Geist und Seele wird verwirret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 35
Geist und Seele wird verwirret
Titre français L’esprit et l’âme sont confondus
Liturgie Trinité
Date de composition 1726
Auteur(s) du texte

Georg Christian Lehms

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Solo : A
Hautbois I-III, hautbois d'amour, orgue obligé, violon I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Geist und Seele wird verwirret (L’esprit et l’âme sont confondus), (BWV 35), est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1726 pour le 12e dimanche après la Trinité qui tombait cette année le 8 septembre.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Les lectures prescrites pour ce jour étaient Cor. 3: 4-11 et Marc 7: 31-37.

Les textes proviennent entièrement des « Gottgefälliges Kirchen-Opffer » (1711) de Georg Christian Lehms[1],[2].

En raison de la demande d'alors pour que de la « nouvelle musique » soit composée le plus souvent possible, Bach choisissait rarement d'anciens poèmes pour ses cantates[3]. C'est pourquoi le chef d'orchestre Craig Smith a suggéré que certaines parties de cette œuvre puissent avoir été composées antérieurement à la première exécution du à Leipzig[4]. La cantate est l'une des trois que Bach écrivit à Leipzig pendant l'été et l'automne 1726 dans lesquelles un soliste alto est le seul chanteur, les autres étant Gott soll allein mein Herze haben, BWV 169 et Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust BWV 170, toutes deux avec des textes de Lehms. Il est probable que Bach avait à sa disposition un chanteur alto de qualité pendant cette période.

L’œuvre comporte par ailleurs deux grands mouvements de concerto pour orgue et grand orchestre, probablement à partir d'un concerto perdu pour clavier, hautbois ou violon[5], ce qui pourrait indiquer que la cantate a été composée pendant une absence temporaire de chorale à la Thomaskirche[6].

Il semble n'y avoir aucun thème choral sous-jacent dans l'œuvre, peut-être en raison de l'absence de partie chorale. Les neuf premières mesures de la sinfonia d'ouverture ont été reprises pour le concerto pour clavecin et orchestre en ré mineur BWV 1059, composé à Leipzig en 1745.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour 3 hautbois, hautbois d'amour, orgue obligé, 2 violons, alto, basse continue, avec un alto solo.

Il y a sept mouvements réunis en deux parties précédées chacune d'une sinfonia :

  1. sinfonia (tutti)
  2. aria : Geist und Seele wird verwirret (tutti).
  3. récitatif : Ich wundre mich with continuo.
  4. aria : Gott hat alles wohlgemacht with organo obbligato and continuo.
  5. sinfonia (tutti)
  6. récitatif : Ach, starker Gott with continuo.
  7. aria : Ich wünsche nur bei Gott zu leben (tutti).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christoph Wolff (Eds.): Die Welt der Bach-Kantaten, Metzler/Bärenreiter, Stuttgart und Kassel, 3 Bände Sonderausgabe 2006 ISBN 3-476-02127-0
  2. C. S. Terry and D. Litti, Bach's Cantata Libretti, Journal of the Royal Musical Association 1917 44(1):71-125; doi:10.1093/jrma/44.1.71
  3. David R. M. Irving. Bach cantata cycles. Early Music 2008 36(1):150-152
  4. C. Smith Geist und Seele wird verwirret at www.emmanuelmusic.org
  5. Laurence Dreyfus. The metaphorical soloist: Concerted organ parts in Bach's cantatas. Early Music 1985 13(2):237-247
  6. Robert Fuchs; Oliver Hahn; Doris Oltrogge: "Geist und Seele sind verwirret...". Die Tintenfraß-Problematik der Autographen Johann Sebastian Bachs. In: Restauro Heft 2/2000, S. 116-121