Wer weiß, wie nahe mir mein Ende?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 27
Wer weiß, wie nahe mir mein Ende?
Titre français Qui sait combien ma fin est proche ?
Liturgie Trinité
Date de composition 1726
Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soli : S T B
chœur SATB
Cor d'harmonie, hautbois I/II/III, hautbois da caccia, orgue obligé, violons I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Wer weiß, wie nahe mir mein Ende? (Qui sait combien ma fin est proche ?) (BWV 27), est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1726 pour le 16e dimanche après la Trinité qui tombait cette année le 6 octobre, date de la première exécution.

Les lectures prescrites étaient Éphésiens 3: 13-21 et Luc7: 11-17.

Le texte du premier mouvement est issue de la première strophe du Sterbelied ou cantique de la mort de Ämilie Juliane von Schwarzburg-Rudolstadt (de), Le troisième mouvement est un texte de Erdmann Neumeister et le choral final[1] vient d'un cantique de Johann Georg Albinus (de). On ne connait pas les auteurs des autres mouvements.

Le thème du choral Wer nur den lieben Gott läßt walten (Zahn 2778) a été écrit par Georg Neumark (de) à Iéna mais on trouve déjà la mélodie à Kiel en 1641.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour cor d'harmonie, trois hautbois, hautbois da caccia, orgue obligé, deux violons, alto et basse continue, quatre solistes vocaux (soprano, alto, ténor, basse) et chœur à quatre voix.

Il y a six mouvements :

  1. chœur : Wer weiß, wie nahe mir mein Ende?
  2. récitatif (ténor) : Mein Leben hat kein ander Ziel
  3. aria (contralto) : Willkommen!
  4. récitatif (soprano) : Ach, wer doch schon im Himmel wär!
  5. aria (basse) : Gute Nacht, du Weltgetümmel!
  6. chœur : Welt, ade! ich bin dein müde

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. S. Terry and D. Litti, Bach's Cantata Libretti, Journal of the Royal Musical Association 1917 44(1):71-125; doi:10.1093/jrma/44.1.71