Unser Mund sei voll Lachens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lachens.
Cantate BWV 110
Unser Mund sei voll Lachens
Titre français Que notre bouche s’emplisse de joie
Liturgie Noël
Date de composition 1725
Auteur(s) du texte
2, 4, 6 : Georg Christian Lehm
7 : Kaspar Füger l'ancien

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental
Soli: S A T B
chœur SATB
trompette I-III, hautbois I-III, flûte traversière I/II, basson, cordes, timbales, continuo.

Partition complète [PDF]
Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)
Commentaires (en)

Unser Mund sei voll Lachens (Que notre bouche s’emplisse de joie) (BWV 110) est une cantate religieuse de Jean-Sébastien Bach composée à Leipzig en 1725.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bach a composé la cantate pour la première journée de Noël 1725 mais on peut supposer qu'elle soit le fruit d'une amélioration d'une première cantate de l'époque de Weimar. Les 1e, 3e et 5e mouvements sont des citations de la Bible d'après le Ps 126,2, Jr 10,6, Luc 2:14. Les textes des 2e, 4e et 6e mouvements sont de Georg Christian Lehms. Le choral final débute sur le dernier vers du chant Wir Christenleut par Kaspar Füger l'ancien.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour une voix de soprano, d'alto, de ténor, et de basse, un chœur à quatre voix, trois trompettes, trois hautbois, deux flûtes traversières, un basson, le quatuor à cordes, deux timbales et la basse continue. L'exécution des 7 mouvements demande de 25 à 27 minutes.

Il y a sept mouvements :

  1. chœur : Unser Mund sei voll Lachens
  2. aria (ténor) : Ihr Gedanken und ihr Sinnen
  3. récitatif (basse) : Dir, Herr, ist niemand gleich
  4. aria (alto) : Ach Herr ! was ist ein Menschenkind
  5. duo (soprano, Alto) : Ehre sei Gott in der Höhe
  6. aria (basse) : Wacht auf, ihr Adern und ihr Glieder
  7. choral : Alleluja ! Gelobt sei Gott

Musique[modifier | modifier le code]

Bach a retravaillé ses propres compositions pour deux mouvements de cette cantate. Le chœur d’introduction est une adaptation du premier mouvement de sa Suite pour orchestre en ré majeur (BWV 1069). Le duo soprano/ténor Ehre sei Gott in der Höhe est un arrangement du Virga Jesse floruit du Magnificat en mi bémol majeur. La cantate débute par une section pleine de force, le chœur d'ouverture, où tous les instruments sont réunis. La cantate se termine sur un choral de louange au Seigneur qui a accompli de grandes choses pour son peuple.

L'aria de ténor fait entendre deux flûtes entrelacées pendant que le soliste décrit une élévation des pensées et des sens, suscitée par la pensée que Dieu fait homme entend que son peuple soit « Himmelskinder » (enfants du ciel). Un récitatif de basse (Toi, Seigneur, ne ressemble à aucun autre) est suivi par un air d'alto (Ach Herr, was ist ein Menschenkind) accompagné de hautbois d'amour qui s'étonne que, du fait de la nature de l'homme, le Seigneur doive chercher à la racheter par une action si douloureuse.

Dans le duo Soprano/Alto, les deux voix se développent sur un accompagnement d'orgue seul (avec la basse continue). Elles chantent la gloire de Dieu au plus haut des cieux : l'humanité attend la paix sur Terre, et l'arrivée de l'Enfant est un signe de cette faveur divine.

Le choral final rappelle la troisième partie de l'Oratorio de Noël : « Alléluia, Gloire à Dieu du fond de nos cœurs ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]