Ich freue mich in dir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 133
Ich freue mich in dir
Titre français Je me réjouis en toi...
Liturgie 3e jour de Noël
Date de composition 1724
Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soli : A S T B
chœur SATB
Cor, hautbois d'amour I/II, violon I/II, alto, basse continue, orgue.

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Ich freue mich in dir (BWV 133) est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1724.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Bach composa cette cantate chorale durant sa deuxième année à Leipzig pour le troisième jour de Noël dans le cadre de son deuxième cycle annuel[1]. Les lectures prescrites pour les jours de fête étaient tirées de l'Épître aux Hébreux, « Christ est plus haut que les anges », (1 :1–14) et du prologue de l'Évangile selon Jean, également intitulé « Hymne au monde »(1 :1–14). La cantate est basée sur le choral en quatre strophes Ich freue mich in dir (1697) de Caspar Ziegler (de)[2]. C'est un des tout nouveaux chorals qui servit de base pour le deuxième cycle annuel, alors que Bach préférait d'ordinaire les cantiques des poètes tels que Martin Luther et Paul Gerhardt[3]. Le poète inconnu du texte de la cantate a gardé les première et dernière strophes et fidèlement paraphrasé les strophes intermédiaires dans une séquence d'arias et de récitatifs. Le texte est sans références aux lectures ni à la fête de l'apôtre Jean.

Bach dirigea la cantate pour la première fois le 24 décembre 1724[1], puis Johann Friedrich Doles, le successeur de Bach, joua l’œuvre après la mort du compositeur[3].

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour quatre solistes, soprano, alto, ténor, basse, chœur à quatre voix, cornet à bouquin pour doubler la mélodie du choral, cor d'harmonie, deux hautbois d'amour, deux violons, alto, basse continue, orgue[1].

  1. chœur : Ich freue mich in dir
  2. aria (alto) : Getrost! es faßt ein heilger Leib
  3. récitatif (ténor) : Ein Adam mag sich voller Schrecken
  4. aria (soprano) : Wie lieblich klingt es in den Ohren
  5. récitatif (base) : Wohlan, des Todes Furcht und Schmerz
  6. choral : Wohlan, so will ich mich

Musique[modifier | modifier le code]

Le choral est chanté sur une variation de la mélodie O Gott, du frommer Gott[4]. Cette mélodie était probablement nouvelle pour Bach qui la nota dans la partition du sanctus qu'il composa également pour Noël en 1724 et qu'il intégra plus tard dans sa messe en si mineur. Le cornet à bouquin joue le cantus firmus avec la soprano, les hautbois jouent avec le deuxième violon et l'alto, tandis que le premier violon « brille au-dessus du reste ». Les voix graves sont disposées essentiellement en homophonie, à l'exception de l'expression de « Der große Gottessohn ». John Eliot Gardiner résume : « Il me paraît difficile d'imaginer une musique qui transmette de façon plus persuasive l'essence, l'exubérance et la pure joie de vivre que le chœur d'ouverture de la BWV 133 »[5].

L'aria de l'alto est accompagnée par les deux hautbois d'amour, l'aria de la soprano par les cordes, passant d'un temps pair dans les sections extrêmes à une sicilienne dans la section centrale[3]. Le récitatif ténor est indiqué adagio deux fois, la première pour souligner « Der allerhöchste Gotte kehrt selber bei uns ein », la deuxième pour citer le choral en texte et en musique « Wird er ein kleines Kind und heißt mein Jesulein ». La cantate se clôt par une disposition en quatre parties de la dernière strophe du choral[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (de) Alfred et Dürr, Die Kantaten von Johann Sebastian Bach, vol. 1, Bärenreiter-Verlag,‎ 1971 (lien OCLC?)
  2. « Ich freue mich in dir / Text and Translation of Chorale », bach-cantatas.com,‎ 2003
  3. a, b et c Christoph Wolff, Chorale Cantatas from the cycle of the Leipzig church cantatas, 1724-25 (III),‎ 2000 (lire en ligne), p. 8
  4. « Chorale Melodies used in Bach's Vocal Works / O Gott, du frommer Gott », bach-cantatas.com,‎ 2003
  5. John Eliot Gardiner, « Cantatas for the Third Day of Christmas / St Bartholomew’s, New York », bach-cantatas.com,‎ 2006, p. 6
  6. Julian Mincham, « Chapter 30 BWV 133 Ich freue mich in dir », jsbachcantatas.com,‎ 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]