles, La Maison du Poète, 1949, 60 p.
  • Seul un arbre. Paris, Les Lettres, 1952, 48 p.
  • Tu caressais un bois. Bruxelles, L'Atelier du Livre, 1955 (H.C.), s.p.
  • Amour et autres visages. Paris, Les Lettres, 1956, 96 p. (Prix Polak de l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, 1957).
  • Quatre domaines visités. Bruxelles, L'Atelier du Livre, 1958, s.p.
  • Formes du matin. Paris, s.d. (H.C.), s.p.
  • Graver au vif. Lausanne, Rencontre, 1971, 116 p.
  • Jaillir saisir. Bruxelles, Le Cormier, 1971, 64 p.
  • Être selon. Bruxelles, Le Cormier, 1973, 60 p.
  • Le sens et le fleuve. Braine-le-Comte, Lettera Amorosa, 1974, s.p.
  • Racine ouverte. (Poèmes 1944-1975). Préface de René Char. Bruxelles, Le Cormier, 1976, 336p.
  • Carré d'air. Livre-objet réalisé par Ania Staritsky, Paris, 1978, s.p.
  • D'un espace renoué. Bruxelles, Le Cormier, 1979, 60 p.
  • Paroles données. Bruxelles, Le Cormier, 1981, 84 p.
  • Fêtes. Zagreb, Ed. Biskupic, 1983, s.p.
  • Indice d'ailleurs. Bruxelles, L'Empreinte et la Nuit, 1983, s.p.
  • Image incendie mémoire. Bruxelles, Le Cormier, 1985, 112 p.
  • Paysages. La Grippelotte, 1987, 34 p.
  • Les sables souverains. Bruxelles, Le Cormier, 1988, 46 p.
  • D'encre et d'horizon. (Poèmes 1981-1987). Paris, La Différence, 1989, 204 p.
  • Ce temps d'un rien. Amay, L'arbre à paroles, 1990, 26 p.
  • La mort éclose. Châtelineau, Le Taillis Pré, 1991, s.p.
  • Passion, s.l.n.d. (1993), s.p.
  • Toi et le tumulte. Bruxelles, Le Cormier, 1993, 96 p.
  • Proche de Horeb. La Grippelotte, 1994, s.p.
  • Le temps hors le temps. Bruxelles, Le Cormier, 1994, 112 p.
  • Les nœuds du sens. Ayeneux-Soumagne, Tétras Lyre, 1997, s.p.
  • Le soleil s'écrit-il soleil. Bruxelles, Le Cormier, 1997, 80 p.
  • Le miroir et le vrai. Echternach, PHI, 2001, 108 p.
  • Domaines en cours. Bruxelles, Le Cormier, 2001, 48 p.
  • Chansons doubles. Châtelineau, Le Taillis Pré, 2002, 86 p.
  • Huit petites phrases. Bruxelles, Galerie Faider, 2002, s.p.
  • Le jour venant. Bruxelles, Le Cormier, 2004, 68 p.
  • Sept poèmes. Aryart, 2004, 14 p.
  • Au-delà du blanc. Bruxelles, Le Cormier, 2007, 126 p.

Essais[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Philippe Roberts-Jones, il publie :

  • La Presse satirique illustrée entre 1860 et 1890. Avant-propos de J. Cain. Paris, Institut français de Presse, 1956, 112 p.
  • De Daumier à Lautrec. Essai sur l'histoire de la caricature française entre 1860 et 1890. Avant-propos de G. Wildenstein. Paris, Les Beaux-Arts, 1960, 148 p., 8 ill. Publié avec le concours de la Fondation Universitaire de Belgique.
  • La caricature du second Empire à la Belle époque 1850-1900. Paris, Le Club français du Livre, 1963, 455 p., 199 ill.
  • Daumier. Mœurs conjugales. Paris, Vilo, 1967, 161 p., 60 pl. Aussi édition anglaise (Boston Book & Art Shop, 1968).
  • Ramah (Monographies de l'Art belge). Bruxelles, Meddens, 1968, 16 p., 24 pl. Aussi édition néerlandaise.
  • Du réalisme du surréalisme. La peinture en Belgique de Joseph Stevens à Paul Delvaux (Belgique - Art du Temps). Bruxelles, Laconti, 1969, 199 p., 88 pl. Aussi éditions anglaise et néerlandaise. Réédité en 1972.
  • Magritte poète visible. (Belgique - Art du Temps. Études et monographies). Bruxelles, Laconti, 1972, 144 p., XXII pl., 67 ill.
  • Bruegel. La chute d'Icare (Les chefs-d'œuvre absolus de la peinture). Fribourg, Office du Livre, 1974, 59 p., XVII pl., 17 fig. Aussi édition japonaise.
  • L'Art Majeur. Bruxelles, Jacques Antoine, 1974, 159 p. (Prix Malherbe de la Province de Brabant, 1976).
  • Friedlaender. Tableaux, Bilder, Paintings. Stuttgart, Manus Press, 1976, 104 p., 70 ill.
  • Lismonde. Bruxelles, Laconti, 1977, 160 p., 97 pl., 10 fig.
  • La Peinture Irréaliste au XIXe siècle. Fribourg, Office du Livre, 1978, 228 p., 232 ill. Aussi éditions anglaise (Oxford University Press) et allemande (Munich, Hirmer Verlag)
  • L'alphabet des circonstances. Essais sur l'art des XIXe et XXe siècles. Bruxelles, Académie royale de Belgique, (Mémoire de la Classe des Beaux-Arts), 1981, 458 p., 52 pl.
  • Van Lint. Bruxelles, Ministère de la Communauté française, 1983, 182 p., 110 ill.
  • René Carcan. Bruxelles, Les Éditeurs d'Art Associés, 1984, 132 p., 107 ill.
  • André Willequet ou la multiplicité du regard. Bruxelles, Labor, 1985, 136 p., 109 ill.
  • Jos Albert. Bruxelles, Lebeer-Hossmann, 1986, 154 p., 55 pl. Édition trilingue.
  • Image donnée, image reçue. Bruxelles, Académie royale de Belgique, (Mémoires de la Classe des Beaux-Arts), 1989, 499 p., 90 pl.
  • Lismonde. Conversation avec Philippe Roberts-Jones. Gerpinnes, Éditions Tandem, 1992, 46 p., ill.
  • Octave Landuyt. Aurum Flandriae. Zellik, Roularta Art Books, 1994, 536 p., 474 ill. Édition quadrilingue.
  • Bruxelles fin de siècle (sous la dir. de). Paris, Flammarion, 1994, 282 p., 300 ill. Aussi édition néerlandaise (Gand, Snoeck Ducaju). Réédition française, anglaise, allemande (Cologne, Taschen, 1999).
  • Du réalisme au surréalisme. La peinture en Belgique de Joseph Stevens à Paul Delvaux. Nouvelle édition, Bruxelles, Cahiers du Gram, Université Libre de Bruxelles, 1994, 240 p., 108 ill.
  • Ivan Lackovic Croata, gravures. Zagreb, Belus, 1994, 368 p., ill. Édition trilingue.
  • Eugène Laermans 1864-1940 (sous la dir. de) (Monographies de l'art moderne). Bruxelles, Crédit Communal et Snoeck-Ducaju, 1995, 168 p., ill Aussi édition néerlandaise.
  • Histoire de la peinture en Belgique du XIVe siècle à nos jours (présentation de). Bruxelles, la Renaissance du Livre, 1995, 532 p. ill. Aussi édition anglaise.
  • La peinture abstraite en Belgique 1920-1970. Bruxelles, Crédit Communal, 1996, 216 p., ill. Aussi édition néerlandaise.
  • L'art au présent. Regards sur un demi-siècle (1960-1990). Bruxelles, La Lettre volée, 1996, 75 p.
  • Signes ou traces. Arts des XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Académie royale de Belgique, (Mémoires de la Classe des Beaux-Arts), 1997, 464 p., 66 pl.
  • Pierre Bruegel l'Ancien (en collaboration avec Françoise Roberts-Jones). Paris, Flammarion, 1997, 352 p., 361 ill. Aussi éditions néerlandaise (Gand, Snoeck-Ducaju), allemande (Munich, Hirmer Verlag), polonaise (Varsovie, Arkady, 2000), anglaise (New York, Harry N. Abrams, 2002), tchèque (Prague, Nakladatelstvi Slovart, 2003).
  • L’art pour qui, pour quoi ? (Quartier Libre). Bruxelles, Labor, 1999, 96 p.
  • Magritte ou la leçon poétique (Paroles d’Aube). Tournai, La Renaissance du Livre, 2001, 56 p., 6 ill.
  • Mélot du Dy. Poèmes choisis (préface de). Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, 2001, p. V-XXVII.
  • Jacques Moeschal ou la sculpture architectonique (Les carnets d’architecture contemporaine 6). Bruxelles, CFC - Éditions, 2002, 74 p., ill.
  • De l’espace aux reflets. Arts et lettres. Bruxelles, Académie royale de Belgique, (Mémoires de la Classe des Beaux-Arts), 2004, 448 p., 66 pl

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Philippe Jones, il a écrit :

  • L'embranchement des heures. Paris, La Différence, 1991, 128 p.
  • Le double du calendrier. Paris, La Différence, 1993, 128 p.
  • L'angle de vue. Paris, La Différence, 1997, 152 p.
  • L’instant multiple. Paris, La Différence, 2000, 172 p.
  • L’ombre portée. Paris, La Différence, 2003, 128 p.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Belgique
France
Espagne
Italie
Finlande
Autres distinctions

Les années entre parenthèses sont les dates de réception des distinctions.

Diffusion de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont disponibles à tous sous licences libres Creative Commons paternité partage à l’identique, et mises à disposition sur la Digithèque Philippe Roberts-Jones[57] hébergée et mise en œuvre par les Archives et Bibliothèques de l'ULB.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Wynants, « Mort de Philippe Roberts-Jones », sur Le Soir Plus, (consulté le 10 août 2016).
  2. Denise Lelarge, Suzanne Roberts-Jones-Goemaere, Estelle van Win, Marcel Bergé, J. Fobe et L. Poplemont, « De belgis illustribus. Les quartiers d'ascendance de Philippe Roberts-Jones », Intermédiaire des généalogistes, no 167,‎ , p. 328-332
  3. a, b et c Nouvelle Biographie Nationale, t. 4, Bruxelles, Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, , 417 p. (lire en ligne [PDF]), « Roberts-Jones, Robert », p. 336 :

    « ROBERTS-JONES, Robert, John, Edmond, noms de guerre : Y., L'AVOCAT, avocat, résistant, né à Saint-Gilles (Bruxelles) le 13 octobre 1893, fusillé au Tir National à Schaerbeek (Bruxelles) le 20 octobre 1943. »

  4. Paul Legrain et Pierre David, Le dictionnaire des Belges, P. Legrain, (ISBN 978-2870570043, lire en ligne)
  5. « La classe » [PDF], sur ulb.ac.be
  6. « ROBERTS-JONES Robert », sur www.bel-memorial.org (consulté le 15 octobre 2015)
  7. En Mémoire de ceux qui tombèrent pour la Patrie au Tir National. Liste des victimes fusillées par les allemands 1940 - 1944. Noms et emplacement des tombes de 261 victimes, Bruxelles, Imprimerie D'Hondt & De Grave (lire en ligne [PDF])
  8. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Lee Sorensen (ed), Philippe Roberts-Jones (lire en ligne)
  9. Michel Draguet et Philippe Roberts-Jones, Irréalisme et art moderne : les voies de l'imaginaire dans l'art des XVIIIe siècle, XIXe et XXe siècles : mélanges Philippe Roberts-Jones, Section d'histoire de l'art et d'archéologie de l'Université libre de Bruxelles, (ISBN 9782960001501, lire en ligne), « Biographie », p. 40-42
  10. Marty Gecek, « The Salzburg Seminar in American Studies » (consulté le 12 octobre 2015).
  11. Philippe Roberts-Jones, Le voyageur de la nuit, La Maison du Poète, Bruxelles, (lire en ligne)
  12. « Les accords culturels : une forme de coopération internationale », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. n° 494,‎ , p. 1-28 (ISSN 0008-9664, DOI 10.3917/cris.494.0001, lire en ligne)
  13. « Program History - Bureau of Educational and Cultural Affairs », sur eca.state.gov, US State Department (consulté le 16 octobre 2015)
  14. Philippe Roberts-Jones, De Daumier à Lautrec ; essai sur l'histoire de la caricature française entre 1860 et 1890, Paris, Les Beaux-arts, (OCLC 7044092)
  15. a et b Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, « Philippe Jones », sur arllfb.be (consulté le 12 octobre 2015)
  16. Virginie Devillez, Les Musées royaux des beaux-arts de Belgique : deux siècles d'histoire, Racine, (lire en ligne), « Philippe Roberts-Jones, Conservateur en chef », p. 451-461
  17. Le siècle de Bruegel : la peinture en Belgique au XVIe siècle ; Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 27 septembre - 24 novembre 1963 ; [exposition], (lire en ligne)
  18. Le Siècle de Rubens, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, (lire en ligne)
  19. Institut Royal d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de Bruxelles, « Conseil d’Administration » (consulté le 12 octobre 2015)
  20. « Belgian National ICOM Committee » (consulté le 12 octobre 2015)
  21. Françoise Roberts-Jones-Popelier, Chronique d'un musée. Musées royaux des beaux-arts de Belgique/Bruxelles, Pierre Mardaga, (ISBN 9782870092989)
  22. André du Bus, « Le legs Delporte et les Musées royaux des beaux-arts de Bruxelles » (consulté le 12 octobre 2015)
  23. a, b et c Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, « Baron Philippe ROBERTS - JONES » [PDF], (consulté le 12 octobre 2015)
  24. a, b, c, d et e Académie des Beaux-Arts, « Baron Philippe ROBERTS-JONES - associés étrangers - Fauteuil II », sur www.academie-des-beaux-arts.fr, Paris, France, Institut de France (consulté le 18 octobre 2015)
  25. André A. Moerman, Miscellanea Philippe Roberts-Jones, Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België, (lire en ligne)
  26. a, b et c Institutul Cultural Roman, « L'académicien Philippe Roberts-Jones présente son dernier livre en débat à l'Institut culturel roumain de Bruxelles » (consulté le 12 octobre 2015)
  27. Daniele Gillemon, « Dr. Roberts et Mr. Jones », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  28. Philippe Roberts-Jones, « Les liaisons difficiles » [PDF], sur www.institut-de-france.fr, (consulté le 16 octobre 2015)
  29. Philippe Roberts-Jones, Du réalisme au surréalisme : La peinture en Belgique de Joseph Stevens à Paul Delvaux, Belgique, Art du Tenus, (lire en ligne)
  30. Philippe Roberts-Jones, Magritte, poète visible, Laconti, (OCLC 463064420)
  31. Philippe Roberts-Jones, Lismonde, Laconti, (ISBN 2870080069, OCLC 251476032)
  32. Philippe Roberts-Jones, Van Lint, Ministère de la Communauté franc̦aise, (lire en ligne)
  33. Philippe Roberts-Jones, André Willequet ou La multiplicité du regard, Editions Labor, (ISBN 9782804000752, lire en ligne)
  34. Philippe Roberts-Jones, Jos Albert, Lebeer Hossmann, (OCLC 22952538)
  35. Philippe Roberts-Jones, Bernhard Kerber et Irmeline Lebeer, Delahaut, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, (OCLC 237371774)
  36. Serge de Goyens de Heusch et Philippe Roberts-Jones, Gaston Bertrand, Fonds Mercator, (ISBN 9061534011)
  37. Philippe Roberts-Jones, L'Art majeur : essais, Jacques Antoine, Bruxelles, (lire en ligne)
  38. Philippe Roberts-Jones, L'alphabet des circonstances : essais sur l'art des XIXe et XXe siècles, Académie royale de Belgique, (ISBN 2803100274 et 9782803100279, lire en ligne)
  39. Philippe Roberts-Jones, Image donnée, image reçue, Palais des Académies, (ISBN 2803100738 et 9782803100736, lire en ligne)
  40. Philippe Roberts-Jones et Éliane De Wilde, Le dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours : Une histoire visuelle de la peinture en Belgique, La Renaissance du livre, (ISBN 9782804120122, lire en ligne)
  41. Philippe Roberts-Jones, Signes ou traces : arts des XIX° et XX° siècles, Académie royale de Belgique, (ISBN 9782803101313, lire en ligne)
  42. Philippe Roberts-Jones et Françoise Roberts-Jones-Popelier, Pierre Bruegel l'Ancien, Flammarion, (ISBN 2080100726 et 9782080100726, lire en ligne)
  43. Philippe Roberts-Jones, Honoré Daumier et Louis Gallait, (OCLC 26965613)
  44. Philippe Roberts-Jones, Daumier : mœurs conjugales, (OCLC 487263359)
  45. « Prix du Poème en Prose Louis Guillaume - Lauréats », sur www.louis-guillaume.com, Association Les amis de Louis Guillaume, (consulté le 20 octobre 2015)
  46. « Une Académie européenne de poésie. », sur Libération.fr, (consulté le 19 octobre 2015) : « Une Académie européenne de poésie vient d'être créée à l'initiative de la France, du Luxembourg et de la Belgique afin «d'assurer la place du poème dans la presse, à la radio et à la télévision de tous les pays d'Europe». Composée de trente membres fondateurs et trente membres correspondants, cette Académie est présidée par Alain Bosquet. Parmi les membres fondateurs, (...) les Belges Philippe Jones et Liliane Wouters, (...). »
  47. « Membres titulaires », sur www.acad.be, Académie royale d'archéologie de Belgique (consulté le 19 octobre 2015)
  48. (it) « Elenco dei nominativi degli Accademici » [PDF], sur www.georgofili.it (consulté le 20 octobre 2015)
  49. Fondation Gaston Bertrand, « Historique de la Fondation Gaston Bertrand »,
  50. « Centre international pour l'Etude du XIXe Siècle », sur Economie.fgov.be (consulté le 19 octobre 2015)
  51. (en) Macedonian Academy of Sciences and Arts, « Members »,
  52. « Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique », sur www.uai-iua.org, Union Académique Internationale (consulté le 19 octobre 2015)
  53. Primaëlle Vertenoeil, « Le Journal des Poètes, une aventure inédite dans l’histoire des lettres belges », sur Recours au Poème (consulté le 20 octobre 2015) : « Mais Jean-Luc Wauthier et son équipe actuelle, dirigée par Moussia Haulot et Philippe Jones, ont su, comme leurs illustres prédécesseurs, maintenir la philosophie première du Journal des Poètes »
  54. Comité International d'Histoire de l'Art, Annuaire 2012, (lire en ligne [PDF])
  55. « Membres d'honneur - Cercle Gaulois », sur Cercle Gaulois (consulté le 20 octobre 2015)
  56. « Contact », sur éditions Le Cormier (consulté le 19 octobre 2015)
  57. « Digithèque Philippe Roberts-Jones », sur digitheque.ulb.ac.be, Université libre de Bruxelles (consulté le 22 octobre 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karel Logist, « PORTRAIT : Philippe Roberts-Jones : En poésie avec Dr Roberts et Mr Jones », Le Carnet et les Instants, no 160,‎ , p. 17-21 (ISSN 0772-7933, lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]