Épieds (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Épieds.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Épiez.
Épieds
Image illustrative de l'article Épieds (Aisne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Château-Thierry
Canton Château-Thierry
Intercommunalité CA Région de Château-Thierry
Maire
Mandat
Didier Crenet
2017-2020
Code postal 02400
Code commune 02280
Démographie
Gentilé spicarien, spicarienne
Population
municipale
384 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 26″ nord, 3° 26′ 44″ est
Altitude Min. 125 m
Max. 222 m
Superficie 18,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Épieds

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Épieds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épieds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épieds
Liens
Site web https://mairie-epieds02.fr.gd

Épieds est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le célèbre[pourquoi ?] lieu-dit Courpoil, près d'Épieds, dans le bas de l'Aisne.

Localisation[modifier | modifier le code]

Épieds est située à environ 55 min de Paris et 40 min de Reims, qui sont les deux plus grandes métropoles les plus proches.

La plus grande ville près d'Épieds est Château-Thierry, située à environ 10 min de la commune.

Épieds est aussi à proximité de deux grands aéroports : l'aéroport de Paris-Orly situé à environ 104 km et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle situé à 90 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs hameaux[1] :

  • Courpoil ;
  • Trugny ;
  • Château de Moucheton.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom est le mot latin spicarium, « grange où l'on entasse le blé », un dérivé de spica (épi en latin).

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale.

La commune se trouve dans la zone des combats de la bataille de Château-Thierry, notamment le , qui intervient dans le cadre de la seconde bataille de la Marne de 1918.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1942 dans l'arrondissement de Château-Thierry du département de l'Aisne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de l'Aisne.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Château-Thierry[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la Région de Château-Thierry, créée fin 1995.

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe), promulguée le , redéfinit les compétences attribuées à chaque échelon territorial et prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants.

Dans ce cadre, cette communauté de communes fusionne avec d'autres petites intercommunalités pour former le la communauté d'agglomération de la Région de Château-Thierry, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1875 après 1876 M. Carré[4]    
Les données manquantes sont à compléter.
2001 mars 2014 Pierre Agron[5]    
mars 2014 octobre 2016[6] Thierry Martel SE Employé
Décédé en cours de mandat
janvier 2017[7],[8] en cours Didier Crenet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 384 habitants, en diminution de -0,52 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420 442 448 350 418 414 458 473 481
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
429 393 379 359 376 369 365 383 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350 323 268 256 266 227 220 232 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
206 192 175 232 332 332 353 386 384
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Médard

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Médard, construite aux XIIe et XIIIe siècles et constituée d'une nef avec deux bas-côtés, d'un transept et d'un chœur est classée aux Monuments Historiques depuis 1920[12]. Le chœur et le transept, de style gothique primitif, datent du XIIe siècle, la nef et ses bas-côtés, ornés de beaux chapiteaux, sont plus récents, et le clocher a été construit au XIIIe siècle. Elle comprend la dalle funéraire, sans effigie, d'Antoine de Berthomeuf, seigneur de Moucheton, datant de 1772[13], ainsi qu'une autre pierre tombale, divisée aujourd'hui en deux parties dans le sens de la longueur, indiquant la sépulture d'un ancien curé de la paroisse, décédé en 1620[14]. On note également une statue de la Vierge à l'enfant en pierre du XIVe siècle[15].
  • Le château de Moucheton, élevé à la fin du XVIe siècle et remanié en style troubadour au XIXe siècle, résidence privée de la famille d'Ainval : les façades et les toitures du château, ainsi que les bâtiments de la ferme et le moulin, construits au XVIIe ou au début du XVIIIe siècle sont classés aux Monuments Historiques depuis 1992. Ils sont construits en moellons et enduits au plâtre gros selon les procédés de construction de la Brie, et témoignent de l'évolution d'un petit domaine seigneurial de la fin du XVIe siècle au milieu du XIXe siècle[16].
  • Deux lavoirs, l'un situé au village, l'autre au hameau de Trugny[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ses rues et hameaux », La commune, sur https://mairie-epieds02.fr.gd (consulté le 11 novembre 2017).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Les maires de Épieds », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 11 novembre 2017).
  4. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1875, p173.
  5. Réélu pour le mandat 2008-2014 : Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  6. « Thierry Martel, maire d’Épieds est décédé à 49 ans », sur L'Union, (consulté le 10 mars 2017).
  7. « Élections municipales complémentaires », Actualités 2017, sur https://mairie-epieds02.fr.gd (consulté le 10 novembre 2017).
  8. « Membres du conseil municipal élus en janvier 2017 », Vice communale et intercommunale, sur https://mairie-epieds02.fr.gd (consulté le 10 novembre 2017).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « L'église », notice no PA00115658, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Dalle funéraire d'Antoine de Berthomeuf, seigneur de Moucheton », notice no PM02000407, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Son église », Découvrir Épieds, sur https://mairie-epieds02.fr.gd (consulté le 11 novembre 2017).
  15. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM02000406, base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « Château et ferme de Moucheton », notice no PA00116007, base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Ses lavoirs », Découvrir Épieds, sur https://mairie-epieds02.fr.gd (consulté le 11 novembre 2017).