Basse continue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basse.

En musique baroque, la basse continue — également appelée le continuo — est une pratique d'improvisation à partir d'une basse écrite — chiffrée ou non. Les instruments utilisés pour réaliser cette partie sont un ou plusieurs instruments monodiques gravesvioloncelle, viole de gambe, contrebasse... — qui jouent la ligne de basse écrite, et un ou plusieurs instruments harmoniquesclavecin, orgue, théorbe, luth, guitare baroque... — qui réalisent, c'est-à-dire qui complètent l'harmonie, en fonction des chiffres notés sous les accords lorsqu'il y en a, ou en fonction des autres parties lorsque ces chiffres sont absents. De nombreux traités ont été écrits concernant cette pratique, permettant d'avoir une idée de la manière dont étaient réalisées ces parties à l'époque.

Un ostinato, également appelé basse obstinée, est un cas particulier de basse continue : un motif est répété par la basse tout le long du morceau. Le procédé apparaît dans des pièces telles que des chaconne, passacaille et les grounds (en Angleterre) etc. Un exemple célèbre de son utilisation est le Canon en ré majeur de Johann Pachelbel.

Principaux traités rédigés en français[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Fleury Méthode pour apprendre facilement à toucher le théorbe sur la basse continue, Paris, 1660/R
  • Guillaume-Gabriel Nivers L'Art d'Accompagner sur la Basse Continue, Paris, 1689
  • Jean-Henry d'Anglebert, « Principes de l'accompagnement », Pièces de clavecin, I, Paris, 1689
  • Etienne Denis Delair, Traité d'accompagnement pour le théorbe et le clavessin (sic), Paris, 1690/R
  • François Couperin, Règles pour l'accompagnement [c 1698]; ed. Œuvres complètes, Paris, 1933
  • Jacques Boyvin, « Traité abrégé d'accompagnement pour l'orgue et pour le clavessin », Second livre d'orgue, Paris, 1700, 2/c1705
  • Sébastien de Brossard, Dictionnaire de musique, Paris, 1703/R, 3/c1708/R
  • Michel de Saint-Lambert, Nouveau traité de l'accompagnement du clavecin, de l'orgue, Paris, 1707
  • François Campion, Traité d'accompagnement, Paris, 1716/R
  • Louis-Nicolas Clérambault, Règles d'accompagnement, 1716, MS
  • Jean-François Dandrieu, Principes de l'accompagnement du clavecin, Paris, 1718
  • Jean-Philippe Rameau, Traité de l'harmonie réduite à ses principes naturels, Paris, 1722/R
  • François Campion, Addition au traité d'accompagnement, Paris, 1730/R
  • Laurent Gervais, Méthode pour l'accompagnement du clavecin…, Paris, 1733
  • Michel Corrette, Le maître de clavecin pour l'accompagnement: méthode théorique et pratique, Paris, 1753/R
  • Cl. de La Porte, Traité théorique et pratique de l’accompagnement du clavecin…, Paris, 1753/ R Genève, 1972.
  • Charles François Clément, Essai sur l'accompagnement du clavecin, Paris, 1758
  • Jean-Philippe Rameau, Code de musique pratique, Paris, 1760/R
  • P.J. Roussier, Traité des accords et de leur succession selon le système de la basse fondamentale, pour servir de principes d’harmonie à ceux qui étudient la composition ou l’accompagnement du clavecin, Paris, 1764
  • H. Garnier, Nouvelle méthode pour l'accompagnement du clavecin…, Paris, [1767]
  • Anton Bemetzrieder, Leçons de clavecin et principes d'harmonie, Paris, 1771

Exemple[modifier | modifier le code]

Extrait de la Française des Nations de François Couperin

La Française de François Couperin

On peut voir sur cet exemple que les chiffres ne sont pas toujours notés, en général sur les accords parfaits, en position fondamentale et appartenant à la tonalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]