Nun komm, der Heiden Heiland (BWV 61)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 61
Nun komm, der Heiden Heiland
Titre français Viens maintenant, Sauveur des païens
Liturgie Avent
Date de composition 1714
Auteur(s) du texte

Martin Luther (1), Erdmann Neumeister (2, 3, 5), Apocalypse (4), Philipp Nicolai (6)

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soprano, alto, ténor, basse, chœur mixte
violons I/II, altos, continuo

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)
Page d'aide sur les redirections Pour la cantate homonyme de 1724, voir Nun komm, der Heiden Heiland (BWV 62).

« Nun komm, der Heiden Heiland »[1], BWV 61, est une cantate de Johann Sebastian Bach écrite à Weimar en 1714.

Historique[modifier | modifier le code]

Bach écrivit la cantate à Weimar pendant sa première année comme organiste de la cour de Johann Ernst de Saxe-Weimar pour le premier dimanche de l'Avent et la dirigea dans la chapelle du château le 2 décembre 1714.

Les lectures prescrites pour ce dimanche étaient Romains 13:11-14 (« la nuit est avancée, le jour viendra ») et Matthieu 21:1-9[2] (l'Entrée à Jérusalem). Le texte de la cantate est de Erdmann Neumeister, qui reprend le premier vers « Nun komm, der Heiden Heiland » de Martin Luther au 1er mouvement, l'Apocalypse 3:20, « Siehe, ich stehe vor der Tür und klopfe an. So jemand meine Stimme hören wird und die Tür auftun, zu dem werde ich eingehen und das Abendmahl mit ihm halten und er mit mir »[3] pour le 4e mouvement et la fin du dernier verset de « Wie schön leuchtet der Morgenstern  » de Philipp Nicolai pour le choral de clôture. Le poète associe les idées de l'entrée de Jésus à Jérusalem et l'annonce de son retour, comme dans l'Apocalypse, à la prière d'entrer aussi dans le cœur de chaque chrétien.

Bach dirigea de nouveau la cantate au cours de sa première année à Leipzig, le 28 novembre 1723[4] et peut-être le 1er décembre 1736.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

Comme les autres cantates écrites à Weimar, celle-ci est conçue pour petit ensemble, deux violons, deux altos et basse continue, trois solistes (soprano, ténor, basse) et un chœur à quatre voix.

Il y a six mouvements :

  1. chœur : « Nun komm, der Heiden Heiland »
  2. récitatif (ténor) : « Der Heiland ist gekommen »
  3. aria (ténor) : « Komm, Jesu, komm zu deiner Kirche »
  4. récitatif (basse) : « Siehe, ich stehe vor der Tür »
  5. aria (soprano) : « Öffne dich, mein ganzes Herze »
  6. choral : « Amen, Amen, komm du schöne Freudenkrone »

Musique[modifier | modifier le code]

Le premier dimanche de l'Avent commence l'année liturgique. À cette occasion Bach créa un chœur d'ouverture en forme de fantaisie chorale, comme une ouverture à la française suivant la séquence, lent, rapide (fugue), lent. Deux des quatre lignes de la mélodie du choral se combinent dans la première partie lente, la troisième ligne est traitée comme un mouvement fugué, la quatrième ligne dans la dernière partie lente. La mélodie de la première ligne apparaît d'abord en continuo puis est reprise par toutes les voix les unes après les autres au rythme solennellement ponctué de l'orchestre. La ligne 2 est intégrée en quatre parties dans la texture orchestrale tandis que les instruments jouent colla parte dans la section rapide; la ligne 4 est similaire à la ligne 2

Le récitatif commence secco mais se poursuit en arioso avec imitation du ténor et du continuo. L'aria du ténor est accompagné par l'ensemble des violons et altos à l'unisson. Le 4e mouvement, la citation de la Bible, est confié à la contrebasse en tant que Vox Christi, l'attente est exprimée par les cordes en pizzicato. La réponse est une prière personnelle de la soprano, accompagnée seulement du continuo avec une partie centrale adagio. Dans le choral final, les violons jouent une cinquième voix joyeuse accompagnant le chœur à quatre voix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Viens maintenant, Sauveur des païens »
  2. Georg Fischer, « Lutheran Church Year – Dates of 1. Advent (1st Sunday in Advent) », bach-cantatas.com,‎ March 11, 2010
  3. « Vois, je me tiens devant la porte et je frappe. Quiconque entend ma voix et ouvre la porte, pour lui j'entrerai et je prendrai le repas du soir avec lui et lui avec moi »
  4. (de) Alfred Dürr, Die Kantaten von Johann Sebastian Bach, Bärenreiter, 1999 (ISBN 3-7618-1476-3)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]