Die Freude reget sich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 36b
Die Freude reget sich
Titre français La joie est en mouvement
Date de composition 1735

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental
Soli : S A T
chœur SATB
Hautbois d'amour I/II, flûte traversière, violon I/II, alto, basse continue

Erreur d’expression : mot « b » non reconnu.Erreur d’expression : mot « b » non reconnu.36b-BGA.pdf Partition complète [PDF]
Erreur d’expression : mot « b » non reconnu.Erreur d’expression : mot « b » non reconnu.36b-V&P.pdf Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)
Erreur d’expression : mot « b » non reconnu.Erreur d’expression : mot « b » non reconnu.36b.html Commentaires (en)

Die Freude reget sich (La joie est en mouvement), (BWV 36b), est une cantate profane de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1735.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Le texte rend hommage à Johann Florens Rivinus, soit à l'occasion de son anniversaire (28 juillet), soit après sa nomination comme recteur de l'Université de Leipzig en octobre 1735. Le texte a probablement été écrit par Christian Friedrich Henrici (Picander). Bach utilise du matériel composé quelque dix années auparavant pour la cantate Schwingt freudig euch empor, BWV 36c.

En 1727 Christian Friedrich Henrici (Picander) a publié une version antérieure du texte, la cantate anniversaire Steigt freudig in die Luft, BWV 36a, également mise en musique par Bach. Picander est probablement l'auteur de l'adaptation pour cette célébration[1],[2],[3].

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour 2 hautbois d'amour, flûte traversière, 2 violons, alto et basse continue avec trois solistes vocaux (soprano, alto et ténor) et chœur à quatre voix[4].

Il y a huit mouvements :

  1. chœur : Die Freude reget sich
  2. récitatif : Ihr seht, wie sich das Glücke, ténor et basse continue
  3. aria : Aus Gottes milden Vaterhänden, ténor, hautbois d'amour et continuo
  4. récitatif : Die Freunde sind vergnügt, alto, cordes et continuo
  5. aria : Das Gute, das dein Gott beschert, alto, flûte, cordes et continuo
  6. récitatif : Wenn sich die Welt mit deinem Ruhm trägt, soprano et continuo
  7. aria : Auch mit gedämpften, soprano, flûte, violon solo et continuo
  8. chœur et récitatif : Was wir dir vor Glücke gönnen, ténor, soprano et alto, chœur et orchestre

Musique[modifier | modifier le code]

Comme dans la BWV 36c, le premier mouvement est de nature gaie et l'aria de ténor comprend une importante mélodie de hautbois d'amour. Le dernier mouvement est un « chœur gai avec récitatif interpolé »[5].

Il y a des cantates sacrées également associées, deux versions de la cantate d'église pour le premier dimanche de l'Avent, Schwingt freudig euch empor, BWV 36.

La cantate originale est rare en ce qu'il s'agit d'une œuvre profane parodiée comme œuvre sacrée, puis, cinq ans plus tard comme œuvre profane. Les parodies de Bach sont généralement de profanes à sacrées plutôt que l'inverse. L'explication donnée pour la prévalence des parodies profanes sur les sacrés est que les œuvres profanes occasionnelles telles que des cantates d'anniversaire ont un usage unique et Bach a pu les réutiliser comme des œuvres sacrées.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. I. Finlay, Bach's Secular Cantata Texts. Music and Letters.,‎ 1950, 189–195 p.
  2. Christoph Wolff, Die Welt der Bach-Kantaten, Metzler/Bärenreiter, Stuttgart and Kassel,‎ 2006 (ISBN 3-476-02127-0)
  3. C. S. Terry et D. Litti, Bach's Cantata Libretti, Journal of the Royal Musical Association,‎ 1917, 71–125 p. (ISBN 3-476-02127-0) DOI:10.1093/jrma/44.1.71
  4. (de) Alfred Dürr, Die Kantaten von Johann Sebastian Bach, vol. 1, Bärenreiter-Verlag,‎ 1971 (OCLC 523584)
  5. Crouch, Simon, « BWV 36b », Classical Net,‎ 1999 (consulté le 29 mai 2013)

Sources[modifier | modifier le code]

La source première est la partition.

Plusieurs bases de données fournissent des informations supplémentaires sur chaque cantate :

Voir aussi[modifier | modifier le code]