Wachet auf, ruft uns die Stimme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 140
Wachet auf, ruft uns die Stimme
Titre français « Réveillez-vous ! » nous appelle la voix
Liturgie Trinité
Date de composition 1731
Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soli : S T B
chœur SATB
Cor d'harmonie, hautbois I/II, taille (hautbois da caccia) ou cor anglais, violon piccolo, violon, alto, basse continue

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Wachet auf, ruft uns die Stimme (« Réveillez-vous ! » nous appelle la voix), (BWV 140, connue aussi sous le nom de Cantate du Veilleur), est une cantate religieuse de Jean Sébastien Bach, composée à Leipzig en 1731. Elle jouit d'une notoriété exceptionnelle, notamment grâce à son choral central, Zion hört die Wächter singen (Sion entend les veilleurs chanter), qui a fait l'objet de nombreuses transcriptions pour orgue (Ton Koopman, Jehan Alain, etc), pour piano (Ferrucio Busoni) ou pour orchestre (Leopold Stokowski, Eugène Ormandy).

Histoire et texte[modifier | modifier le code]

Bach écrivit cette cantate pour le 27e dimanche après la Trinité et la dirigea pour la première fois le 25 novembre 1731[1].

Cette cantate chorale est basée sur le choral luthérien Wachet auf, ruft uns die Stimme de Philipp Nicolai (dit choral du veilleur). Le texte se fonde sur la parabole des dix vierges dans Mat. 25:1–13, une lecture prévue dans le lectionnaire de l'époque pour le vingt septième dimanche après la Trinité[2]. La cantate était rarement jouée parce que ce dimanche n'apparaît que les années où Pâques arrive tôt[3]. L'irrégularité des occasions pour laquelle elle fut composée en fait une des rares cantates dont la date de composition est vraiment connue. Le texte et ses thèmes eschatologiques sont communément associés aux premiers dimanches de la saison de l'Avent aussi la cantate est-elle régulièrement jouée durant cette période.

Le librettiste inconnu a repris de manière littérale les trois versets du choral pour les mouvements 1, 4 et 7 entre lesquels il a inséré des récitatifs et des arias indépendants qui renvoient à des thèmes bibliques du Cantique des Cantiques de Salomon. L'idée fondamentale du texte est de permettre l'identification visuelle du lien entre Jésus et l'âme humaine avec un mariage. Comme dans les anciens mariages orientaux, le fiancé n'apparaît pas exactement à une date fixée à l'avance mais s'attend à une fête bien ordonnée, ainsi l'âme doit-elle être toujours prête à rencontrer Dieu.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour cor d'harmonie, deux hautbois, taille (hautbois da caccia) souvent remplacé de nos jours par un cor anglais, violon piccolo, violon, alto, basse continue avec trois voix solistes (soprano, ténor, basse) et chœur à quatre voix.

Il y a sept mouvements :

  • chœur : Wachet auf, ruft uns die Stimme
  • récitatif (ténor) : Er kommt (Il vient)
  • aria (duo soprano et basse): Wann kommst du, mein Heil ? (Quand viens-tu, mon Sauveur[4] ?)
  • choral : Zion hört die Wächter singen
  • récitatif (basse) : So geh herein zu mir, du mir erwählte Braut (Entre donc et viens vers moi, fiancée que j'ai choisie)
  • aria (duo soprano et basse) : Mein Freund ist mein ! Und ich bin dein ! (Mon ami est mien ! Et je suis tien !)
  • choral : Gloria sei dir gesungen (Qu'il te soit chanté « Gloria »[5]).

Musique[modifier | modifier le code]

  • Le premier mouvement est une fantaisie chorale de dimension particulièrement importante basée sur le premier vers du choral, ce qui est un trait ordinaire dans les cantates chorales de Bach[6]. Ce mouvement avec ses rythmes bien marqués rappelle le style d'une ouverture à la française. L'orchestration comprend des hautbois à la voix profonde qui soulignent le caractère « nocturne » du début de l’œuvre.
  • Le deuxième mouvement est un récitatif pour ténor annonçant l'arrivée imminente du marié.
  • Le troisième mouvement est un duo pour soprano et basse avec violon obligato. Dans le duo, la soprano représente l'âme et la basse représente Jésus en tant que Vox Christi (voix de Jésus). On remarque le solo passionné et virtuose du violon.
  • Le quatrième mouvement, basé sur le deuxième vers du choral est écrit sur une structure comparable à une sonate en trio pour les ténors du chœur, le hautbois da caccia et le continuo. Bach transcrivit ultérieurement ce mouvement pour orgue (BWV 645) qui est aussi connue sous le nom de « Choral du Veilleur », et fut ensuite publié dans les Chorals Schübler avec cinq autres transcriptions qu'il fit de ses mouvements de cantate. C'est probablement le morceau le plus connu de l'œuvre.
  • Le cinquième mouvement est un récitatif pour basse accompagné des cordes dans lequel Jésus appelle à lui l'âme.
  • Le sixième mouvement est un autre duo pour soprano et basse avec un hautbois obligé. Ce duo, comme le troisième mouvement est un duo d'amour entre la soprano (l'âme) et la basse (Jésus). Ceci est représenté musicalement par un certain nombre d'embellissements et un jeu animé de hautbois[7].
  • Le mouvement final est un arrangement pour quatre voix du dernier vers du choral.

Media[modifier | modifier le code]

Cantate 140, 1er mouvement
interprété par le MIT Chamber Chorus
Cantate 140, 2e mouvement
par le MIT Chamber Chorus
Cantate 140, 3e mouvement
par le MIT Chamber Chorus
Cantate 140, 4e mouvement
par le MIT Chamber Chorus
Cantate 140, 5e mouvement
par le MIT Chamber Chorus
Cantate 140, 6e mouvement
par le MIT Chamber Chorus
Cantate 140, 7e mouvement
par le MIT Chamber Chorus
Circle question mark.png
Des difficultés à utiliser ces médias?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christoph Wolff, Johann Sebastian Bach: The Learned Musician (W. W. Norton & Company, 2000), 280. ISBN 0-393-04825-X
  2. The Lutheran Church–Missouri Synod, Lutheran Service Book (Concordia Publishing House, 2006), xxi. ISBN 0-7586-1217-6
  3. . Selon Wolff (p. 280), la cantate ne fut jouée qu'une fois, le 25 novembre 1731, durant la présence de Bach à l'Église Saint-Thomas de Leipzig, bien qu'un 27e dimanche après la Trinité apparut en 1742
  4. Littéralement : mon salut
  5. Que la prière « Gloria » te soit chantée
  6. Voir aussi Wie schön leuchtet der Morgenstern, BWV 1, Nun komm, der Heiden Heiland, BWV 61, Sie werden aus Saba alle kommen, BWV 65, et Ein feste Burg ist unser Gott, BWV 80 parmi beaucoup d'autres
  7. Donald Grout et Claude Palisca, Norton Anthology of Western Music: Volume 1 – Ancient to Baroque, 4th ed. (New York: W. W. Norton & Company, 2001), 547. ISBN 0-393-97690-4

Voir aussi[modifier | modifier le code]