Épieds-en-Beauce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Épieds.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Épiez.

Épieds-en-Beauce
Épieds-en-Beauce
La mairie
Blason de Épieds-en-Beauce
Blason
Épieds-en-Beauce
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Meung-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes des Terres du Val de Loire
Maire
Mandat
Yves Faucheux
2016-2020
Code postal 45130
Code commune 45134
Démographie
Gentilé Spicaciens[1]
Population
municipale
1 455 hab. (2016 en augmentation de 1,11 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 03″ nord, 1° 37′ 07″ est
Altitude Min. 114 m
Max. 129 m
Superficie 40,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Épieds-en-Beauce

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Épieds-en-Beauce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épieds-en-Beauce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épieds-en-Beauce

Épieds-en-Beauce est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Épieds-en-Beauce et des communes limitrophes.

La commune d'Épieds-en-Beauce se trouve à l'extrémité ouest du département du Loiret, en limite du département de Loir-et-Cher, dans la région agricole de la Beauce de Patay[2] et l'aire urbaine d'Orléans[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 22,2 km d'Orléans[4], préfecture du département, et à 14,9 km de Meung-sur-Loire, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie d'Orléans[3].

Les communes les plus proches sont : Charsonville (3,7 km), Coulmiers (4,1 km), Saint-Sigismond (5,9 km), Gémigny (5,9 km), Prénouvellon (6,2 km, en Loir-et-Cher), Rozières-en-Beauce (6,3 km), Tournoisis (6,5 km), Baccon (6,6 km), Ouzouer-le-Marché (7,9 km) et Villamblain (8,2 km)[5].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal d'Épieds-en-Beauce ne comprend pas de ZNIEFF[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Planification[modifier | modifier le code]

Plan local d’urbanisme[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal prescrit l'élaboration d'un plan local d’urbanisme le . Après une enquête publique qui se déroule du 5 juin au , le document est approuvé le 23 juillet 2001. Il est ensuite modifié en 2003 [7].

SCoT du Pays Loire Beauce[modifier | modifier le code]

La commune est membre de 2002 à 2017 du Pays Loire Beauce, qui regroupe initialement 38 communes. En 2012 les Pays Forêt d'Orléans Val de Loire, Loire Beauce et Pays Sologne Val-sud sont les seuls territoires du département du Loiret ne disposant pas de schéma de cohérence territoriale (SCoT). Compte tenu de l'intérêt de cet outil pour l'avenir des territoires, les élus de ces pays décident d'engager une démarche commune d'élaboration de SCOT. Le comité syndical du Pays Loire Beauce se prononce majoritairement en janvier 2013 pour prendre la compétence « Elaboration, gestion et suivi du Schéma de Cohérence Territoriale » dans ses statuts[8]. Le périmètre de SCoT à l'échelle des 38 communes composant le Pays Loire Beauce est arrêté par le Comité Syndical le 26 juin 2013[9]. Les trois SCoT sont lancés officiellement et simultanément à La Ferté-Saint-Aubin le 21 juin 2014[10], l'assistance à maîtrise d'ouvrage étant confiée à un seul bureau d'études[11]. Après étude et concertation de 2014 à 2018, un diagnostic est présenté aux élus en 2018[10].

Le Syndicat Mixte du Pays Loire Beauce est transformé en Pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) Pays Loire Beauce par arrêté préfectoral du 12 mai 2017. Il couvre désormais l'intégralité des communautés de communes des Terres du Val de Loire et de la Beauce Loirétaine, soit 48 communes[12].

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune d’Épieds-en-Beauce (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux routes départementales : une route importante, la RD 2157, ex RN 157, qui relie Saint-Jean-de-la-Ruelle à Charsonville dans le Loiret et se prolonge vers Blois, supportant en 2016 un trafic de 2 094 véhicules/jour dont 1 164 PL/j (19.1%), et une route à faible trafic[Note 1], la RD 4, qui relie Tournoisis à Épieds-en-Beauce et supporte en 2016 un trafic de 503 véhicules/jour dont 65 PL/j (12.9%)[13]. Complétant ces voies, la commune est sillonnée de plusieurs voies communales et chemins ruraux desservant ses fermes et hameaux et les bourgs environnants.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

En 2019, Épieds-en-Beauce est desservie par la ligne régulière n°1D du Réseau de mobilité interurbaine (Rémi)[14], qui relie Orléans à Ouzouer-le-Marché. La compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande, initialement assurée par les départements, a été transférée le , des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[15].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune d'Épieds-en-Beauce est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible). Elle est également exposée à deux risques technologiques : le risque industriel et le risque industriel[16]. Entre 1989 et 2019, un arrêté ministériel ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle a été pris pour le territoire de la commune pour des inondations et coulées de boues[17].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[18].

Par ailleurs le sol du territoire communal peut être faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[19]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est soumise à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[20].

Depuis le , la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante [21]. La commune, à l’instar de l’ensemble du département, est concernée par un risque très faible[17].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Dans le domaine des risques technologiques, la commune est concernée par un établissement classé "site SEVESO seuil bas" de par ses activités[22]. La commune est également exposée au risque de transport de matières dangereuses, en raison du passage sur son territoire d'un itinéraire structurant supportant un fort trafic (la route départementale D2157)[16],[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Hugo de Espiers en 1175 [24], Parrochia de Espiers en 1277 [25], la paroisse de Espiers le 27 janvier 1298 [26], Espiedz le 30 janvier 1317 [27], Espiedz octobre 1364 [28], Espiez en Beaulce en 1550 [29], Espieds en 1578 [30], Espiers en Beausse en 1580 [29], Espiedz en 1584 [31], Espiés en 1740 [32], Epieds en 1768, Epiez au XVIIIe siècle [33]. La commune prend le nom d'Épieds en Beauce par décret du .

La graphie Épied apparaît au XVIe s. et s’explique par l’influence de pied, dérivé du latin pedem.

Bas latin spicarium, formé à l’aide de spica ("épi") et du suffixe collectif arium, apparaît pour la 1re fois au Ve siècle dans la loi salique; il aboutit au français espier ("bâtiment où s’entassent les épis"), et par métonymie: droit domanial en blé, en avoine, et quelquefois en d’autres produits (FEW, XII, 173b).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un monument mégalithique remarquable atteste de l'occupation du territoire communal à l'époque du néolithique (de 5 000 à 3 000 ans av. J.-C.). Il s'agit du dolmen dit de Coulmiers. Cette période de la préhistoire se caractérise par les développements de l’agriculture (élevage, cultures) induisant la sédentarisation, de l’utilisation de la pierre polie, de la céramique et du mégalithisme (particulièrement dans la région).

Protohistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

La civilisation gauloise s'épanouit pendant la période du second âge du fer, dénommée La Tène, à partir de 500 av. J.-C.. L'Orléanais est habité pour la plus grande partie par les Carnutes[34]. L'habitat est avant tout composé de fermes isolées. Des vestiges de l'âge du Fer sont mis en évidence à Épieds-en-Beauce en 2004 par un diagnostic archéologique dans la zone d’activités « les Chantaupiaux », puis par un second diagnostic en 2007, suivi de fouilles en 2010 et 2011. Celles-ci ont révélé l'existence de communautés agropastorales hallstattiennes et laténiennes. Il s’agit d’un enclos carré ayant eu une fonction funéraire. La présence de très petites pièces de métal fondu, de clous, de vases brûlés et brisés en place et de résidus d'offrandes sont autant d'arguments laissant présager de crémations in situ. La structure et les pratiques seraient héritées de la culture gauloise, mais les caractéristiques auraient été gommées au profil d'une romanisation volontairement affichée. L'ensemble des découvertes est daté des années 30 de notre ère et indique une utilisation très limitée dans le temps[35],[36].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un fils de Conrad, conte d’Allemagne, et d’Adélaïde de France[Note 2], Hugues, était abbé de Saint-Aignan et seigneur d’Épieds en 886. Il échangea sa seigneurie contre celle de Bracieux avec Rainon, évêque d’Angers. Cette transaction est mentionnée dans les lettres de Hugues Capet et de Robert 1er, rois de France. Puis ce dernier donna Épieds au chapitre du couvent de Bonne nouvelle d’Orléans[38]. Un peu plus tard, vers 1115, Bernard de Ponthieu fonda un prieuré qui fut doté par Louis VI le Gros. Le manoir seigneurial fut détruit pendant les guerres de religion au XVIe siècle. Épieds dépendait alors du châtelain de Montpipeau[38].

L'église est construite en 1512[38].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Organisation administrative, judiciaire, militaire et ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, sur le plan de l’administration générale et fiscale, la paroisse d’Épieds dépendait de la généralité d’Orléans[Note 3] et de la subdélégation de Beaugency[Note 4],[41]. La permanence de la taille, l'impôt le plus lourd de l'Ancien Régime destiné à faire contribuer les sujets appartenant au Tiers-État à l'effort de guerre de la monarchie, qui remonte au XIVe siècle, était perçu dans l’élection de Beaugency[Note 5] De tous les impôts indirects, la gabelle ou taxe sur le sel était le plus lourd. À la fin du XVIIe siècle les paroisses comprises à l'intérieur des limites du Loiret se répartissaient entre dix-sept greniers à sel, dépendant eux-mêmes de trois directions, celles de Paris, Orléans et Bourges. Épieds dépendait du grenier à sel de Beaugency[43],[41].

En matière d'organisation judiciaire, l'Orléanais, le Gâtinais et le Berry étaient pays de « droit coutumier », par opposition aux pays de « droit écrit » de la partie méridionale du royaume. A l'origine transmises oralement et par la jurisprudence, les coutumes avaient été rédigées au cours du XVIe siècle en application de l'ordonnance de 1453[44]. La plus grande partie du Loiret suivait les coutumes d'Orléans et de Montargis qui, toutes deux, procédaient de la coutume de Lorris. Le niveau judiciaire le plus élevé était le Parlement, « cour souveraine établie pour rendre la justice en dernier ressort au nom du roi» selon la définition la plus courante à la fin de l'Ancien Régime[45]. Au-dessous se situaient les présidiaux, et beaucoup plus anciens qu'eux puisque remontant au Moyen Âge, se trouvaient ensuite les tribunaux des bailliages royaux, rouages essentiels de la justice royale. En principe, une certaine concordance existait entre bailliages et coutumes. Non seulement la coutume d'Orléans régissait le bailliage du même nom, mais elle était suivie également par ceux de Beaugency, Boiscommun, Neuville, Vitry-aux-Loges, Yèvre-le-Chitel et une partie de celui de Janville, tous bailliages secondaires d'Orléans. Ainsi, Épieds dépendait du parlement de Paris et du bailliage de Beaugency, appliquant la coutume d’Orléans[41].

Sur le plan militaire, Épieds dépendait du gouvernement de l'Orléanais. Les gouvernements avaient été des divisions à la fois militaires et politiques avant l'institution des intendants. Réduits à un rôle uniquement militaire - qui ne devint bientôt plus que théorique - les gouvernements étaient à peu près totalement étrangers à la vie ordinaire des populations aux XVIIe et XVIIIe siècles[46].

Sur le plan ecclésiastique, Épieds dépendait du diocèse d'Orléans et de l’archidiaconé de Beaugency[Note 6]. Chaque église paroissiale était placée sous la protection d'un saint, dont le vocable peut être retrouvé dans les « pouillés » - registres diocésains - du XVIIIe siècle. Le vocable d'Épieds était Saint Privat. Le choix des curés des paroisses était fait par un présentateur. Le prieur de Saint-Laurent des Orgerils (Orléans) faisait office de présentateur pour Épieds[41].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

De la Révolution française à la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Avec la réorganisation territoriale engagée après la Révolution, la commune est dans un premier temps rattachée au canton d'Épieds et au district de Beaugency de 1790 à 1795[47]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[48]. Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix est opéré[49]. La commune, orthographiée Épiez, est alors rattachée au canton de Méun par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801)[50],[47].

Le , un incendie se déclare dans une meule de foin près de l'église, se propageant à celle-ci et entraînant sa destruction ainsi que les trois quarts des bâtiments du bourg, qui étaient couverts de chaume. L’église est reconstruite et remise en service en 1822, avec une nouvelle cloche remplaçant l’ancienne qui avait fondu dans l’incendie. Ce n'est qu'en 1846 qu’apparaît l'existence d'un corps municipal de sapeurs-pompiers. L'église est reconstruite en 1882[51].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Bloc communal (Commune et intercommunalités)[modifier | modifier le code]

Créée en 1793, la commune ne connaît aucun événement de restructuration majeure de son territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[47].

La commune d'Épieds-en-Beauce n'appartient à aucune intercommunalité à fiscalité propre jusqu'en 2012 et fait partie, à cette date, des 68 communes du Loiret dites « isolées », dont les dix communes du canton d'Artenay[52]. La commune rejoint la communauté de communes de la Beauce oratorienne le 1er janvier 2013, une intercommunalité créée en 1999 dont le siège est à Ouzouer-le-Marché dans le Loir-et-Cher[53]. La commune appartient à d'autres établissements publics de coopération intercommunale, de type syndicats ou autres regroupements intercommunaux. Le découpage territorial de ces structures est en constante évolution dans une perspective de rationalisation et d'efficience des services[Note 7].

Circonscriptions et collectivités de rattachement[modifier | modifier le code]

La commune d'Épieds-en-Beauce est rattachée administrativement à l'arrondissement d'Orléans[54] et politiquement au canton de Meung-sur-Loire pour les élections départementales[54] et à la deuxième circonscription du Loiret pour les élections législatives[55].

La commune est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[56], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal d'Épieds-en-Beauce, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[57], pour un mandat de six ans renouvelable[58]. Il est composé de 15 membres [59]. L'exécutif communal, est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 ~1796 Pierre Perrot    
~1801 1815 Hilaire Barrault (°1753-+1819)    
1815 ~1827 Barthélémy Charles Lemaire (+1829)    
~1836 1848 Jacques Laurent Guérin (°1790-+1864)    
1848 ~1852 Prosper Maximilien Blain    
~1857   Jacques Alexandre Guérin (°1813)    
~1859   Prosper Maximilien Blain    
~1861 ~1863 Jacques Alexandre Guérin (°1813)    
~1877   Eugène Modeste Maximilien Cointepas (°1818-+1890)    
1879 1900 François Chavigny    
1900 1911 Anatole Lebrun    
1911 1912 Eugène Pointereau (père)    
1912 1919 Eugène Pointereau (fils)    
1919 1925 Docteur Mouton    
1925 1941 François Gaumet   Conseiller général du canton de Meung-sur-Loire (1922-1934)
1941 1944 Eugène Pointereau (fils)    
1944 1953 Jacques Faucheux   nommé à la libération
1953 1959 Georges Terrier    
1959 1989 Jacques Faucheux    
1989 2016 Christian Gauchard    
2016 En cours Yves Faucheux   - Les données manquantes sont à compléter.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2016, la commune est membre du syndicat mixte intercommunal pour le ramassage et le traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de la région de Beaugency, créé en 1971. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 8] en porte à porte, des emballages ménagers recyclables en porte à porte ou en points d’apport volontaire, du verre en points d’apport volontaire et des papiers en points d’apport volontaire [60]. Un réseau de sept déchèteries, dont une est située sur le territoire communal[61], accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…)[60]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets est effectuée dans l'UIOM de Saran depuis 1996, exploitée par la société Orvade, filiale du groupe Véolia, par délégation de service de la communauté urbaine Orléans-Métropole[62].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes des Terres du Val de Loire, en application de la loi NOTRe du [63]. Dans ce nouveau cadre, le préfet du Loiret indique dans un courrier du aux présidents des communautés de communes concernées que le SMIRTOM de la région de Beaugency sera dissout le [64].

Production et distribution d'eau[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[65]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par la commune elle-même[66]. Des analyses de l'eau potable sont faites périodiquement[67]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[68],[69].

Assainissement[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[70], est assurée par la commune elle-même[71]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal, route de Cheminiers, mise en service le et agrandie en 2011[72]. Sa capacité nominale de traitement est de 1 800 EH, soit 270 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées ». Son exploitation est assurée en 2017 par la Lyonnaise des Eaux Orléans[73].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[74]. Depuis le , la Communauté de communes des Terres du Val de Loire assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), après la fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du Canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce oratorienne située dans le Loir-et-Cher qui l'assuraient auparavant. Celui-ci a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[75],[76].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie d'Épieds-en-Beauce.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[77]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[78].

En 2016, la commune comptait 1 455 habitants[Note 9], en augmentation de 1,11 % par rapport à 2011 (Loiret : +2,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9469791 0281 0301 0751 0961 1721 2551 314
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3001 3101 3091 2501 2491 2811 3181 3151 296
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2401 2691 2551 1201 1701 1301 1621 1161 056
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9558628619321 0281 0361 3301 3721 450
2016 - - - - - - - -
1 455--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[79] puis Insee à partir de 2006[80].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dolmen dit de Coulmiers.
  • Dolmen des Pierres Fenats (pierres fainéantes), monument du Néolithique, classé monument historique depuis 1879 ; haut de près de 3 mètres et long de 4 mètres 50, il est composé de cinq pierres. Des ossements funéraires ont été retrouvés à sa base.
  • Église Saint-Privat de la fin du XIXe siècle.
  • Des souterrains ont été découverts au lieu-dit Fourneaux. Dans l’un, on a constaté des vestiges d’un cloître qui montraient encore des sièges taillés dans le tuf, des arcades, de la vaisselle en terre rouge, un carreau en terre cuite. Dans l’autre, on a trouvé des tubes de terre cuite qui s’enchâssaient les uns dans les autres[81].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason Epieds en Beauce.jpg


Parti mi-coupé à senestre ; au premier d'azur semé d'épis de blé d'or, feuillés et tigés du même, au deuxième de gueules à une crosse d'or, au troisème d'or à un dolmen de gueules.


Explicatif : Épieds vient du latin spicarium qui désigne dès l’époque romaine le bâtiment agricole à l’intérieur duquel on entassait les épis. Dolmen des Pierres Fenats. Église dédiée à Saint-Privat.



Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une route est dite à faible trafic lorsqu'elle supporte un trafic inférieur à 1 500 véhicules/jour.
  2. Adélaïde de France était fille de Robert le Fort, tige des Capétiens, et par sa mère, petite-fille de l'empereur Louis le Débonnaire[37].
  3. La circonscription administrative la plus vaste était, sous l'Ancien Régime, la généralité ayant à sa tête un « intendant de justice, police et finances » aux pouvoirs très étendus lui permettant d'intervenir au nom du roi pratiquement dans tous les domaines[39].
  4. Les fonctions d'intendant étant étendues et lourdes, beaucoup prirent l'habitude de se faire assister par des hommes de confiance chargés d'un rôle de surveillance et de renseignement, mais non investis d'un pouvoir de décision[40].
  5. Dès ses débuts la perception de la taille fut confié à des « élus » qui opèrent jusqu'à la fin du XIVe siècle dans le cadre religieux traditionnel du diocèse, puis à partir du XVIe siècle dans le cadre d’élections[42].
  6. Chaque diocèse était divisé en un certain nombre d'archidiaconés, circonscriptions soumises à la juridiction d'un archidiacre. Les archidiaconés se subdivisaient habituellement eux-mêmes en doyennés à la tête desquels était placé un doyen ou archiprêtre. C'était un curé de la circonscription élu par ses confrères, et confirmé dans ses fonctions par l'évêque.
  7. La commune peut faire partie de diverses autres intercommunalités qui ne sont pas représentées : des syndicats (syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU), (syndicats intercommunaux à vocation multiple (SIVOM), syndicats mixtes) ou d’autres regroupements intercommunaux (programme local de l'habitat (PLH), contrat local de santé (CLS) , centre intercommunal d'action sociale (CIAS).
  8. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 15 janvier 2010)
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 28 juillet 2015)
  3. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 28 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Épieds-en-Beauce" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « Villes les plus proches d'Épieds-en-Beauce », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « Liste des ZNIEFF de la commune d'Épieds-en-Beauce », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 10 août 2015).
  7. « État d'avancement des documents d'urbanisme du Loiret (Janvier 2019) », sur le site de la préfecture de l'Aude (consulté le 10 mai 2019)
  8. [PDF]« SCOT Loire Beauce - Délibération du conseil syndical du 29 janvier 2013 », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  9. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  10. a et b « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT - Concertation », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  11. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT - Cahier des charges », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  12. « Les membres du Pays Loire Beauce », sur http://www.paysloirebeauce.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  13. Département du Loiret, « Carte du trafic 2016 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret (consulté le 10 mai 2019)
  14. [PDF]« Plan du réseau Rémy dans le Loiret », sur https://www.remi-centrevaldeloire.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  15. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/, (consulté le 10 mai 2019)
  16. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret- Liste des risques par commune », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  17. a et b « Risques recensés sur la commune d'Épieds-en-Beauce », sur http://www.georisques.gouv.fr/.
  18. « Épieds-en-Beauce - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  19. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 28 juin 2019).
  20. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur d'Épieds-en-Beauce », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 28 juin 2019).
  21. Décret no n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  22. « Dossier départemental des risques majeurs - le risque industriel », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  23. « Dossier départemental des risques majeurs - le risque de transport de matières dangereuses. », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  24. Archives Départementales du Loiret, prieuré de Saint-Samson d’Orléans
  25. Archives Départementales du Loiret-D 371, fol. 221
  26. Cartulaire de Beaugency, charte 151, p. 172
  27. Archives Nationales-JJ 53, fol. 12, no 29
  28. Archives Nationales-JJ 96, no 335, fol. 114 v°
  29. a et b Archives Départementales du Loiret-D 572
  30. Archives Départementales du Loiret-G, compte des décimes du diocèse d’Orléans
  31. Archives Départementales du Loiret-B 12 supplément rôle de la noblesse orléanaise
  32. Bibliothèque Municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 72
  33. Carte de Cassini
  34. Debal 1974, p. 29.
  35. Solène Bonleu, « Des occupations rurales gauloises et un espace à vocation funéraire romain à Épieds-en-Beauce. », sur le site de l'Inrap, (consulté le 11 mai 2019)
  36. « Les Chantaupiaux. », sur le site de l'Inrap, (consulté le 11 mai 2019)
  37. Marie-Alice Bondallaz, « Princesses romandes : Adelaïde de France, femme de Conrad le Guelfe », dans Echos de Saint-Maurice, 1941, tome 40, p. 222-224, lire en ligne.
  38. a b et c Maurice Pignard Péguet 1917, p. 208
  39. Christian Poitou 1982, p. 15
  40. Christian Poitou 1982, p. 19
  41. a b c et d Christian Poitou 1982, p. 271
  42. Christian Poitou 1982, p. 16
  43. Christian Poitou 1982, p. 20
  44. Christian Poitou 1982, p. 21
  45. Christian Poitou 1982, p. 22
  46. Christian Poitou 1982, p. 25
  47. a b et c « Notice communale de Épieds-en-Beauce », sur le site de l'EHESS (consulté le 11 mai 2019).
  48. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 11 mai 2019).
  49. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 11 mai 2019).
  50. « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 46 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 11 mai 2019)
  51. « Le village avait brûlé le 24 avril 1820 », sur https://www.larep.fr/, (consulté le 14 mai 2019)
  52. « État de l’intercommunalité dans le Loiret », sur http://www.adcf.org/, (consulté le 14 octobre 2015).
  53. « La communauté de communes de la Beauce oratorienne s'agrandit », sur http://www.larep.fr/, (consulté le 13 octobre 2015)
  54. a et b « Commune de Ploërmel - métadonnées », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 9 avril 2019)
  55. « Découpage électoral du Loiret », sur https://www.politiquemania.com/ (consulté le 11 mai 2019)
  56. « Rattachements administratifs de la commune d'Épieds-en-Beauce », sur le site de l'Insee (consulté le 14 octobre 2015)
  57. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  58. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 14 octobre 2015)
  59. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  60. a et b « Présentation du SMIRTOM de la région de Beaugency », sur smirtom-beaugency.fr (consulté le 30 avril 2017)
  61. « Épieds-en-Beauce- Déchetterie », sur http://smirtom-beaugency.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  62. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 30 avril 2017), p. 31-36
  63. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 30 avril 2017), p. 4
  64. « Communauté de communes des Terres du Val de Loire - Procès-verbal du conseil communautaire du 4 janvier 2017 », sur http://www.chaingy.fr/ (consulté le 30 avril 2017)
  65. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  66. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  67. « Analyses d'eau », sur le site de la commune (consulté le 10 mai 2019)
  68. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  69. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le 12 juillet 2017)
  70. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16
  71. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2017 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 10 mai 2019)
  72. « Bulletin municipal n°28 », sur http://cdn1_3.reseaudescommunes.fr/, (consulté le 10 mai 2019)
  73. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 31 janvier 2019 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 10 mai 2019)
  74. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 12 juillet 2017)
  75. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  76. « Épieds-en-Beauce- Service sd'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 10 mai 2019)
  77. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  78. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  79. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  80. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  81. Maurice Pignard Péguet 1917, p. 209

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Pignard Péguet, Le Loiret, Péronnas, Éditions de la Tour Gile, 1998 (réédition de l'ouvrage de 1917), 800 p. (ISBN 2-87802-345-5)
  • Christian Poitou, Paroisses et communes de France - Loiret, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, , 533 p. (ISBN 2-222-02930-9)
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)