Villa gallo-romaine de Loupian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villa gallo-romaine de Loupian
Scène représentant le maître de la villa et un de ses serviteurs. Mosaïque aux octogones.
Scène représentant le maître de la villa et un de ses serviteurs. Mosaïque aux octogones.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Hérault
Commune Loupian
Protection Logo monument historique Classé MH (1970)
Coordonnées 43° 26′ 24″ N 3° 36′ 51″ E / 43.4401, 3.6143 ()43° 26′ 24″ Nord 3° 36′ 51″ Est / 43.4401, 3.6143 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Villa gallo-romaine de Loupian
Villa gallo-romaine de Loupian
Époque Antiquité
Internet
Site web www.ccnbt.fr

La villa gallo-romaine de Loupian est un site archéologique se trouvant dans la commune de Loupian dans le département de l'Hérault, entre Montpellier et Béziers, au cœur de la Gallia Narbonensis. Les fouilles du site occupent trois hectares au sud du village. Elles ont révélé les restes d'une villa gallo-romaine, très riche en mosaïques. Le site a été occupé pendant plus de 600 ans.

Histoire[modifier | modifier le code]

Originellement, une modeste ferme a été bâtie à quelques kilomètres au sud de la Via Domitia, sur le versant regardant l'Étang de Thau et la colline de l'actuelle commune de Sète. La ferme a rapidement prospéré et s'est étendue. Pendant le Haut-Empire, aux premier et second siècles, la villa est devenue une grande résidence patricienne avec des thermes. La principale activité agricole était la viticulture, pour laquelle a été construit un chai capable de contenir 1 500 hectolitres de vin stocké dans de grosses jarres (dolia), retrouvées sur place. À cette période a été aussi construit un petit port au nord du bassin de Thau, destiné à l'exportation du vin. On a également retrouvé un atelier de potiers pour la fabrication d'amphores destinées au transport de ce vin. Ces amphores sont estampillées « M A F ».

Au Ve siècle, la villa a été complètement rebâtie et se transforme en une résidence somptueuse dont le sol est couvert de mosaïques.

À quelques centaines de mètres de la villa, on trouve une église paléochrétienne, avec une cuve baptismale. Cette église était située à proximité immédiate de l'actuelle église Sainte-Cécile.

Les mosaïques[modifier | modifier le code]

Les thermes de la première maison étaient décorées de mosaïques datables du second siècle. Les mosaïques de la villa postérieure sont uniques en leur genre, car il n'existe pas d'autres villas dans lesquelles on retrouve les influences de deux pays aussi éloignés géographiquement que l'Aquitaine et la Syrie. Cette originalité est certainement due au goût éclectique du propriétaire, ou alors plus simplement à son souhait de terminer rapidement le travail de pavement. En théorie, une équipe de quatre mosaïstes met un an pour couvrir une surface de 500 m2. À Loupian, deux équipes travaillant simultanément ont pu recouvrir les 450 m2 en six ou huit mois environ.

Ces mosaïques sont classées Monument historique depuis 1970[1].

Mosaïque des saisons (Printemps).

Liste des mosaïques :

Visites[modifier | modifier le code]

Une construction de 1 000 m2 protège les restes de la villa et les mosaïques. Des visites guidées du site et du musée sont organisées, tous les jours en été. Hors saison les visites ont lieu les mercredis et week-ends (fermeture en janvier).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ch. Pellecuer, « La Villa des Prés Bas », Archéo en LGD, no 19,‎ 1995, p. 89-94.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]