Jesus schläft, was soll ich hoffen?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 81
Jesus schläft, was soll ich hoffen?
Titre français Jésus dort, que puis-je espérer ?...
Liturgie 4e dimanche après l'Épiphanie
Date de composition 1724
Auteur(s) du texte

inconnu

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soli : S T B
chœur SATB
Hautbois d'amour I/II, flûte à bec I/II, violons I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)
Tempête sur la mer de Galilée, Rembrandt, 1633.

Jésus schläft, was soll ich hoffen? (Jésus dort, que puis-je espérer ?), (BWV 81), est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach écrite en 1724 à Leipzig pour le quatrième dimanche après l'Épiphanie et donnée pour la première fois le 30 janvier 1724.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Ces quatre autres cantates ont été écrites pour l'Épiphanie :

Le quatrième dimanche après l'Épiphanie est rare et ne survient que les années où la fête de Pâques est tardive. Les lectures prescrites pour la journée étaient Romains13:8–10 et Matthieu 8:23-27, "Jésus calmant la tempête". Le librettiste est inconnu mais les noms de Erdmann Neumeister et Christian Weiss ont été suggérés par les chercheurs[1]. Le poète se réfère à l'Évangile et développe le contraste entre Jésus caché (dormant) et visible (agissant), semblable à la cantate Mein Gott, wie lang, ach lange? BWV 155, écrite en 1716 et exécutée trois semaines plus tôt pour le premier dimanche après l'Épiphanie. Les paroles du 4e mouvement sont une citation de l'Évangile, la question de Jésus: «Ihr Kleingläubigen, warum seid ihr afin furchtsam" (Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi?). Le choral de clôture est la deuxième strophe du choral de Johann Franck, Jesu meine Freude (de)[2].

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour deux hautbois d'amour, deux flûtes à bec, deux violons, alto et basse continue. Les flûtes à bec et les hautbois ont probablement été joués par les mêmes musiciens[2], trois voix solistes (alto, ténor, basse) et un chœur à quatre voix dans le choral.

Il y a sept mouvements :

  1. aria (alto, flûtes à bec) : Jesus schläft, was soll ich hoffen?
  2. récitatif (ténor) : Herr! warum trittest du so ferne?
  3. aria (ténor) : Die schäumenden Wellen von Belials Bächen
  4. arioso (basse) : Ihr Kleingläubigen, warum seid ihr so furchtsam
  5. aria (basse, hautbois d'amour) : Schweig, aufgetürmtes Meer
  6. récitatif (alto) : Wohl mir, mein Jesus spricht ein Wort
  7. choral : Unter deinem Schirmen

Musique[modifier | modifier le code]

Bach exprime les questions de l'« âme » angoissée de façon spectaculaire, semblable aux dialogues de O Ewigkeit, du Donnerwort (BWV 60). La première aria parle du « sommeil », illustré par les flûtes à bec, le bas registre des cordes et les longues notes de la voix. Bach a également utilisé des moyens similaires dans l'aria Sanfte soll mein Todeskummer de son Oratorio de Pâques. La 3e partie visualise presque la tempête et le mouvement des vagues comme dans les opéras contemporains[3]. La partie centrale 4, dans un agencement symétrique, est consacrée à la contrebasse comme Vox Christi (voix du Christ). Le continuo et la voix utilisent un matériau similaire dans cet Arioso, en intensifiant les mots. L'aria suivante, indiquée allegro, oppose la « tempête », fonctionne à l'unisson des cordes, avec un mouvement plus calme des hautbois.

Le choral de clôture est composé en quatre parties[2]. Son thème de choral est de Johann Crüger et parut d'abord dans son Praxis pietatis Melica publié à Berlin en 1653.

Bach a composé une symétrie semblable autour d'un mot de la Bible en 1726 dans Brich dem Hungrigen dein Brot, BWV 39.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. S. Terry and D. Litti, Bach's Cantata Libretti, Journal of the Royal Musical Association 1917 44(1):71-125; doi:10.1093/jrma/44.1.71
  2. a, b et c (de) Alfred Dürr. 1971. Die Kantaten von Johann Sebastian Bach, Bärenreiter
  3. (en) Julian Mincham, « Chapter 39 BWV 81 Jesus schläft, was soll ich hoffen? », jsbachcantatas.com,‎ 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des cantates de Johann Sebastian Bach