Es ist euch gut, daß ich hingehe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 108
Es ist euch gut, daß ich hingehe
Titre français Il est avantageux pour vous que je m’en aille
Liturgie 4e dimanche après Paques
Date de composition 1725
Auteur(s) du texte

2, 3, 5 : Christiane Mariene von Ziegler; 1 et 7 : Évangile selon St Jean; 7 : Paul Gerhardt

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soli : A T B
Chœur : A T B
hautbois d'amour I/II, Violon I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Es ist gut euch, dass ich hingehe (Il est avantageux pour vous que je m’en aille), (BWV 108), est une cantate religieuse composée par Johann Sebastian Bach à Leipzig en 1725 pour le quatrième dimanche après Pâques qui tombait cette année le 29 avril.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Bach compose la cantate durant sa deuxième année à Leipzig à l'occasion du quatrième dimanche après Pâques[1]. Les lectures prescrites sont tirées de l'épître de Jacques, « Chaque bon présent vient du Père des lumières » (chapitre 1, verset 17–21) et de l'évangile selon Jean, Jésus annonce le paraclet dans son message d'adieu (chapitre 16, verset 5–15). Durant sa deuxième année, Bach compose des cantates chorales entre le premier dimanche après la Trinité et le dimanche des Rameaux mais revient pour Pâques à des cantates sur des textes plus variés, peut-être parce qu'il a perdu son librettiste. Il s'agit de la deuxième sur les neuf cantates pour la période située entre la Pentecôte basée sur des textes de Christiana Mariana von Ziegler (pour les mouvements 2, 3 et 5), après Ihr werdet weinen und heulen (BWV 103)[2],[3]. Bach raccourcit ici son texte comme dans les autres cantates. Il commence, comme plusieurs autres de la période, avec un solo de basse comme Vox Christi rapportant une citation de la Bible. Le quatrième mouvement comprend une autre citation. Les deuxième et troisième mouvements traitent de l'espoir du Salut. Le cinquième mouvement est une prière pour être guidé jusqu'à la mort[1]. Le poète prend pour le choral final la dixième strophe du cantique Gott Vater, sende deinen Geist (1653) de Paul Gerhardt[4] exprimant la foi dans la direction de Dieu[1].

Le thème du choral est basé sur le psaume Kommt her zu mir, spricht Gottes Sohn qui est une version du chant profane Es ist nicht lang, daß es geschah dont l'origine se retrouve en Allemagne du sud autour de 1490. La mélodie apparaît en 1530 dans un texte de Georg Grünwald, «Ain schöns newes Christlichs Lyed», publié pour les Mennonittes ou les Baptistes.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour deux hautbois d'amour, deux violons, alto, basse continue, trois solistes vocaux alto, ténor, basse et chœur à quatre voix.

Il y a six mouvements :

  1. aria (basse) : Es ist euch gut, daß ich hingehe
  2. aria (ténor) : Mich kann kein Zweifel stören
  3. récitatif (ténor) : Dein Geist wird mich also regieren
  4. chœur : Wenn aber jener, der Geist der Wahrheit kommen wird
  5. aria (alto) : Was mein Herz von dir begehrt
  6. choral : Dein Geist, den Gott von Himmel gibt

Musique[modifier | modifier le code]

Comme pour la cantate pour la même occasion l'année précédente, Wo gehest du hin? (BWV 166), Bach donne le premier mouvement, la citation du septième verset de l'Évangile, à la basse en tant que Vox Christi[2]. Le mouvement n'a pas de titre et se situe entre l'aria et l'arioso[1]. Un hautbois d'amour comme instrument obbligato joue de longues mélodies. L'aria suivante est dominée par un solo virtuose de violon. Un court récitatif secco mène à la citation de la Bible suivante, treizième verset de l'Évangile, interprété cette fois par le chœur[2]. Il est divisé en trois sections semblables à une forme da capo. Les trois parties sont des fugues[2] combinées à la façon de motets[5], les instruments jouant essentiellement colla parte avec les voix[6]. La première section couvre le texte commençant avec Wenn aber jener, der Geist der Wahrheit, kommen wird (« Mais quand celui-là, l'Esprit de Vérité, entrera »); la deuxième section commence avec Denn er wird nicht vom ihm selber reden (« Car il ne parlera pas de son plein gré ») et la troisième section avec und was zukünftig ist, wird er verkündigen (« et ce qui est à venir, Il prédit ») sur un sujet fugué semblable au premier[1]. La dernière aria est accompagnée par les cordes, dominées par le premier violon. Le choral de clôture est organisé en quatre parties sur la mélodie de Kommt her zu mir, spricht Gottes Sohn[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (de) Alfred Dürr, Die Kantaten von Johann Sebastian Bach, vol. 1, Bärenreiter-Verlag,‎ 1971 (lien OCLC?)
  2. a, b, c et d [PDF] Klaus Hofmann, « Es ist euch gut, dass ich hingehe / It is expedient for you that I go away, BWV 108 », bach-cantatas.com,‎ 2006, p. 7
  3. [PDF] Christoph Wolff, « The transition between the second and the third yearly cycle of Bach’s Leipzig cantatas (1725) », pregardien.com, p. 2
  4. « Gott Vater, sende deinen Geist / Text and Translation of Chorale », bach-cantatas.com,‎ 2010
  5. [PDF] John Eliot Gardiner, « Cantatas for the Fourth Sunday after Easter (Cantate) / St Mary’s, Warwick », bach-cantatas.com,‎ 2005 (consulté le 1 May 2012), p. 6
  6. Julian Mincham, « Chapter 44: BWV 85, BWV 108 and BWV 87, chacune commence par une aria de la basse. », jsbachcantatas.com,‎ 2010 (consulté le 18 April 2012)
  7. « Chorale Melodies used in Bach's Vocal Works / Kommt her zu mir, spricht Gottes Sohn », bach-cantatas.com,‎ 2005 (consulté le 30 April 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]